Une description complète de la polyarthrite articulaire: causes, symptômes et traitement

  • Arthrose

À partir de cet article, vous découvrirez les types de polyarthrite, le type de maladie, ses causes. Symptômes et traitement, signes, diagnostic de pathologie.

L'auteur de l'article: Nivelichuk Taras, chef du département d'anesthésiologie et de soins intensifs, expérience professionnelle 8 ans. Enseignement supérieur dans la spécialité "Médecine générale".

Polyarthrite - inflammation simultanée d'au moins 5 articulations. Il existe différents types de polyarthrite (rhumatoïde, psoriasique, goutteuse), leur symptôme courant est la douleur dans différentes articulations.

Types de polyarthrite sur l'exemple des articulations des mains. cliquez sur la photo pour l'agrandir

Les changements qui surviennent dans le corps atteint de polyarthrite, leur danger et leur pronostic de guérison dépendent du type de pathologie (la cause de l'inflammation de nombreuses articulations), ainsi que de sa gravité.

  • Certains types de polyarthrite (par exemple, si la cause de la maladie est une réaction du corps à une infection virale) peuvent être complètement guéris, ou même une telle pathologie disparaît complètement d'elle-même.
  • D'autres - par exemple, l'arthrite goutteuse - peuvent être traités avec succès avant une rémission persistante..
  • La polyarthrite rhumatoïde et psoriasique est incurable; un traitement à vie est nécessaire.

Selon le type de pathologie, les rhumatologues et les traumatologues peuvent y faire face.

Quelle est la différence entre la polyarthrite et l'arthrite

La séparation de la polyarthrite et de l'arthrite ordinaire est plutôt arbitraire. Il est basé principalement sur le nombre d'articulations enflammées:

  • la polyarthrite est la défaite d'au moins 5 articulations;
  • moins d'inflammation est l'arthrite.

Polyarthrite

L'inflammation d'un grand nombre d'articulations indique un problème systémique dans le corps. Il est caractéristique de maladies telles que:

  1. La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune systémique avec une lésion primaire de petites articulations. cliquez sur la photo pour l'agrandir
  2. Lupus érythémateux disséminé - une maladie du tissu conjonctif avec des dommages aux petites articulations des mains et des poignets, de la peau, des cheveux et des ongles, du cœur, des reins et du système nerveux.
  3. Arthrite réactive - inflammation des articulations après une maladie infectieuse.

* La maladie auto-immune est une condition dans laquelle les anticorps sont synthétisés contre les propres cellules du corps et la destruction des tissus se produit..

Arthrite

L'inflammation de 1 à 4 articulations est plus caractéristique de ces conditions:

  • arthrite infectieuse - inflammation de l'articulation due à la pénétration de bactéries et de champignons dans sa cavité;
  • la goutte est un trouble métabolique dans lequel des sels d'acide urique se déposent dans les tissus et des tofus (nœuds) se forment; la maladie s'accompagne de lésions des articulations des membres, des reins;
  • Maladie de Lyme - lésions des articulations, des yeux, du cœur et du système nerveux résultant d'une piqûre de tique et de la pénétration de bactéries du genre Borrelia dans le corps.

Cependant, de nombreuses maladies peuvent provoquer à la fois l'arthrite et la polyarthrite..

Les causes de la polyarthrite

La polyarthrite peut être le signe d'un certain nombre de maladies qui sont auto-immunes, infectieuses, endocriniennes, oncologiques et autres.

Ces maladies, en plus de l'inflammation de nombreuses articulations, peuvent avoir d'autres manifestations..

Causes possibles de polyarthrite dans les groupes.

1. Infections virales

  • Entérovirus - agents responsables de la poliomyélite, de la pneumonie virale et d'autres maladies qui se multiplient dans le tube digestif humain.
  • Virus Epstein-Barr - virus de l'herpès de type 4, agent causal de la mononucléose infectieuse, de la lymphogranulomatose, etc..
  • Cytomégalovirus - un représentant du groupe des herpèsvirus, l'agent causal de l'infection à cytomégalovirus.
  • Virus de l'hépatite.
  • Rubéole.
  • Rougeole.
  • VIH.

2. Arthrite spécifique infectieuse

L'arthrite spécifique infectieuse est une lésion articulaire directe avec une infection bactérienne. Ses causes immédiates:

  1. Infection gonococcique.
  2. Infection staphylococcique.
  3. Streptocoque.

3. Arthrite réactive

Arthrite réactive - polyarthrite infectieuse non spécifique causée par diverses bactéries, champignons et virus et non associée à la syphilis, la tuberculose, la gonorrhée, la brucellose et la dysenterie.

Ses causes immédiates:

  • Campylobacter - bactérie spirale, pathogènes de la diarrhée infectieuse.
  • Chlamydia.
  • Infection gonococcique.
  • Shigella - bactérie en forme de bâtonnet, agents responsables de la shigellose (pas la dysenterie).
  • Fièvre rhumatismale (streptocoque).

4. Autres infections

  • Tuberculose.
  • Maladie de Lyme - survient après une piqûre de tique, endommage les articulations, les yeux, le cœur et le système nerveux.
  • Infection fongique.
  • Leptospirose - infection des capillaires, du foie, des reins, des muscles avec développement d'une fièvre constante (température corporelle élevée des patients avec des frissons).

5. Polyarthrite cristalline (d'échange)

  • Goutte.
  • Pseudogout - dépôt de sels de calcium dans le cartilage articulaire.
  • L'hémochromatose est un trouble métabolique dans lequel le fer se dépose dans les tissus.
  • Amylose - une violation du métabolisme des protéines, dans laquelle un complexe spécial (amyloïde) s'accumule dans les tissus.

6. Maladies rhumatologiques systémiques

  • Polyarthrite rhumatoïde - Inflammation auto-immune des petites articulations.
  • Lupus érythémateux disséminé - une maladie auto-immune, accompagnée d'une inflammation des petites articulations des mains, de la peau, du cœur, des reins et du système nerveux.
  • Dermatomyosite - dommages aux muscles, ligaments et peau avec violation de leur fonction.
  • Arthrite juvénile idiopathique - inflammation des articulations d'origine inconnue chez les enfants et les adolescents de moins de 16 ans.
  • Sclérodermie - une lésion auto-immune de la peau, des muscles, des vaisseaux sanguins, des os et des organes internes.
  • Syndrome de Sjögren - une lésion cutanée auto-immune impliquant les glandes salivaires et lacrymales.
  • Maladie de Behcet - inflammation des vaisseaux des yeux, de la peau, de la cavité buccale et des organes génitaux.
  • Fibromyalgie - Hypersensibilité à la douleur dans les muscles et les articulations.

7. Vascularite systémique (inflammation des parois des vaisseaux sanguins)

  • Schoenlein-Genoch pourpre - inflammation des petits vaisseaux de la peau, des reins, des intestins.
  • Polyartérite noueuse - inflammation des petites et moyennes artères avec formation d'anévrismes (cavités dans la paroi vasculaire).
  • Granulomatose de Wegener - inflammation des parois des petits et moyens vaisseaux des voies respiratoires, des reins et des yeux.
  • Vascularite à cellules géantes - inflammation des parois de l'aorte et des artères carotides.

8. Spondylarthropathie (inflammation chronique de la colonne vertébrale et des articulations)

  • Spondylarthrite ankylosante - inflammation des articulations de la colonne vertébrale et des articulations sacro-iliaques.
  • Arthrite psoriasique - inflammation des articulations dans le contexte du psoriasis (une maladie auto-immune chronique avec lésions cutanées).

9. Maladies endocriniennes

  • Hyperparathyroïdie - production excessive d'hormones parathyroïdiennes.
  • Hyperthyroïdie - synthèse excessive d'hormones thyroïdiennes.
  • Hypothyroïdie - une diminution de la production d'hormones thyroïdiennes.
  • Acromégalie - une augmentation de la taille des mains, des pieds et du crâne due à l'épaississement des os avec une production excessive d'hormone de croissance.

10. Autres raisons

  • Sarcoïdose - inflammation des tissus avec dépôt de nodules de granulome en eux.
  • Le syndrome de Marfan est une maladie héréditaire caractérisée par des changements dans le système musculo-squelettique, le système cardiovasculaire et l'organe de vision.
  • Polymyalgie rhumatismale - inflammation des muscles de la ceinture scapulaire et du bassin.

Sachant ce qu'est la polyarthrite, et ayant pris connaissance d'une liste incomplète de ses causes possibles, on peut imaginer à quel point il est difficile pour les médecins d'établir le bon diagnostic et de prescrire le bon traitement.

Symptomatologie

Comme déjà indiqué, la polyarthrite peut être causée par de nombreuses maladies. Chacun d'eux a des signes et des symptômes spécifiques qui distinguent une cause d'une autre..

Les manifestations les plus courantes et les plus caractéristiques de la polyarthrite:

  1. Douleurs articulaires avec ou sans inflammation.
  2. Endommager au moins 5 articulations à la fois.
  3. Rougeur de la peau sur les articulations touchées, gonflement au niveau des articulations enflammées.
  4. Rigidité du mouvement dans les articulations touchées.
  5. Augmentation de la température.
  6. Perte de poids inexpliquée, diminution de l'appétit.
  7. Fatigue et faiblesse générale, transpiration accrue.

La gravité des symptômes de la polyarthrite peut être différente - d'une légère sensation d'inconfort et une légère restriction des mouvements dans les articulations touchées à une douleur aiguë et une immobilité presque complète. Dans ce dernier cas, la polyarthrite aggrave considérablement la qualité de vie du patient..

Rougeur de la peau sur les articulations touchées, gonflement des articulations enflammées avec polyarthrite

Diagnostic de divers types de maladies

Étant donné que les symptômes de la polyarthrite peuvent être observés dans diverses maladies, d'autres signes qui apparaissent à l'extérieur des articulations touchées doivent être pris en compte.

Diagnostic différentiel des causes les plus courantes de polyarthrite:

1. Polyarthrite rhumatoïde

Petites et grandes articulations, le plus souvent les mains

2. Lupus érythémateux disséminé

Éruption cutanée faciale, ulcères buccaux

Lésion diffuse - propagation du processus pathologique à divers groupes musculaires

Douleurs musculaires, syndrome du côlon irritable

4. Spondylarthrite ankylosante

Inflammation de l'iris, inflammation des tendons, insuffisance aortique (fermeture incomplète de la valve aortique, dans laquelle il y a un écoulement de sang de l'aorte vers le ventricule gauche avec contraction cardiaque)

5. Polyarthrite psoriasique

Grandes et petites articulations

6. Polyarthrite virale

Symptômes spécifiques à la maladie

7. Arthrite goutteuse

Petites et grandes articulations

Tofus - nodules sous-cutanés durs

Calculs urinaires

Type de maladieType d'articulations touchéesManifestations extra-articulaires
Arthrite psoriasique. cliquez sur la photo pour l'agrandir

Examens de laboratoire et instrumentaux

La cause exacte de l'apparition de la polyarthrite est parfois difficile à établir, pour cela, les médecins doivent effectuer divers examens. Ils comprennent: un examen détaillé de tout le corps, un test sanguin, des tests instrumentaux.

À quoi le test sanguin fait attention:

  • indicateurs d'inflammation: protéine C-réactive, mucoprotéines, vitesse de sédimentation des érythrocytes;
  • facteur rhumatoïde - caractéristique de la polyarthrite rhumatoïde;
  • facteur d'autres anticorps antinucléaires dirigés contre les composants du noyau cellulaire;
  • niveau d'acide urique (élevé avec goutte).

L'examen instrumental peut comprendre:

  • roentgenography;
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) ou tomodensitométrie (TDM) des articulations touchées;
  • aspiration de liquide synovial (retrait de liquide de l'articulation) avec son examen de laboratoire ultérieur.

Méthodes de traitement

Le pronostic de guérison de la polyarthrite dépend de la maladie causée..

Si l'inflammation de 5 articulations ou plus est causée par la réponse du corps à une infection virale, l'état du patient s'améliore de manière indépendante dans les 6 semaines.

Mais la polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique en constante évolution qui ne peut pas être complètement guérie..

La réponse exacte à la question de savoir comment traiter la polyarthrite n'est possible qu'après avoir déterminé la cause exacte de son apparition.

Seul le médecin qui a établi et confirmé le diagnostic peut prescrire le traitement conservateur ou chirurgical approprié..

Traitement médical

Le traitement de presque tous les types de polyarthrite implique la prise de médicaments qui réduisent l'inflammation..

Les médecins peuvent prescrire des médicaments des groupes suivants.

1. Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Exemples de médicaments: aspirine, naproxène, ibuprofène, diclofénac et autres. Ils réduisent l'activité du processus inflammatoire et aident également à soulager la douleur.

L'action des AINS se développe rapidement. Les effets secondaires de ces médicaments comprennent l'indigestion, les ulcères et la gastrite..

2. Corticostéroïdes

Exemples de médicaments: prednisone, hydrocortisone, dexaméthasone. Ils réduisent l'inflammation en supprimant le système immunitaire du corps..

Corticostéroïdes pour réduire l'inflammation dans la polyarthrite. cliquez sur la photo pour l'agrandir

Un tel traitement est plus efficace si la polyarthrite est causée par des maladies auto-immunes - par exemple, le lupus érythémateux disséminé.

Les corticostéroïdes peuvent augmenter le risque d'ostéoporose, d'obésité, d'hypertension, de diabète sucré et d'affaiblissement de l'immunité..

3. Agents antirhumatismaux modificateurs de la maladie

Ce sont le méthotrexate, la cyclosporine, l'azathioprine. Ce groupe de médicaments est utilisé pour traiter la polyarthrite: rhumatoïde, psoriasique, ainsi que causée par la spondylarthrite ankylosante et le lupus érythémateux disséminé.

Ils réduisent l'inflammation et soulagent la douleur, réduisent ou préviennent les dommages aux articulations et aident également à maintenir leur structure et leur fonction. L'action de ces médicaments est basée sur la suppression des systèmes immunitaire et inflammatoire de l'organisme..

L'effet de ces médicaments se développe en quelques semaines, donc les antirhumatismaux modificateurs de la maladie ne sont pas utilisés pour soulager rapidement les symptômes de la polyarthrite - les AINS ou les corticostéroïdes sont utilisés pour cela.

Étant donné que les médicaments anti-rhumatismaux suppriment l'immunité, les patients peuvent développer des maladies infectieuses.

4. Inhibiteurs du TNF (facteur de nécrose tumorale)

Les inhibiteurs du TNF sont des molécules qui peuvent inhiber l'activité de substances qui provoquent une inflammation.

Exemples de médicaments de ce groupe: infliximab, adalimumab, étanercept. Le facteur de nécrose tumorale provoque une inflammation dans divers types de polyarthrite, et l'utilisation d'inhibiteurs du TNF supprime cette réaction..

Ils sont utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le rhumatisme psoriasique..

Les principaux effets secondaires sont des réactions d'intolérance, de la fièvre, des frissons, des maux de tête et une sensibilité accrue aux maladies infectieuses..

Traitement non médicamenteux

Si une personne présente des signes de polyarthrite, plusieurs médecins peuvent être impliqués dans son traitement. Mais le processus de guérison dépend largement du patient.

Chaque patient atteint de polyarthrite (de toute nature) a besoin de:

  1. Vivez une vie saine.
  2. Mangez bien et équilibré.
  3. Maintenir l'activité physique.
  4. Arrêtez de fumer et d'abus d'alcool.
  5. Pour faire face aux conséquences émotionnelles et psychologiques d'un problème de santé existant - vous pouvez avoir besoin du soutien de parents, amis, collègues.

Les changements positifs peuvent être motivés par la connaissance de ce qu'elle est - la polyarthrite, comment traiter cette maladie, quels sont ses symptômes et son traitement.

Un plan des changements nécessaires dans le style de vie, l'activité, l'alimentation et le travail peut aider votre médecin.

Modifications simples pour aider à faire face à la polyarthrite:

Participez à la responsabilité de votre traitement en notant les symptômes de la maladie, leur intensité et leur relation avec les médicaments

Suivre les effets secondaires des médicaments

Ces informations aideront les médecins à décider d'autres tactiques.

Contrôler la douleur et la fatigue

Il est important de ne pas laisser la douleur et la fatigue devenir accablantes

Pour soulager le syndrome de la douleur, vous pouvez combiner l'utilisation de médicaments avec des méthodes non médicamenteuses pour soulager la douleur

Pour combattre le stress, utilisez une variété de techniques de relaxation, d'activité physique, de méditation et d'autres méthodes.

Garder la forme

L'exercice est bon pour les articulations et la santé globale.

Ils aident à renforcer les muscles, à maintenir et à augmenter la mobilité, à améliorer la qualité du sommeil, à améliorer l'humeur et à réduire le poids

Équilibre entre activité physique et relaxation

Le repos est important si la maladie est à un stade aigu, c'est-à-dire que tous les mouvements dans les articulations touchées sont très douloureux et limités

Suivez les règles d'une alimentation saine et nutritive

Une alimentation saine aide à maintenir un poids corporel normal et à contrôler le processus inflammatoire.

Limitez les aliments raffinés et hautement transformés

Profitez des aliments à base de plantes riches en antioxydants et aux propriétés anti-inflammatoires.

Rendre la chambre sombre, fraîche et silencieuse

Le soir, ne consommez pas d'aliments et de boissons contenant de la caféine, évitez les activités physiques intenses, prenez un bain chaud

Remèdes populaires

De nombreux patients accordent des avantages aux remèdes populaires pour le traitement de la polyarthrite articulaire, croyant en leur sécurité et leur efficacité. À cette fin, appliquer:

  • Teinture d'alcool de châtaigne.
  • Décoction de feuilles de laurier.
  • Teinture de rein de tremble.
  • Solution à usage externe à base de térébenthine, de jaune d'oeuf et de vinaigre.
  • Jus de radis, miel et vodka.
Teintures d'alcool de châtaigne pour le traitement de la polyarthrite

Recettes de remèdes populaires, posologie, durée d'administration.

Regardons des exemples de deux recettes:

1. Teinture d'alcool de châtaignes

  • Prendre 50 g de peaux de châtaignes, hacher finement.
  • Ajouter 500 ml de vodka à 40%.
  • Laisser dans un endroit sombre, sec et frais pendant 2 semaines..

Prendre 1 semaine de 30 gouttes, dissolvant dans l'eau (100 ml) 3 fois par jour avant les repas.

2. Une décoction de feuilles de laurier

  1. Prendre 5 feuilles de laurier broyées.
  2. Ajoutez 300 ml d'eau bouillante..
  3. Faire tremper dans un bain-marie pendant 5 minutes.
  4. Insister dans un thermos pendant 5 heures.

Buvez tout le bouillon cuit pendant 12 heures en petites portions (pas plus de 50 ml à la fois). La durée du traitement est de 3-5 jours.

Pour plus d'informations sur les prescriptions, vous devez déjà examiner une maladie spécifique, quand et ce qui convient.

Avant d'utiliser tout produit fait maison, consultez votre médecin..

