Nerf sciatique pincé: symptômes

  • Blessure

Les symptômes de pincement du nerf sciatique sont facilement confondus avec d'autres maladies. Douleur, picotements, faiblesse - tous ces signes sont présents avec de nombreux troubles de la colonne vertébrale. Comment reconnaître avec précision cette maladie?

Nerf pincé - qu'est-ce que c'est?

Le pincement peut se produire dans n'importe quel nerf de notre corps. Lorsque le tissu environnant modifié (inflammation, tumeurs, etc.) appuie sur les terminaisons nerveuses, ils transmettent constamment des sensations douloureuses. Même si le nerf est sain, le patient ressentira une douleur intense. Et avec une longue absence de traitement, le nerf est souvent enflammé, ce qui entraîne une douleur insupportable constante.

Le nerf sciatique est le plus gros nerf du corps humain formé par la fusion de plusieurs racines L4-S3 dans le bas du dos - la colonne lombo-sacrée, puis va à la fesse, le long de l'arrière de la cuisse et au bas de la jambe. Par conséquent, une défaite même dans une zone entraînera des douleurs dans tout le membre. Et avec une maladie de la course à pied, la sensibilité et la mobilité commencent à se perdre, ce qui est particulièrement désagréable si les deux jambes sont affectées.

Causes possibles d'écrasement

Le nerf peut être affecté à n'importe quel niveau de son emplacement. Cela peut se produire pour plusieurs raisons:

  • La hernie intervertébrale est la cause la plus fréquente. Même une légère déformation de l'anneau fibreux peut pincer les racines nerveuses formant le nerf sciatique;
  • Ostéochondrose, courbure de la colonne vertébrale, excroissances osseuses marginales des corps vertébraux;
  • Déplacement des vertèbres (listez) après des blessures au dos et à la suite de processus dégénératifs;
  • Néoplasmes de la colonne vertébrale, du bassin, de la région fessière;
  • Maladie inflammatoire pelvienne
  • Thrombose des vaisseaux voisins;
  • Inflammation musculaire et œdème: après hypothermie, traumatisme, effort physique excessif;
  • Syndrome de Piriformis;
  • Grossesse dans laquelle l'utérus avec le fœtus met trop de pression sur les tissus adjacents.

La maladie peut se développer plus rapidement en raison de l'obésité et d'un manque de minéraux et dans le contexte de troubles endocriniens tels que le diabète. De plus, le nerf sciatique peut être endommagé après des infections et des empoisonnements..

Symptômes du nerf sciatique pincé

Le principal symptôme de lésion du nerf sciatique sera la douleur. À ce stade, il est très difficile de déterminer correctement la cause de la maladie, mais il est nécessaire de le faire: si vous la démarrez, le traitement et la rééducation prendront beaucoup plus de temps.

Ce qui indique le stade initial du pincement?

  • Dessin ou douleur brûlante, qui ne capture qu'une partie du bas du dos, des fesses, de l'arrière de la cuisse;
  • Sensation de chair de poule;
  • Gêne accrue lors d'un changement de position, rires, toux, mouvements brusques.
  • Inconfort et douleur en position assise et en se penchant en avant.

Au stade initial de la maladie, il est peu probable que vous prêtiez attention à ces symptômes. Ils seront subtils, la douleur diminuera périodiquement. La chair de poule et l'engourdissement peuvent être attribués à une position inconfortable.

Une nature complètement différente des symptômes se manifeste aux stades ultérieurs. C'est à ce stade que la plupart des patients ressentent une gêne avec une longue immobilité et des douleurs aiguës périodiques dans la jambe. Si vous ne commencez pas à combattre la maladie à ce stade, les symptômes apparaîtront plus graves:

  • Sensation de brûlure intense de la peau et des couches profondes des muscles de l'arrière de la jambe,
  • Restriction dramatique de la mobilité des jambes et du bas du dos,
  • Faiblesse de la jambe affectée,
  • Dans certains cas, les patients notent une rougeur ou un blanchiment de la zone des jambes avec une augmentation ou vice versa une diminution de la transpiration dans cette zone.

De plus, si pincé a causé une autre maladie, ses symptômes se manifesteront également pleinement. C'est pourquoi la maladie passe souvent inaperçue: dans le contexte d'une hernie ou d'une fracture, l'engourdissement et la rougeur des jambes ne sont qu'un autre symptôme qui n'est ni grave ni digne d'attention..

Que peut-on faire lors d'une attaque de la maladie?

Si la douleur provoquée par le pincement survient soudainement, vous pouvez soulager votre état avec une thérapie à domicile:

  • Choisissez la position du corps où le syndrome douloureux sera le moins exprimé, généralement sur le dos ou sur le côté sain avec une jambe droite dans laquelle la douleur est ressentie.
  • Limitez l'activité motrice.
  • Vous pouvez prendre des analgésiques: sous forme de comprimés ou de pommades pour le broyage (en l'absence de contre-indications).

En cas de douleur insupportable, appeler les soins médicaux d'urgence.

N'oubliez pas qu'il est impossible de guérir le pincement à la maison: même si le symptôme est arrêté, la maladie ne disparaîtra pas. Donc, après avoir retiré l'exacerbation, vous devrez consulter un neurologue.

Ce qui ne peut pas être fait avec une exacerbation du pincement?

Il n'est pas recommandé de bouger activement: en cas de douleur intense, il est nécessaire de limiter au maximum l'activité motrice. En cas de suspicion d'inflammation, vous ne pouvez ni réchauffer ni frotter la plaie. Essayez de dormir sur un matelas dur de votre côté à ce moment. Et, bien sûr, vous ne devez pas prendre de médicaments sur ordonnance et d'anti-inflammatoires sans la recommandation d'un médecin.

Diagnostic et traitement

Pour poser un diagnostic, un neurologue nécessite, en plus d'un examen visuel, un examen plus complet. Il peut comprendre:

  • Radiographie du bas du dos et des os du bassin,
  • Échographie pelvienne,
  • Imagerie par résonance magnétique ou calculée de la zone affectée,
  • Test sanguin général et biochimique.

Avec leur aide, le médecin sera en mesure d'établir la cause du pincement, d'examiner la zone touchée dans tous les détails et de connaître la présence du processus inflammatoire. Si nécessaire, il peut prescrire une échographie de la zone touchée et ENMG - une étude des nerfs en utilisant les réponses aux impulsions électriques. Cela aidera à comprendre exactement où le nerf est affecté..

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les relaxants musculaires, un complexe de vitamines B sont utilisés pour le traitement. Avec une douleur insupportable qui ne peut pas être éliminée avec un traitement complexe, vous pouvez mettre un blocus. La physiothérapie et la thérapie par l'exercice se sont avérées excellentes..

Si nécessaire, le médecin peut prescrire des complexes vitaminiques supplémentaires, des analgésiques, des antioxydants. Et en parallèle avec la suppression des symptômes de pincement, il y aura une lutte contre la maladie avec laquelle elle a été provoquée. Ainsi, vous pouvez vaincre la maladie beaucoup plus rapidement et retrouver une bonne santé sans la menace de rechute.

Nerf sciatique pincé: symptômes et traitement. Pincements du nerf sciatique

Le nerf sciatique commence par le lombo-sacré, puis, en descendant la jambe, il est divisé en nerfs tibial et péronier. Lorsque le nerf sciatique est pincé, le patient ressent une douleur intense et un inconfort dans les deux jambes. Cela conduit au fait qu'une personne ne peut pratiquement pas bouger, ressent un inconfort aigu. Les symptômes et le traitement des pincements du nerf sciatique, des injections et d'autres méthodes seront discutés ci-dessous..

Nature du problème

Le pincement est une lésion des racines des nerfs rachidiens située dans la colonne lombo-sacrée. La maladie est souvent appelée sciatique ou rhumatisme. La pathologie est assez courante et survient chez 15 à 20% des personnes de plus de 40 ans. Le principal signe de pincement est la douleur, qui est initialement localisée dans la fesse puis se propage à l'arrière de la jambe.

Cette douleur peut être de deux types - superficielle et profonde:

  1. Une douleur superficielle ou dysesthésique survient en cas de lésion des petites fibres nerveuses. Par nature, la douleur peut être décrite comme une douleur due à une brûlure ou à une décharge électrique, brutale, brûlante ou tirante..
  2. Une douleur profonde ou troncale se développe lors de la compression de la racine vertébrale. Ce type de sensation peut être caractérisé comme une douleur douloureuse, tiraillante et coupante.

Les causes

Lorsque le nerf sciatique est pincé, les symptômes et le traitement (injections ou comprimés) sont interconnectés. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une pathologie peut se développer, mais les principales sont:

  1. Hernie discale.
  2. Lésions vertébrales vertébrales.
  3. Ostéochondrose lombaire, qui s'étend jusqu'à la région sacrée.
  4. Diverses formations se développant dans la région de la colonne vertébrale et du nerf sciatique.
  5. Haltérophilie et autres efforts physiques intenses.
  6. Inflammation dans les organes pelviens.
  7. Un abcès dans le nerf sciatique.
  8. Sclérose en plaques.
  9. Tuberculose des os, rubéole, paludisme et autres maladies infectieuses.
  10. Thrombose.
  11. Hypothermie lombaire.
  12. Inflammation des muscles situés dans les fesses.
  13. Grossesse. En raison de la croissance constante du fœtus, l'utérus commence à exercer une pression sur les organes voisins, ce qui peut altérer la colonne nerveuse.

En plus des principales raisons, il existe un certain nombre de facteurs qui peuvent provoquer un pincement ou une inflammation du nerf sciatique:

  1. en surpoids.
  2. Diabète, goutte.
  3. Carence en vitamines et minéraux.
  4. Intoxication du corps due à l'empoisonnement par les dérivés de l'éthanol, en particulier avec l'abus d'alcool, et les sels de métaux lourds.
  5. Éruptions herpétiques localisées précisément dans la zone du nerf sciatique.
  6. Un mode de vie sédentaire, principalement parmi les travailleurs qui sont dans la même situation depuis longtemps - les conducteurs ou les personnes qui travaillent constamment sur un ordinateur.

Symptômes

Le principal symptôme est la douleur, qui part du bas du dos, descend jusqu'aux fesses et plus loin à l'arrière de la jambe jusqu'au mollet. Le pincement ne se produit généralement que d'un côté, très rarement la pathologie affecte les deux nerfs à la fois. En plus de la douleur, il existe un certain nombre d'autres symptômes caractéristiques du pincement du nerf sciatique:

  1. Sensation de brûlure sur toute la longueur du nerf, tandis que le patient ressent une douleur comme une brûlure thermique.
  2. Lorsque le nerf sciatique est pincé, l'engourdissement de la jambe est également l'un des symptômes caractéristiques. Peu de temps avant l'engourdissement, le patient présente une faiblesse sévère dans la jambe affectée.
  3. Pendant les signes douloureux de pincement, des picotements de la jambe affectée peuvent survenir..
  4. Chez les hommes, une attaque de pincement du nerf sciatique selon les symptômes ressemble à une exacerbation de la prostatite, tandis que la douleur et l'inconfort surviennent dans la région pelvienne.
  5. Les symptômes de pincement du nerf sciatique sont aggravés en position assise ou lorsque le patient essaie simplement de s'asseoir.
  6. Pendant le pincement, la fonctionnalité du genou, des pieds et des phalanges des orteils est altérée. Des difficultés de mouvements apparaissent, boiterie sur la jambe affectée, le patient ne peut pas rester longtemps au même endroit.
  7. Souvent, lors du pincement, une transpiration sévère des jambes peut être observée..
  8. En éternuant, en toussant et en tension musculaire, la douleur s'intensifie.
  9. Une augmentation de la température corporelle, mais pas plus de 38 ° C.
  10. Dans les cas graves, l'incontinence urinaire, la constipation et l'immobilisation complète du patient peuvent survenir.

Diagnostique

Si vous soupçonnez un pincement, vous devez immédiatement contacter un neurologue. Pour établir un diagnostic, il suffit au médecin d’écouter les plaintes du patient et d’évaluer l’état en fonction des syndromes Legas, Bonnet et Sikar:

  1. Syndrome de Legas. Il est difficile pour un patient de lever sa jambe en étant allongé sur le dos.
  2. Syndrome de Bonnet. Le patient a du mal à s'asseoir avec la jambe tendue.
  3. Syndrome de Sikar. En raison d'une douleur accrue, le patient ne peut pas plier le pied dans le dos.

Afin d'établir la cause du développement du pincement du nerf sciatique, des examens supplémentaires sont nécessaires:

  1. À l'aide d'une radiographie, il est possible de confirmer ou de réfuter les modifications osseuses de la colonne vertébrale, ainsi que de détecter l'ostéochondrose, la sténose et le spondylolisthésis.
  2. La tomodensitométrie permet de voir la courbure de la colonne vertébrale. S'il existe des contre-indications à la TDM, il est recommandé de la remplacer par une imagerie par résonance magnétique.
  3. L'examen échographique permet de déterminer la présence d'une hernie intervertébrale.
  4. En cas de suspicion de tumeur maligne, une radioisotope de la colonne vertébrale est effectuée..
  5. Test sanguin général et biochimique.

