Os du membre inférieur

  • Arthrose

L'articulation des os pelviens gauche et droit - la fusion pubienne (simphisis ossium pubis) (Fig.44) - est formée par les surfaces symphysiales des os pubiens reliés par le disque interlobulaire (discus intarpubicus) (Fig.44). L'articulation est renforcée le long du bord supérieur du ligament pubien supérieur (lig. Pubicum superius) et le long du bord inférieur - le ligament pubien arqué (lig. Arcuatum pubis).

La demi-articulation formée par les surfaces auriculaires de l'ilium et du sacrum est appelée articulation sacro-iliaque (articulatio sacroiliaca) (Fig. 44). La forme de l'articulation est plate, avec un peu de mouvement. La capsule articulaire est fixée le long du bord des surfaces articulaires; l'articulation est renforcée par de puissants ligaments sacro-iliaques - dorsaux (ligg. sacroilliaca dorsalia) (Fig.45), passant le long des surfaces dorsales des os, et ventraux (ligg. sacroilliaca ventralia) (Fig.44), reliant leurs surfaces ventrales. En partant du sacrum, les ligaments sacrospineux (lig. Sacrospinale) (lig. Sacrospinale) (fig. 44, 45) et sacral-tubéreux (lig. Sacrotuberale) (fig. 44, 45) traversent le sacrum. Attachés à la colonne vertébrale sciatique (sacral-épineux) et au tubercule sciatique (sacral-tubéreux), ces ligaments transforment les grandes et petites encoches sciatiques en grandes (foramen ischiadica majus) et petites (foramen ischiadica minus) ouvertures sciatiques (Fig.44).

De plus, chaque os pelvien est articulé avec la colonne lombaire à travers le ligament ilio-lombaire (lig. Iliolumbale) (Fig.44, 45), reliant le processus transverse de la vertèbre lombaire V à la crête iléale postérieure. L'os pelvien s'articule également avec l'épiphyse supérieure du fémur (articulation de la hanche).

Muscles et ligaments du bassin

Les ligaments pelviens sont décrits différemment dans divers livres d'anatomie. Cela s'est produit à la suite d'une certaine confusion et d'une interprétation ambiguë de leur structure. Dans notre description, les ligaments sont considérés d'un point de vue fonctionnel.

La fonction des ligaments est de limiter le mouvement des os au niveau de l'amplitude physiologique, mais pas son interdiction complète. S'ils disent que les ligaments «rétrécissent» ou «résistent» au mouvement, alors une telle interprétation sera la plus correcte - ils la «limiteront». Il sera tout aussi réaliste de dire que les ligaments permettent le mouvement. Voici une liste des ligaments importants pour notre propos, ainsi qu'une liste des mouvements qu'ils autorisent ou restreignent.

1. Les ligaments sacro-tubéreux commencent à partir des tubercules des os ischiatiques et des tendons des muscles de la cuisse postérieure, montent, remontent et remontent au milieu, se fixent au coccyx et à l'apex du sacrum - les ailes de S5. Du sacrum, ils continuent vers le haut, accompagnés de longs ligaments sacro-iliaques dorsaux et sont attachés au ZVGPK. Une partie des ligaments en dessous du sacrum résiste à sa nutation, principalement le long de l'axe transversal médian. La pièce attachée au ZVGPK résiste au mouvement inverse.

Livres d'anatomie recommandés:

- Kapandji Physiologie des articulations, (1974),

- Anatomie humaine d'Anson Morris, (1966),

- Warwick et Williams Gray's Anatomy 35th British Edition (1973).

Une excellente discussion sur l'arthrologie pelvienne peut être trouvée dans Lee's The Pelvic Girdle, 2 e édition (1999). Dans ce livre, les axes et les mouvements du bassin et du sacrum sont discutés dans les chapitres 2 et 3..

2. Les ligaments sacro-épineux commencent sur les crêtes sciatiques et se fixent, ainsi que les ligaments sacro-tubéreux à l'arrière et médialement sur les côtés du sacrum et du coccyx sous les sites articulaires sacro-iliaques. Ils empêchent la nutation du sacrum, principalement le long de l'axe transversal supérieur.

3. Les ligaments sacro-iliaques ventraux sont principalement des épaississements des capsules synoviales des articulations sacro-iliaques. En même temps, ils deviennent plus puissants au ZVGPK, où ils sont attachés au bord latéral de la surface préauriculaire S3, renforçant ainsi les points de l'axe de rotation ilio-sacré, ou de l'axe transversal inférieur.

4. Les ligaments iliao-lombaires commencent sur de larges zones des processus transverses des quatrième et cinquième vertèbres lombaires. Ils se composent de cinq parties qui relient les vertèbres aux crêtes iliaques. Il est généralement reconnu que l'une de leurs fonctions est de stabiliser l'articulation lombo-sacrée (Bogduk, 1991; Kapandji, 1974; Willard, 1997). Leur capacité à convertir la rotation axiale de la colonne vertébrale en rotation des os sans nom le long de l'axe X est en question. Il devrait y avoir une faiblesse considérable dans ce système, car dans la plupart des cas, la rotation des os sans nom et la rotation de la partie inférieure du lombaire sont assez indépendantes.

5. Le ligament longitudinal antérieur de la colonne vertébrale va au-delà de l'articulation lombo-sacrée, jusqu'au promontoire sacré, où il est attaché au premier segment sacré. Ses fibres sont mélangées avec le périoste du sacrum, mais il se distingue à nouveau comme un ligament sacrococcygien. Le ligament limite l'inclinaison maximale du torse vers l'arrière (Anson, 1966).

Figure 1.31. Ligaments sacro-iliaques postérieurs. Les ligaments profonds comprennent: les ligaments interosseux profonds, le ligament axial, ainsi que les ligaments sacro-tubéreux et sacral-épineux. La plupart des ligaments interosseux ne sont pas visibles par les crêtes iliaques. Les trois sections du ligament sacro-iliaque dorsal (marquées et montrées à droite) sont le ligament dorsal, le long ligament sacro-iliaque dorsal et le ligament Zaglas. L'axe transversal supérieur de la nutation sacrée et l'action inverse sont stabilisés par le ligament axial et / ou le ligament Zaglas.

6. Le ligament pubien supérieur passe par l'apex de la fusion pubienne, et le ligament pubien arqué passe sous la symphyse, se fixant devant les deux moitiés du bassin. Ils ne sont pas destinés à limiter le mouvement vertical des ciseaux dans la fusion pubienne.

7. Le ligament inguinal n'est pas un ligament en fait, c'est un pli de la suture musculaire qui sécurise les muscles obliques de l'abdomen. Elle ne supporte aucune articulation.

8. Les ligaments sacro-iliaques interosseux s'attachent aux ailes dorsales du sacrum vers l'extérieur des voies nerveuses (tubercules sacrés), les reliant aux grandes surfaces antérieures médiales de l'iléon. Ils résistent au cisaillement avant et arrière de la base du sacrum, permettant de produire de petites vibrations le long de l'axe transversal moyen ou supérieur.

9. Le ligament axial court est constitué de fibres horizontales du ligament interosseux profond postérieur, qui est attaché à l'aile du deuxième segment sacré plus profondément que les ligaments sacro-iliaques dorsaux superficiels. Sa position correspond à l'axe transversal supérieur de la nutation du sacrum et au mouvement opposé correspondant.

10. Les ligaments sacro-iliaques dorsaux superficiels se composent de trois parties principales - le dorsal supérieur, le ligament Zaglas et le long dorsal - ils convergent tous sur le ZVGPK. La partie supérieure s'élève du ZVGPK en avant et au centre, se fixe au premier segment sacré et rend la résistance à la nutation le long de l'axe transversal médian. Le ligament Zaglas renforce le ligament axial, qui se trouve directement en dessous. Le long ligament dorsal descend jusqu'à l'apex du sacrum, jusqu'à l'angle latéral inférieur S5 et résiste à la nutation inverse le long de l'axe mi-transversal.

11. Le ligament longitudinal postérieur recouvre les surfaces postérieures des corps vertébraux. À l'extrémité crânienne de la colonne vertébrale, il se confond avec la membrane tégumentaire, qui, à son tour, se mélange à la dure-mère (TMT) sur la surface supérieure de la base de l'os occipital.

En dessous, il rétablit la communication avec la partie vertébrale de la dure-mère, se fixant à la partie intérieure du canal sacré juste au-dessus de la fixation de la dure-mère. Dans le coccyx, on l'appelle les ligaments sacrococcygiens latéraux et dorsaux..

Dans la théorie crânio-sacrée (Sutherland, 1939), on pense que la TMT relie les mouvements appropriés de l'os occipital et du sacrum, qui se déplace passivement, en raison de l'impulsion rythmique crânienne. Cette liaison mécanique a été proposée en raison de l'inélasticité du TMT, qui est, en effet, encore moins élastique que le ligament longitudinal postérieur. Dans le même temps, il a été empiriquement constaté qu'il y a un «affaissement» significatif dans le mécanisme, ce qui assure une indépendance significative du sacrum de l'os occipital.

12. Vleeming et al (1995) indiquent que le fascia lombo-thoracique joue un rôle essentiel dans le transfert de la charge du tronc vers les extrémités inférieures. C'est le point de départ de certains muscles posturaux importants, qui assurent la continuité du fascia aux membres supérieurs à travers le latissimus dorsi, et aux extrémités inférieures à travers le ligament sacro-tuberculeux, les muscles de la cuisse postérieure et le fascia large.

Figure 1.32. A, B, C, D et E. Muscles attachés au sacrum et au coccyx. A et B. Les muscles qui redressent la colonne vertébrale sont organisés en trois colonnes verticales: le muscle épineux, le muscle le plus long du dos et le muscle iliaque-costal. Tous sont attachés au sacrum, mais le muscle iléo-costal est également attaché à la crête iliaque. Les muscles plus profonds sont situés plus profondément que les muscles qui redressent la colonne vertébrale. Le muscle piriforme part des surfaces latérales antérieures du sacrum, passe par la grande encoche sciatique et se fixe au trochanter du fémur. D et E. Le diaphragme pelvien (le muscle qui soulève l'anus et le muscle coccygien) forme le plancher pelvien.

Articulations et ligaments du bassin

Anatomie pelvienne

Pendant de nombreuses années, essayant de guérir JOINTS?

Directeur de l'Institut pour le traitement des articulations: «Vous serez étonné de la facilité avec laquelle il est facile de guérir les articulations en prenant un remède pour 147 roubles par jour.

L'os pelvien se compose de trois parties, qui sont reliées par du cartilage jusqu'à 14 - 15 ans, complètement agglomérées et ossifiées par 18 - 20 ans. Ils appartiennent au groupe des formations osseuses plates. Une telle structure séparée contribue à la stabilité du squelette et à la répartition uniforme de la charge. Il existe trois départements:

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs ont utilisé avec succès Sustalaif. Vu la popularité de ce produit, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.
En savoir plus ici...

  • iliaque;
  • pubien;
  • sciatique.

L'os plat iliaque est situé au-dessus du cotyle. La partie latérale peut être ressentie avec vos mains. Le bord extérieur est une crête à laquelle sont attachés les muscles du péritoine. Au revers, l'os iléal forme l'articulation avec le sacrum et s'appelle l'articulation sacro-iliaque.

Les os sciatiques sont situés à l'arrière du bassin. Pour la commodité de s'asseoir, ils sont protégés par les muscles fessiers et la graisse sous-cutanée.

La région pubienne est située sur la face avant juste en dessous du cotyle. Chez la femme, cet os a tendance à diverger, de sorte que lors de l'accouchement, le bébé peut traverser les tissus mous. Il se compose de deux branches qui se connectent au milieu du tissu cartilagineux, formant une symphyse pubienne. Au troisième trimestre, sous l'influence des hormones, le cartilage et le tissu osseux se ramollissent, ce qui permet à l'enfant de passer par le canal de naissance.

La différence entre le bassin féminin et le mâle en largeur et en position basse. Les premiers signes commencent à se former à l'adolescence, lorsque la fille commence ses règles. Avec l'inhibition de la fonction ovarienne et la production insuffisante d'hormones sexuelles, le bassin d'une fille peut se former comme un homme.

L'articulation des trois os forme une cavité acétabulaire ou hémisphérique. Le rôle de l'acétabulum est de soutenir la tête fémorale recouverte de cartilage. L'intérieur de la tête est relié à l'hémisphère par plusieurs ligaments. À l'extérieur, l'acétabulum le contient, qui se compose également de cartilage. La surface lisse fournit une interaction douce de la tête et de la cavité. Quatre ligaments offrent une position plus stable pour les os pelviens: supérieur, inférieur, avant, arrière.

Les fonctions

Un anneau d'os pelviens remplit une fonction de soutien lors de la marche, de la course, de l'assise. À une vitesse de 1 km / h, la région pelvienne subit une charge de 280% du poids corporel d'une personne. À une vitesse de 4 km / h - 480%.

À l'intérieur du tissu osseux se trouve la moelle osseuse rouge, qui remplit une fonction hématopoïétique dans le corps humain.

L'articulation protège les organes internes, dont la blessure met la vie en danger:

  • rectum;
  • système génito-urinaire - organes reproducteurs et vessie.

Chez la femme, l'os pubien recouvre l'utérus et les appendices, assurant un portage fiable du bébé pendant la grossesse.

La zone pelvienne est le centre de gravité du squelette. Il est connecté à la colonne vertébrale et aux membres inférieurs. Les dommages à n'importe quelle partie de la zone de la hanche affectent l'état et la fonction des membres supérieurs et inférieurs. Il est important de maintenir des articulations saines et les tissus environnants..

La structure des os du petit bassin offre une protection contre les effets mécaniques des organes internes. En cas de chutes de hauteur, d'accidents, les os se blessent tout d'abord. Dans les cas graves, l'intestin inférieur, les organes génitaux, la vessie sont endommagés.

La structure du petit et du grand bassin

La structure des os du bassin humain est divisée en deux départements: petit et grand. La région pelvienne est située en haut - c'est la partie la plus large, formée d'os iliaques plats et de la colonne lombaire.

Le petit bassin est une zone étroite en dessous, qui a la forme d'un cylindre, dans lequel se trouvent des organes internes. Les parois antérieures du bassin sont les os pubiens, les parois postérieures sont les tubercules sacrés, ischiatiques et le coccyx. La transition du grand bassin vers le petit a des passages supérieurs et inférieurs formés par différents os.

Structure musculaire

Les muscles de la cavité abdominale, du dos et de la colonne vertébrale sont attachés aux os pelviens de tous les côtés. Les membres inférieurs ont leur propre structure musculaire, qui prend sa source dans la région pelvienne. Ainsi, le squelette est entièrement recouvert d'une couche protectrice sous forme de muscles, qui a une fonction protectrice et assure la mobilité des articulations. Grâce aux muscles, une personne peut courir, marcher, s'accroupir, sauter, se courber. Le squelette fournit un soutien et les muscles équilibrent la personne par gravité. Chez les jeunes enfants, les systèmes squelettique et musculaire ne sont toujours pas bien coordonnés, ils tombent donc souvent en apprenant à marcher..

Les muscles pelviens sont situés de tous les côtés, permettant le mouvement de l'articulation dans les trois plans. Ils sont divisés en deux groupes selon le lieu d'attachement: interne et externe. L'approvisionnement en sang des muscles pelviens provient de l'artère iliaque interne. La sensibilité nerveuse est fournie par la colonne lombaire.

Groupe musculaire interne

TitreD'où vient l'origine?Où est attachéQuelles fonctionsApprovisionnement en sangNœuds nerveux sensoriels
Muscle iliopsoasFosse iliaqueFémur - Petite brochetteInclinaison, flexion de la hanche lors de la fixation des membres inférieursArtère lombaire iliaqueMoelle épinière lombaire
Muscle piriformeSurface du sacrumGrande brochette - section supérieureHanche sur le côtéArtères sacrées et fessièresDépartement sacré
Muscle obstructif interneBord du trou arrièreGrande brochette - surface médialeLes hanchesArtères fessières et obstructivesNerf obstructif

Muscles pelviens - groupe externe

TitreD'où vient l'origine?Où est attachéQuelles fonctionsApprovisionnement en sangInnervation
Muscle obstructif externeOs pubiens et ischiatiques de l'extérieurFosse trochantérienneLes hanchesArtère obstructiveNerf obstructif
Muscle fessier maximusIlium, surface fessièreGrande brochetteAbduction et rotation de la cuisse vers l'intérieur ou vers l'extérieurArtère fessièreNerf fessier supérieur
Moyen fessierOs plat fessierGrande brochetteAbduction et rotation de la hancheArtère fessière supérieureNerf fessier supérieur
Muscle fessier maximusLa surface de l'ilium, du sacrum et du coccyxTubérosité de la cuisseExtension de la hanche et du troncArtère fessière inférieureNerf fessier inférieur

Le cadre musculaire assure la stabilité des articulations osseuses, il nécessite donc des charges régulières modérées ainsi que l'appareil ligamentaire.

Articulations pelviennes et ligaments

Dans la zone pelvienne, trois types de ligaments sont distingués:

  • iliaque-fémoral - le plus dense et le plus large du corps humain, sa largeur atteint 1 cm;
  • ligaments circulaires qui remplissent le sac articulaire;
  • pubien-sciatique, situé derrière le cotyle.

Chacun de ces bundles a ses propres fonctions spécifiques. Le fémoral-iliaque assure une position uniforme dans l'espace, ne permet pas à une personne de se replier. La sciatique pubienne assure les virages et l'abduction des jambes sur les côtés. Des ligaments circulaires de fibres de collagène fixent la tête fémorale, lui procurant une position stable dans le cotyle. Les dommages à l'appareil ligamentaire entraînent un déplacement de l'articulation de la hanche par rapport à l'axe de la colonne vertébrale.

Hélice et mouvement

La marche normale exerce une charge sur chaque articulation de la hanche, qui dépasse le poids corporel d'une personne de 2 à 3 fois. Il est important de rester en forme et de ne pas permettre la collecte de kilos en trop. Lors de la montée des escaliers, la charge augmente de 4 à 6 fois. L'usure du cartilage dépend directement du nombre de kilogrammes qu'une personne pèse. Lors de la course, l'usure est 10 fois plus rapide; par conséquent, le surpoids n'est pas recommandé..

Pour les maladies des articulations de la hanche, le médecin prescrit des charges modérées sous forme de marche ou d'exercice sur un vélo d'exercice. La natation donne un bon effet, comme dans l'eau, le poids corporel exerce moins de pression sur les articulations..

De la force des os du bassin dépend de la façon dont il est situé aux fractures. Chez les personnes âgées, le tissu osseux perd du calcium et devient plus fragile. Les femmes sont plus sensibles à ce processus, car pendant la ménopause, le calcium est absorbé pire en raison d'un manque d'oestrogène.

Anatomie des ligaments et des tendons du bassin

Un bassin en anatomie topographique est défini comme une partie du corps humain formée par 2 os pelviens, le coccyx, le sacrum, les muscles et les ligaments du bassin. À l'extérieur, ses frontières sont la ligne supérieure de la symphyse, les branches des os pubiens, les épines iliaques. Au fond, la région pelvienne est délimitée par le coccyx, les grandes îles trochantériennes et les tubercules ischiatiques. Sa sortie est fermée par un diaphragme musculaire. Allouez un petit et un grand bassin. Dans la cavité du petit bassin se trouve la vessie, les organes génitaux internes, le rectum; dans la cavité de la grande partie de l'intestin.

L'appareil ligamentaire pelvien est représenté par les structures anatomiques suivantes:

  • ligament iléo-fémoral;
  • pubo-fémoral;
  • sciatique-fémoral;
  • iliaque-lombaire;
  • sacro-iliaque;
  • sacrée-tubéreuse;
  • sacrospineux;
  • iliaque-lombaire;
  • inguinale et lacunaire;
  • membrane barrière.

Chez les enfants, les os pelviens sont reliés par des ligaments élastiques. Au moment de grandir, les articulations des tissus conjonctifs flexibles sont minéralisées, formant des fusions osseuses.

Tissu conjonctif de l'articulation de la hanche

L'anatomie des ligaments de l'articulation de la hanche se distingue par la complexité de la structure de la connexion des os du bassin et de la cuisse. Devant, l'articulation est renforcée par le ligament pubien-fémoral et iliaque-fémoral. Le premier est attaché dans la région supérieure à la face avant de l'élévation de la crête iliaque et à la lèvre de la gouttière sous le pubis. Ici, ses faisceaux fusionnent avec les fibres du muscle peigne.

L'iliaque-fémoral a la forme d'un éventail, dans la partie supérieure, il s'écarte de la surface antérieure de l'os pelvien, se trouve sous l'arête inférieure et la hanche se joint par le bas dans la zone de la ligne intertrochantérienne. Les bords de sa partie centrale sont renforcés par plusieurs bandes puissantes. Le brin supérieur a une épaisseur allant jusqu'à 1 cm; il est attaché au tubercule dorsal. Le deuxième cordon aponévrotique commence à partir du muscle fessier maximus, passe dans la région externe du ligament iliaque-prétrochantérien. Le cordon inférieur a un début commun avec la partie supérieure, attachée en bas à la ligne intertrochantérienne antérieure.

Le ligament sciatique-fémoral est situé sur la surface postérieure de l'articulation, provenant de l'avant de l'os sciatique. La plupart de ses fibres saisissent le col du fémur, une plus petite partie passe à travers le sac de l'articulation, se fixe au grand trochanter.

Ces ligaments limitent l'amplitude des mouvements, permettent de sécuriser les rotations circulaires pour le corps, pronation-supination, abduction-adduction, flexion-extension de la cuisse.

Ligaments sacro-iliaques

Le sacrum avec l'ilium forme l'articulation sacro-iliaque, qui est renforcée par des faisceaux fibreux. Parmi les fibres ligamentaires sacro-iliaques, il y a:

  • le sacro-iliaque interosseux, situé entre le sacrum et la tubérosité iliaque, est court, durable, crée l'axe de rotation, participe à la stabilisation du squelette en position verticale;
  • dorsale postérieure, les faisceaux courts s'étendent de l'axe iliaque inférieur, se fixent à la crête du sacrum, les longs faisceaux proviennent de la colonne vertébrale supérieure, descendent, se fixent sur le côté postérieur du sacrum;
  • ventrale, attachée devant.

Les fibres avant sont supplémentaires, renforçant l'articulation sacro-iliaque, elles limitent le mouvement à de petites rotations.

Appareil ligamentaire pour articuler le bassin avec la colonne vertébrale

L'os pelvien avec la colonne vertébrale est connecté à l'aide des fibres fibreuses suivantes:

  • Tubercule sacré partant de la surface des tubercules, se développant en forme d'éventail, dirigé vers le haut, attaché au bord extérieur du sacrum et du coccyx.
  • Des ligaments sacro-épineux épaissis relient le sacrum et le coccyx aux arêtes sciatiques. Avec les petites et grandes encoches sciatiques, elles limitent la grande et la petite ouverture de l'os sciatique à travers laquelle passent les vaisseaux, les nerfs, les muscles quittant le bassin.
  • La partie iliaque-lombaire commence à partir de la partie inférieure de la colonne vertébrale, est attachée extérieurement à la surface postérieure de la crête iliaque et à l'aile iliaque proximale. Servir à renforcer cette articulation..

Le ligament iliaque-lombaire s'écarte de la crête iliaque, est attaché aux processus épineux des vertèbres lombaires.

Fonctionnement du bassin féminin: anatomie des muscles et des ligaments

En termes d'anatomie, le bassin féminin est un anneau composé d'os, de muscles et de ligaments. Pour comprendre comment la guérison des fibromes utérins et d'autres maladies gynécologiques se produit, nous devons connaître la structure du bassin et les principes de son fonctionnement..

Comment est le bassin féminin

À l'extérieur, le bassin féminin est délimité par deux os pelviens, un sacrum et un coccyx. Dans la partie supérieure, il pénètre dans la cavité abdominale. La sortie est fermée par les muscles - ils forment le diaphragme pelvien.

Le bassin est divisé conditionnellement en grand et petit. Le grand bassin est le bas-ventre. En gynécologie, le petit bassin présente le plus d'intérêt. Il contient des organes reproducteurs féminins - l'utérus, les ovaires, les trompes de Fallope, ainsi que la vessie et le rectum.

Toutes les structures du bassin sont interconnectées par les muscles et les ligaments. Des ligaments puissants sont situés entre les articulations sacro-iliaques. Un autre groupe de ligaments est situé entre le sacrum et l'ilium. Ils assument une part importante de la charge, donc plus souvent que d'autres échouent.

Voici à quoi ressemblent les ligaments du bassin. Chacun d'eux joue un rôle et assure le travail harmonieux de toutes les structures. Un déséquilibre dans l'un des ligaments perturbe le reste et affecte l'état des organes pelviens.

Dans la pratique gynécologique, une attention particulière est portée au périnée. Cette zone est située à la sortie du petit bassin entre les hanches. Il y a des organes génitaux externes et de l'anus. Sous la peau du périnée se trouve une autre structure importante - le plancher pelvien.

Le bas du bassin est constitué de muscles et de ligaments. Ils régulent le travail de la vessie, de l'urètre et des intestins. Responsable de la ruée du sang vers les organes pendant l'excitation sexuelle, affecte la vie sexuelle. Protégez les vaisseaux et les nerfs passant dans le diaphragme pelvien, ainsi que les tissus adipeux. Vous pouvez parler du rôle de ce plancher pelvien pendant longtemps, mais il n'y a qu'un seul point - le déséquilibre des muscles et des ligaments dans cette zone perturbe considérablement le cours normal de la vie:

  • crée des conditions pour l'omission des organes pelviens;
  • augmente le risque de développer des maladies inflammatoires;
  • interfère avec une vie sexuelle complète;
  • empêche la conception et l'accouchement d'un enfant;
  • perturbe la vessie et les intestins distaux - conduit à des mictions fréquentes et à l'incontinence urinaire, à la constipation.

Les organes reproducteurs de la cavité pelvienne ne sont pas non plus en gravité nulle. Ils sont entourés de ligaments et sont attachés avec leur aide au bassin et au péritoine:

  • L'utérus est maintenu au détriment des ligaments larges - ils sont la duplication du péritoine et s'étendent jusqu'aux parois latérales du bassin. Entre les feuilles du ligament large passent les vaisseaux et les nerfs qui nourrissent l'utérus et les ovaires.
  • Les ligaments ronds s'étendent des coins supérieurs de l'utérus. Ils entrent dans le canal inguinal et se ramifient dans la fibre de la région pubienne et des lèvres.
  • Les ligaments de Voronkotazovye continuent à ligaments larges et maintiennent l'utérus sur les côtés.
  • Le nom dit des ligaments sacro-utérins - ils vont aux parois latérales du bassin et maintiennent l'utérus au bon niveau.
  • Les ligaments cardiaques s'étendent du col de l'utérus. S'ils sont endommagés, l'utérus tombe.

En raison des nombreux ligaments, l'utérus est mobile et change de position. Avec une vessie vide, elle est inclinée vers l'avant, avec une vessie pleine, elle est vers l'arrière. Pendant la grossesse, il se développe et s'étend au-delà du bassin. L'utérus devient inactif lorsque des adhérences apparaissent autour des ligaments - par exemple, dans les processus inflammatoires ou l'endométriose.

Les muscles et les ligaments de la cavité pelvienne doivent rester élastiques, mobiles et travailler en harmonie. Un déséquilibre dans ce domaine ne prive pas seulement les organes internes de soutien. Il augmente le risque de développer des maladies graves - fibromes, endométriose, kystes ovariens. En rétablissant la capacité de travail de l'appareil ligamentaire, nous normalisons le travail des organes pelviens et commençons les processus de guérison dans le corps.

Comment restaurer le bassin féminin, faire face au myome et atteindre sa réduction, vous apprendrez du cours payant du programme de base pour la transformation des blocs d'énergie.

Entorses et larmes aux hanches

De nombreuses personnes actives souffrent souvent d'entorses et de ligaments dans l'articulation de la hanche. Une telle blessure survient non seulement dans le sport, mais aussi dans la vie quotidienne. Les conséquences de tels dommages peuvent souvent être assez graves: contracture, instabilité, luxations. Ces complications limitent considérablement la fonction motrice du système musculo-squelettique..

Anatomie de la hanche

Les ligaments sont conçus pour fixer de manière fiable la tête fémorale dans la cavité articulaire de l'os pelvien. Ce composé connaît des charges accrues chaque jour, ce qui signifie qu'il devrait avoir une résistance accrue. Les propriétés nécessaires sont fournies par les ligaments intra-articulaires et externes, qui comprennent:

  • Ligament transverse de la cavité articulaire.
  • Ligament tête fémorale.
  • Ligaments iliaques, pubiens, sciatiques et fémoraux.
  • Zone circulaire.

En raison de l'appareil ligamentaire développé, l'articulation acquiert une résistance accrue aux charges axiales, ce qui est nécessaire pour remplir les fonctions de base: soutien et marche.

Une fixation articulaire supplémentaire est assurée par les muscles de la ceinture des membres inférieurs qui, avec leurs tendons, relient le haut de la cuisse aux structures osseuses du bassin. Un grand rôle est joué par ces derniers:

  1. Fessier (grand, petit et moyen).
  2. Grand lombaire.
  3. Verrouillage (externe et interne).
  4. En forme de poire et carré.
  5. Twin (supérieur et inférieur).
  6. Muscle tendant le large fascia de la cuisse.

Ces muscles soutiennent tous les mouvements de l'articulation de la hanche. Cependant, la force de beaucoup d'entre eux sera insuffisante sans d'autres groupes musculaires de la cuisse: antérieure (fléchisseurs), postérieure (extenseurs) et interne (adducteurs).

Causes de blessures

Une entorse de l'articulation de la hanche et des muscles voisins est possible dans les cas où la force appliquée dépasse la limite de force des tissus. Ensuite, le tissu conjonctif et les fibres musculaires sont endommagés jusqu'à leur séparation complète. Le plus souvent, cela est dû à:

  • Déposer sur la zone articulaire.
  • Mouvements imprévus soudains (glissement, changement de position du corps).
  • Blessures sportives (en gymnastique, athlétisme et haltérophilie, natation, ski, patinage artistique).
  • Accidents de la circulation.
  • Dysplasie du tissu conjonctif congénital.
  • Maladies du système nerveux et musculaire.

Les blessures aux articulations de la hanche peuvent être évitées grâce à la sécurité dans le sport et la vie quotidienne. Ce n'est pas si difficile d'être prudent, il est beaucoup plus difficile d'éliminer les conséquences des dommages..

Symptômes

Les manifestations de la blessure à l'articulation de la hanche sont largement dues à la nature et au mécanisme des dommages, ainsi qu'au type de tissu affecté. L'entorse se déroule généralement plus facilement que les pauses musculaires. Cependant, tout dépend du degré de pathologie. Avec des blessures articulaires, les éléments suivants peuvent être diagnostiqués:

  1. Étirement léger - des microfractures se produisent.
  2. Écart moyen - pas plus de la moitié des fibres sont endommagées.
  3. Déchirure sévère - plus de 50% des fibres sont déchirées.
  4. Séparation complète des tissus.

Les symptômes des blessures de l'appareil musculo-ligamentaire ont de nombreuses similitudes et des signes distinctifs indiqueront la localisation des changements pathologiques. La violation de la structure des muscles et des ligaments s'accompagnera de signes communs de lésions des tissus mous. Ceux-ci inclus:

  • Douleur articulaire.
  • Gonflement des tissus.
  • Hémorragie de rupture musculaire.
  • Mobilité limitée dans l'articulation de la hanche.
  • Des déformations articulaires sont possibles.
  • Douleur à la palpation des zones touchées.

L'apparition de tels symptômes nécessite une visite précoce chez un médecin. Seul un spécialiste établira le bon diagnostic et prescrira le meilleur traitement..

Entorse

Bien que les ligaments de l'articulation de la hanche soient assez solides, mais dans certains cas, ils ne peuvent pas résister à une augmentation du stress. Au moment de la blessure, le patient ressent un clic et un resserrement, après quoi il y a une douleur aiguë dans la région périarticulaire, le gonflement augmente. L'impossibilité de s'appuyer sur la jambe est caractéristique, la déformation de la zone de la hanche est perceptible.

La gravité des symptômes dépend du degré de rupture des fibres du tissu conjonctif. Avec une séparation complète des ligaments, le patient ne peut pas faire de mouvements actifs en raison d'une douleur intense. Dans ce cas, la récupération deviendra plus longue.

Larmes musculaires

Dans certaines conditions, divers groupes musculaires de l'articulation de la hanche peuvent être blessés et le tableau clinique dépendra également de la localisation. Le groupe d'extenseurs est souvent affecté. Cela se produit lors des squats d'haltères, de la course, des oscillations des jambes et des fentes aiguës. Les muscles adducteurs sont souvent étirés - si une personne s'assoit sur une ficelle ou saute.

Si une rupture des fibres musculaires s'est produite, en plus d'une douleur intense, un hématome augmentera dans la zone de fixation du tendon. Cela est dû aux dommages aux vaisseaux qui alimentent les tissus mous. En raison de l'accumulation de sang, la taille et la forme de l'articulation de la hanche peuvent changer. Le mouvement dans le muscle affecté devient fortement limité.

Pour déterminer les structures affectées, le médecin utilise des tests de diagnostic spéciaux, qui consistent en l'exécution passive de certains mouvements. L'apparition lors de l'examen clinique de symptômes tels que la douleur, la tension musculaire protectrice et la restriction de la mobilité indiquera une localisation possible des dommages.

La détection précoce de la pathologie est d'une grande importance, car l'effet du traitement et la vitesse d'élimination des conséquences de la blessure en dépendront..

Traitement

Le traitement des blessures de l'appareil musculo-ligamentaire de l'articulation de la hanche est basé sur une approche intégrée utilisant toutes les thérapies existantes. Le moment de la réadaptation dépendra de la gravité de la blessure; le rétablissement complet peut prendre jusqu'à plusieurs mois. Par conséquent, il est important de contacter des spécialistes expérimentés qui recommanderont les traitements les plus efficaces pour une récupération rapide. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. Immobilisation.
  2. Traitement médical.
  3. Physiothérapie.
  4. Massage.
  5. Physiothérapie.
  6. Traitement chirurgical.

Le choix de la technique de traitement dépend de la gravité des dommages et de la capacité à obtenir un maximum de résultats en peu de temps.

Immobilisation

Afin que le processus de guérison des tissus se poursuive activement et se termine par une restauration complète des structures anatomiques, il est nécessaire d'assurer la paix du membre inférieur. Les outils d'immobilisation aident à soulager la hanche.

Les bandages en plâtre les plus couramment utilisés, les orthèses sur l'articulation de la hanche. Tout d'abord, le patient devra se déplacer avec des béquilles, puis avec une canne. Mais cela ne signifie pas qu'il est nécessaire d'exclure complètement les mouvements du membre affecté - au contraire, le développement précoce d'articulations intactes pendant la période d'immobilisation améliorera la cicatrisation des tissus de l'articulation de la hanche.

Traitement médical

La prise de médicaments est nécessaire au stade aigu des dommages pour réduire les symptômes douloureux, soulager l'inflammation et les crampes musculaires. De plus, les médicaments améliorent la cicatrisation des tissus et accélèrent la restauration de la fonction articulaire. Les médicaments suivants sont prescrits:

  • Antidouleurs et anti-inflammatoires (movalis, diclofénac, nimésulide).
  • Décongestionnants (L-lysine escinate).
  • Relaxants musculaires (midocalm).
  • Amélioration de la circulation sanguine (pentoxifylline).
  • Chondroprotecteurs (chondroïtine et sulfate de glucosamine).
  • Augmentation de la régénération (Retabolil).

Vous ne pouvez prendre des médicaments à la maison que conformément aux recommandations médicales - l'automédication peut entraîner des conséquences néfastes.

Physiothérapie

Dans le complexe des mesures de réadaptation, la physiothérapie est d'une grande importance. Des méthodes distinctes peuvent être utilisées dans la période aiguë - en combinaison avec des médicaments. Recommander un cours de telles procédures:

  • Électrophorèse des médicaments.
  • Magnétothérapie.
  • Traitement au laser.
  • Thérapie UHF.
  • Thérapie à la paraffine et à la boue.
  • Balnéothérapie.

Les effets physiques sur les tissus contribuent à renforcer l'effet des médicaments et à accélérer la récupération après les entorses.

Massage et thérapie par l'exercice

Si les ligaments de la hanche sont endommagés, une immobilisation prolongée de la hanche sera nécessaire. Dans de tels cas, vous devez d'abord effectuer une gymnastique pour le membre non affecté, ainsi que des exercices dans les articulations du genou et de la cheville du côté douloureux. Le massage des zones libres de la cuisse et du bas de la jambe est également illustré..

Il sera possible de développer une articulation blessée au plus tôt dans un mois. Tout d'abord, les exercices sont passifs, puis passez aux classes actives. Cela vaut également pour le massage de la zone périarticulaire, qui est effectué après le retrait du plâtre..

Opération

Avec une rupture prononcée des muscles et des ligaments de l'articulation de la hanche, une correction chirurgicale des troubles est nécessaire. Il consiste à coudre des fibres ligamentaires et musculaires endommagées, à fixer en position anatomiquement correcte. Après cela, les tissus guérissent avec la formation d'une cicatrice de tissu conjonctif, ce qui n'affecte pas le mouvement de l'articulation.

L'utilisation d'exercices thérapeutiques et de physiothérapie après la chirurgie vous permet de raccourcir la période de rééducation et de restaurer pleinement la fonction des membres.

L'entorse des ligaments et des muscles de l'articulation de la hanche nécessite une approche active du traitement, et en cas de blessures graves - patience et organisation de la part du patient. Tous les efforts doivent être faits pour que les effets de la blessure disparaissent sans laisser de trace..

Anatomie de l'articulation de la hanche, des muscles et des ligaments assurant son mouvement

L'articulation de la hanche (Articulatio coxae, Articulacio coxe) est une simple articulation sphérique (en forme de coupe) formée par la tête du fémur et le cotyle de l'os pelvien. La surface articulaire de la tête fémorale est entièrement recouverte de cartilage hyalin et l'acétabulum est recouvert de cartilage uniquement dans la zone de la surface lunaire, le reste est recouvert d'une membrane synoviale. L'acétabulum a également un acétabulum, grâce auquel la cavité devient un peu plus profonde. Comme l'atlas anatomique avec une photo considère la structure d'une telle articulation et quelle est sa structure, lisez plus en détail.

La structure de l'articulation de la hanche est conçue de manière à ce que la capsule articulaire soit attachée à l'os pelvien le long du bord de l'acétabulum et sur le fémur le long de la ligne intertrochantérienne. À l'arrière, la capsule capture les 2/3 du fémur, mais pas la crête intertrochantérienne. Selon la science de l'anatomie, c'est précisément parce que l'appareil ligamentaire est entrelacé dans la capsule qu'il est très solide.

Ligaments de la hanche

Le ligament le plus fort est le ligament iléo-fémoral, qui peut être vu en regardant l'image. Selon de nombreuses sources scientifiques, elle est capable de supporter un poids allant jusqu'à 300 kg. Le ligament iliaque-fémoral est attaché, comme le montre l'image, juste en dessous de la colonne vertébrale iliaque antérieure et continue jusqu'à la ligne intertrochantérienne rugueuse, divergente en forme d'éventail.

Sont également liés à l'appareil ligamentaire de l'articulation de la hanche:

  • Ligament pubien-fémoral. Il commence sur la ligne supérieure de l'os pubien, descend et atteint la ligne intertrochantérienne, tout en se faufilant dans la capsule articulaire. Le ligament pubien-fémoral, comme tous les suivants, est significativement plus faible que le ligament iliaque-fémoral. Ce ligament limite l'amplitude des mouvements dans lesquels la hanche peut être rétractée..
  • Ligament sciatique-fémoral. Il prend naissance sur l'os sciatique, avance et se fixe à la fosse trochantérienne, tout en se faufilant dans la capsule articulaire. Limite la pronation de la hanche.
  • Ligament circulaire. Il est situé à l'intérieur de la capsule articulaire, a l'apparence d'un cercle (en fait, sa forme ressemble à une boucle). Couvre le col fémoral et se fixe à la colonne vertébrale iliaque antérieure inférieure..
  • Ligament de la tête fémorale. On pense qu'elle n'est pas responsable de la force de l'articulation de la hanche, mais de la protection des vaisseaux sanguins qui la traversent. Il y a un ligament à l'intérieur de l'articulation. Il prend naissance sur le ligament acétabulaire transversal et est attaché à la fosse de la tête fémorale.

Muscles de la hanche

L'articulation de la hanche, comme l'articulation de l'épaule, a plusieurs axes de rotation, à savoir trois - transversal (ou frontal), antéropostérieur (ou sagittal) et vertical (ou longitudinal). Dans chacun de ces axes, en mouvement, l'articulation pelvienne active son groupe musculaire.

L'axe de rotation transversal (frontal) offre une extension et une flexion de l'articulation de la hanche, grâce auxquelles une personne peut s'asseoir ou faire un autre mouvement. Muscles responsables de la flexion de la hanche:

  • Iliaque-lombaire;
  • Adaptation;
  • Tendeur musculaire du large fascia;
  • Peigne;
  • Tout droit.

Muscles qui fournissent une extension de la hanche:

  • Grosse fesse;
  • Deux têtes;
  • Semi-tendon et semi-membraneux;
  • Grand adducteur.

L'axe de rotation antéropostérieur (sagittal) assure l'adduction et l'abduction de la cuisse. Muscles responsables de l'abduction de la hanche:

  • Fessier moyen et petit;
  • Tendeur musculaire du large fascia;
  • En forme de poire;
  • Double;
  • Verrouillage interne.

Les muscles chargés d'amener la hanche:

  • Grand adducteur;
  • Avance courte et longue;
  • Mince;
  • Peigne.

L'axe de rotation vertical (longitudinal) assure la rotation (rotation) dans l'articulation de la hanche: supination et pronation.

Muscles assurant la pronation de la cuisse:

  • Tendeur musculaire du large fascia;
  • Faisceaux antérieurs du fessier moyen et petit;
  • Semi-sec et semi-membraneux.

Muscles supination de la cuisse:

  • Iliaque-lombaire;
  • Carré;
  • Grosse fesse;
  • Grappes postérieures des fessiers moyens et petits;
  • Adaptation;
  • Verrouillage interne et externe;
  • En forme de poire;
  • Double.

Et maintenant, nous vous proposons de regarder un matériel vidéo où la structure de l'articulation de la hanche, des ligaments et des muscles est clairement démontrée.

Squelette, ligaments et articulations du bassin

TOPOGRAPHIQUE

ANATOMIE

PELVIS ET INTERVENTIONS

Le bassin (bassin) est la partie du corps humain située entre l'abdomen et les membres inférieurs et délimitée extérieurement par les os pelviens, le sacrum, le coccyx et en dessous du périnée (périnée).

Murs du bassin

L'appareil ostéo-ligamentaire et les muscles pariétaux formant les parois antérieure, postérieure et latérale du bassin sont recouverts à l'avant par les muscles appartenant à la région antérieure de la cuisse; les tissus mous de la région fessière couvrant le squelette pelvien du dos et des côtés appartiennent également au membre inférieur. La seule paroi externe du bassin est l'entrejambe..

GUIDES EXTERNES

Les saillies sur les os qui forment le squelette pelvien servent de bonnes lignes directrices (Fig. 13-1). Les formations suivantes peuvent être facilement palpées:

• Crête iliaque (crista iliaca).

• Rachis iliaque antérieur supérieur (spina iliaca anterior superior).

• Tubercule pubien (tuberculum pubicum).

• Symphyse pubienne (symphyse pubienne).

• Surface dorsale (facies dorsalis) du sacrum (os sacrum).

• Coccyx (os coccygis).

• Tubercule sciatique (tuber ischiadicum).

• Grand trochanter du fémur (trochanter major ossisfemoralis).

• angle subsubien (angulus subpubicus); palpable chez l'homme derrière la racine du scrotum.

De plus, chez les femmes avec examen vaginal, les formations suivantes peuvent être palpées:

• Arc pubien (arcus pubis).

• Cap (promontoire) - dans la partie supérieure de la surface pelvienne

sacrum (facies pelvica).

Squelette, ligaments et articulations du bassin

Le squelette pelvien est représenté par quatre os: deux pelviens (ossa coxae), sacrum (os sacrum) et coccyx (os coccygis) (Fig. 13-2).

Figure. 13-1. Points de référence externes du bassin, a - vue de face, b - vue de dessous - du périnée (bassin féminin), c - vue de dessous - du périnée (bassin masculin). 1 - tubercule pubien, 2 - épine iliaque antérieure supérieure, 3 - crête iliaque, 4 - coccyx, 5 - symphyse pubienne, 6 - tubercule sciatique. (De: Moore K.L. Anatomie orientée cliniquement, 1992.)

L'os pelvien est formé par la fusion des os iliaques (os Schit), pubiens (os pubis) et sciatiques (os ischii) (Fig. 13-3). Les os pelviens sont reliés au sacrum des articulations sacro-iliaques (articulatio sacroiliaca), et entre symphyse pubienne (symphysis pubica) (Fig. 13-4).-

nyon avec un sacrum de l'articulation sacro-coccygienne (articulatio sacrococcygea).

• Symphyse pubienne (symphisis pubica), composés-

affaissement des os pelviens droit et gauche, se compose d'un disque interlobulaire fibro-cartilagineux (discus interpubicus). La symphyse pubienne est renforcée par le ligament pubien supérieur (lig. Pubicum superius) et le ligament pubien arqué (lig. Arcuatum pubis), reliant les branches inférieures des os pubiens et passant sous la symphyse.

• Articulation sacro-iliaque (articulatio
sacroiliaca) sédentaire, a une forte,
capsule bien serrée
sacro ventral et dorsal-
ligaments iliaques (ligg. sacroiliaca
ventralia et dorsalid).

Sur la surface interne des os pelviens, une ligne frontière (linea terminalis) est distinguée. formé par une cape (promontoire), une ligne arquée (linea arcuata) de l'ilium, une crête de l'os pubien (pecten ossis pubis) et le ligament pubien supérieur (lig. pubicum superius). La ligne de démarcation limite l'ouverture supérieure du bassin (apertura pelvis superior), qui sépare le bassin (pelvis major) du bassin (pelvis minor), et délimite la cavité abdominale (cavitas abdominis) et la cavité pelvienne (cavitas pelvis). L'ouverture inférieure du bassin (apertura pelvis inférieure) est limitée par le ligament pubien arqué (lig. Arcuatum pubis), la branche inférieure de l'os pubien (ramus ossis pubis inférieur), le tubercule ischiatique (tuber ischiadicum), le ligament sacro-tubéreux (lig. Sacrotuberale et coccigis).

Le grand bassin des côtés est délimité par les ailes de l'ilium (ala ossis ilii) et forme la paroi inférieure de la cavité abdominale (voir chapitre 11).

Le petit bord pelvien est frontal avec la symphyse pubienne, postérieurement avec le sacrum et latéralement avec les os pelviens. Les parois osseuses du bassin présentent des défauts.

• Entre les branches des os pubiens et sciatiques, il y a un trou de verrouillage (foramen obturatorium). La membrane barrière dense (membrana obturatoria) ferme presque complètement le foramen obturateur et ne traverse que les vaisseaux obstructifs et le nerf (vasa et n. Obturatorii) dans la partie supérieure, formant un canal obstructif (canalis obturatorius).

• Sur la branche de l'ischion entre le rachis iliaque postérieur inférieur (spina iliaca

3 4

11 15 8

Rice, 13-2. Sacrum et coccyx: Sacrum devant (a), arrière (b), côté (c), sur coupe sagittale (d), haut (e), haut et devant (e), coccyx devant (g) et arrière (h). 1 - ouvertures sacrées pelviennes, 2 - cape, 3 - base du sacrum, 4 - apophyse articulaire supérieure, 5 - partie latérale, 6 - surface pelvienne, 7 - sommet du sacrum, 8 - crête sacrée intermédiaire, 9 - surface dorsale, 10 - latérale crête sacrée, 11 - canal sacré, 12 - tubérosité sacrée, 13 - surface en forme d'oreille, 14 - foramen sacré dorsal, 15 - crête sacrée médiane, 16 - fissure sacrée, 17 - corne sacrée, 18 - corne coccygienne. (De: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

Figure. 13-3. Os pelvien de l'intérieur (a), de l'extérieur (6) et de l'avant (c) 1 - la branche supérieure de l'os pubien, 2 - la crête de l'os pubien, 3 - le corps de l'os pubien, 4 - l'élévation pulmonaire iliaque, 5 - la ligne arquée, 6 - la chaleur de l'iliaque os, 7 - colonne vertébrale iliaque antérieure supérieure: colonne vertébrale, 8 - crête iliaque, 9 - aile iliaque, 10 - tubérosité iliaque, 11 - surface en forme d'oreille, 12 - colonne vertébrale iliaque postérieure inférieure, 13 - grande encoche sciatique, 14 - corps sciatique, 15 - petite encoche sciatique, 16 - rainure oblique, 17 - tubercule obstructif postérieur, 18 - foramen obstructif, 19 - branche inférieure de l'os pubien, 20 - fosse de l'acétabulum, 21 - colonne vertébrale sciatique, 22 - surface lunaire, 23 - supérieure colonne vertébrale iliaque postérieure, 24 - lignes fessières inférieures, antérieures et postérieures, 25 - lèvre externe, 26 - lèvre interne, 27 - surface lapodnogo, 28 - cotyle, 29 - tubercule pubien, 30 - tubercule obturateur avant 31 - excision acétabulaire, 32 - vétérinaire b os ischiatique, 33 - tubercule ischiatique. (Tiré de: Sinelnikov P.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

Figure. 13-4. Squelette et ligaments du bassin.1 - petit foramen sciatique, 2 - ligne limite, 3 - articulation sacro-iliaque, 4 - grand foramen sciatique, 5 - ligament sacro-épineux, 6 - tubercule sacro-iliaque, 7 - symphyse pubienne, 8 - membrane de verrouillage. (De: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

postérieure inférieure) et la colonne vertébrale sciatique (spina ischiadica) est la grande encoche sciatique (incisura ischiadica major), et entre la colonne vertébrale sciatique et le tubercule sciatique (tuber ischiadicum) se trouve la petite encoche sciatique (incisura ischiadica minor). Deux ligaments forts s'étendent du sacrum au tubercule sciatique et à la colonne vertébrale sciatique - le sacro-tubéreux et le sacro-épineux (voir Fig.13-4).

• Le ligament sacro-épineux (lig. Sacro-spinal) ferme une grande encoche sciatique avec la formation d'un grand foramen sciatique (foramen ischiadicum majus).

• Entre le ligament sacro-épineux, le ligament sacro-cubique ligamentaire (tig. Sacrotubère) et la petite encoche sciatique, il y a un petit foramen sciatique (foramen ischiadicum moins).

sont situés à un angle aigu et forment un angle sous-frontal (angulus subpubicus). Chez les femmes, l'ouverture supérieure du bassin est arrondie, chez les hommes - sous la forme d'un «cœur de carte», car la cape est plus proéminente.

La cavité pelvienne chez la femme a la forme d'un cylindre incurvé, car les tailles des ouvertures supérieure et inférieure du bassin diffèrent peu. Chez les hommes, la cavité pelvienne a la forme d'un cône incurvé, car la taille de l'ouverture inférieure du bassin est sensiblement plus petite que la taille de l'ouverture supérieure.

L'inclinaison du bassin (inclinatio pelvis) - l'angle entre le plan horizontal et le plan de l'ouverture supérieure du bassin - chez la femme est de 55 à 60 °, chez l'homme - de 50 à 55 °.

Différences sexuelles du squelette pelvien

Chez un adulte, la structure du squelette pelvien montre clairement des différences de sexe (Fig.13-5, 13-6).

• Les ailes de l'ilium chez les femmes sont situées plus horizontalement, donc chez les femmes le bassin est plus large et plus bas que chez les hommes.

• Les branches inférieures des pubis chez les femmes sont situées à un angle obtus et forment l'arc pubien (arcus pubis), chez les hommes elles

CARACTÉRISTIQUES D'ÂGE DU SQUELETTE PELVIS

La structure pelvienne du nouveau-né (Fig. 13-7) présente les caractéristiques suivantes:

• Os pelviens chez un nouveau-né-

Ce sont principalement des tissus cartilagineux, qui ont trois noyaux d'ossification dans le corps des os pubiens, sciatiques et iliaques, séparés par du cartilage en forme de U.

• La cape n’est pas exprimée, car la partie lombaire
la colonne vertébrale va presque sans se plier
sacré.

Figure. 13-5. Diamètres du bassin.1 - diamètre transversal, 2 - diamètre oblique, 3 - conjugué, 4 - inclinaison pelvienne, 5 - conjugué diagonal, 6 - conjugué vrai, 7 - conjugué anatomique, 8 - diamètre direct de la cavité pelvienne, 9 - axe pelvien 10 - le diamètre direct de la sortie du bassin. (De: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

Figure. 13-6. Différences entre les sexes dans le squelette pelvien (bassin masculin gauche, femme droite).1 - ligne limite, 2 - grand bassin, 3 - cape, 4 - ouverture pelvienne supérieure, 5 - petit bassin, 6 - angle pubien, 7 - arc pubien. (De: Sinelnikov P_ Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

Figure. 13-7. Le squelette pelvien d'un nouveau-né, et - une vue de face, 5 - vue latérale, dans - une vue arrière. 1 - ouverture obstructive, 2 - petite ouverture sciatique, 3 - grande ouverture sciatique, 4 - articulation sacro-iliaque, 5 - symphyse pubienne, 6 - noyau d'ossification de l'os sciatique, 7 - noyau d'ossification de l'iléon, 8 - noyau d'ossification de l'os pubien. (Tiré de: Saks F.F. Atlas sur l'anatomie topographique d'un nouveau-né. - M., 1993.)

• Les ilia sont situés plus verticalement, les fosses iliaques sont faiblement exprimées (voir chapitre 11).

• L'ouverture supérieure du bassin est étroite, c'est pourquoi il n'y a généralement pas de boucles de l'intestin grêle dans la cavité péritonéale du bassin.

• Les différences sexuelles dans le squelette pelvien chez les nouveau-nés sont mal exprimées. Après 8 ans, une croissance plus rapide des os pelviens chez les filles est observée et les différences entre les sexes deviennent plus prononcées.

rapports des diamètres longitudinal et transversal de l'anneau pelvien. Avec un type extrême de variabilité, le diamètre longitudinal est plus grand que le transversal, tandis que le bassin est «pressé» des côtés, les axes des organes pelviens sont plus souvent inclinés vers le sacrum. Avec un autre type extrême de variabilité, le diamètre longitudinal est inférieur à la transversale, tandis que le bassin est «serré» dans la direction antéropostérieure, et les axes des organes pelviens sont plus souvent inclinés vers la symphyse pubienne (Fig. 13-8).

CARACTÉRISTIQUES INDIVIDUELLES DU PELVIS

La variabilité individuelle de la structure de la base osseuse du bassin consiste en divers

Muscles du bassin

En plus des os et des ligaments, les muscles obstructifs internes (c.-à-d. Obturatorius internus) et piriformes (c.-à-d. Piriformis) (fig.13-9) participent à la formation des parois du bassin.

Figure. 13-8. Caractéristiques individuelles du bassin des hommes (à gauche) et des femmes (à droite) (De: Moore K.L. Anatomie à orientation clinique, 1992).

• Le muscle obstructif interne (c.-à-d. Obtu-

ratorius internus) commence autour de la circonférence du foramen obturateur et à partir de la surface interne de la membrane obturatrice, traverse le petit foramen sciatique et se fixe au fémur dans la région de la fosse trochantérienne du fémur (fossa trochanterica ossis femoris).

• Muscle Piriformis (t. Piriformis) début-

est retiré de la surface pelvienne du sacrum (faciès pelvien), passe par la grande ouverture sciatique, la ferme presque complètement, et se fixe au grand trochanter du fémur (trochanter major ossis femoralis). Dans la grande ouverture sciatique lors du passage de la poire

les muscles sont formés par deux ouvertures en forme de fente - supra et sous-piriforme (foramer. suprapiriforme et foramen infrapiriforme). La résistance mécanique des tissus mous du périnée, couvrant l'ouverture inférieure du bassin, donne le diaphragme du bassin (diaphragme pelvien) et le diaphragme urogénital (diaphragmc urogenitalis).

Muscles de l'iris du bassin

Le diaphragme pelvien est formé par le muscle qui soulève l'anus, le muscle coccygien, le fascia supérieur et inférieur du diaphragme pelvien (fascia diaphragmatis pelvis supérieur et inférieur) (Fig.13-10, 13-11).

Le muscle qui soulève l'anus (t. Leva-tor anf) se compose de trois parties: les muscles pubien-cop-chic (t. Pubococcygeus), iliaque-coccygien (t. Iliococcygeus) et les muscles pubien-rectal (t. Puborectalis)..

• Le muscle pubien-coccygien part de

branche inférieure de l'os pubien (ramus ossis pubien inférieur) et arc tendineux du fascia du bassin (arcus tendineus fasciae pelvis).

• Le muscle iliaque-coccygien commence-

de l'arc tendineux du fascia du bassin et de la colonne sciatique. Les fibres de ce muscle, convergentes, sont dirigées vers le bas et le dos, entrelacées avec les fibres du sphincter externe de l'anus (c'est-à-dire le sphincter ani externus) sont attachées au ligament anal-coccygien (lig.anococcygeum) et au coccyx.

• Le muscle rectal pubien commence

de la branche inférieure de l'os pubien, recouvre l'arrière du rectum et se fixe au ligament anal-coccygien. La contraction de ce muscle augmente la flexion pro-interstitielle du rectum (flexura.perinealis), ce qui contribue à la rétention des selles.

Le muscle coccygien (coccigeus) est situé sur la surface pelvienne du ligament sacral-ostique et s'étend de l'ischion à la surface latérale des deux vertèbres sacrées inférieures et des deux vertèbres coccygiennes supérieures. Devant, il est adjacent au bord postérieur du muscle qui soulève l'anus; en combinaison, ils forment la base musculaire du diaphragme pelvien (diaphragme pelvien). Le dias-ragma pelvien couvre l'ouverture inférieure du bassin, à l'exception d'un petit triangle-

Figure. 13-10. Les muscles couvrant l'ouverture inférieure du bassin.1 - muscle transversal profond du périnée, 2 - muscle pubien-rectal, 3 - muscle pubien-coccygien, 4 - muscle obstructif interne, 5 - arc tendineux du fascia pelvien, 6 - muscle iliaque-coccygien, 7 - muscle coccygien, 8 - grand foramen sciatique, 9 - articulation sacro-iliaque, 10 - piriforme, 11 - rectum, 12 - canal obstructif, 13 - urètre, 14 - sphincter urétral, 15 - symphyse pubienne. (De: Sinelnikov R.D. Atlas de l'anatomie de l'homme. - M., 1972. - T. I.)

Figure. 13-11. Diaphragme pelvien et diaphragme urogénital d'un homme (a) et d'une femme (b) 1 - fascia inférieur du diaphragme pelvien, 2 - muscle sciatique-caverneux, 3 - muscle spongieux de l'oignon, 4 - muscle transversal superficiel du périnée, 5 - sphincter externe du rectum intestins, 6 - le muscle qui soulève l'anus, 7 - le muscle fessier maximus, 8 - le fascia inférieur du diaphragme urogénital, 9 - le muscle transverse profond du périnée, 10 - le ligament sacro-tubéreux. (De: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. I.)

de l'espace situé entre les faisceaux médiaux du muscle pubien-rectal devant l'anus et recouvert du diaphragme urogénital.

Muscles du diaphragme urogénital

Le diaphragme génito-urinaire (diaphragma igogenitalis) est formé par le muscle transverse profond du périnée (c'est-à-dire transversus perinei profundus), le fascia supérieur et inférieur du diaphragme urogénital (fasciae diaphragmatis urogenitalis supérieur et inférieur) (voir Fig.13-11). la plaque est tendue entre les branches inférieures des os pubiens sous le diaphragme pelvien. Entre le muscle transverse profond du périnée et l'angle pubien (arcade), le fascia supérieur et inférieur du diaphragme urogénital fusionnent avec la formation du ligament transverse du périnée (lig. Transversum perinei).

Navires du bassin

Les parois et les organes du bassin sont alimentés en sang par les branches de l'artère iliaque interne (a. Iliasa interna) (Fig. 13-12, 13-13). L'artère iliaque interne au niveau de l'articulation sacro-iliaque s'écarte de l'artère iliaque commune (a. Iliaca communis) et, se penchant au-dessus de la ligne de démarcation, pénètre dans l'espace cellulaire latéral du bassin, où il est divisé en branches antérieure et postérieure.

Les branches alimentant les parois du bassin s'étendent de la branche postérieure de l'artère iliaque interne.

• Artère iliao-lombaire (a. Iliolum-

balles) fournit du sang aux tissus mous du bassin.

• Artères sacrées latérales (aa. Sacrales

laterales) donnent les branches passant à travers le foramen sacré pelvien (forr. sacralia pelvina), donnent les branches spinales (rr. spinales) et à travers le foramen sacré dorsal pénètrent dans la région sacrée où elles fournissent du sang à la peau et aux parties inférieures des muscles profonds du dos.

• L'artère obstructive (a. Obturatorla) sort par le canal obturateur vers la cuisse, alimente en sang les muscles du même nom.

• Artère fessière supérieure (a. Glutea superior)

va à la région fessière par le nadug)-

l'ouverture et l'apport sanguin à la souris-

zone fessière.

De la branche antérieure des branches de l'artère iliaque interne s'étendent, alimentant principalement les organes pelviens.

• L'artère ombilicale (a. Umblllcalls) donne les artères de la vessie supérieure (aa. Vesicales, superloris), participant à l'approvisionnement en sang de la vessie. L'artère ombilicale distale chez l'adulte est oblitérée par la formation du ligament ombilical médial (tig. Umbillcale medlale) situé dans le même pli du péritoine (plica umblllcalls medlalls) (voir chapitre 11).

• Artère vésicale inférieure (a. Vesicalis

inférieur) participe à l'approvisionnement en sang de la vessie.

Figure. 13-12. L'artère iliaque interne et ses branches.1 - l'artère rectale moyenne, 2 - l'artère obturatrice, 3 - l'artère vésicale supérieure, 4 - l'artère iliaque commune, 5 - l'artère iliaque-lombaire, 6 - l'artère iliaque interne, 7 - l'artère fessière supérieure, 8 - artères sacrées latérales, 9 - artère fessière inférieure, 10 - artère génitale interne. (Tiré de: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M. 1972.— T. II.)

Figure. 13-13. Artères et veines du bassin d'un homme (a) et d'une femme (b) 1 - le plexus vésiculaire urinaire, 2 - veine iliaque externe, 3 - artère iliaque externe, 4 - veine iliaque commune, 5 - artère iliaque commune, 6 - veine iliaque interne, 7 - l'artère iliaque interne, 8 - l'artère fessière supérieure, 9 - l'artère génitale, 10 - l'artère et la veine de la vessie inférieure, 11 - le plexus veineux rectal, 12 - les plexus veineux utérin et vaginal, 13 - l'artère rectale moyenne et Vienne, 14 - artère et veine utérines. (Tiré de: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972. - T. II.)

• Artère rectale moyenne (a. Rectalis

médias) participe à l'apport sanguin au rectum.

• L'artère utérine (a. Utérine) chez la femme fournit du sang à l'utérus et libère les branches tubaires et ovariennes impliquées dans l'apport sanguin aux organes correspondants.

• L'artère fessière inférieure (a. Glutea inférieure) s'étend dans la région fessière à travers l'ouverture sous-trochiforme et alimente le fessier maximus en sang (t. Gluteus maximus).

• L'artère génitale interne (a. Pudenda interna) quitte la cavité sous-péritonéale du bassin (cavum pelvis sous-péritonéal) à travers l'ouverture en forme de sous-poire dans la région fessière, puis à travers la petite ouverture sciatique passe dans la fosse sciatique-rectale (fossa ischiorectalis), où elle se trouve sur l'obstructif interne muscle dans le canal génital (canalis pudendalis). Donne des branches qui fournissent des tissus mous et des organes périnéaux.

Chacun des pariétaux répertoriés

artères est accompagné de deux du même nom-

mes veines coulant à l'intérieur-

veine iliaque (v. iliaca interna), située derrière l'artère du même nom (voir fig. 13-13). Les veines viscérales forment les mêmes plexus veineux autour des organes: plexus veineux vésical (plexus venosus vesicalis), plexus veineux de la prostate (plexus venosus prostaticus), plexus veineux utérin et vaginal (plexus venosus uterinus et vaginalis). Le sang des plexus décrits coule principalement dans la veine iliaque interne (v. Iliaca interna). À partir du plexus veineux rectal (plexus venosus rectalis), des saignements se produisent à la fois dans la veine iliaque interne et dans la veine mésentérique inférieure (v. Mesenterica inférieur); Ainsi, l'une des anastomoses portocavales est formée dans la paroi du rectum.

Innervation pelvienne

L'innervation somatique du bassin est réalisée par les branches du plexus sacré (sac plexus-

314 ♦ ANATOMIE TOPOGRAPHIQUE ET CHIRURGIE OPÉRATOIRE ♦ Chapitre 13

ralis), formé en raison des branches antérieures des nerfs lombaires IV-V et sacrés I-IV (Fig. 13-14). Le tronc lombo-sacré (truncus lumbosacralis), formé par les branches antérieures des nerfs lombaires IV-V, est projeté à travers la ligne frontière et rejoint les branches antérieures des nerfs sacrés I-IV qui sortent par les ouvertures sacrées antérieures. Le plexus sacré est situé sur la surface avant du magenta en forme de poire, sa forme ressemble à un triangle dirigé vers le sommet de l'ouverture piriforme, ses plus grosses branches sortent par ce dernier. Le plexus sacré donne les branches suivantes.

• Branches musculaires (rami muscularis) innervant les muscles piriformes (t. Piriformis) et obturateurs internes (t. Obturatorius intemus).

• Le nerf fessier supérieur (n. Gluteus superior)

passe à travers l'ouverture supra-piriforme avec les vaisseaux du même nom et innerve les muscles fessiers médian et mineur (c'est-à-dire gluteus medius et minimus), ainsi que-

écarteur du fascia large (c.-à-d. fascia tenseur latae).

• Le nerf fessier inférieur (n. Gluteus inférieur), ainsi que les vaisseaux du même nom, passent par l'ouverture piriforme et innervent le muscle fessier maximus (t. Gluteus maximus).

• Le nerf cutané postérieur du fémur (n. Cutaneus femoris-postérieur) passe également par l'ouverture sous-piriforme, descend et va jusqu'à la cuisse sous le bord inférieur du muscle papillaire et innerve la peau de la cuisse postérieure. Les branches inférieures des fesses (cl. Cluniim inférieures) qui innervent la peau de la région fessière s'écartent également de ce nerf.

• Le nerf sciatique (n. Ischiadicus) reçoit - des fibres de toutes les branches des nerfs vertébraux antérieurs qui forment le plexus sacré, et avec son artère qui l'accompagne (a. Comitans n. Ischiadici) quitte la cavité péritonéale du bassin à travers l'ouverture sous-gapoïdienne dans le région fessière et plus loin jusqu'à la cuisse. Les branches du nerf sciatique innervent le groupe musculaire postérieur de la cuisse.

Figure. 13-14. Plexus sacré.1 - nerf obturateur interne, 2 - nerf fessier inférieur, 3 - nerf fessier supérieur 4 - tronc lombo-sacré, 5 - branches antérieures des nerfs sacrés, 6 - plexus coccygien, 7 - nerfs rectaux inférieurs 8 - nerf génital 9 - nerf cutané postérieur de la cuisse; 10 - nerf sciatique. (Extrait de: Sinelsnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M.. 1972.— T. III.)

les muscles du bas de la jambe et du pied, la majeure partie de la peau du bas de la jambe et du pied (à l'exception de la zone innervée par le nerf saphène; voir le chapitre 3). • Le nerf génital (p. Pudendus) quitte la cavité sous-péritonéale du bassin à travers le trou en forme de gousse dans la région fessière, puis il fait le tour du ligament sacro-épineux et passe à travers la petite ouverture sciatique dans la fosse sciatique-rectale, où il se trouve sur la myoplée obstructive interne dans les parties génitales canal. Les nerfs suivants s'écartent de la fosse sciatique-rectale du nerf génital:

♦ Nerfs rectaux inférieurs (articles lactates inférieurs) qui innervent le sphincter externe du rectum et la peau de l'anus.

♦ Le nerf périnéal (item perinealis), qui innerve le muscle transverse superficiel du périnée (i.e., transversum perinei superficialis), le muscle sciatique-pacifique (i.e., ischiocavemosus), le muscle bulbeux-spongieux (i.e., bulbospongiosus).

♦ Nerfs scrotaux postérieurs (labiaux) [par. scro-tales (labiates) posteriores], qui innervent la peau des organes correspondants.

♦ Nerf dorsal du pénis (clitoris) [p. pénis dorsalis (clitoridis)], qui traverse le diaphragme urogénital et donne des branches aux corps caverneux, au gland du pénis, à la peau du pénis chez l'homme, aux lèvres chez la femme.

INERVATION VÉGÉTALE PELVIENNE

Le système nerveux autonome du bassin est représenté par des sympathies et des parasympathiques-

Innervation gympathique du bassin

Le système nerveux sympathique du bassin est représenté par des nœuds sacrés (ganglions sacrés) et un nœud non apparié (ganglion impar). Les nœuds sacrés en une quantité de 3-4 sont situés sur la surface avant du sacrum vers l'intérieur des trous sacrés pelviens. Les nœuds sacrés des troncs sympathiques droit et gauche se rejoignent et se terminent par un nœud commun non apparié (ganglion impar). Chaque nœud est connecté aux nœuds amont et aval par des branches inter-nodales (rami interganglionares).

Les nœuds sacrés reçoivent des fibres nerveuses pré-nodales (nuerofibrae preganglionares) à partir de noyaux sympathiques concentrés dans les cornes latérales des segments lombaires I-III de la moelle épinière. Les nerfs hypogastriques droit et gauche (paragraphes hypogastrici dexter et sinister), au départ des nœuds sacrés, contenant des branches post-nodales, participent à la formation de plusieurs plexus pelviens autonomes, où sont également tissées des fibres des nerfs parasympathiques. Sous l'influence de l'innervation sympathique, les muscles des parois des organes creux sont détendus et le tonus des sphincters est augmenté, ce qui aide à garder leur contenu.

Innervation parasympathique du bassin

L'innervation parasympathique du bassin est réalisée par les nerfs internes pelviens (articles splanchnici pelvini), partant des cellules des noyaux sacrés parasympathiques (noyaux parasympathiques sacrés) situés dans les parties latérales des cornes antérieures des segments II-IV de la moelle épinière sacrée. Séparés des branches antérieures des nerfs sacrés II-IV, les nerfs internes pelviens contenant les fibres nerveuses parasympathiques pré-nodales atteignent les nœuds du plexus cœliaque inférieur (plexus hypogastricus inférieur) et, dans le cadre de ses branches, atteignent les organes pelviens, participant à la formation des plexus correspondants. Les fibres nerveuses pré-nodales se terminent sur les cellules des plexus autonomes paraorganiques et intraorganiques, les fibres nerveuses post-nodales sont envoyées directement aux organes, les innervant. La fonction principale des nerfs parasympathiques est la vidange des organes pelviens. L'irritation de ces nerfs provoque une contraction du muscle qui pousse l'urine (c.-à-d. Detrusor vesicae) et une relaxation du sphincter interne de l'urètre (c.-à-d. Sphincter uraethrae internus), une contraction des muscles de l'utérus et une relaxation des muscles du cou. De même, ces nerfs détendent le sphincter interne de l'anus (c'est-à-dire le sphincter ani internus).

Les fibres sympathiques et parasympathiques autour des vaisseaux et des organes pelviens se forment-

316 ♦ ANATOMIE TOPOGRAPHIQUE ET CHIRURGIE OPÉRATOIRE ♦ Chapitre 13

plexus végétatifs (Fig.13-15). Ces plexus sont étroitement liés, il est donc difficile de les distinguer. On distingue les plexus végétatifs suivants:

• Plexus hypogastrique inférieur (plexus hypogastrique inférieur) situé sur les vaisseaux iliaques internes.

• Plexus rectal (plexus rectalis).

• Plexus du canal déférent (plexus

• Le plexus de la prostate (plexus prostaticus).

• Plexus caverneux (plexus cavemosus).

• Plexus utérin-vaginal (plexus uterov agin alls).

• Le plexus vésical urinaire (plexus vesicalis).

Les plexus répertoriés enveloppent les organes du même nom et assurent leur innervation végétative.

7 9

Figure. 13-15. Plexus végétatifs des organes pelviens.1 - plexus hypogastrique inférieur droit, 2 - nerf hypogastrique droit, 3 - plexus cœliaque, 4 - plexus mésentérique supérieur, 5 - plexus hypogastrique supérieur, 6 - nerf hypogastrique gauche '', 7 - nœuds sacrés du simulateur tronc, 8 - nerfs internes sacrés, 9 - plexus hypogastrique inférieur gauche, 10 - plexus rectal. (Tiré de: Sinelnikov R.D. Atlas d'anatomie humaine. - M., 1972.— T. III.)