Pronostic pour la récupération

Le pronostic dépend du type de pathologie. Regardons quelques exemples:

  • Polyarthrite rhumatoïde. La prévision est conditionnellement défavorable. La maladie est traitée et, avec un traitement adéquat, une rémission peut être obtenue au cours des 5 à 10 prochaines années. Après 10-12 ans, 80% des patients présentent une déformation persistante des articulations et un handicap.
  • Le lupus érythémateux disséminé. La prévision est conditionnellement défavorable. Avec une thérapie adéquate, une rémission stable peut être obtenue dans laquelle les symptômes de la maladie ne seront pas perturbés pendant 3 à 10 ans.
  • Fibromyalgie. Avec l'âge, la maladie progresse, le pronostic est mauvais.
  • Spondylarthrite ankylosante. La prévision est conditionnellement défavorable. Le traitement de la polyarthrite articulaire ne fait que ralentir la progression de la maladie. Au fil du temps, une invalidité complète est possible..
  • Polyarthrite psoriasique. La prévision est conditionnellement défavorable. Au fil du temps, la maladie progresse. Avec la bonne thérapie, vous pouvez ralentir le développement du processus pathologique et obtenir une rémission stable pendant 3-5 ans.
  • Polyarthrite virale. Le pronostic est favorable avec un traitement rapide, défavorable - avec le développement de complications et de lésions des organes internes (cœur, reins).
  • Arthrite goutteuse. La prévision est conditionnellement défavorable. Sous réserve d'un régime alimentaire et d'une pharmacothérapie, la rémission peut être prolongée jusqu'à 5 ans ou plus..

Polyarthrite infectieuse non spécifique

La polyarthrite infectieuse non spécifique se caractérise par de nombreux signes. On l'appelle, par exemple, rhumatoïde, car il ressemble au rhumatisme; déformer, c'est-à-dire changer la forme des articulations, et invariablement dans son nom apparaît le mot polyarthrite (du grec poly - beaucoup et arthron - une articulation). Cela signifie que nous parlons toujours d'inflammation articulaire multiple..

La maladie infectieuse, comme la maladie est abrégée comme, est répandue, le plus souvent dans les zones à climat froid et humide. En Angleterre, par exemple, elle affecte 3% de la population, aux États-Unis - plus de 2%, soit environ 4 millions d'Américains.

La maladie commence, en règle générale, chez les personnes âgées de 20 à 50 ans, mais peut toucher à la fois les enfants et les personnes âgées. On constate que les femmes tombent malades trois fois plus souvent que les hommes.

Après une infection ou un refroidissement, l'arthrite infectieuse commence parfois violemment. Dans d'autres cas, une personne, semble-t-il, sans raison apparente, la température augmente, la faiblesse, la transpiration apparaît, il perd son appétit. La pensée d'un rhume vient. Mais après un certain temps, il y a des signes d'inflammation articulaire. Ils gonflent, la peau au-dessus d'eux est chaude au toucher, une douleur intense est ressentie, en particulier pendant le mouvement. La douleur et la raideur dérangent principalement le matin, diminuant vers la fin de la journée. Toutes les articulations peuvent être affectées, mais plus souvent les mains. L'arthrite infectieuse non traitée ou insuffisamment traitée progresse obstinément. Au fil du temps, les mouvements sont fortement limités dans les articulations enflammées et, dans les cas les plus graves, une immobilité complète s'installe. L'aspect du patient change également: il perd du poids, diminue le volume musculaire. Dans de rares cas, les organes internes sont également impliqués dans ce processus..

Peu importe que le processus inflammatoire dans les articulations ait commencé brusquement ou progressivement, il devient chronique et nécessite un traitement persistant et à long terme.

Comment l'arthrite se produit-elle??

Malgré le fait que le mot «infectieux» apparaisse dans son nom, ce n'est pas une maladie infectieuse courante, soit dit en passant, ce n'est pas du tout contagieux. L'infectarthrite est une maladie infectieuse et allergique courante, dont l'apparition est associée à la présence d'un foyer infectieux chronique dans le corps.

Imaginez qu'une personne souffre d'amygdalite ou de cholécystite. Ainsi, un foyer chronique d'infection se produit dans son corps. Il y a aussi sa cause profonde - un microbe, souvent un streptocoque. En règle générale, le corps produit des substances protectrices contre les microbes appelés anticorps. Et si cette maladie est traitée rapidement, les germes et après eux les anticorps disparaissent. Mais lorsque le foyer inflammatoire reste dans le corps et que l'action des microbes se poursuit, les anticorps persistent pendant des années.

On pense, évidemment, que néanmoins les streptocoques endommagent les cellules du corps, leurs produits de décomposition pénètrent dans la circulation sanguine. En réponse à cela, avec l'infarctrite, selon plusieurs chercheurs, le corps commence à produire des anticorps spéciaux - des auto-anticorps qui peuvent endommager les tissus articulaires. L'évolution ultérieure de la maladie et son évolution sont déjà déterminées par l'état de la réactivité individuelle du corps du patient.

Les scientifiques appellent cette réaction douloureusement altérée de l'autoallergie corporelle.

Le développement des autoallergies est facilité par des maladies infectieuses répétées. Sur chacun d'eux, des anticorps protecteurs se forment contre les microbes (antigènes). En même temps, des auto-anticorps peuvent être produits qui endommagent certains tissus. Des médicaments incontrôlés et un refroidissement sévère conduisent parfois aux mêmes résultats indésirables, qui précèdent parfois l'infection arthritique et aggravent toujours son évolution..

Avec la divulgation des mécanismes de développement de l'infarctrite, il est devenu possible de créer de nouveaux médicaments thérapeutiques efficaces. L'objectif principal de l'effet médicamenteux est de normaliser la réactivité modifiée du corps, de supprimer le processus inflammatoire dans les articulations et les autres organes. Les hormones corticostéroïdes (prednisone, triamsinolone), la butadione, l'aspirine largement connue, le sodium salicylique, la rezokhine et les préparations d'or aident. Certains médicaments anti-inflammatoires sont injectés directement dans la cavité articulaire ou les tissus mous environnants. Lorsque l'inflammation aiguë diminue, les médecins prescrivent des procédures physiothérapeutiques.

Les médicaments doivent être pris en stricte conformité avec la prescription du médecin. Il y a des moments où il semble aux patients que le médicament ne les aide pas et ils arrêtent de le prendre. Pendant ce temps, les médecins sont bien conscients qu'avec un rejet rapide, par exemple, des hormones, une forte exacerbation de l'arthrite peut se produire. Par conséquent, mettant fin au cours du traitement, les spécialistes réduisent progressivement la posologie du médicament. Il convient de rappeler que le traitement aux corticostéroïdes est effectué sous surveillance médicale constante, en tenant compte des données de laboratoire.

Pendant l'inflammation articulaire aiguë, l'alitement est recommandé. Après la diminution de la douleur, le patient doit souvent changer la position des bras et des jambes. Il est nécessaire de plier et de plier périodiquement les articulations des bras et des jambes.

Maintenir la mobilité des articulations permet des exercices thérapeutiques quotidiens. Il améliore la circulation lymphatique et sanguine, ainsi que le métabolisme, renforce les muscles, a un effet bénéfique sur tout le corps. Avec l'aide d'exercices physiques, le patient développe non seulement des articulations malades et qui bougent mal, mais acquiert également des compétences de travail utiles - apprendre à coudre, à tricoter et à fabriquer des objets simples.

Dans le même temps, vous devez commencer un massage des muscles situés au-dessus et en dessous de l'articulation touchée. Avec une maladie de l'articulation du coude, l'épaule et l'avant-bras sont légèrement massés; avec une inflammation dans l'articulation du genou, le bas de la jambe et la cuisse.

Le traitement de l'infectarthrite est une question très compliquée. L'automédication est totalement inacceptable ici, elle menace de complications graves et souvent irréparables.

Est-il possible de prévenir l'infarctrite?

Avec l'aide de l'entraînement physique et du durcissement, le corps acquiert la capacité de s'adapter rapidement et le plus rapidement aux changements environnementaux. C'est pourquoi l'importance de l'éducation physique ne peut pas être surestimée..

Il est nécessaire de chercher constamment à éliminer les foyers infectieux dans le corps dont nous avons parlé. Ceci est particulièrement important pour ceux qui ont déjà des douleurs articulaires, une raideur le matin. Si possible, ils doivent éviter le refroidissement, l'humidité..

Quelles mesures aident à prévenir les maladies cardiaques?

Traitement efficace des premiers stades de la maladie, hospitalisations répétées, traitement en ambulatoire. La physiothérapie et le massage sont très utiles. Au stade non aigu de la maladie, selon le cours du processus, un traitement avec des bains de radon ou de sulfure d'hydrogène est recommandé. Parfois, en plus du traitement médicamenteux des foyers d'infection chronique, une intervention chirurgicale pour enlever les amygdales et les dents malades est nécessaire..

La nutrition doit être variée et riche en calories. Les protéines de haute qualité sont particulièrement nécessaires - viande, poisson, œufs, fromage cottage, fromage. Les vitamines sont également utiles, principalement l'acide ascorbique. Le sel doit être fortement limité: l'abus d'aliments salés peut entraîner une exacerbation de la maladie. Il faut se méfier de la fatigue physique et nerveuse, des fortes fluctuations de température - refroidissement et surchauffe.

L'exposition aux ultraviolets, en particulier à la lumière directe du soleil, dans certains cas, aggrave le cours de la maladie, nous ne recommandons donc pas les bains de soleil pour les patients atteints d'infarctus..

Pour prévenir le retour de la maladie, les médecins traitent les patients atteints de rezokhin pendant une longue période, deux fois par an (au printemps et en automne) mènent un traitement avec de la bicilline et de l'aspirine.

Après un refroidissement froid ou sévère, un traitement prophylactique avec de l'aspirine, de la pyramidone, de la butadione, des antibiotiques est recommandé selon des schémas spéciaux, que le médecin indiquera.

Ces dernières années, des succès notables ont été notés dans le traitement de l'infarctrite. Une infection arthritique correctement traitée est maintenant plus facile qu'il y a plusieurs décennies. Dans la plupart des cas, les médecins parviennent à maintenir la fonction des articulations touchées, la capacité des personnes.

Ainsi, pour prévenir la polyarthrite infectieuse non spécifique, vous devez:

- Candidat aux sciences médicales Y. A. Sigidin

Polyarthrite infectieuse non spécifique

Cette maladie se développe généralement chez les personnes âgées de 20 à 45 ans, principalement chez les femmes..

Il existe 3 formes de polyarthrite rhumatoïde: articulaire, survenant sans dommages importants aux organes internes, articulaire-viscérale (caractérisée par des dommages aux articulations et aux organes internes), combinée (se développant dans le contexte d'une ostéoporose déformante ou de rhumatismes).

Stades de la polyarthrite rhumatoïde

Lors de la polyarthrite rhumatoïde, 3 stades se distinguent. Dans la première étape, exsudative
changements o-dystrophiques dans les tissus mous de l'articulation, dans le second - changements prolifératifs dans le cartilage et la membrane synoviale. La troisième étape est caractérisée par des cicatrices, contribuant au développement de l'ankylose (raideur de l'articulation) provoquée par la fusion des surfaces articulaires.

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est causée par la présence d'un foyer d'infection chronique dans le corps. Les toxines et les produits de désintégration des protéines sécrétés par des micro-organismes pathogènes contribuent à une modification de la réactivité de l'organisme et au développement d'une réaction allergique se manifestant sous la forme de polyarthrite. Dans le contexte de la réactivité perverse, tout irritant non spécifique (hypothermie, infection, traumatisme) peut provoquer une exacerbation de la maladie.

Dans ce cas, une production accrue d'anticorps qui détruisent la substance principale du tissu conjonctif se produit. Des protéines pathologiques se forment, caractérisées par une activité antigénique. Des nodules rhumatoïdes apparaissent dans le tissu conjonctif. Avec la polyarthrite rhumatoïde, la lésion recouvre souvent non seulement les articulations, mais aussi les organes internes: cœur, poumons, reins.

La maladie commence à progresser 10 à 15 jours après l'hypothermie, la grippe, le mal de gorge et d'autres maladies infectieuses. La polyarthrite rhumatoïde se caractérise par une douleur dans une ou deux articulations et un gonflement de ces zones. De plus, une rougeur de la région articulaire et une augmentation de la température corporelle peuvent être observées. En l'absence de traitement, ces symptômes disparaissent après 1-2 mois, mais pendant les périodes d'exacerbation, la polyarthrite rhumatoïde peut affecter d'autres articulations. De plus, les articulations précédemment affectées subissent des changements pathologiques encore plus importants..

À mesure que la maladie se développe, la fonction des articulations est altérée et, sous une forme sévère, elles deviennent complètement immobiles. Au début, l'inflammation engloutit et endommage la membrane synoviale, ce qui entraîne une diminution de la capsule, ainsi qu'un amincissement du cartilage et du tissu osseux. En conséquence, la mobilité articulaire est limitée. Chez certains patients, une ankylose est observée. L'état général du patient s'aggrave.

Le matin, une raideur des mouvements dans les articulations est observée, une hypotrophie musculaire se développe. De plus, des changements trophiques de la peau et des os sont observés. Dans certains cas, la température corporelle augmente et l'appétit disparaît. L'évolution de la maladie peut être aiguë, subaiguë et chronique primaire. L'arthrite aiguë se manifeste sous la forme des mêmes symptômes que les rhumatismes (gonflement et douleur dans la zone articulaire, limitation de sa mobilité).

La température corporelle du patient augmente, avec un test sanguin de laboratoire, une leucocytose et une augmentation de l'ESR sont détectées. Le cours subaigu se caractérise par une gravité moindre des symptômes décrits. Dans la forme chronique primaire de la maladie, le patient se plaint de douleurs articulaires dues aux changements climatiques. Aucun autre signe d'inflammation n'est observé..

Très souvent, aux premiers stades de la polyarthrite rhumatoïde, la lésion recouvre à la fois les articulations et les organes internes du patient. Du système cardiovasculaire, une dystrophie myocardique, une endocardite en combinaison avec une insuffisance aortique peuvent être observées. À la suite d'une lésion du tissu pulmonaire, le patient reçoit un diagnostic de pneumonie chronique. Les changements pathologiques dans les reins se manifestent par une glomérulonéphrite ou une amylose avec une protéinurie sévère.

Dans le contexte du processus inflammatoire, une inflammation des ganglions lymphatiques et des lésions hépatiques peuvent être observées. Dans les cas graves de cette maladie, les patients développent une leucopénie et une anémie hypochromique. La spondylarthrite ankylosante ou la spondylarthrite ankylosante est considérée comme une manifestation spécifique de la polyarthrite rhumatoïde..

Spondylarthrite ankylosante

Cette maladie se caractérise par l'apparition d'une douleur croissante dans la colonne vertébrale. À mesure que la maladie progresse, la colonne vertébrale est progressivement immobilisée. La lésion, en règle générale, couvre d'autres articulations, en particulier les articulations sacro-iliaques. La radiographie montre une ankylose des disques intervertébraux, ainsi qu'une ossification des ligaments, appelée le symptôme du "bâton de bambou".

Pour prévenir la polyarthrite rhumatoïde

Pour prévenir la polyarthrite rhumatoïde, des mesures doivent être prises pour remédier aux foyers chroniques d'infection. En outre, des procédures de trempe et une surveillance régulière en dispensaire des patients présentant des réactions allergiques sont recommandées. Pour restaurer le niveau normal de la défense immunitaire de l'organisme, on montre aux patients des médicaments antirhumatismaux: acide acétylsalicylique, butadion, amidopyrine.

Un bon effet est obtenu lors de l'utilisation de corticostéroïdes: prednisone, triamcinolone, dexaméthasone. Cependant, il faut garder à l'esprit qu'en raison de l'utilisation prolongée des médicaments de ce groupe, diverses complications se développent. Pour éviter cela, on prescrit au patient des médicaments antipaludiques: delagin, rezokhin, chloroquine.

30 à 100 mg d'hydrocortisone sont injectés dans l'articulation. Pendant les périodes d'exacerbation, il est recommandé aux patients de procéder à une irradiation ultraviolette des articulations touchées. Dans la phase subaiguë, l'UHF, la diathermie, la thérapie par micro-ondes sont indiquées..

Maladies de ce groupe

Les maladies de ce groupe sont assez nombreuses..

Il y a la tuberculose, la gonorrhée, la brucellose, syphilitique, dysentérique et autres arthrites.

Arthrite tuberculeuse

L'arthrite tuberculeuse est l'une des maladies articulaires les plus graves, dont une caractéristique est la synovite séreuse, qui se produit sans changements prononcés dans les tissus mous des articulations.

Arthrite gonorrhée

L'arthrite gonorrhée est une complication de la gonorrhée aiguë ou chronique et se caractérise par des lésions des articulations du genou et de la cheville. Il existe des formes d'arthrite séreuse, séreuse-fibrineuse, séreuse-purulente et purulente.

Brucellose arthrite

L'arthrite brucellose se développe dans le contexte de la brucellose, dans laquelle les lésions articulaires sont l'un des principaux symptômes. Dans ce cas, les articulations du genou et de la cheville, ainsi que les articulations sacro-iliaques, sont le plus souvent affectées..

Arthrite syphilitique

L'arthrite syphilitique est assez rare. Il existe deux formes de cette maladie: la synoviale primaire et l'os primaire. Dans le premier cas, la membrane synoviale et les tissus périarticulaires sont affectés, il y a une forte prolifération de tissu de granulation de l'articulation. La deuxième étape est caractérisée par la destruction du tissu osseux et du cartilage. La fonction articulaire n'est pratiquement pas affectée.

Arthrite dysentérique

L'arthrite dysentérique survient pendant la période de récupération ou déjà 3 à 4 semaines après la maladie. La lésion couvre principalement les articulations du genou et de la cheville, mais de nombreux patients présentent également des modifications pathologiques des articulations sacro-iliaques.

L'évolution de l'arthrite tuberculeuse est chronique et le rétablissement dépend de l'identification opportune du foyer de l'infection tuberculeuse. L'arthrite gonorrhée commence par des manifestations aiguës et se caractérise par une évolution prolongée. Le patient a une douleur intense, des phénomènes exsudatifs sévères, une atrophie musculaire est observée. De plus, la mobilité articulaire est altérée..

L'arthrite est diagnostiquée après la détection de la gonorrhée et un test intradermique est effectué avec le vaccin approprié. L'arthrite brucellose est caractérisée par un début aigu et subaigu. La maladie se caractérise par une douleur aiguë dans les articulations, un gonflement des zones articulaires, une fièvre locale, une mobilité limitée. L'arthrite brucellose peut être accompagnée de synovite, de bursite (inflammation des poches articulaires), de myosite ou de tendovaginite.

Avec l'arthrite dysentérique, le patient se plaint de fortes douleurs dans les articulations touchées. Un examen révèle un léger gonflement autour des articulations touchées, ainsi qu'un changement de forme. La radiographie révèle un rétrécissement de l'espace articulaire et une rugosité des surfaces articulaires caractéristiques de la polyarthrite rhumatoïde. La maladie se caractérise par une longue évolution, cependant, avec un traitement rapide, le patient se rétablit complètement. La fonction articulaire est restaurée beaucoup plus rapidement qu'avec d'autres types d'arthrite.

Avec l'arthrite tuberculeuse, on prescrit au patient des médicaments antituberculeux, ainsi que de l'acide acétylsalicylique et de la prednisone. Avec l'arthrite de la gonorrhée, des médicaments antibactériens, des salicylates, de la prednisone sont prescrits, et les médicaments non médicamenteux comprennent la physiothérapie, la boue curative et l'eau minérale. Avec l'arthrite de brucellose, des médicaments anti-brucellose (antibiotiques, thérapie vaccinale) sont prescrits. Avec l'arthrite syphilitique, des médicaments anti-syphilitiques et de la physiothérapie sont utilisés. Les médicaments antibactériens et sulfonamides sont les plus couramment utilisés pour traiter l'arthrite dysentérique..

Cette maladie est un type d'arthropathie dystrophique. L'ostéoporose déformante est caractérisée par l'apparition de changements dégénératifs et destructeurs du cartilage articulaire, à la suite desquels des croissances osseuses réactives sont observées, accompagnées d'une altération de la fonction de l'articulation touchée.

La maladie est plus sensible aux personnes de plus de 50 ans. Les femmes tombent le plus souvent malades pendant la ménopause. Les facteurs prédisposants sont les blessures articulaires et l'obésité. À la suite d'une exposition à des conditions défavorables, le cartilage articulaire perd son éclat et sa blancheur. Le cartilage s'amincit, des fissures et des ulcérations se forment dessus, ainsi que des excroissances cutanées (ostéophytes) et des pointes.

La membrane synoviale s'épaissit, les villosités augmentent en taille et sont saturées de sels de calcium. La maladie se caractérise par un développement progressif. Les patients développent des douleurs articulaires périodiques, ainsi qu'un resserrement caractéristique. Dans la plupart des cas, la douleur est provoquée par un effort physique..

Au fur et à mesure que la maladie se développe, la douleur devient plus forte, la mobilité de l'articulation affectée est altérée. Le patient ressent une douleur particulièrement vive lors des premiers mouvements après un état de repos. Avec des dommages aux articulations des jambes, les patients boitent en marchant. Le radiogramme révèle la présence d'épines, d'ostéophytes, de signes d'ostéoporose. Les tests sanguins, en règle générale, ne révèlent pas de pathologies.

Pour éliminer le syndrome douloureux, les patients prennent de l'acide acétylsalicylique, de l'analgine et de la butadione à raison de 1,5 à 2 g par jour. Avec une évolution particulièrement sévère de la maladie, l'indométhacine est prescrite à 0,025 g 3 fois par jour. Dans certains cas, un résultat positif est obtenu à la suite de l'utilisation d'urodan, qui est pris par voie orale 1 cuillère à café 3-4 fois par jour avant les repas.

La durée du traitement avec le médicament est de 1 à 1,5 mois. Il est également utile d'effectuer des séances de physiothérapie (diathermie, thérapie par micro-ondes), des traitements avec de la boue, du radon, du dioxyde de carbone et des bains d'hydrogène sulfuré. Il ne faut pas oublier que le succès d'un traitement dépend directement de la rapidité avec laquelle il a été effectué. Dans les cas avancés, un résultat de traitement positif est mis en doute. Aux stades avancés du développement de la maladie, une intervention chirurgicale est indiquée..

L'article utilise des documents provenant de sources ouvertes: Auteur: Victor Zaitsev

Sondage:

Partager la publication "Polyarthrite infectieuse non spécifique"

Polyarthrite infectieuse non spécifique

La polyarthrite infectieuse non spécifique est une maladie complexe d'une genèse allergique infectieuse avec des dommages croissants au tissu conjonctif et aux articulations du système musculo-squelettique. Il se caractérise par de nouvelles perturbations trophiques dans presque tous les organes et systèmes du corps humain..

La polyarthrite infectieuse non spécifique a un schéma de développement progressif. Tout d'abord, les petites articulations sont affectées, ce qui, à un stade précoce de la maladie, se traduit par une raideur matinale des doigts et une paresthésie. Cette période «préparatoire» peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois. Ensuite, les articulations commencent à gonfler régulièrement, à faire mal et à faire mal; les symptômes s'intensifient avec le temps.

Articulations des doigts II-V, les articulations du pouce sont principalement affectées symétriquement, ce qui fait que la brosse acquiert une apparence spécifique.

De plus, la polyarthrite infectieuse non spécifique se propage aux grosses articulations. Cela se produit progressivement: au début, les zones touchées gonflent un peu, la température de la peau augmente légèrement, les signes externes de la maladie sont pratiquement absents.

Plus tard, des violations prononcées de l'apparence et des fonctions de l'articulation deviennent visibles. L'ankylose fibreuse et osseuse se développe séquentiellement.

L'évolution de la maladie reflète de manière optimale l'image radiographique: ostéoporose, puis, dans les derniers stades, la disparition diffuse du cartilage avec de l'ururie près du bord de l'articulation.

À un stade progressif, la polyarthrite infectieuse s'exprime par la résorption osseuse avec prolifération réactive des bords du tissu affecté.

Les femmes souffrent de cette maladie trois fois plus souvent que les hommes. Une polyarthrite infectieuse non spécifique peut se développer à tout âge. Chez les enfants, il se manifeste sous la forme de la maladie de Steel. La polyarthrite infectieuse survient entre 20 et 40 ans, aussi souvent que les personnes âgées.

Comment reconnaître la polyarthrite infectieuse? Le traitement de cette maladie doit être prescrit si tous ses signes caractéristiques se manifestent dans un complexe: mauvaise santé générale, anémie secondaire, atrophie musculaire, gonflement des gaines tendineuses, nodules granulomateux, atteignant la taille d'un gros pois (situé dans le tissu sous-cutané près des saillies osseuses proches de la peau, par exemple, au coude). Ces nœuds spécifiques sont légèrement douloureux et ne forment pas de fistules..

L'implication de nombreux organes et systèmes dans la maladie est caractéristique. Chez 40 à 50% des patients, le système cardiovasculaire est affecté, ce qui se traduit par une dystrophie myocardique infectieuse toxique ou toxique allergique. Moins fréquent que les maladies cardiaques.

Troubles fonctionnels des reins et du foie.

Un traitement complet doit inclure la réhabilitation du foyer d'infection, l'effet thérapeutique sur la réactivité générale et immunologique du patient, les effets locaux sur les articulations touchées; la thérapie motrice est nécessaire.

Pour la polyarthrite en phase inactive ou inactive, un traitement spa est recommandé. Une bonne nutrition est très importante. Le régime signifie une quantité suffisante de protéines, de matières grasses, de glucides, un minimum de chlorure de sodium (jusqu'à 6 g par jour) et de liquide (1200-1400 ml). Les aliments doivent être enrichis en vitamines, à savoir la vitamine C, qui a un fort effet désensibilisant. Une thérapie complexe dans des conditions thermales ainsi que l'apport du complexe de vitamines Orthomol Arthro plus seront optimaux si des procédures de naphtalane sont prescrites pour le traitement, en particulier à base d'huile thérapeutique azerbaïdjanaise.

Tags de la page: polyarthrite non spécifique, polyarthrite infectieuse non spécifique, polyarthrite infectieuse, polyarthrite allergique infectieuse, traitement de la polyarthrite infectieuse, polyarthrite infectieuse non spécifique

Polyarthrite rhumatoïde (polyarthrite), infectieuse non spécifique ou focale, traitement, symptômes, signes, causes

L'arthrite (polyarthrite) rhumatoïde infectieuse ou focale non spécifique (au sens étroit du terme), également appelée arthrite rhumatismale et atrophique, est une sorte de réaction corporelle à une infection focale, généralement un streptocoque hémolytique en l'absence de bactériémie et de lésions emboliques septiques.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire systémique chronique.

La fréquence. La prévalence de la PR dans la population générale est de 0,6 à 1,3%. Chez les proches parents des patients, elle est de 3 à 5%. La prévalence de la maladie est d'environ 1%. Le plus souvent, les personnes âgées de 35 à 45 ans tombent malades.

Maladie rhumatoïde

  • Maladie à plusieurs organes caractérisée par une arthropathie périphérique symétrique et déformante.
    Incidence de 1%. Plus souvent, les femmes de 40 à 50 ans tombent malades.
  • Le cœur est impliqué dans le processus pathologique dans 60% des cas, comme en échocardiographie, 10 à 15% des patients présentent des symptômes. Les lésions cardiaques sont directement liées à la gravité des lésions articulaires et à la présence de nodules..
  • Dans 50% des cas, une péricardite fibrineuse asymptomatique se développe avec la formation d'un épanchement, détectée chez 40% des patients avec échocardiographie. 1 à 2% des patients ne présentent aucun symptôme. Ne dépend généralement pas de la durée de la maladie et peut la précéder. La tamponnade cardiaque et la péricardite sténosante sont rares. Il est sensible au traitement par les glucocorticoïdes et les médicaments qui modifient l'évolution de la maladie..
  • Plus de 50% des patients atteints de nodules sous-cutanés ont des granulomes nodulaires endocardiques. Dans de rares cas, la fonction cardiaque est altérée en raison de la déformation de la valve mitrale, de l'insuffisance, de la perturbation de la conduction, par exemple, le bloc auriculo-ventriculaire de degré I (le plus fréquent), le BLNPG ou le bloc auriculo-ventriculaire complet.
  • Chez 20% des patients atteints de formes sévères de la maladie, une myocardite diffuse se développe avec une infiltration inflammatoire non spécifique, une nécrose myocytaire et une fibrose, qui peuvent entraîner une insuffisance biventriculaire, des arythmies et des troubles de la conduction. La fonction ventriculaire peut être altérée en raison d'une amylose secondaire.
  • L'artérite coronaire est notée dans 20% des cas à l'autopsie. Dans de rares cas, une angine de poitrine ou une crise cardiaque se produit. La fibrose et l'hyapinose valvulaire entraînent une valvulite non spécifique, rarement accompagnée d'un échec. La valve aortique est affectée plus souvent que la mitrale.

Causes de la polyarthrite rhumatoïde

Le processus immuno-inflammatoire en développement dans les tissus articulaires conduit à la formation d'une érosion des surfaces articulaires. Avec une maladie de grande envergure, des changements prononcés dans l'articulation et sa déformation se produisent.

La cause exacte de la maladie n'est pas connue, mais il est suggéré que les rétrovirus, les mycoplasmes, le cytomégalovirus, le virus de la rubéole, etc. sont impliqués dans le développement de cette pathologie..

Les facteurs de risque de développement de la polyarthrite rhumatoïde sont le sexe (les femmes sont 3 fois plus susceptibles d'être affectées par cette maladie), la prédisposition héréditaire, l'âge de plus de 45 ans, la présence de foyers concomitants d'infection chronique.

Facteurs génétiques de prédisposition héréditaire - antigènes HLA DR4, etc..

La production de complexes immuns par les cellules de la membrane synoviale et les vaisseaux sanguins enflammés se produit. Un infiltrat inflammatoire se forme. Les macrophages et les lymphocytes produisent des cytokines pro-inflammatoires..

Autoantigènes - des peptides anti-citrulline ont été identifiés chez des patients atteints de PR.

Des nodules rhumatoïdes se forment, représentant un granulome de la masse nécrotique au centre, entouré d'une couche d'histiocytes et à l'extérieur de lymphocytes.

Classification de la polyarthrite rhumatoïde

Selon l'évolution de la maladie, la polyarthrite rhumatoïde se distingue:

  • progressant lentement. Une lésion chronique évolutive des articulations est détectée sans dommage évident aux organes et systèmes internes;
  • sans progression notable. Il se manifeste par de petits changements instables dans les articulations; la raideur matinale est à court terme, la douleur n'est pas exprimée, les rémissions (périodes entre les crises) sont très longues;
  • progressant rapidement. Il se caractérise par un syndrome des articulations lumineuses, le développement rapide de changements persistants dans les articulations.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, on distingue les degrés d'activité suivants du processus pathologique: minime; moyenne; haute; remise.

Stades radiologiques de la polyarthrite rhumatoïde:

  • ostéoporose mineure, les modifications destructrices de l'articulation sont absentes;
  • l'ostéoporose et un léger rétrécissement de l'espace articulaire;
  • l'ostéoporose, un rétrécissement important de l'espace articulaire, la subluxation, des changements dans les os;
  • signes de stade 3 et d'ankylose osseuse.

Les principales formes cliniques de polyarthrite rhumatoïde: articulaire (environ 80% des cas); articulaire-viscérale (un peu plus de 10%); polyarthrite rhumatoïde juvénile; combinaison avec d'autres lésions articulaires ou maladies diffuses du tissu conjonctif.

Selon l'état fonctionnel des articulations, les patients sont répartis en classes:

  • Fonction articulaire préservée.
  • Invalidité professionnelle.
  • Perte de capacité professionnelle à travailler.
  • Perte de soins personnels.

Symptômes et signes de polyarthrite rhumatoïde

Signes cliniques

  • La maladie se développe chez les jeunes femmes (le rapport femmes / hommes 3: 1).
  • Peut survenir sous forme de monoarthrite récurrente ou persistante.
  • Toutes les articulations synoviales sont impliquées dans le processus inflammatoire. Les symptômes associés aux dommages aux articulations du genou et aux petites articulations de la main et du pied sont le plus souvent identifiés, mais il ne faut pas oublier les articulations synoviales de la colonne vertébrale (et l'articulation atlanto-occipitale et les ligaments), ainsi que les articulations du larynx (articulations du cartilage).
  • Les symptômes extraarticulaires incluent la vascularite, les nodules sous-cutanés, la lymphadénopathie, la neuropathie périphérique, l'anémie (normochromique, normocytaire, la carence en fer, le médicament aplasique, hémolytique), les lésions oculaires, la pleurésie, la péricardite, la fibrose pulmonaire.

La maladie peut commencer de façon aiguë (15% des cas), subaiguë (environ 70% des cas) et progressivement (environ 20% des cas). L'évolution subaiguë de la maladie est donc la plus courante. La plupart des patients présentent des signes d'arthrite. Les douleurs articulaires sont plus intenses dans la seconde moitié de la nuit, et aussi le matin, pendant la journée, elles diminuent. Un signe important de polyarthrite rhumatoïde est la raideur matinale des articulations, qui dure plus de 30 minutes. Le plus souvent, des lésions de petites articulations sont notées: articulations métacarpophalangiennes, interphalangiennes, carpiennes, métacarpiennes et des orteils. En cas de maladie de grande envergure, les changements caractéristiques de la main sont révélés par le type de «nageoire de morse», les changements de doigt par le type de «col de cygne» ou de «boucle de bouton». Très rarement, la pathologie commence par des lésions des articulations du genou et du coude. Au fur et à mesure que la maladie progresse, il y a une implication progressive dans le processus pathologique d'autres articulations: articulations de l'épaule, de la hanche, de la cheville, de la colonne vertébrale.

À mesure que la maladie progresse, une déformation articulaire se développe en raison de la destruction du cartilage et du tissu osseux adjacent.

Selon les statistiques mondiales, la polyarthrite rhumatoïde est détectée chez 1 personne sur 100. Elle est souvent diagnostiquée chez les personnes en âge de travailler et conduit à un handicap..

Les dommages à la peau atteints de polyarthrite rhumatoïde se manifestent par un amincissement, une sécheresse, une hyperpigmentation, la présence d'une hémorragie sous-cutanée. Les changements dans les ongles se manifestent par une petite nécrose sous-unguéale, une fragilité, une minceur, une striation longitudinale apparaît.

Presque tous les 3 patients ont des nodules rhumatismaux, qui sont des formations denses, indolores et arrondies de petites tailles, qui sont le plus souvent situées en sous-cutané sur la surface extenseur des avant-bras. Dans la période de rémission de la maladie, ces nodules peuvent complètement disparaître. Dans certains cas, une nodulose rhumatismale est notée - une combinaison de plusieurs nodules rhumatismaux avec une synovite sévère, des changements dans les petites articulations des pieds et des mains.

Une atrophie des muscles squelettiques, une diminution ou, inversement, une augmentation de leur tonus, des douleurs musculaires sont notées. Avec les mouvements actifs et passifs, un resserrement apparaît dans les articulations.

Très souvent révélé une augmentation de la taille de la rate, une pathologie des ganglions lymphatiques.

Les principales manifestations de dommages au tractus gastro-intestinal avec la polyarthrite rhumatoïde sont l'érosion ou l'ulcère gastro-duodénal et / ou du duodénum, ​​la gastrite, la colite chronique, une altération de l'absorption.

Les lésions rénales dans la polyarthrite rhumatoïde surviendront le plus souvent avec la glomérulonéphrite, qui se développe, entre autres, à la suite d'un traitement médicamenteux. Un œdème massif apparaît souvent..

Souvent, les tendons sont affectés chez les patients: en raison du processus inflammatoire, une quantité excessive de liquide articulaire se forme, une douleur et un gonflement se développent dans la zone articulaire. De plus, la mobilité de l'articulation est altérée, un resserrement y apparaît lors du déplacement. Dans certains cas, des nodules rhumatismaux peuvent se former dans les tendons, ce qui peut provoquer leur rupture..

Les dommages au système nerveux dans la polyarthrite rhumatoïde se manifestent par une polynévrite, des accidents vasculaires cérébraux aigus et des dommages au système nerveux autonome. Dans des cas assez rares, des troubles moteurs apparaissent.

Les dommages au système cardiovasculaire se manifestent par une péricardite, une myocardite, une endocardite (les défauts valvulaires sont extrêmement rares), une insuffisance coronaire, une altération des voies de conduction cardiaque, etc..

Les pathologies des poumons et de la plèvre avec polyarthrite rhumatoïde se manifestent par une fibrose, des lésions du tissu pulmonaire par des nodules rhumatismaux, une pleurésie sèche ou épanchée. Un examen approfondi du patient peut révéler des signes d'insuffisance respiratoire, de pneumosclérose ou d'emphysème pulmonaire.

Très rarement, avec la polyarthrite rhumatoïde, les lésions oculaires se produisent sous la forme de granulomes rhumatismaux, etc..

Pour un diagnostic précis de la polyarthrite rhumatoïde, 4 des 7 signes diagnostiques suivants sont requis:

  • raideur matinale des articulations pendant plus d'une heure, qui dure au moins 6 semaines;
  • la présence d'arthrite des articulations de la main (poignet, phalangienne), qui dure au moins 6 semaines;
  • dommages symétriques aux articulations des deux côtés du corps, observés pendant au moins 6 semaines;
  • la présence d'arthrite épanchée de 3 articulations ou plus; gonflement des tissus mous périarticulaires, observé pendant au moins 6 semaines;
  • la présence de signes radiologiques de destruction du cartilage et des os;
  • la présence de nodules rhumatismaux;
  • la présence de protéines d'inflammation en phase aiguë dans le sérum sanguin.

Dans la plupart des cas, l'amylose des reins se développe comme une complication de la polyarthrite rhumatoïde..

L'arthrite septique se développe le plus souvent chez les personnes traitées par glucocorticostéroïdes. Elle se caractérise par une forte augmentation de tous les paramètres sanguins de la phase aiguë de l'inflammation: ESR, protéine C réactive, etc. avec le développement de tels symptômes, il est nécessaire d'effectuer une ponction articulaire dès que possible et de mener une étude d'exsudat.

Il existe des maladies dont les signes peuvent être confondus avec les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde..

Le rhumatisme psoriasique se développe chez environ 1 personne sur 20 atteinte de psoriasis. Presque toutes les articulations peuvent être affectées, mais les petites articulations des mains et des pieds en souffrent le plus souvent. Habituellement, une exacerbation du processus cutané est associée à une exacerbation de la polyarthrite. Dans de rares cas, l'arthrite peut se développer plus tôt que les changements cutanés. Mais les caractéristiques distinctives importantes de l'arthrite psoriasique sont l'absence de protéine C-réactive dans le sang et une augmentation significativement moins prononcée de l'ESR.

La déformation de l'arthrose affecte principalement les personnes d'âge moyen et les personnes âgées. Les articulations des doigts sont impliquées dans le processus pathologique avec la formation de nodules caractéristiques, de grosses articulations et d'articulations de la colonne vertébrale. Il n'y a pas de raideur matinale dans le corps, la douleur survient principalement après un stress mécanique sur les articulations et diminue au repos. Un examen radiologique révèle des ostéophytes, il n'y a aucun signe d'une phase aiguë d'inflammation dans le sang.

Avec les rhumatismes, principalement les grosses articulations sont affectées, la volatilité des douleurs, l'élimination rapide de l'inflammation avec des médicaments antirhumatismaux sont notées. Avec cette maladie, le cœur est d'abord affecté par la formation de défauts valvulaires. Les modifications articulaires des rhumatismes contrairement à la polyarthrite rhumatoïde sont complètement réversibles.

Avec les maladies diffuses du tissu conjonctif, les changements cutanés et les lésions des organes internes sont mis en premier lieu, le syndrome articulaire n'est pas le principal. Avec le lupus érythémateux disséminé, des changements immunologiques prononcés dans le sang sont caractéristiques de la polyarthrite rhumatoïde. Le diagnostic est confirmé par des données radiographiques. Avec les maladies communes du tissu conjonctif, seuls des changements mineurs sont détectés lors de la diffraction des rayons X..

Dans la maladie de Reiter, qui est une maladie aiguë qui se manifeste par une polyarthrite, une urétrite et une conjonctivite, les articulations des membres inférieurs sont principalement affectées; les petites articulations sont très rarement atteintes, les protéines de la phase aiguë de l'inflammation dans le sang ne sont pas détectées.

De plus, le tableau clinique se caractérise presque exclusivement par des phénomènes articulaires, principalement allergiques non spécifiques, évoluant généralement néanmoins vers des changements plus persistants. Les agglutinines du streptocoque hémolytique se trouvent souvent dans le sang; la suppression du foyer modifie rarement de manière significative l'évolution de la maladie. L'infection focale (amygdalite, abcès périapical, sinusite, prostatite, etc.) se déroule souvent en secret, sans se plaindre.

La maladie débute parfois après un traumatisme mental ou un rhume avec une douleur aiguë dans les articulations en présence de fièvre, accompagnant d'autres exacerbations. Plus souvent observé dans les climats tempérés (où les infections streptococciques sont généralement plus fréquentes), d'ailleurs, principalement chez les jeunes femmes (peut-être en raison des influences endocriniennes).

Dommages généralement symétriques à de nombreuses articulations, impliquant même l'articulation de la mâchoire, la colonne vertébrale, initialement instable, volatile, avec un épanchement inflammatoire, parfois hémorragique, avec un épaississement de la capsule et des tissus autour de l'articulation, une ulcération et un remplacement fibreux du cartilage et de l'atrophie osseuse (d'où le nom "atrophique"), et atrophie musculaire squelettique également. Sur le radiogramme, trouver un rétrécissement de l'espace interarticulaire, puis une adhérence osseuse presque complète, une ostéonorose des sections osseuses adjacentes. L'épaississement des doigts en forme de fuseau à la suite de lésions des articulations interphalangiennes proximales, de la subluxation, de la contracture, des écarts de la main vers le côté du coude, de la névrite à la suite d'une implication dans le processus inflammatoire des nerfs souffrant d'engourdissement et de troubles trophiques - pigmentation, peau brillante, lésions des ongles (onychie), est caractéristique. ROE accéléré; urine inchangée.

La forme aiguë ressemble à des rhumatismes et procède à des attaques répétées; avec un début aigu de la maladie, le pronostic est meilleur. Contrairement aux rhumatismes, les petites articulations sont plus souvent touchées; tachycardie sans endocardite, atrophie musculaire rapide; les salicylates sont moins valides.

La forme chronique se produit également plus souvent avec des exacerbations séparées de la douleur et conduit plutôt à une défiguration des articulations avec une fissure caractéristique; l'ankylose est plus souvent de nature fibreuse à la suite d'un épaississement périarthritique; une atrophie musculaire est notée en même temps. Les articulations du coude, du poignet, de la hanche et du genou sont fixées en position de flexion, les articulations de l'épaule en position d'adduction.

La lésion de la colonne vertébrale, observée plus souvent chez les hommes, à partir de la partie inférieure de la colonne vertébrale et du bassin, peut conduire à une spondylarthrite généralisée avec ossification de l'ensemble de l'appareil ligamentaire reliant les vertèbres sous la forme d'une "colonne vertébrale de bambou", ainsi qu'à un changement brusque des sacs articulaires des articulations de la hanche et de l'épaule. spondylarthrite ankylosante (spondylarthrite ankylopoétique), rhizomélique (rhyzomelica), c'est-à-dire affectant les racines des extrémités, avec raideur du tronc, cyphose aiguë de la colonne vertébrale thoracique, immobilité de la tête. Dans ce cas, la respiration pulmonaire peut être gravement altérée. La réaction inflammatoire chronique du système ligamentaire squelettique des vertèbres, conduisant à une immobilité chronique diffuse de la colonne vertébrale, peut être basée sur l'action des gonocoques et d'autres toxines.

Dans certains cas, le processus infectieux-inflammatoire s'estompe. Dans certains cas, il peut y avoir des signes qui rapprochent la polyarthrite rhumatoïde des rhumatismes et de la chroniosepsie: développement de ganglions sous-cutanés, parfois sensibles, contenant de petits, différents des rhumatismes, granulomes, inflammation des membranes séreuses, hypertrophie de la rate et des ganglions lymphatiques, anémie hypochromique avec leucopénie, amyloïde lipoïde la néphrose ou des foyers tels que la conjonctivite et l'urétrite (non gonococcique) et même l'endomyocardite, respectivement, qui distinguent des formes particulières de la maladie; hypertrophie de la rate et des ganglions lymphatiques sont plus fréquentes chez les enfants (principalement chez les filles).

La maladie se développe souvent progressivement, se manifestant par une faiblesse, un état sous-fébrile, de l'arthrite, une perte de poids, une lymphadénopathie.

Raideur matinale des articulations atteintes pendant plus d'une heure, faiblesse générale et fatigue sont caractéristiques. Les articulations deviennent douloureuses, hyperémiques, chaudes et gonflées, souvent en flexion due à la douleur lors de l'étirement de la capsule articulaire.

Les déformations se développent rapidement, en particulier les contractures de flexion. Leurs manifestations typiques sont la déviation ulnaire.

Les lésions extra-articulaires systémiques dans la PR sont la vascularite, la mononévrite, la myocardite, la péricardite, la pleurésie, les formations pulmonaires focales, la fibrose pulmonaire, la lymphadénopathie.

Dans les analyses: une augmentation de l'ESR, le niveau de protéine C-réactive, les immunoglobulines G, M, A, les complexes immuns circulants. La leucocytose et la thrombocytose surviennent dans les cas graves de la maladie avec des manifestations systémiques, la leucopénie se développe avec le syndrome de Felty. Identifiez le facteur rhumatoïde. De faibles titres de facteur rhumatoïde sont également trouvés dans le LED, l'hépatite virale et d'autres maladies; un titre de facteur rhumatoïde supérieur à 1:80 confirme la présence de PR.

Le liquide articulaire a un caractère inflammatoire, le nombre de leucocytes est de 10 à 50 000 par μl, les neutrophiles prédominent - 50%, de nombreux lymphocytes.

Les signes radiologiques de la PR sont les suivants: œdème des tissus mous, réduction de l'espace articulaire, violation des surfaces articulaires, érosion marginale, lésions symétriques, déformations de type «col de cygne», etc., ostéoporose périarticulaire.

Le syndrome de Felty survient chez 1% des patients atteints de PR. Elle résulte de réactions auto-immunes contre les neutrophiles périphériques. Dans le même temps, le syndrome articulaire se caractérise par une polyarthrite destructrice sévère, des nodules rhumatoïdes, de la fièvre et une amyotrophie sont souvent détectés. Incidence élevée d'infections pouvant entraîner la mort.

Prévoir. Relativement favorable à la vie (les patients atteints de PR vivent un peu moins que dans la population). Fondamentalement, la qualité de vie en souffre (dans la plupart des cas, les patients deviennent handicapés).

Un traitement insuffisamment efficace pendant 10 ans conduit au développement d'un handicap. Des agents efficaces permettent à 40 à 50% des patients de provoquer une rémission de la maladie et de prolonger la vie au niveau de la population.

Diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Les manifestations radiologiques de cette maladie sont une image de l'arthrite chronique, caractérisée par une tendance à la localisation multiple, une évolution progressive avec des périodes d'activité variable du processus pathologique (des exacerbations sévères à la rémission) et une tendance à développer des troubles anatomiques et fonctionnels importants de l'appareil ostéoarticulaire avec un risque élevé de handicap. La sémiotique de la polyarthrite rhumatoïde couvre presque tous les symptômes radiologiques des dommages aux articulations des membres. Après une courte période de rayons X négatifs, une transparence accrue des rayons X se produit. Aux stades ultérieurs (généralement 5 ans ou plus après les débuts), la maladie peut entraîner une ankylose des articulations individuelles et une arthrose secondaire.

Ainsi, l'image radiographique de la polyarthrite rhumatoïde change au cours de son évolution, reflétant la nature et la gravité de la pathologie, qui sont à la base de l'attribution des stades de cette maladie. La classification de la polyarthrite rhumatoïde comprend la division de la maladie au stade IV, déterminée par plusieurs des principaux symptômes radiologiques:

  • Le stade I est caractérisé par une transparence accrue aux rayons X du tissu osseux dans la zone des articulations touchées ("ostéoporose périarticulaire") avec des crevasses articulaires normales et l'absence de changements osseux destructeurs;
  • Stade II - les mêmes changements qu'au stade I, plus un rétrécissement des espaces articulaires;
  • Stade III - les changements ci-dessus et l'érosion osseuse;
  • Stade IV - ankylose osseuse.

Le schéma ci-dessus nécessite un certain nombre de commentaires sérieux. Premièrement, en principe, il est incorrect de considérer ces gradations comme des stades de la maladie, car elles ne représentent que la gravité des changements radiologiques dans les articulations et ne reflètent pas l'ensemble du tableau multi-syndromique complexe de la maladie. Deuxièmement, la gravité des changements dans les différentes articulations n'est pas la même, ce qui fait que le stade est déterminé par l'articulation la plus touchée et, par conséquent, ne reflète pas la prévalence du processus. Troisièmement, les stades n'ont pas de corrélation claire avec l'insuffisance fonctionnelle de l'appareil ostéoarticulaire dans son ensemble et n'ont donc qu'une valeur relative pour une évaluation experte; les articulations varient considérablement dans leur valeur fonctionnelle et, par exemple, les ankyloses des articulations du poignet, qui sont souvent absentes dans la polyarthrite rhumatoïde, dans laquelle la mobilité est normalement presque absente, ne signifient pas peu d'elles-mêmes, bien que formellement les ankyloses soient l'étape finale la plus difficile. Quatrièmement, la séquence d'apparition des symptômes radiologiques varie et diffère souvent de la séquence indiquée. Ainsi, avec une analyse approfondie des radiographies (en particulier lors de l'utilisation de certaines méthodes de radiographie à haute résolution), vous pouvez trouver des érosions superficielles des os extrêmement petites qui sont extrêmement importantes pour le diagnostic parmi les premiers symptômes (parfois même uniques). Et enfin, ce schéma ignore l'existence d'une phase négative aux rayons X (stade «zéro»).

La polyarthrite rhumatoïde peut affecter toutes les articulations des membres, les différences ne concernent que la fréquence, le moment et la gravité de la lésion..

L'idée des soi-disant articulations d'exclusion est un mythe et ne fait que compliquer le diagnostic. Le fait d'une implication rare (dans environ 3% de tous les cas) et tardive dans le processus pathologique des articulations de la hanche a une valeur incontestable. Rarement, la polyarthrite rhumatoïde affecte la colonne vertébrale, les changements n'affectent que la colonne cervicale.

En plus de tous les autres changements, la polyarthrite rhumatoïde qui a commencé dans l'enfance se caractérise par un retard dans le développement physique général des patients (infantilité) et divers troubles de la croissance osseuse (micrognathie, déséquilibre dans la longueur des os des avant-bras et des jambes inférieures), ainsi qu'une lésion plus fréquente que chez les adultes colonne vertébrale.

La polyarthrite rhumatoïde ne provoque des manifestations radiologiques caractéristiques que dans les mains et les parties distales des pieds, et l'image radiologique de la lésion de toutes les autres articulations des extrémités (même à des degrés de gravité maximum) est complètement non spécifique.

La localisation «préférée» des lésions des pieds avec polyarthrite rhumatoïde est les articulations métatarsophalangiennes IV et V. Chez eux, les changements se développent plus souvent et plus tôt (en particulier l'érosion osseuse), avec un processus généralisé, ces articulations dominent dans la gravité de la lésion. Les subluxations des orteils des pieds sont dirigées vers l'extérieur et vers l'arrière (vers le haut). Dans le domaine des articulations métatarsophalangiennes et interphalangiennes, la destruction osseuse est rarement en mesure d'atteindre le degré d'ostéolyse, les ankyloses de ces articulations sont complètement inhabituelles pour la polyarthrite rhumatoïde.

Sur la base des caractéristiques énumérées de la polyarthrite rhumatoïde, les conclusions suivantes peuvent être tirées:

  • un examen radiologique minimal des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde est requis;
  • les motifs de radiographie d'autres articulations touchées - suspicion d'une autre pathologie concomitante, inhabituelle (atypisme prononcé) des changements, décision sur la nécessité et la nature du traitement orthopédique;
  • radiographie répétée pour évaluer l'évolution de la maladie et l'efficacité du traitement est conseillé au plus tôt 5-6 mois (en raison de "l'inertie" des changements); en pratique, lors de l'observation de suivi des patients, il suffit généralement de réaliser une radiographie une fois par an.

Les tâches de diagnostic radiologique de la polyarthrite rhumatoïde sont résolues dans la plupart des cas en utilisant la radiographie classique, et les dernières technologies ne sont nécessaires que pour les patients individuels en tant qu'études de clarification..

Diagnostic différentiel. On note une grande variété de manifestations cliniques de la PR et la proximité de ses manifestations cliniques avec d'autres maladies..

L'arthrite psoriasique en l'absence de manifestations cutanées ressemble souvent à des manifestations de PR. Clarifier si le psoriasis était antérieur, les parents de sang ont souffert de cette maladie.

Avec la spondylarthrite ankylosante, les lésions articulaires sont asymétriques, les lésions de la colonne vertébrale thoracique, cervicale et lombaire prévalent, la sacro-iléite.

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde

  • Événements généraux présentés précédemment.
  • Traitement symptomatique des AINS.
  • Traitement immunosuppresseur à long terme utilisant du méthotrexate, des préparations d'or, de la sulfasalazine, de la pénicillamine, de l'azathioprine, de l'hydroxychloroquine.

Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde est complexe et poursuit des objectifs fondamentaux tels que l'arrêt du processus inflammatoire, la restauration de la fonction des articulations touchées, l'arrêt de la progression de la maladie, la correction des troubles immunitaires.

Pour arrêter le processus inflammatoire, des anti-inflammatoires non stéroïdiens à action rapide sont utilisés: ibuprofène 1,2-1,6 g par jour, diclofénac sodique 150 mg par jour, naproxène 750-1000 mg par jour. L'utilisation de ce groupe de médicaments permet d'obtenir une rémission de la maladie chez certains patients. Souvent en combinaison avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des médicaments qui suppriment l'immunité sont utilisés: hydroxychloroquine, chloroquine.

Avec un effet insuffisant de ces médicaments, des médicaments de base sont prescrits: préparations d'or - 1 ml de chrysanol dans une solution à 5% ou 10% et D-pénicillamine dans 0,3-0,6 g par jour. Le traitement est effectué pendant une longue période..

Si les préparations d'or sont intolérantes et qu'il y a des contre-indications (maladies des reins, du cœur, des poumons), des médicaments qui inhibent la division cellulaire sont prescrits avec eux - cytostatiques: azathioprine, méthotrexate 7,5–25 mg une fois par semaine, et d'autres. Le traitement avec des cytostatiques est long - 2— 3 années.

Les médicaments hormonaux (prednisone) sont prescrits dans des cas exceptionnels: avec un processus inflammatoire prononcé, la présence de dommages aux organes internes, une température corporelle élevée - et uniquement en combinaison avec des cytostatiques, des préparations d'or, de la D-pénicillamine. Avec un processus inflammatoire tenace, ils recourent à l'administration intraarticulaire de triamcinolone, hydrocortisone.

Ces dernières années, des agents dits biologiques ont été développés avec des effets anti-inflammatoires et cytostatiques prononcés, par exemple l'infliximab.

Parallèlement au traitement médicamenteux, des méthodes physiothérapeutiques sont utilisées: procédures thermiques, phonophorèse de l'hydrocortisone, etc..

En l'absence de polyarthrite rhumatoïde active et de dommages aux organes internes, le traitement spa est indiqué.

En plus de ces méthodes de thérapie, la plasmaphérèse (purification extracorporelle du sang), la cryothérapie (traitement à froid), l'irradiation laser à faible puissance des articulations touchées, des interventions chirurgicales sont utilisées.

Il est recommandé de maintenir un poids corporel idéal pour réduire le stress sur les articulations. L'intensité de l'inflammation diminue avec la consommation d'aliments riches en acides gras polyinsaturés, fruits et légumes.

Thérapie par l'exercice, méthodes orthopédiques pour la correction des déformations articulaires.

Les moyens qui modifient l'évolution de la maladie n'ont qu'un effet analgésique minime, c'est pourquoi ils sont souvent associés aux AINS. L'effet maximum de ces fonds est constaté après quelques semaines ou mois d'utilisation.

Pour la PR modérée, l'hydroxychloroquine (plaquénil) est utilisée..

La sulfasalazine est capable d'améliorer le cours de la maladie et de ralentir les dommages aux articulations. Une forme entérique de 500 mg est utilisée le soir, puis 500 mg sont ajoutés le matin et la dose du soir est augmentée à 1000 mg, maximum.

GCS réduit la gravité des manifestations de la maladie. Une dose d'entretien de prednisone est recommandée ne dépassant pas 7,5 mg / jour. L'administration intra-articulaire de formes prolongées de corticostéroïdes vous permet de contrôler la mono- et l'oligoarthrite sévères, en réduisant la douleur et l'enflure dans l'articulation. La triamcinolone à des doses de 10 à 40 mg agit pendant longtemps. Les ponctions articulaires sont recommandées à effectuer pas plus de 3-4 fois par an.

Des cytostatiques sont utilisés: azathioprine, cyclophosphamide et cyclophosphamide. Cependant, ils peuvent provoquer une myélodépression. Appliquer en l'absence d'effet d'autres médicaments.

ChangementLa description