Premiers secours

Lorsque le nerf sciatique est pincé, les symptômes et le traitement (injections et autres méthodes) sont déterminés par le médecin, mais les parents doivent fournir les premiers soins. Si vous suspectez, vous devez immédiatement appeler l'ambulance. Avant l'arrivée du médecin, vous devez essayer d'atténuer l'état du patient:

  1. Le patient doit être rassuré et posé sur une surface plane, tandis qu'il doit prendre la position dans laquelle il sera à l'aise, avant l'arrivée d'un spécialiste.
  2. S'il n'y a pas de contre-indications, vous devez immédiatement utiliser des anti-inflammatoires: Ibuprofène, Nise, Diclofénac. Lorsque le nerf sciatique est pincé, ces médicaments ont à la fois des effets anti-inflammatoires et analgésiques.
  3. Si possible, ne déplacez pas le patient si cela lui cause une douleur et un inconfort importants, car cela peut entraîner une compression du nerf et provoquer le développement d'un œdème..

Thérapie médicamenteuse

Le traitement et les médicaments pour pincer le nerf sciatique doivent être utilisés strictement comme prescrit par le médecin. Sinon, l'automédication peut entraîner des conséquences négatives. Le médecin doit expliquer au patient quelles injections sont administrées lorsque le nerf sciatique est pincé, quels médicaments sont utilisés par voie orale et d'autres méthodes de thérapie..

La sélection des médicaments doit être effectuée en fonction de la gravité de la pathologie, des causes de la maladie et de l'état général du patient:

  1. Avec l'inflammation du nerf sciatique, les analgésiques sont prescrits en fonction de la douleur ressentie par le patient. Fondamentalement, c'est le tramadol, le paracétamol. Les injections de kétorol sont souvent prescrites.
  2. Les glucocorticostéroïdes tels que la dexaméthasone et la prednisone ont des effets analgésiques et anti-inflammatoires..
  3. Le traitement médicamenteux pour pincer le nerf sciatique comprend l'apport de vitamines et de complexes vitaminiques, qui contribuent à l'amélioration du système nerveux. Ces médicaments comprennent les vitamines B, Combilipen, Milgamma.
  4. Relaxants musculaires et antispasmodiques - "Papavérine", "Drotavérine" - aident à soulager les spasmes lors d'une attaque.
  5. Pour contrer les processus inflammatoires, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits - Ibuprofène, Diclofénac, Indométhacine. Les médicaments non stéroïdiens ne sont utilisés que pendant l'exacerbation de la maladie et pendant la phase aiguë.

En thérapie médicamenteuse, les préparations externes sont le plus souvent utilisées pour pincer le nerf sciatique sous forme de pommades et de crèmes. Ils sont également nommés par un spécialiste. Les injections de kétorol ont également un effet positif.

Physiothérapie

Les procédures physiothérapeutiques sont efficaces pour traiter l'inflammation du nerf sciatique. Cette méthode consiste à agir sur le nerf affecté en utilisant les facteurs physiques utilisés dans la procédure - échographie, rayonnement ultraviolet et laser, électrophorèse.

Avec la physiothérapie, le syndrome douloureux est éliminé, le gonflement diminue, l'apport sanguin à l'organe affecté s'améliore. Les procédures physiothérapeutiques peuvent être effectuées à la fois en rémission et lors d'exacerbations de la maladie..

Physiothérapie

Lorsque le nerf sciatique est pincé, les symptômes et le traitement (par des injections ou d'autres méthodes) sont interconnectés. Vous pouvez également utiliser les exercices. Il est important de se rappeler que tous les exercices inclus dans le complexe d'exercices de physiothérapie ne peuvent être effectués qu'en état de rémission:

  1. Allongez-vous sur le dos au sol et appuyez-vous contre le mur avec vos pieds, tandis que l'angle doit être de 90 °. Il faut au moins dix minutes pour être dans cette position. Exercice pour effectuer deux fois par jour.
  2. Assis sur vos talons, essayez de pousser vos bras derrière votre dos autant que possible, puis revenez à votre position de départ.
  3. Allongé sur le sol, pliez vos genoux, tout en expirant, saisissez vos genoux avec vos mains et en inspirant, appuyez-les sur votre front.
  4. Squats avec les jambes écartées à la largeur des épaules.
  5. "Vélo" - vous devez commencer l'exercice lentement, en l'augmentant progressivement.
  6. Rotation de la hanche. Vous devez effectuer l'exercice lentement et en douceur, sans faire de mouvements brusques..
  7. Marcher sur les fesses - vous devez avancer et reculer.

Traitement avec des remèdes populaires

La thérapie avec la médecine traditionnelle dans le traitement du pincement du nerf sciatique peut être utilisée en combinaison avec des médicaments et de la physiothérapie. Avant d'utiliser des méthodes alternatives, vous devez d'abord consulter votre médecin:

  1. Radis noir et miel. L'utilisation de cet outil élimine efficacement la douleur. Pour le préparer, il faut rincer, peler et moudre un radis noir de taille moyenne. De la bouillie résultante, vous devez presser le jus et le mélanger avec du miel dans un rapport de 3: 1. Avec le produit fini, frottez la zone affectée plusieurs fois par jour jusqu'à disparition complète de la douleur.
  2. Infusion de tremble. L'outil aide à soulager la douleur intense et restaure les tissus endommagés. Pour vous préparer, vous devez moudre plusieurs feuilles de tremble et préparer une cuillère à soupe par litre d'eau bouillante. Vous devez insister sur le médicament pendant une heure, puis filtrer et boire toute la journée. La perfusion doit être prise à jeun.
  3. La farine de seigle. Une compresse est préparée à partir de ce produit, qui ne doit être appliquée que pendant la période de rémission. Ajoutez un peu d'eau à une petite quantité de farine et faites une pâte, roulez dans un gâteau et attachez à la zone affectée, recouvrez d'une pellicule plastique sur le dessus et enveloppez-vous dans quelque chose de chaud. Cette compresse anti-inflammatoire peut se tenir toute la nuit..
  4. Bain en pin. Le traitement avec des bains de conifères n'est pas recommandé pendant les exacerbations, seulement pendant la rémission. Pour la cuisson, vous devez mettre les jeunes pousses d'aiguilles de pin ou d'épinette dans 5 litres d'eau et faire bouillir pendant une demi-heure. Après l'heure fixée, le produit doit être refroidi et filtré, puis versé dans un bain d'eau tiède. Allongez-vous dans un bain de conifères pendant au moins 30 minutes. La procédure doit être effectuée quotidiennement jusqu'à ce que la douleur et l'inflammation soient complètement arrêtées..

Conséquences et prévisions possibles

Un accès rapide à un médecin et une thérapie adéquate garantissent une guérison complète de la maladie. Si le traitement n'est pas commencé à temps, cela peut entraîner les conséquences négatives suivantes pour le patient:

  1. Douleur intense, qui au fil du temps est plus difficile à arrêter. En raison d'une douleur intense et prolongée, le sommeil peut être perturbé et l'insomnie peut commencer..
  2. Irrégularités menstruelles. Dans les cas plus graves, la pathologie peut conduire à l'infertilité..
  3. Parésie ou immobilisation complète du patient.
  4. Difficulté à vider la vessie et à déféquer.

La prévention

Comment traiter le nerf sciatique (avec des médicaments et d'autres méthodes) est compréhensible, mais qu'en est-il de la prévention? Les mesures préventives pour prévenir le développement du pincement du nerf sciatique comprennent un certain nombre de recommandations qui doivent être suivies même si la maladie se fait encore sentir. Ainsi, le développement d'exacerbations et de complications peut être évité:

  1. Il est nécessaire de traiter en temps opportun toutes les maladies infectieuses et les maladies de la colonne vertébrale.
  2. Ne pas trop refroidir et éviter un effort physique intense.
  3. Essayez d'éviter toutes sortes de blessures et de blessures au dos et à la colonne vertébrale..
  4. Dormez uniquement sur des surfaces dures.
  5. En position assise, assurez-vous que votre posture est de niveau..
  6. Ne restez pas assis pendant plusieurs heures dans une même pose, toutes les heures ou demie dont vous avez besoin pour vous lever et vous réchauffer.
  7. Nageant dans la piscine. Cependant, il est important de se rappeler que pendant les exacerbations, l'entraînement en piscine est mieux retardé..

Lors du pincement du nerf sciatique, le traitement (avec des médicaments et d'autres méthodes) doit être sélectionné par un médecin. La pathologie peut être facilement éliminée si la thérapie est sélectionnée correctement et en temps opportun. L'automédication du pincement peut entraîner des complications et des conséquences désagréables, il est donc très important de consulter un spécialiste si les premiers symptômes de la maladie surviennent. Le médecin doit réfléchir aux injections effectuées lorsque le nerf sciatique est pincé.

Nerf sciatique sciatique

La sciatique est parfois également appelée radiculite lombo-sacrée - une maladie neurologique chronique dans laquelle le nerf sciatique passant à travers la fesse et la jambe est comprimé. Cela s'accompagne de douleurs intenses et d'un certain nombre d'autres troubles. Elle peut survenir à tout âge chez les personnes des deux sexes, on la retrouve souvent chez la femme enceinte, mais elle est le plus souvent diagnostiquée chez la personne de 40 à 60 ans. Bien que la sciatique ne soit pas mortelle, elle peut considérablement réduire la qualité de vie et priver une personne de sa capacité de travail. Par conséquent, lorsque les premiers signes se produisent, vous devez contacter un neurologue et commencer immédiatement le traitement. Dans ce cas, il sera aussi simple que possible, efficace et éliminera rapidement à la fois les signes de la maladie et les causes de son apparition..

Qu'est-ce que la sciatique

La sciatique est une maladie non inflammatoire qui se produit en raison de la compression du nerf sciatique dans n'importe quelle zone. Le concept de sciatique du nerf sciatique n'est utilisé ni dans la littérature ni dans la vie quotidienne, car le terme sciatique est utilisé uniquement pour décrire les cas de compression du nerf sciatique et aucun autre.

Le nerf sciatique lui-même est apparié et représente l'un des nerfs les plus gros du corps humain. Ses deux branches commencent au niveau du plexus du nerf sacré, situé à proximité immédiate des vertèbres et du sacrum, et passent symétriquement le long des fesses, descendent le long de l'arrière des cuisses et atteignent le bas des jambes.

Le plexus du nerf sacré est formé par des nerfs étroitement entrelacés passant des deux côtés de la colonne vertébrale depuis son côté externe.

Dans la partie supérieure du tibia, le nerf sciatique est divisé en 2 grandes branches: fibulaire et tibiale. Ils passent le long de la surface arrière de la jambe inférieure à droite et à gauche..

Ainsi, les nerfs sciatiques sont assez longs, de sorte que la sciatique peut provoquer une grande variété de raisons différentes. Et selon l'endroit où la fibre nerveuse a été compressée, il existe 3 types de sciatique:

  • supérieure - la compression subit un cordon ou des racines vertébrales au niveau des vertèbres lombaires de la colonne vertébrale;
  • moyenne (plexite) - le nerf sciatique est pincé dans le plexus du nerf sacré;
  • inférieur - une atteinte de la fibre nerveuse est observée sur n'importe quelle partie de celle-ci sur toute la longueur de la fesse au pied.

Le plus souvent, c'est la sciatique inférieure, souvent appelée névrite. Mais puisque le dernier terme décrit les lésions nerveuses inflammatoires, son utilisation comme synonyme de sciatique n'est pas entièrement correcte. En effet, avec la sciatique, la douleur est causée uniquement par la compression du nerf dans une zone particulière, tandis qu'avec la névrite, elle peut être impliquée dans le processus inflammatoire ou être contenue par les tissus hyperémiques.

Ne laissez pas le cours de la maladie dériver. La non-ingérence et l'ignorance des symptômes de la sciatique sont lourdes de survenue de changements graves dans les membres inférieurs, ce qui peut finalement entraîner une perte de capacité de travail, la capacité de prendre soin de soi et un handicap.

Les causes

La compression du nerf sciatique peut être observée dans une masse de cas différents. Cela peut se produire lorsque des blessures aux jambes, au bassin et au dos, pendant la grossesse, une immobilité prolongée, une atteinte nerveuse par des cordes fibreuses ou des néoplasmes, etc..

Le plus souvent, la sciatique devient une complication de diverses maladies de la colonne vertébrale, notamment:

  • ostéochondrose de la colonne lombaire - la dégénérescence des grands disques intervertébraux de la colonne lombaire est la principale condition préalable au développement d'autres maladies de la colonne vertébrale et à une altération des fibres nerveuses de différentes tailles;
  • la formation de hernies intervertébrales est la complication la plus courante de l'ostéochondrose, se manifestant par une protrusion du disque, ce qui entraîne une compression et des dommages aux racines vertébrales;
  • spondylolisthésis - déplacement des vertèbres par rapport au sous-jacent d'une quantité différente, ce qui peut provoquer une atteinte des racines nerveuses;
  • syndrome des facettes - les fibres nerveuses sont atteintes dans les ouvertures naturelles étroites de la colonne vertébrale en raison de la déformation des vertèbres, de la formation d'ostéophytes ou de l'apparition d'autres troubles.

La sciatique est également une cause fréquente de spasme situé dans la fesse du muscle piriforme. Au fur et à mesure que le nerf sciatique le traverse, une augmentation de son tonus entraîne un étirement et une irritation de la fibre nerveuse, qui réagit immédiatement par une douleur intense.

D'autres conditions préalables au développement de la sciatique comprennent:

  • activité physique excessive;
  • les tumeurs vertébrales d'une nature différente des hémangiomes aux tumeurs malignes;
  • arthrite;
  • thrombose des vaisseaux sanguins;
  • l'hypothermie et le développement de processus inflammatoires dans les structures anatomiques adjacentes à la colonne vertébrale au niveau de la région lombo-sacrée;
  • maladies gynécologiques et autres maladies infectieuses, y compris la grippe, la tuberculose, la fièvre typhoïde, la septicémie (les toxines sécrétées affectent les membranes du nerf sciatique);
  • déformations vertébrales (scoliose, etc.).

Symptômes

En règle générale, le développement de la sciatique se produit progressivement. Les premiers signes sont un léger inconfort et sont souvent perçus par les gens comme une manifestation de fatigue banale après avoir effectué un travail physique. Initialement, il peut y avoir une légère douleur dans la région lombaire, ce qui donne à la fesse. Cela provoque un léger inconfort dans la jambe le long de l'arrière de la cuisse.

La conviction des patients que ces symptômes sont le résultat d'un surmenage et le fait qu'ils surviennent principalement après un effort physique et disparaissent sans laisser de trace après un court repos est enracinée chez les patients. Une condition similaire peut persister plusieurs années et est déjà perçue par le patient comme la norme.

Mais tôt ou tard, soulever un objet trop lourd, l'hypothermie ou tout simplement un mouvement imprudent provoque une attaque. Une personne est contrainte par la douleur. Il interfère avec la mobilité normale et s'accompagne souvent de symptômes autonomes et neurologiques..

Un signe spécifique de sciatique est une douleur unilatérale affectant une seule des fesses et des jambes. En raison de la progression des changements pathologiques, elle se différencie de plus en plus en fonctionnalité et même en apparence d'une jambe saine: elle est froide au toucher, sensiblement moins saine, la peau est pâle ou rouge, sèche, squameuse.

La nature des troubles dépend directement de la fibre nerveuse sciatique qui souffre de l'infraction: motrice ou sensorielle. Ainsi, les patients peuvent souffrir de:

  • diminution de la sensibilité cutanée du membre inférieur affecté, parfois, au contraire, il y a une sensibilité accrue du bord extérieur du pied;
  • faiblesse musculaire dans les jambes et les pieds;
  • changements dans la nutrition des tissus, ce qui entraîne une pâleur de la peau, son amincissement;
  • troubles des organes pelviens, qui peuvent s'accompagner d'une perte de contrôle du processus de miction et de défécation;
  • troubles intestinaux, etc..

Pour la sciatique, un cours paroxystique typique avec des exacerbations périodiques.

Les manifestations de la maladie peuvent varier en degré d'intensité et en nature. Dans certains cas, la douleur aiguë apparaît au premier plan, dans d'autres, les patients se plaindront davantage de la limitation de la mobilité ou d'autres symptômes, ne mentionnant la douleur qu'en passant. Ainsi, la sciatique peut se manifester à divers degrés de douleur, de troubles moteurs, sensoriels et neurologiques. Nous analyserons plus en détail chaque groupe de symptômes séparément..

Douleur sciatique

La nature de la douleur dans l'atteinte du nerf sciatique peut être différente. Pendant l'attaque, ils sont tranchants, puissants, brûlants et tirants. Les patients les décrivent comme un couteau, un choc électrique. Littéralement, tout mouvement ou changement de position corporelle est extrêmement douloureux, et se pencher ou s'asseoir entraîne une exacerbation soudaine du syndrome douloureux. Souvent, la douleur ne disparaît pas même en position couchée.

Dans la sciatique chronique, la douleur peut ne pas être aussi intense. Souvent, ils tirent, font mal, sont constamment présents ou apparaissent après un effort physique. Comme pour une attaque, ils ont tendance à s'intensifier lors de la flexion, en levant la jambe ou en position assise ou debout prolongée.

Avec la sciatique, l'épicentre de la douleur est situé dans la colonne lombo-sacrée ou directement dans la zone où le nerf sciatique est pincé. Mais une caractéristique typique de la maladie est la propagation de la douleur le long du nerf, c'est-à-dire le long de la fesse, de l'arrière de la cuisse, du bas de la jambe et parfois même jusqu'aux orteils. Pour réduire la douleur, une personne prend une position forcée du corps. Il se penche en avant et sur le côté..

Lorsque vous essayez de tourner vers l'intérieur la jambe pliée à la hanche et au genou, une douleur aiguë se produit dans la fesse.

Troubles moteurs et sensoriels

Le nerf sciatique est formé de fibres sensorielles et motrices. Il est chargé d'assurer la sensibilité et la mobilité des muscles de l'arrière des jambes. Par conséquent, avec sa compression, la survenue de troubles moteurs et sensoriels est possible. Ils peuvent se manifester à des degrés divers, être associés à de la douleur ou être isolés. Dans la plupart des cas, un ou plusieurs des symptômes suivants sont présents. Les combinaisons peuvent être différentes, par conséquent, chez différents patients atteints de sciatique, rarement le tableau clinique coïncide complètement:

  • diminution de la sensibilité cutanée le long de la surface latérale et postérieure du bas de la jambe et tout au long du pied;
  • la présence de picotements, d'engourdissement, une sensation de fourmis qui courent;
  • violation de la flexion et de l'extension des muscles de la surface postérieure de la cuisse et du bas de la jambe, ce qui affecte négativement le travail des articulations du genou et de la cheville et, par conséquent, la démarche (il semble qu'une personne ne plie pas du tout la jambe);
  • difficulté à faire des pentes;
  • faiblesse dans le pied, qui peut littéralement complètement se bloquer sur les jambes;
  • réduction de la taille musculaire due à leur atrophie progressive;
  • paralysie complète des muscles du pied et de l'arrière de la cuisse et du bas de la jambe (avec une sciatique sévère);
  • sécheresse, desquamation, amincissement, blanchiment ou, inversement, rougeur de la peau des membres inférieurs;
  • transpiration excessive;
  • amincissement et fragilité des ongles.

Au fil du temps, il devient de plus en plus difficile pour le patient de marcher, car la jambe affectée perd sa stabilité et ne peut pas remplir pleinement la fonction de soutien. Il y a une faiblesse progressive, une boiterie.

La violation de la conduction nerveuse peut entraîner une insuffisance tissulaire trophique, entraînant une ostéoporose. Dans de tels cas, des fractures se produisent souvent, même sous l'influence de facteurs normalement incapables de perturber l'intégrité des os.

L'ostéoporose est une maladie dans laquelle le tissu osseux devient poreux, perd sa force normale et devient fragile.

Symptômes - Manifestations neurologiques

Étant donné que le nerf sciatique est violé à un endroit ou à un autre, cela s'accompagne d'une violation de la conduction des impulsions nerveuses et d'une diminution de l'intensité ou d'une perte complète des réflexes. C'est la présence de tels symptômes qui aide le plus souvent le neurologue à poser le bon diagnostic..

Avec la sciatique, ils n'apparaissent pratiquement pas ou sont complètement absents:

  • Réflexe du tendon d'Achille - un coup avec un marteau ou le bord de la paume sur le tendon d'Achille lorsqu'une personne occupe une position couchée sur le ventre provoque normalement le pied à revenir à la position comme si la personne se tenait sur la pointe des pieds;
  • réflexe du genou - un coup avec un marteau ou le bord de la paume de la main à un point sous le genou conduit normalement à l'extension de l'articulation du genou si une personne s'assoit sur le bord du lit avec les jambes suspendues librement;
  • réflexe plantaire - tenir la pointe du lait ou tout autre objet contondant sur un pied détendu du talon aux doigts provoque sa flexion.

Un signe neurologique frappant de sciatique est également la survenue d'une douleur intense dans le bas du dos, les fesses et la cuisse lorsque vous essayez de lever une jambe droite en position couchée sur le dos. Lorsque vous pliez la jambe, son intensité diminue.

De plus, en certains points, le nerf sciatique passe très près de la peau: dans le pli subclinique, la surface postérieure du genou, le centre de la jambe inférieure et dans la région du tendon d'Achille. Ces points sont appelés points Valle. Par conséquent, la pression sur eux provoque une attaque de douleur en présence de sciatique.

Diagnostique

Un neurologue participe au diagnostic et au traitement de la sciatique. C'est à ce spécialiste que vous devez contacter si l'un des symptômes ci-dessus se produit. Déjà lors de la première admission, sur la base des plaintes et des examens des patients, le médecin peut soupçonner une compression du nerf sciatique. Mais pour choisir le traitement le plus efficace, vous devez savoir pourquoi cela s'est produit. A cet effet, un complexe d'études est assigné au patient, grâce auquel il est possible d'évaluer l'état des disques intervertébraux, des articulations, des os, etc..

Par conséquent, dans le cadre du diagnostic de la sciatique et des causes de son apparition, les éléments suivants sont utilisés:

  • Radiographie de la jambe, du sacrum et du bas du dos touchés - les résultats de l'étude montrent l'état des vertèbres et en partie des disques intervertébraux;
  • IRM - fournit des informations complètes sur l'état des disques intervertébraux, de la moelle épinière;
  • CT - une méthode informative qui vous permet de détecter la pathologie du sacrum, des vertèbres lombaires;
  • électroneuromyographie - fournit des données sur la qualité de la transmission des influx nerveux aux muscles des membres inférieurs et leur contractilité.

L'IRM est la méthode la plus informative dans le diagnostic des maladies du tissu cartilagineux à partir desquelles se forment les disques intervertébraux ainsi que des pathologies de la moelle épinière. C'est cette méthode qui vous permet d'examiner en profondeur les disques, d'évaluer leur taille, leur position, de détecter la moindre hernie et autres troubles.

Traitement conservateur pour la sciatique

Vous ne pouvez qu'espérer une amélioration constante de l'état et l'élimination de la douleur dans les fesses, la surface arrière de la cuisse et le bas de la jambe à condition que le facteur qui a causé le nerf sciatique ait été restreint. Sinon, toutes les tentatives pour améliorer l'état du patient seront soit futiles, soit produiront un effet doux à court terme. Le niveau actuel de développement de la médecine permet d'éliminer de manière conservatrice ou chirurgicale presque toutes les perturbations qui ont provoqué une compression du nerf sciatique. Mais plus tôt ils sont découverts et le traitement commencé, meilleur est le pronostic.

Par conséquent, les patients se voient toujours prescrire un traitement complexe, composé d'une thérapie symptomatique et étiotrope, sélectionné en fonction des causes découvertes du développement de la sciatique. Ainsi, il est possible d'améliorer l'état du patient et d'éliminer le risque de récidive de la maladie..

Dans la plupart des cas, une thérapie conservatrice est initialement prescrite. Ce n'est que dans les cas particulièrement négligés où des pathologies sévères de la colonne vertébrale sont détectées, que le patient est immédiatement recommandé pour la chirurgie. Dans le cadre d'un traitement conservateur, les patients sont prescrits:

  • thérapie médicamenteuse;
  • physiothérapie;
  • Thérapie par l'exercice;
  • thérapie manuelle.

De plus, avec la sciatique, le port de ceintures de fixation a un effet positif sur l'état du patient..

Mais la thérapie conservatrice, malheureusement, ne donne pas toujours les résultats souhaités, et dans certains cas, il est impossible d'éliminer les causes de la sciatique de manière non chirurgicale. Ensuite, il est recommandé aux patients une intervention chirurgicale appropriée.

Thérapie médicamenteuse

Directement pour améliorer l'état du patient avec une sciatique sont prescrits:

  • Les AINS et les analgésiques non narcotiques - sont utilisés pour soulager la douleur, et les médicaments du groupe des AINS donnent en outre un effet anti-inflammatoire;
  • corticostéroïdes - sont utilisés pour éliminer les processus inflammatoires graves, pour réduire rapidement le gonflement des tissus mous causé par eux;
  • relaxants musculaires - aident à éliminer les spasmes musculaires qui se produisent en réponse à des accès de douleur et aident à briser le cercle vicieux «douleur - spasme - douleur»;
  • antioxydants, vitamines B - sont utilisés pour améliorer le trophisme des tissus et normaliser la conduction nerveuse le long du nerf sciatique, ce qui permet d'améliorer la sensibilité, d'éliminer l'engourdissement;
  • angioprotecteurs et stimulants de la microcirculation - contribuent à l'amélioration de la microcirculation, et donc à la prévention de l'atrophie musculaire et à la restauration du nerf sciatique;
  • préparations métaboliques - utilisées pour améliorer la qualité de la nutrition des fibres nerveuses et leur récupération;
  • agents topiques - onguents avec abeille, venin de serpent, autres substances chauffantes et irritantes, ainsi que contenant des AINS, aident à réduire la douleur et à stimuler la circulation sanguine locale.

Si la douleur aiguë persiste pendant le traitement conservateur ou si une nouvelle crise survient, les patients peuvent recevoir un blocage de novocaïne ou de lidocaïne. Ces procédures ne sont effectuées que dans un établissement médical, car elles nécessitent le respect des conditions de stérilité et une connaissance approfondie des compétences spéciales. Lorsque des blocages sont effectués, les anesthésiques sont injectés directement dans le faisceau nerveux. Cela empêche le passage d'impulsions nerveuses douloureuses et conduit rapidement à une amélioration. Mais le blocus n'affecte pas les causes de la douleur, mais ne les élimine que temporairement.

Dans les cas graves, lorsque la douleur n'est pas arrêtée par d'autres méthodes, des analgésiques opioïdes sont prescrits aux patients. Ils sont pris en cours de courte durée sous la supervision d'un médecin, car ils provoquent rapidement une dépendance et une toxicomanie.

La thérapie étiotrope est sélectionnée de manière strictement individuelle en fonction de la nature des pathologies détectées. Ainsi, par exemple, lors de la détection de maladies infectieuses, le traitement comprendra nécessairement des agents antibactériens et antiviraux, etc..

Physiothérapie

Avec la sciatique, les procédures physiothérapeutiques sont largement utilisées. Ils aident à activer la circulation sanguine dans la zone touchée, à réduire la gravité de la douleur, à restaurer la sensibilité et à soulager l'enflure. Les plus efficaces sont:

  • courants diadynamiques;
  • darsonvalisation;
  • thérapie au laser;
  • magnétothérapie;
  • Thérapie UV
  • thérapie par ultrasons.

Souvent avec une sciatique, l'électrophorèse est indiquée. L'essence de la méthode est la livraison de médicaments directement au bon endroit grâce au courant électrique. Cela fournit un effet thérapeutique prononcé et une amélioration rapide du patient. Par électrophorèse, des relaxants anti-inflammatoires, antispasmodiques et musculaires peuvent être introduits dans la zone de compression du nerf sciatique..

La physiothérapie pour la sciatique n'est pas le dernier rôle attribué. Un ensemble d'exercices correctement sélectionné vous permet de soulager les spasmes musculaires, d'activer les processus métaboliques et d'accélérer ainsi le processus de restauration des fibres nerveuses et d'éliminer le gonflement des tissus mous.

Le programme de thérapie par l'exercice est sélectionné individuellement pour chaque patient, en tenant compte de la nature des pathologies existantes de la colonne vertébrale. Par conséquent, seul un spécialiste peut faire face à cette tâche..

Avec la sciatique, il est recommandé d'effectuer la plupart des exercices en étant allongé sur une surface dure. Initialement, le médecin sélectionne des exercices légers et nécessite un petit nombre de répétitions. Les premiers cours se déroulent sous son contrôle, afin que le patient puisse maîtriser pleinement la bonne technique des exercices proposés et continuer à s'engager seul.

Progressivement, la complexité des exercices augmente et augmente la charge afin d'obtenir le résultat optimal. Mais cela ne peut également se faire que sous la stricte supervision d'un spécialiste..

L'exercice est nécessaire tous les jours. Les exercices sont effectués lentement, sans mouvements brusques. Et si vous ressentez de la douleur, vous devez immédiatement arrêter la séance et consulter un médecin.

Thérapie manuelle

Des séances de thérapie manuelle correctement menées augmentent l'efficacité du traitement et contribuent à l'amélioration rapide de la condition. L'utilisation de techniques spéciales de manipulation, de mobilisation, de relaxation post-isométrique et autres permet non seulement d'améliorer la circulation sanguine dans la zone touchée et de soulager les crampes musculaires, mais aussi de normaliser la position des vertèbres, d'augmenter la distance entre elles à des valeurs normales et de libérer les fibres nerveuses retenues. Cela conduit rapidement à un soulagement et à une normalisation du patient.

Mais la conduite de séances de thérapie manuelle ne peut être approuvée que par des spécialistes qualifiés, car des mouvements incorrects ou un manque de compréhension des effets sur la colonne vertébrale dans certaines maladies peuvent causer des dommages importants et provoquer le développement de complications indésirables..

La sciatique n'est pas rare pendant la grossesse. Mais étant donné que pendant cette période, l'utilisation de la plupart des médicaments est inacceptable, la thérapie manuelle est l'un des principaux moyens de soulager la douleur et d'améliorer la condition des femmes avant l'accouchement..

Chirurgie

L'opération est indiquée pour l'inefficacité de la thérapie conservatrice et la persistance de douleurs intenses qui ne peuvent pas être éliminées par des méthodes conservatrices pendant plus de 6 semaines, et également si:

  • grande hernie intervertébrale;
  • spondylolisthésis;
  • déformations rachidiennes;
  • hémangiomes, chondrome et autres tumeurs vertébrales;
  • troubles graves des organes pelviens, entraînant une incontinence urinaire ou fécale.

Dans de telles situations, une thérapie conservatrice ralentira au mieux le développement de ces pathologies, mais ne les éliminera pas complètement. Mais si, avec l'existence isolée, par exemple, d'une hernie intervertébrale, cela suffit pour améliorer l'état du patient, alors dans les cas où la présence d'une pathologie de la colonne vertébrale provoque l'ajout d'une sciatique, de telles mesures ne seront pas suffisantes.

Après tout, la raison de l'atteinte du nerf sciatique persiste, il continue de souffrir et de provoquer le tableau clinique correspondant. Par conséquent, dans de tels cas, la chirurgie est le seul moyen d'obtenir une amélioration persistante, de restaurer une qualité de vie normale et d'éliminer le risque de perte de performance.

Mais même s'il existe des preuves, la chirurgie ne peut pas toujours être effectuée. Il est contre-indiqué dans:

  • grossesse
  • maladies infectieuses et inflammatoires;
  • diabète sucré décompensé;
  • insuffisance respiratoire ou cardiaque sévère.

La chirurgie en temps opportun vous permet d'éliminer complètement les causes de la sciatique.

Traitement chirurgical de la sciatique avec hernies intervertébrales

La hernie intervertébrale est une cause fréquente de sciatique. De plus, la gravité des symptômes d'atteinte nerveuse ne dépend pas toujours de la taille de la saillie. Parfois, même de petites hernies peuvent provoquer de graves douleurs, des restrictions de mobilité et des troubles neurologiques.

Aujourd'hui, le problème de la hernie intervertébrale ne peut être complètement résolu que chirurgicalement, mais le type d'opération dépend directement de la taille, de l'emplacement et d'autres caractéristiques de la hernie. Avec une petite saillie, ils tentent de privilégier les méthodes de chirurgie percutanée: nucléoplastie et hydroplastie.

Dans les deux cas, l'essence de l'opération est la destruction d'une partie du noyau pulpeux du disque, ce qui entraîne une diminution de la taille de la hernie ou même sa rétraction inverse en raison de la création d'une pression réduite à l'intérieur du disque. Les méthodes de chirurgie percutanée impliquent l'utilisation de canules minces, dont le diamètre ne dépasse pas quelques millimètres.

Les opérations de ce type peuvent être réalisées sous anesthésie générale ou locale. Les instruments sont insérés dans le disque sous le contrôle de l'intensificateur d'image, ce qui permet au neurochirurgien de contrôler avec précision la direction et la profondeur de l'aiguille, et réduit également pratiquement la probabilité de blessure aux nerfs ou aux gros vaisseaux sanguins à 0.

Au moyen de plasma froid, d'ondes radio, d'énergie thermique du laser ou de la pression d'un liquide (lors des hydroplastiques), une partie du noyau pulpaire est détruite. Le montant de l'intervention est clairement contrôlé par le chirurgien. Après avoir obtenu l'effet souhaité, la canule est retirée et la plaie postopératoire restante ne nécessite même pas de suture. Il est fermé avec un pansement stérile et après quelques heures, le patient peut quitter la clinique et reprendre ses tâches quotidiennes.

Mais la nucléoplastie et l'hydroplastie ne sont efficaces qu'avec des hernies jusqu'à 0,7 cm.Dans d'autres cas, d'autres méthodes sont utilisées:

  • Microdisectomie - implique l'ablation d'une hernie par une incision d'environ 3 cm dans la projection du disque affecté. Pour l'opération, des outils miniatures spéciaux sont utilisés. La microdisectomie vous permet de retirer une hernie de presque n'importe quelle taille et emplacement, tandis que la petite taille de l'incision permet une rééducation facile et une récupération rapide.
  • La chirurgie endoscopique est une procédure douce pour le traitement chirurgical de la hernie intervertébrale, qui consiste à la retirer avec des outils spéciaux qui sont insérés dans le corps du patient à travers des perforations jusqu'à 1 cm de diamètre. Il est également possible de retirer presque toute hernie en utilisant la chirurgie endoscopique, mais avec son emplacement complexe, la technique est impuissante.

Chirurgie de la sciatique provoquée par un spondylolisthésis

Le traitement chirurgical est indiqué pour les spondylolisthésis, accompagné d'un décalage de la vertèbre de plus de 50% par rapport à l'axe normal. Elle peut être réalisée de deux manières, et le choix d'une méthode spécifique est basé sur les résultats de l'IRM. Mais avec la sciatique, la stabilisation de la vertèbre déplacée en position normale n'est autorisée qu'après l'ablation de la formation anatomique, provoquant une compression du nerf et le développement de symptômes neurologiques de la sciatique.

Dans presque tous les cas, la stabilisation de la vertèbre déplacée est effectuée à l'aide d'une plaque spéciale, qui est fixée avec des vis à une vertèbre saine et glissante. Cela élimine la probabilité de son déplacement répété de la position anatomiquement correcte. Mais auparavant nécessairement réalisé:

  • Discectomie - l'ablation du disque intervertébral est indiquée si une hernie intervertébrale se forme sur le fond du spondylolisthésis et affecte la racine vertébrale. Si un retrait complet du disque est nécessaire, il est remplacé par une endoprothèse ou une greffe du propre os du patient. La première option est préférable, car les endoprothèses modernes ne sont en aucun cas inférieures en fonctionnalité aux disques intervertébraux naturels.
  • Foraminotomie - réalisée lorsque le nerf est pincé dans les ouvertures foraminales de la colonne vertébrale à la suite d'une diminution de leur taille en raison de la prolifération du tissu osseux ou d'autres raisons.
  • La laminectomie est une opération radicale utilisée uniquement dans les cas extrêmes, lorsque le spondylolisthésis a conduit à une sténose du canal rachidien. Pendant la laminectomie, les structures anatomiques individuelles et les vertèbres entières peuvent être retirées. Dans ce dernier cas, la vertèbre retirée est remplacée par des implants appropriés..

Chirurgie de la sciatique provoquée par une scoliose

La déformation scoliotique de la colonne vertébrale provoque souvent une atteinte de divers nerfs et le développement de la sciatique en particulier. Par conséquent, s'il n'a pas été possible de corriger la déformation de manière conservatrice, ils ont recours à une intervention chirurgicale.

Il existe plusieurs types d'opérations effectuées dans la scoliose. La tactique spécifique de restauration de l'axe correct de la colonne vertébrale est déterminée individuellement, mais dans tous les cas, des structures métalliques spéciales sont utilisées pour fixer les vertèbres dans la bonne position. Parfois, ils impliquent de corriger la position des vertèbres après l'opération avec un serrage progressif des vis pour former un axe plus correct de la colonne vertébrale.

Mais si auparavant toutes les opérations de correction de la scoliose signifiaient de longues incisions sur presque toute la longueur de la colonne vertébrale, aujourd'hui, cela est possible même de manière mini-invasive. À la suite de l'élimination de la déformation vertébrale, les nerfs sont libérés, ce qui aide à éliminer les causes de la sciatique et à l'amélioration progressive de l'état du patient.

Prévention de la sciatique

En fait, il est beaucoup plus facile d'éviter le développement d'une sciatique que de souffrir de douleurs insupportables et d'être traité. Pour ce faire, ainsi que pour éviter une rechute de la maladie après une guérison réussie, il suffit de mener une vie saine et de suivre des règles simples:

  • maintenir le niveau d'activité physique à un niveau optimal (la marche quotidienne, les exercices du matin et la visite de la piscine 2 à 3 fois par semaine suffisent pour maintenir un tonus musculaire normal et améliorer l'état de tout le corps);
  • faites des pauses toutes les heures avec un travail sédentaire et utilisez un corset orthopédique, si nécessaire, asseyez-vous longtemps;
  • acheter un matelas orthopédique qui ne se pliera pas sous le poids corporel;
  • observer la bonne technique pour soulever des objets lourds: les jambes pliées aux genoux et le dos droit;
  • renoncer à un effort physique intense;
  • normaliser l'alimentation et éviter de trop manger.

Ainsi, faire face à la sciatique, améliorer la qualité de vie et éviter le risque de perte de capacité d'autosoins peuvent se faire à presque tous les stades de développement. Mais il est beaucoup plus facile de le faire lorsque les premiers symptômes apparaissent. Sinon, la probabilité d'une intervention chirurgicale est très élevée.