Muscle de la hanche

  • Luxations

MUSCLES AGISSANT SUR LE JOINT DE HANCHE

Ces muscles forment la région du croup; situé dans la ceinture pelvienne et la cuisse. Malgré le fait que cette articulation soit multiaxiale, ses mouvements se produisent principalement le long du plan sagittal, où les fléchisseurs et les extenseurs agissent davantage. Parmi les muscles de cette articulation, il y a non seulement des fléchisseurs et des extenseurs, mais aussi des adducteurs, des abducteurs, des rotateurs, qui agissent comme des soutiens de la voûte plantaire pendant la flexion et comme des pronateurs articulaires lors de l'extension (fig.113 et 114)..

Extenseurs de hanche. Ils sont les plus puissants et forment les surfaces tardo-caudales du croup et de la cuisse. Ils sont divisés en un groupe de muscles fessiers à articulation unique, situés l'un en dessous de l'autre, qui agissent uniquement sur une articulation de la hanche, et un groupe postérieur, composé de quatre muscles situés séquentiellement les uns après les autres, dont trois sont plus crâniens - multi-articulaires, agissant sur deux ou trois articulations, et un muscle à un ganglion plus court agissant sur l'articulation de la hanche.

Le groupe musculaire extenseur fessier est fixé dans la région pelvienne, située en trois couches - les muscles fessiers superficiels, moyens et profonds - et se termine sur les brochettes trochantériennes: sur le troisième (fessier superficiel) et grand (fessier moyen et profond), ayant une bourse sous-tendineuse.

Muscle fessier superficiel - m. gluteus superficiel - chez les ruminants et les porcs, il fusionne caudalement avec les biceps de la cuisse et crânialement avec le tenseur du fascia large de la cuisse. Chez les chevaux, ce muscle part du fascia fessier, de l'os sacré et du macloca, recouvre le fessier moyen (est un pronateur). