Nerfs sur le schéma du cou

  • Blessure

Le plexus cervical (plexus cervicalis) est formé par les branches antérieures des quatre nerfs spinaux cervicaux supérieurs (CI-CIV) (Fig. 489). Ce plexus est situé entre le muscle scalène antérieur et le muscle long du cou (médial), le muscle scalène moyen et le muscle qui soulève l'omoplate - latéralement. Le plexus à l'avant et sur le côté est recouvert par le muscle sternocléidomastoïdien. Les branches musculaires (rami musculares) sortent du plexus cervical, qui innervent les longs muscles de la tête et du cou, les muscles scalènes, les muscles rectus latéraux et antérieurs de la tête, le muscle qui soulève l'omoplate, ainsi que les muscles trapèze et sternocléidomastoïdien. À partir du plexus cervical, les fibres forment la racine inférieure (radix inférieure) de la boucle cervicale profonde (ansa cervicalis), ainsi que le long nerf diaphragmatique. La racine supérieure de cette boucle est formée par la branche descendante du nerf hyoïde. Les fibres de la boucle cervicale innervent les muscles superficiels du cou, situés sous l'os hyoïde. Le nerf phrénique (n. Phrenicus) descend fortement vers le bas, passe le long de la surface avant du muscle scalène antérieur et pénètre dans la cavité thoracique en avant de la racine du poumon (Fig. 490). Les fibres motrices des nerfs phréniques innervent le diaphragme, les fibres sensibles vont à la plèvre et au péricarde (branche péricardique, r. Pericardiacus). Les branches abdominales (rr. Abdominales) s'étendent dans la cavité abdominale et innervent le péritoine tapissant le diaphragme et le foie.

Les branches sensibles du plexus cervical qui innervent la peau du cou antérolatéral, les zones parotides et parotides sont la grande oreillette, les petits nerfs occipitaux, le nerf transversal du cou et les nerfs supraclaviculaires qui s'étendent sous la peau derrière le tiers médian du muscle sternocléidomastoïdien (Fig.491) ).

Le gros nerf de l'oreille (n. Auricularis magnus) monte verticalement vers le haut et innove la peau des côtés postérieur et latéral de l'oreillette, du lobe de l'oreille et du méat auditif externe, ainsi que la peau du visage dans la glande salivaire parotide. Le petit nerf occipital (n. Occipitalis minor) monte et innove la peau derrière l'oreillette et au-dessus. Le nerf transversal du cou (n. Transverses colli) avance, pénètre dans le muscle sous-cutané du cou, anastomose avec la branche cervicale du nerf facial, où il forme une boucle cervicale superficielle (ansa cervicalis superficialis). Le nerf innerve la peau de l'avant du cou. Les nerfs supraclaviculaires (nn. Supraclaviculares), médiaux, intermédiaires et latéraux, émergent de sous le bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien, descendent, divergent en éventail et innervent la peau sur la clavicule et dans la partie supérieure de la poitrine antérieure (jusqu'au niveau du troisième travers de porc).

Plexus cervical

Plexus cervical [plexus cervicalis (PNA, JNA, BNA)] - la partie appariée du système nerveux périphérique, formée par la connexion des branches antérieures des quatre premiers nerfs rachidiens cervicaux près de leur sortie des trous intervertébraux.

Le plexus cervical est situé devant le muscle scalène moyen (m. Scalenus med.) Et le muscle qui soulève l'omoplate (m. Levator scapulae), sous la partie supérieure du muscle sternocléidomastoïdien (couleur. Fig. 6). Les branches motrices du plexus cervical innervent certains muscles du cou (voir ci-dessous) et du diaphragme, et les plus sensibles - la peau de la région occipitale de la tête, l'oreillette, la surface antérieure et latérale du cou, partiellement le haut de la poitrine.

Les nerfs du plexus cervical anastomose avec le nerf hyoïde (voir), formant une boucle cervicale (ansa cervicalis), avec le nerf supplémentaire (voir), le nerf facial (voir), avec le plexus brachial (voir) au moyen d'une anastomose intermittente avec 5- m nerf spinal cervical, ainsi qu'avec le nœud cervical supérieur du tronc sympathique.

Le nerf le plus gros du plexus cervical est le nerf phrénique (n. Phrenicus). Habituellement, il est formé de deux racines émanant de C3 et C4, moins souvent il y a une racine supplémentaire de C5. En plus des fibres sensorielles motrices et proprioceptives, les fibres sensorielles qui innervent le péricarde et en partie la plèvre et le péritoine traversent également le nerf phrénique. Le nerf phrénique du cou descend le long de la face avant du muscle scalène antérieur (m. Scalenus ant.), Passe entre l'artère sous-clavière et la veine du même nom, puis pénètre dans la cavité thoracique. Ensuite, il suit avec l'artère diaphragmatique péricardique (a. Péricardiacophrène) et la veine éponyme le long de la surface latérale de la plèvre médiastinale, passe devant la racine du poumon et atteint le diaphragme près de son centre tendineux. Le nerf phrénique droit est plus court que le gauche et passe de haut en bas de façon plus rectiligne. Le nerf gauche passe devant l'arc aortique et, descendant vers le diaphragme, fait le tour du cœur à gauche. Les branches du nerf phrénique, se dirigeant vers le péritoine recouvrant le diaphragme, ont des connexions avec les branches du plexus cœliaque (voir. Système nerveux autonome). Particulièrement souvent, le nerf phrénique droit a de telles connexions, ce qui explique l'irradiation de la douleur dans le cou avec des maladies du foie (voir le symptôme Frenicus).

Les courtes branches musculaires du plexus cervical s'étendent aux longs muscles de la tête et du cou, les muscles rectaux antérieur et latéral de la tête, les muscles scalènes antérieur, moyen et postérieur, le muscle qui soulève l'omoplate (mm. Longi colli et capitis, recti capitis ant. Et lat., Scaleni ant., med. et post., scapula levator); ils partent souvent directement des branches antérieures des nerfs spinaux. Les branches innervant les muscles situés sous l'os hyoïde (muscles sublinguaux, T.) sont le sternum-hyoïde, le sternoconstricteur, la thyroïde-hyoïde, le scapulaire-hyoïde, ainsi que le menton-hyoïde (mm. Sternohyoideus, sternothyreooideus, hyoid hyoidus de la boucle cervicale formée par la racine supérieure, provenant du nerf sublingual (contient des fibres des 1er et 2e nerfs rachidiens cervicaux, pénétrant dans sa composition par des anastomoses), et la racine inférieure, contenant des fibres des 2e et 3e cervicale nerfs spinaux.

Le plexus cervical a des branches sensibles qui s'étendent sous le bord postérieur du muscle sternocleidomastoid au milieu de celui-ci. Les principaux nerfs sensibles du plexus cervical sont le petit nerf occipital, le gros nerf de l'oreille, le nerf transversal du cou et les nerfs supraclaviculaires (3-5 nerfs). Le petit nerf occipital (n. Occipitalis minor) est formé par des fibres provenant des 1er et 2e nerfs rachidiens cervicaux, s'élève le long du bord postérieur du muscle sternocléidomastoïde et des branches de la peau de la région occipitale et partiellement de l'oreillette. Le gros nerf de l'oreille (n. Auricularis magnus) est formé par des fibres provenant des 2e et 3e nerfs rachidiens cervicaux, longe la surface externe du même muscle et se ramifie dans la peau de l'oreillette et le bas du visage. Le nerf transversal du cou (n. Transversus colli) comprend des fibres des 2e et 3e nerfs rachidiens cervicaux, émerge de sous le bord postérieur du muscle sternocléidomastoïde, avance et est divisé en un certain nombre de branches innervant la peau du cou antérieur, sa branche supérieure se connecte à la branche cervicale du nerf facial (ramus colli n. facialis). Les nerfs supraclaviculaires (nn. Supraclaviculares) sont formés par des fibres des 3e et 4e nerfs rachidiens cervicaux, descendent jusqu'à la clavicule, la branche en éventail et innervent la peau du bas du cou, ainsi que la peau recouvrant le muscle deltoïde et la poitrine supérieure antérieure (jusqu'au niveau II - III côtes).

Pathologie

Les lésions du plexus cervical sont unilatérales et bilatérales, de plus, les nerfs individuels sont plus souvent touchés que le plexus entier. La pathologie du plexus cervical et de ses branches peut survenir avec des blessures (lésions du cou, traumatisme à la naissance, etc.), des processus inflammatoires et des tissus environnants du cou (voir Cou), des infections ou des intoxications, avec des anomalies craniovertebral et des tumeurs provenant de diverses formations du cou et organes et tissus voisins, avec des métastases de tumeurs malignes aux ganglions lymphatiques profonds du cou, des anévrismes de gros vaisseaux du cou Des lésions du plexus cervical sont également observées lors de la radiothérapie des lymphomes malins du cou ou de l'irradiation des métastases d'une tumeur maligne dans les ganglions lymphatiques cervicaux. Les facteurs provoquant le développement de la pathologie du plexus cervical et de ses branches peuvent être une surcharge physique, des mouvements brusques ou un séjour prolongé dans une position inconfortable (charges statiques ou dynamiques), un refroidissement local et général, etc..

La défaite des branches du plexus cervical se manifeste par une paralysie, une altération de la sensibilité cutanée dans les zones d'innervation de ces branches, moins souvent des convulsions des muscles profonds du cou. Avec la paralysie des muscles innervés par le plexus cervical, la tête du patient est inclinée vers l'avant et il ne peut pas la soulever. Les crises de muscles affectés sont rares. La crampe musculaire tonique unilatérale détermine le modèle de torticolis (voir), clics - contractions de la tête dans la direction opposée, parfois avec élévation simultanée de l'épaule; une convulsion clonique bilatérale entraîne des mouvements de tête de la tête (voir Convulsions, Tique). La violation de la sensibilité lors de l'irritation des nerfs du plexus cervical a le caractère d'une névralgie (voir), avec une lésion plus profonde, une hypesthésie se développe dans la zone d'innervation de la branche affectée du plexus cervical. La défaite du petit nerf occipital provoque une douleur intense et une hyperesthésie de la peau (moins souvent une hypesthésie) dans la région occipitale et en partie de la peau de l'oreillette; la douleur apparaît à la palpation aux points de sortie du nerf le long du bord postérieur du tiers supérieur du muscle sternocléidomastoïdien. Avec des dommages au gros nerf de l'oreille, des troubles de la sensibilité cutanée (moins souvent des douleurs) sont notés dans la région de l'angle de la mâchoire inférieure et de l'oreillette. Lorsque les nerfs supraclaviculaires sont endommagés, il y a des violations de la sensibilité de la peau dans les régions supraclaviculaire, sous-clavière, scapulaire supérieure et dans la partie externe supérieure de l'épaule (peau au-dessus des muscles deltoïdes et pectoraux principaux). Des dommages au nerf phrénique sont plus souvent observés en combinaison avec des blessures et divers processus pathologiques dans les organes adjacents. Dans ce cas, une paralysie du diaphragme avec un essoufflement, une difficulté à tousser ou (en cas d'irritation nerveuse) un hoquet (voir) et des douleurs se propageant à la ceinture scapulaire, à l'articulation de l'épaule, au cou et à la poitrine peuvent se développer..

Le diagnostic des lésions du plexus cervical repose sur l'anamnèse, les manifestations cliniques caractéristiques (troubles du mouvement et de la sensibilité) et un examen approfondi des organes du cou et de la cavité thoracique. La fluoroscopie thoracique, dans laquelle des mouvements paradoxaux et une position inhabituelle du diaphragme sur le côté de la lésion peuvent être détectés, est importante pour reconnaître les dommages au nerf phrénique; pour la reconnaissance des tumeurs neurogènes du cou, une méthode informative de recherche est la tomodensitométrie.

Le traitement des lésions du plexus cervical doit viser à éliminer la cause de la pathologie, ainsi qu'à améliorer la conductivité des fibres nerveuses du plexus et à soulager la douleur. Le traitement médicamenteux est combiné avec la physiothérapie, la thérapie par l'exercice et le massage (à l'exception de la pathologie du plexus cervical due à une tumeur maligne). Avec le hoquet persistant causé par l'irritation du nerf phrénique, produire un blocage du nerf novocaïne sur le cou.

Le pronostic dépend de la nature de la maladie sous-jacente à l'origine de la pathologie du plexus cervical..

Bibliographie: Structure intra-barillet des nerfs périphériques, éd. A.N. Maksimenkova, L., 1963; Guide multivolume de neurologie, éd. S.N. Davidenkova, vol. 3, pr. 1, p. 99, M., 1962; Popelyansky Y. Yu. Les maladies vertébrogènes du système nerveux, volume 3, Kazan, 1981, bibliogr.; Ratner A. Yu. Et Soldatova L. P. Paralysie obstétricale chez les enfants, Kazan, 1975; Sinelnikov R. D. Atlas d'anatomie humaine, vol. 3, p. 24, M., 1981; Triumfov A. V. Diagnostic topique des maladies du système nerveux, L., 1974; Favorsky B. A. Sur la question de l’architectonique intra-barrique du système nerveux périphérique, Zh. neuropathe et psychiatre., t. 61, n ° 2, p. 305, 1961; Clara M. Das Nervensystem des Men-schen, Lpz., 1959.


I.P. Antonov (pathologie), V.I. Kozlov (an.).

Branches cutanées du plexus cervical

1. Petit nerf occipital, n. occipitalis minor, provient des deuxième et troisième nerfs cervicaux (CII et CIII), va au bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien, et en sortant, est souvent divisé en deux branches.

Cette dernière, en suivant et en arrière (vers l'arrière de la tête), se ramifie derrière l'oreillette et au-dessus de celle-ci dans la zone de la peau bordant le dos avec la zone de la branche du gros nerf occipital, et devant, sur la zone du gros nerf de l'oreille. Le petit nerf occipital a des connexions avec le gros nerf occipital, le gros nerf de l'oreille et le nerf facial (son nerf de l'oreille postérieure).

Plexus cervical, plexus cervicalis (semi-schématique).

2. Le gros nerf de l'oreille, n. auricularis magnus, - le plus grand nerf cutané du plexus cervical. Il commence à partir de CIII (CIV), suit le bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien et, en le pliant sous le petit nerf occipital, passe à la surface externe du muscle. Ici, le tronc nerveux, se dirigeant vers l'avant et jusqu'à l'oreillette, est divisé en deux branches - l'avant et l'arrière.

Branche avant, r. antérieure, plus mince, branches dans la peau de la glande parotide, du lobe de l'oreille et dans la peau de la surface concave de l'oreillette.

Branche arrière, r. postérieur, branches dans la peau de la surface convexe de l'oreillette et dans la peau derrière l'oreille.

Le gros nerf de l'oreille est relié au petit nerf occipital et au nerf de l'oreille postérieure (du nerf facial).

La zone de propagation des nerfs cutanés de la tête et du cou; vue de droite (semi-schématique).

3. Le nerf transversal du cou, n.transversus colli, provient de CII (CIII), va, comme le gros nerf de l'oreille, vers le bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien, se courbe autour de lui et suit dans la direction transversale vers l'avant sur la surface externe de ce muscle, entre celui-ci et le muscle sous-cutané du cou.

Divisé en plus grandes branches supérieures, rr. supérieures et rameaux inférieurs plus fins, rr. inférieurs. Ces branches, perforant le muscle sous-cutané du cou, se ramifient dans la peau de la région latérale et du cou antérieur, atteignant le haut de la mâchoire inférieure et en dessous n'atteignent pas la clavicule.

Le nerf transversal du cou a des connexions avec la branche cervicale du nerf facial, formant avec lui une boucle cervicale superficielle.


Nerfs cutanés du plexus cervical, nn. cutanei plexus cervicalis, droite; vue de droite.

4. Les nerfs supraclaviculaires, nn. supraclaviculares, proviennent de CIII (CIV), suivent le bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien et sortent à cause de cela légèrement en dessous du nerf transversal du cou, situé ici dans le triangle scapulo-claviculaire, sous l'aponévrose.

En outre, perforant le fascia, les nerfs descendent jusqu'à la clavicule et divergent en éventail en trois groupes de branches:

1) nerfs supraclaviculaires médiaux, nn. supraclaviculares mediales, branche dans la peau, respectivement, dans l'encoche jugulaire et le sternum, en dessous de la partie médiale de la clavicule;

2) nerfs supraclaviculaires intermédiaires, nn. supraclaviculares intermedii, sont distribués dans la peau, respectivement, de la partie médiale du muscle deltoïde et de la surface antérieure de la poitrine, atteignant le niveau de la côte IV;

3) nerfs supraclaviculaires latéraux (arrière), nn. supraclaviculares laterales (posteriores), branche dans la peau sur les sections postérieures du muscle deltoïde et sur l'acromion.

Plexus cervical [Nerveux, Plexus cervicalis]

Le plexus cervical a une fonction mixte. Il est formé par les branches antérieures des quatre nerfs cervicaux supérieurs, qui s'étendent sous le milieu du bord postérieur du muscle sternocléidomastoïdien. Ils sont projetés dans le triangle scapulaire-trapézoïdal. Les nerfs cervicaux sont interconnectés par trois boucles arquées et sont situés sur les côtés des processus transverses des vertèbres cervicales (Fig. 1). Médialement d'eux se trouvent les longs muscles de la tête et du cou, le muscle scalène latéral - médial, le muscle qui soulève l'omoplate et m. splenius. Le plexus forme des anastomoses avec des nerfs supplémentaires (n. Accessorius), sublinguaux (n. Hypoglosse) et un tronc sympathique (truncus simpaticus) (Fig. 2). Dans le plexus cervical, les branches longues et courtes se distinguent.

Nerfs du plexus cervical (branches du plexus cervical)

Branches cutanées (sensibles) (nerfs) du plexus cervical

Les branches cutanées du plexus cervical appartiennent à ses branches courtes (Fig. 3). Ce sont les nerfs suivants:

Petit nerf occipital

Petit nerf occipital - n. occipitalis minor (de C2-C3) - s'élève vers le haut du bord arrière de m. sterno-cleido-mastoideus, enveloppes derrière l'oreillette, innervent la peau du processus mastoïde, ainsi que la partie latérale de la région occipitale.

Gros nerf d'oreille

Gros nerf d'oreille - n. auricularis magnus (de C3) est la plus grande branche du plexus cutané. Nerf sortant de moins de m. sterno-cleido-mastoideus, monte, croisant ce muscle, et est divisé en deux branches - l'avant et l'arrière. La veine jugulaire externe se trouve près et en avant du gros nerf de l'oreille. Innervent la peau de la fosse post-mandibulaire, l'angle de la mâchoire inférieure, l'oreillette et le méat auditif externe, ainsi que la zone de mastication parotide.

Nerf transversal du cou

Nerf transversal du cou - n. transversus coli (C2-C3) traverse m. sterno-cleido-mastoideus en son milieu, remonte à l'avant, où au bord avant, il est divisé en branches supérieure et inférieure. La branche supérieure s'étend jusqu'à l'os hyoïde, où son anastomose se produit avec la branche cervicale du nerf facial (R. Coli nervi facialis). La branche inférieure du nerf transversal descend jusqu'au plexus sternocléidomique. La branche cervicale du nerf facial innerve le muscle sous-cutané du cou (m. Platisma). C'est avec lui que la branche supérieure forme un arc dont partent les nerfs secondaires. En général, le nerf cervical transversal innerve la peau du cou.

Nerfs supraclaviculaires

Les nerfs supraclaviculaires (nn. Supraclavicularis C3-C4). Ils représentent 3 groupes: médian, médial et latéral. Toutes les branches descendent vers l'articulation sterno-claviculaire (médiane), vers le milieu de la clavicule (médiale) et vers l'acromion (postérieure). Les nerfs alimentent la peau du muscle deltoïde, la région supraclaviculaire et sous-clavière, ainsi que la peau de la poitrine jusqu'à la ligne tracée dans la direction transversale entre les mamelons.

Le nerf supraclaviculaire latéral peut descendre très loin dans la zone de l'articulation du coude, marchant le long de la surface externe de l'épaule (Fig.4).

Branches musculaires (motrices) (nerfs) du plexus cervical

  • Branches aux muscles: m. rectus capitis anterior et lateralis, m.m. longi capitis et coli, m.m. scalène (ant., med. et post.), m. omoplates releveur, m.m. intertransversarii anteriores.
  • Boucle cervicale - ansae cervicalis (C2-C3). Radix inf. va à l'intérieur de v. jugularis interna sur m. sterno-cleido-mastoideus. Ici, elle se combine avec radix supérieur de n. hypoglosse. Ensemble, ils forment un tour de cou. Les branches de cette boucle innervent m. sternohyoideus, m. sternothyroideus, m. omohyoideus.
  • Branches aux muscles m. sterno-cleido-mastoideus et m. trapezius (СЗ-С4) sont impliqués dans l'innervation de ces muscles avec n. accessorius.

Branches mixtes (nerfs) du plexus cervical

Nerf phrénique

Nerf phrénique n. phrénicus (C3-C4). Le nerf longe la surface avant de m. scalenus antérieur, descend, à côté se trouve a. cervicalis ascendens. Le nerf pénètre dans la cavité thoracique entre a. et v. subclavia.

À droite n. le phrénicus est perpendiculaire à a. subclavia, traverse devant la racine du poumon droit, se trouve sur le côté droit du péricarde et atteint ainsi le diaphragme.

Gauche n. le phrénicus traverse l'arc aortique et la racine du poumon droit en avant, se trouve sur la surface gauche du péricarde et va au diaphragme. Ces deux nerfs sont situés dans le médiastin. Ils sont situés entre la plèvre et le péricarde.

Par fonction n. le phrénicus est un nerf mixte: sa fonction motrice est d'innerver le diaphragme, assurant ainsi la fonction respiratoire; ses branches sensibles innervent la plèvre et le péricarde.

Le nerf phrénique gauche, ayant atteint le diaphragme, reste dans la cavité thoracique et innerve le cœur, le thymus, les poumons.

Le nerf phrénique droit passe par le centre tendineux du diaphragme dans la cavité abdominale. Ici ses branches (n.n. phrenicoabdominalis) s'anastomosent avec le plexus sympathique du diaphragme. De cette anastomose, les branches s'étendent jusqu'au péritoine, au foie et à ses ligaments. Cela explique le fait qu'avec une maladie du foie, un symptôme phrénique peut se produire (Fig. 5,6). Matériel provenant du site http://wiki-med.com

Défaite du plexus cervical

En cas de dommages aux vertèbres cervicales, en particulier C3, paralysie et crampes des muscles cervicaux, une névralgie peut être observée, en particulier avec des lésions bilatérales..

Paralysie de la tête

En cas de paralysie, la tête du patient se penche en avant de manière à toucher le menton du sternum et il ne peut pas relever la tête..

Paralysie d'ouverture

Vaincre n. le phrénicus entraîne une paralysie du diaphragme.

Crampes musculaires

Crampes

Les crises affectent le plus souvent m. obliquus capitis, m. splenius. Avec convulsions cloniques unilatérales m. obliquus capitis inférieur le patient tourne constamment la tête vers le côté affecté, et avec des convulsions bilatérales, la tête tourne dans les deux sens. Avec des convulsions toniques m. la tête de splenius se penche en arrière et sur le côté affecté.

Crampes à diaphragme

Dans le diaphragme, les convulsions cloniques sont le plus souvent observées, qui se manifestent par un hoquet.

Névralgie

La névralgie survient principalement le long de n. occipitalis minor et n. auricularis magnus. Dans ce cas, une hyperesthésie douloureuse, une douleur lorsqu'elle est pressée dans la zone d'innervation de ces nerfs est déterminée.

La structure du cou - l'anatomie humaine de l'intérieur

Le cou est l'un des composants les plus importants du corps humain, cette partie relie l'ensemble du corps au cerveau. La structure du cou humain est très complexe et comprend plusieurs départements: système circulatoire, ganglions lymphatiques, structure osseuse, structure musculaire, organes internes.

Caractéristiques de la structure du cou

À l'intérieur du cou, il existe de nombreux entrelacs de vaisseaux sanguins, de nerfs, d'organes internes et d'os. Le cadre musculaire développé fournit une activité motrice.

Parties du cou

La structure est formée de plusieurs parties:

Chacun de ces domaines a ses propres nuances. La structure du cou humain derrière l'emplacement du squelette musculaire et des ganglions lymphatiques diffère considérablement de leur emplacement devant.

Les organes internes

La structure interne du cou comprend:

  1. pharynx - remplit une fonction de protection et de liaison, étant la principale barrière contre les agents pathogènes et les bactéries;
  2. trachée - avec son aide, l'air pénètre dans les poumons;
  3. larynx - joue un rôle important dans la fonction digestive, forme le timbre de la voix, est une barrière protectrice pour le système respiratoire;
  4. la glande thyroïde est un organe endocrinien important qui régule les processus métaboliques dans tout le corps et produit des hormones;
  5. la moelle épinière est une partie importante du système nerveux humain, responsable de la mobilité du corps et des organes;
  6. œsophage - fournit de la nourriture à la destination, participe à la fonction de digestion.

Système circulatoire et structure musculaire

Si vous regardez la structure du cou humain de côté, tous les muscles qui y entrent seront visibles: maxillaire - sublingual, muscle trapèze, abdomen postérieur du muscle nuptial, scapulaire - hyoïde, muscles scalènes et muscle sternocleidomis. Tous ces éléments composent le corset musculaire du cou, qui assure la déglutition et la formation du son, la position ferme de la tête dans l'espace, sa mobilité.

Le système circulatoire artériel comprend: l'artère sous-clavière et la grande artère carotide, d'où sortent les directions interne et externe, à travers lesquelles le sang circule vers la tête et de la tête.

Le système veineux comprend: les veines jugulaires (antérieures et internes), la veine thyroïdienne, la sous-clavière. Toutes les veines sont responsables de l'écoulement du sang du cerveau..

Système osseux et lymphatique

La colonne vertébrale, qui pénètre dans le système avec ses 7 vertèbres, offre une mobilité libre du cou. Les vertèbres cervicales sont moins allongées que toutes les autres. Chaque vertèbre a un trou à travers lequel passent la veine vertébrale et l'artère. Le système ganglionnaire offre une barrière protectrice au corps en filtrant la lymphe des toxines et des infections. Le ganglion lymphatique est une sorte d'indicateur de santé, selon les inflammations dont on peut tirer une conclusion sur son état. Il existe deux groupes de ganglions lymphatiques:

  • profonde - cela comprend les nœuds situés le long de la veine jugulaire;
  • externe - situé le long de la veine jugulaire superficielle.

Si nous considérons la structure du cou humain à l'avant, tous les ganglions lymphatiques peuvent être vus

Pathologies et traitements possibles

La région du cou d'une personne est constituée de systèmes complexes, elle est donc sujette à de nombreuses maladies et inflammations. En termes de fréquence, inflammation de la peau (furoncles et anthrax), augmentation des ganglions lymphatiques, les maladies endocriniennes sont en premier lieu parmi les manifestations pathologiques.

La lymphadénite est un processus inflammatoire dans les ganglions lymphatiques, caractérisé par une forme aiguë (avec suppuration) et chronique. Ces maladies surviennent dans le contexte d'autres infections infectieuses, telles que l'amygdalite, la sinusite, la pharyngite. Afin de réduire le gonflement des ganglions apparus en raison de la concentration, il est nécessaire de guérir la maladie sous-jacente. Parfois, l'inflammation des ganglions lymphatiques se produit comme un phénomène indépendant, auquel cas il est nécessaire de reprendre le renforcement des fonctions protectrices du système immunitaire.

Lymphadénite chronique, avec fièvre, immobilité des ganglions indiquent la présence de tuberculose ou de syphilis.

Tumeurs pathologiques du cou: tumeurs bénignes (angiome, kyste, fibrome, lipome, tératome) et malignes (métastases, tumeur thyroïdienne, cancer du larynx, lymphogranulomatose, lymphosarcome).

Presque tous les types de néoplasmes sont excisés chirurgicalement; dans le cas de maladies oncologiques, la radiothérapie et la chimiothérapie sont ensuite utilisées. Une douleur dans la région cervicale de nature différente peut indiquer la présence des maladies suivantes:

  1. angine de poitrine, crise cardiaque, gonflement dans la région du cœur;
  2. pleurésie, syndrome neurologique, rhumatisme;
  3. inflammation du nerf occipital;
  4. ostéochondrose de la colonne cervicale;
  5. surmenage musculaire;
  6. blessures à la colonne vertébrale.

Une douleur cervicale grave et prolongée entraînant une crise de migraine doit être traitée par un neurologue.

Nerfs sur le schéma du cou

N ° 205 Nerf spinal, sa formation, ses branches. Les branches postérieures des nerfs spinaux et leurs aires de distribution Formation de plexus des nerfs spinaux..

Nerfs spinaux, n. Spinales, troncs nerveux appariés. Une personne a 31 paires de nerfs spinaux, respectivement 31 paires de segments de la moelle épinière: 8 paires de cervicales, 12 paires de pectorales, 5 paires de lombaires, 5 paires de nerfs sacrés et une paire de nerfs coccygiens. Chaque nerf spinal, par origine, correspond à un certain segment du corps, c'est-à-dire qu'il innerve la zone de la peau (un dérivé du dermatome), les muscles (du myotome) et les os (du sclérotome) qui se sont développés à partir de ce somite. Chaque nerf spinal commence à partir de la moelle épinière avec deux racines: antérieure et postérieure. La racine antérieure (motrice), radix ventralis, est formée d'axones de motoneurones, dont les corps sont situés dans les cornes avant de la moelle épinière. La racine arrière (sensible), radix dorsalis, est formée par les processus centraux des cellules sensibles se terminant dans les cellules des cornes postérieures de la moelle épinière, puis elles sont envoyées à la périphérie, où les récepteurs sont situés dans les organes et les tissus. Les corps des cellules sensibles sont situés dans le nœud vertébral (sensible), le ganglion tourne à gauche, adjacent à la racine postérieure.

Le nerf spinal formé lors de la fusion des racines postérieure et antérieure quitte le foramen intervertébral et contient des fibres nerveuses sensorielles et motrices. Les nerfs rachidiens, sortant du foramen intervertébral, sont divisés en trois ou quatre branches: la branche antérieure, r. branche antérieure, postérieure, r. dorsalis; branche méningée, r. meningeus, la branche de connexion blanche, r.. communicans albus, qui ne s'écarte que du VIII cervical, tous les pectoraux et les deux nerfs spinaux lombaires supérieurs.

Les branches postérieures des nerfs spinaux sont des branches mixtes qui innervent à la fois la peau (innervation sensible) et les muscles squelettiques (innervation motrice). La branche postérieure du nerf spinal cervical I contient des fibres motrices.

Les branches méningées innervent les membranes de la moelle épinière, et les branches de connexion blanches contiennent des fibres sympathiques préganglionnaires qui vont aux nœuds du tronc sympathique. Les branches conjonctives (grises), rr, conviennent à tous les nerfs rachidiens. communicantes (grisei), constituées de fibres nerveuses postganglionnaires s'étendant de tous les nœuds du tronc sympathique. Dans la composition des nerfs rachidiens, les fibres nerveuses sympathiques postganglionnaires sont envoyées vers les vaisseaux, les glandes, les muscles qui soulèvent les cheveux, les muscles striés et d'autres tissus pour assurer leurs fonctions, y compris le métabolisme (innervation trophique).

Les branches arrière, rr. les dorsales [s postérieures, innervent les muscles profonds du dos, les muscles du cou et la peau de l'arrière de la tête et du tronc. Les branches postérieures des nerfs rachidiens sacrés sortent par les ouvertures sacrées dorsales. Les branches postérieures des nerfs cervicaux, des nerfs thoraciques, des nerfs lombaires, des nerfs sacrés et du nerf coccygien sont distinguées.

La branche postérieure du nerf spinal cervical I - le nerf sous-occipital, suboccipit a lis. - innerve les muscles rectus postérieurs majeurs et mineurs de la tête, les muscles obliques supérieurs et inférieurs de la tête et le paracarpe du pénis..

La branche postérieure du nerf spinal cervical II - le gros nerf occipital, élément occipitdlis major, est divisée en branches musculaires courtes et en une branche cutanée longue. Les branches musculaires innervent le muscle du pénis de la tête, les muscles de la ceinture de la tête et du cou, le muscle long de la tête. La longue branche de ce nerf perce le muscle semiparticulaire de la tête et le muscle trapèze et, accompagnant l'artère occipitale, s'élève et innerve la peau de la région occipitale.

N ° 206 Plexus cervical, sa topographie, ses nerfs, ses zones d'innervation.

Le plexus cervical, plexus cervicalis, est formé par les branches antérieures des 4 nerfs spinaux cervicaux supérieurs. Le plexus est situé au niveau des quatre vertèbres cervicales supérieures sur la surface antérolatérale des muscles profonds du cou (muscle, omoplate, muscle scalène médial, muscle de la ceinture du cou), étant couvert à l'avant et sur le côté du muscle sternocléidomastoïdien.

Le plexus cervical a des connexions avec les nerfs accessoires et hyoïdes. Parmi les branches du plexus cervical, on distingue les muscles, la peau et les nerfs mixtes (branches).

Les nerfs moteurs (musculaires) (branches) vont aux muscles adjacents: les muscles longs du cou et de la tête, les muscles scalènes antérieur, moyen et postérieur, les muscles rectus antérieur et latéral de la tête, les muscles transversaux antérieurs et le muscle qui soulève l'omoplate. La boucle cervicale appartient également aux branches motrices du plexus cervical et à nsa cervicalis. Dans sa formation, la branche descendante du nerf hyoïde est impliquée - la racine supérieure, radix supérieure, contenant des fibres du plexus cervical, et les branches s'étendant du plexus cervical - la racine inférieure, ra dix inférieure. La boucle cervicale est située légèrement au-dessus du bord supérieur du tendon intermédiaire du muscle scapulaire-hyoïde, généralement sur la surface avant de l'artère carotide commune. Les fibres s'étendant de la boucle cervicale innervent les muscles situés sous l'os hyoïde (muscles sublinguaux: sternum-hyoïde, sternum-thyroïde, scapulaire-hyoïde, thyroïde hyoïde).

Branches musculaires partant du plexus cervical, qui innervent également les muscles trapèze et sternocléidomastoïdien.

Des nerfs sensibles (peau) du plexus cervical apparaissent dans la graisse sous-cutanée sous le muscle sous-cutané du cou. Le plexus cervical donne les branches cutanées suivantes:

1. Le gros nerf de l'oreille, élément auricularis magnus. Sur la surface externe du muscle sternocléidomastoïde, il va obliquement et en avant vers la peau de l'oreillette, le méat auditif externe et la région de la fosse maxillaire.

2. Le petit nerf occipital, item occipitalis minor, innerve la peau de la partie latérale inférieure de la région occipitale et la surface postérieure de l'oreillette.

3. Le nerf transversal du cou, p. Transversus colli,. Il innerve la peau des zones antérieure et latérale du cou.

4. Les nerfs supraclaviculaires, paragraphes. supraclaviculares innervent la peau dans les régions supraclaviculaires et sous-clavières.

Le nerf phrénique, n. Phrenicus, est une branche mixte du plexus cervical. Il est formé des branches antérieures des nerfs rachidiens cervicaux III-IV, descend le long de la surface avant du muscle scalène antérieur et pénètre dans la cavité thoracique. Initialement, les deux nerfs vont dans le médiastin supérieur, puis vont dans le médiastin moyen, situé sur la surface latérale du péricarde, antérieur à la racine du poumon correspondant. Ici, le nerf phrénique se situe entre le péricarde et la plèvre médiastinale et se termine dans l'épaisseur du diaphragme.

Les fibres motrices du nerf phrénique innervent le diaphragme, sensible - la branche péricardique, M. pericardiacus, - la plèvre et le péricarde. Branches diaphragmatiques-abdominales sensibles, rr. les phrénicoabdominates, passent dans la cavité abdominale et innervent le péritoine recouvrant le diaphragme. Les branches du nerf phrénique droit passent, sans interruption, à travers le plexus cœliaque jusqu'au foie.

N ° 207 Branches de la partie supraclaviculaire du plexus brachial, zone d'innervation.

Le plexus brachial, le plexus brachial, est formé par les branches antérieures des quatre cervicales inférieures, une partie de la branche antérieure des nerfs cervicaux IV et I thoracique. Dans l'espace interstitiel, les branches antérieures forment trois troncs: le tronc supérieur, tronc supérieur, le tronc moyen, tronc médius et le tronc inférieur, tronc inférieur. Ces troncs de l'espace interstitiel pénètrent dans la grande fosse supraclaviculaire et se détachent ici avec des branches s'étendant à partir d'eux comme la partie supraclaviculaire, pars supraclavicul a ris, du plexus brachial.

Les branches s'étendant du plexus brachial sont divisées en courtes et longues. Les branches courtes s'étendent principalement à partir des troncs de la partie supraclaviculaire du plexus et innervent les os et les tissus mous de la ceinture scapulaire.

1. Le nerf dorsal de l'omoplate, élément dorsdlis scapulae, part de la branche avant du nerf cervical V, se trouve sur la surface avant du muscle qui soulève l'omoplate. Ensuite, entre ce muscle et le muscle scalène postérieur, le nerf dorsal de l'omoplate remonte avec la branche descendante de l'artère transversale du cou et se ramifie dans le muscle qui soulève l'omoplate et le muscle rhomboïde.

2. Le long nerf pectoral, élément thordcicus longus, provient des branches antérieures des nerfs cervicaux V et VI, descend vers le bas derrière le plexus brachial, se trouve sur la surface latérale du muscle denté antérieur entre l'artère pectorale latérale à l'avant et l'artère pectorale à l'arrière, innerve le muscle denté antérieur.

3. Le nerf sous-clavier, p. Subcldvius, est guidé par le chemin le plus court vers le muscle sous-clavier en face de l'artère sous-clavière.

4. Le nerf suprascapulaire, N. Suprascapuldris, s'étend latéralement et vers l'arrière. Avec l'artère suprascapulaire, il passe dans l'encoche de l'omoplate sous son ligament transverse supérieur dans la fosse supraspinatale, puis sous l'acromion dans la fosse infraspineuse. Innervent le muscle supraspinatus et la capsule de l'articulation de l'épaule.

5. Le nerf sous-scapulaire, la sous-section subscapuldris longe la surface avant du muscle sous-scapulaire, innerve celui-ci et le gros muscle rond.

6. Nerf thoracodspinal, n. Thoracodorsails, le long du bord latéral de l'omoplate descend jusqu'au latissimus dorsi, qui innerve.

7. Nerfs pectoraux latéraux et médiaux, paragraphes. pectordles lateralis et medidlls, partent des faisceaux latéraux et médiaux du plexus brachial, avancent, percent le fascia claviculaire-thoracique et se terminent par le grand pectoral (nerf médial) et le petit pectoral,

8. Le nerf axillaire, P. axilldris, part du faisceau postérieur du plexus brachial. Sur la surface avant du muscle sous-scapulaire, il descend et latéralement, puis il revient en arrière et avec l'enveloppe postérieure, l'artère humérus passe à travers l'ouverture à quatre côtés. Après avoir arrondi le cou chirurgical de l'humérus par derrière, le nerf se trouve sous le muscle deltoïde. Le nerf axillaire innerve le deltoïde et les petits muscles ronds, la capsule de l'articulation de l'épaule. La dernière branche du nerf axillaire est le nerf cutané latéral supérieur de l'épaule, P. cutaneus brdchii lateralis supe rior, enveloppe le bord postérieur du muscle deltoïde et innerve la peau recouvrant la surface postérieure de ce muscle et la peau de la région postéro-latérale supérieure de l'épaule..

N ° 208 Branches de la partie sous-clavière du plexus brachial, zone d'innervation.

Les longues branches du plexus brachial s'étendent des faisceaux latéral, médial et postérieur de la partie sous-clavière du plexus brachial.

À partir du faisceau latéral, les nerfs thoraciques et musculo-cutanés latéraux, ainsi que la racine latérale du nerf médian, prennent naissance. À partir du faisceau médial, le nerf pectoral médial, les nerfs cutanés médiaux de l'épaule et de l'avant-bras, le nerf cubital et la racine médiale du nerf médian commencent. Les nerfs axillaires et radiaux proviennent du faisceau postérieur.

1. Le nerf musculo-cutané, n. Musculocutdneus, commence dans la fosse axillaire derrière le muscle pectoralis minor. Le nerf est dirigé latéralement et vers le bas, perforant le muscle brachioceratus. Après avoir traversé l'abdomen de ce muscle dans une direction oblique, le nerf musculo-cutané se situe alors entre la face postérieure des biceps de l'épaule et la face antérieure du muscle brachial et pénètre dans le sillon ulnaire latéral. Ayant équipé ces trois muscles de branches musculaires, rr. musculares, ainsi qu'une capsule de l'articulation du coude, le nerf musculo-cutané dans la partie inférieure de l'épaule perce le fascia et descend sur l'avant-bras comme le nerf cutané latéral de l'avant-bras, P. cutaneus antebrachii laterall. Les branches terminales de ce nerf sont réparties dans la peau de la surface antérolatérale de l'avant-bras jusqu'à l'élévation du pouce.

2. Le nerf médian, p. Medianus, sur l'épaule ne donne pas de branches. Sur l'avant-bras, il innervait ses branches musculaires, rr. musculares, plusieurs muscles: pronateurs ronds et carrés, fléchisseur superficiel des doigts, long fléchisseur du pouce, long muscle palmaire, fléchisseur radial du poignet, fléchisseur profond des doigts, c'est-à-dire tous les muscles de la surface antérieure de l'avant-bras, à l'exception du fléchisseur ulnaire de la main et de la partie médiale du fléchisseur profond les doigts. La plus grande branche est le nerf interosseux antérieur; l'interosseus antérieur innerve les muscles profonds de la surface antérieure de l'avant-bras et donne la branche à l'avant de l'articulation du poignet.

Les dernières branches du nerf médian sont trois paragraphes communs du nerf palmaire numérique, les paragraphes. digitales palmares communes.

3. Le nerf cubital sur l'épaule des branches ne fonctionne pas. Sur l'avant-bras, le nerf ulnaire innerve le fléchisseur ulnaire de la main et la partie médiale du fléchisseur profond des doigts, leur donnant les branches musculaires, rr. musculdres, ainsi que l'articulation du coude. La branche arrière du nerf ulnaire va à la surface arrière de l'avant-bras entre le fléchisseur ulnaire de la main et l'ulna.

4. Le nerf cutané médial de l'épaule, article cutaneus brachii medidlis, part du faisceau médial du plexus brachial, accompagne l'artère brachiale. Deux - avec trois branches perforent le fascia axillaire et le fascia de l'épaule et innervent la peau de la surface médiale de l'épaule.

5. Le nerf cutané médial de l'avant-bras, élément cu taneus antebrachii medidlis, quitte la fosse axillaire adjacente à l'artère brachiale. Innerve la peau de la surface antéromédiale de l'avant-bras.

6. Le nerf radial, N. Radi et lis commence à partir du faisceau postérieur du plexus brachial au niveau du bord inférieur du muscle pectoral mineur entre l'artère axillaire et le muscle sous-scapulaire. Avec l'artère profonde de l'épaule, le nerf radial passe dans le canal dit du muscle brachial, fait le tour de l'humérus et quitte le canal dans le tiers inférieur de l'épaule sur son côté latéral. Ensuite, le nerf perce le septum intermusculaire latéral de l'épaule et descend entre le muscle brachial et le début du muscle brachioradial. Au niveau de l'articulation du coude, le nerf radial est divisé en branches superficielles et profondes. r. profundus branche superficielle, r. superficiales innervent le nerf médian des nerfs palmaires des doigts.

Sur l'épaule, le nerf radial innerve les muscles du groupe postérieur de l'épaule (le muscle triceps de l'épaule et le muscle ulnaire) et le sac de l'articulation de l'épaule.

Le nerf cutané postérieur de l'avant-bras, n. Cutaneus antebrachii postérieur, s'écarte du nerf radial dans le canal musculaire de l'épaule, innerve la peau de la surface postérieure de l'épaule inférieure et la peau de la surface postérieure de l'avant-bras.

No. 209 Innervation de la peau du membre supérieur, origine et topographie des nerfs.

1. n. cutaneus brachii medialis; nerf cutané médial de l'épaule, part du faisceau médial du plexus brachial, accompagne l'artère brachiale.

2. n. cutane us antebrachii medialis; nerf cutané médial - une branche du nerf musculo-cutané. Sur l'avant-bras à travers le fascia.

3. n. superficialis n. ulnaris; branche superficielle du nerf ulnaire. Le nerf cubital part du faisceau médial du plexus brachial. Ensuite, il perce le septum intermusculaire médial de l'épaule, atteint la rainure ulnaire. Ensuite, le nerf continue dans la paume sous la forme de la branche palmaire.

4.nn. digitales palmares proprii (n. ulnaris); propre nerf palmaire digital palmaire. Au départ de la branche superficielle du nerf ulnaire.

5. nn. digitales palmares proprii (n. medianus); propre nerf palmaire digital palmaire. Départ du premier nerf numérique palmaire commun.

6. n. superficialis n. radialis; branche superficielle du nerf radial. Il va à la surface avant de l'avant-bras, descend dans la rainure radiale, est situé à l'extérieur de l'artère radiale. Dans le tiers inférieur de l'avant-bras, la branche superficielle passe à la surface dorsale de l'avant-bras entre le muscle brachial et le radius, et perce le fascia de l'avant-bras.

7. n. cutaneus antebrachii lateralis (n. musculocutaneus); nerf cutané latéral de l'avant-bras du nerf musculo-cutané. Les branches sont réparties dans la peau de la surface antérolatérale de l'avant-bras jusqu'à l'élévation du pouce.

8. n. cutaneus brachii lateralis superior (n.axillaris). Nerf cutané latéral supérieur de l'épaule du nerf axillaire. Enveloppe la marge postérieure du muscle deltoïde et innerve la peau recouvrant la surface postérieure.

1. n. cutaneus brachii lateralis su perior (n.axillaris); Nerf cutané latéral supérieur de l'épaule du nerf axillaire. Enveloppe la marge postérieure du muscle deltoïde et innerve la peau recouvrant la surface postérieure.

2. n. cutaneus brachii postérieur (n. radialis); nerf cutané postérieur de l'épaule. Dans la fosse axillaire du nerf radial, il va en arrière, pénètre dans la longue tête du muscle triceps de l'épaule, perce le fascia de l'épaule près du tendon du muscle deltoïde et se ramifie dans la peau de la surface postéro-latérale de l'épaule

3. n. cutaneus antebrachii postérieur (n. radialis); Dans le muscle de l'épaule, accompagne d'abord le nerf radial, puis au septum intermusculaire latéral de l'épaule perforant le fascia de l'épaule et innervant la peau de la surface arrière de l'épaule inférieure et la peau de la surface arrière de l'avant-bras.

4. n. cutaneus antebrachii lateralis (n. musculocutaneus); nerf cutané latéral de l'avant-bras du nerf musculo-cutané. Les branches sont réparties dans la peau de la surface antérolatérale de l'avant-bras jusqu'à l'élévation du pouce.

5. n. superficialis n. radialis;

6. nn. digitales dorsales (n.radialis); la branche superficielle donne des branches à la peau du dos (dorsale) et des côtés latéraux de la base du pouce et est divisée en cinq nerfs du doigt arrière.

7. nn. digitales dorsales (n. ulnaris);

8. r. dorsalis n. ulnaris; La branche dorsale du nerf ulnaire, perforant le fascia, est divisée en 5 nerfs dorsaux des doigts, qui innervent la peau de la surface dorsale de 3,4,5 doigts.

9. n. cutaneus antebrachii medialis;

10.n. cutaneus brachii medialis.

No. 210 Innervation des muscles et de la peau d'une brosse. L'origine et la topographie des nerfs.

1. n. medianus; Les dernières branches du nerf médian sont trois paragraphes communs du nerf palmaire numérique, les paragraphes. digitales palmares communes.

Ils sont situés le long des premier, deuxième et troisième espaces intercarpiens sous l'arcade palmaire superficielle (artérielle) et l'aponévrose palmaire. Le premier nerf digital palmaire commun alimente le premier muscle vermiforme et donne également trois branches cutanées - propres nerfs palmaires numériques, paragraphes. digitales palmares propri. Deux d'entre eux longent les côtés radial et ulnaire du pouce, le troisième le long du côté radial de l'index, innervant la peau de ces zones des doigts. Les deuxième et troisième nerfs digitaux palmaires communs donnent deux nerfs digitaux palmaires propres qui vont à la peau des surfaces des doigts II, III et IV face à face, ainsi qu'à la peau de la surface arrière des phalanges distales et moyennes des doigts II et III.

2. n. ulnaris; Sur la surface palmaire de la main, la branche superficielle du nerf cubital innerve le muscle palmaire court, dégage son propre nerf palmaire numérique, n. Digitalis palmaris proprius, sur la peau du bord ulnaire du cinquième doigt et le nerf palmaire commun, n. Digitalis palmaris communis, qui longe le quatrième fossé intercarpien. En outre, il est divisé en deux nerfs digitaux palmaires digitaux propres innervant la peau du bord radial du V et le bord ulnaire du quatrième doigt. La branche profonde du nerf cubital accompagne d'abord la branche profonde de l'artère ulnaire, puis l'arcade palmaire profonde (artérielle). Il innerve tous les muscles hypoténaires (fléchisseur court de l'auriculaire, muscles abducteurs et opposés de l'auriculaire), les muscles interosseux dorsaux et palmaires, ainsi que le muscle adducteur du pouce, la tête profonde de son fléchisseur court, les 3e et 4e muscles en forme de ver et les articulations de la main..

3. n. super ficialis n. ulnaris; branche superficielle du nerf ulnaire

4. n. profundus n. ulnaris; branche profonde du nerf ulnaire.

5. nn. digitales palmares communes; nerfs palmaires communs

6. nn. digi tales palmares proprii. Propres nerfs palmaires des doigts.

N ° 211 Nerfs intercostaux, leurs branches de la zone d'innervation.

Branches avant, rr. ventrales, les nerfs rachidiens pectoraux conservent une structure métamérique (segmentaire) et au nombre de 12 paires vont latéralement et en avant dans les espaces intercostaux. Les onze paires supérieures des branches antérieures sont appelées nerfs intercostaux, car elles sont situées dans l'espace intercostal, et le douzième nerf, situé à droite et à gauche sous la côte XII, a été appelé nerf sous-costal.

Nerfs intercostaux, nn. intercostales, passent dans les espaces intercostaux entre les muscles intercostaux externes et internes. Chaque nerf intercostal, ainsi que le nerf sous-costal, se trouvent initialement sous le bord inférieur de la côte correspondante, dans la rainure avec l'artère et la veine. Les six nerfs intercostaux supérieurs atteignent le sternum et sous

le nom des branches cutanées antérieures, rr. cutanei anteriares, se terminant par la peau de la paroi thoracique antérieure. Les cinq nerfs intercostaux inférieurs et le nerf costal continuent dans la paroi abdominale antérieure, pénètrent entre les muscles abdominaux obliques et transverses internes, perforent la paroi vaginale du muscle rectus abdominis, innervent ces muscles par les branches musculaires et se terminent dans la peau de la paroi abdominale antérieure.

Les muscles suivants innervent les branches antérieures des nerfs rachidiens pectoraux (nerfs intercostaux et hypochondres): muscles intercostaux externes et internes, muscles hypochondres, muscles qui soulèvent les côtes, muscle thoracique transverse, muscle abdominal transversal, muscles obliques internes et externes de l'abdomen, muscle droit de l'abdomen, muscle carré, muscle carré bas du dos et muscle pyramidal. Chaque nerf intercostal dégage la branche cutanée latérale, M. cutaneus lateralis, et la branche cutanée antérieure, M. cutaneus anterior), innervant la peau de la poitrine et de l'abdomen. Les branches cutanées latérales s'étendent au niveau de la ligne axillaire médiane et, à leur tour, sont divisées en branches antérieures et postérieures. Les branches cutanées latérales des nerfs intercostaux II et III sont connectées au nerf cutané médial de l'épaule et sont appelées les nerfs brachiaux intercostaux, nn. Intercostobrachiales. Les branches de la peau avant s'étendent des nerfs intercostaux au bord du sternum et du muscle droit de l'abdomen.

Chez la femme, les branches latérales IV, V, VI, ainsi que les branches antérieures II, III, IV des nerfs intercostaux innervent la glande mammaire: les branches latérales et médiales de la glande mammaire, rr. Mammarii lateralis et mediales.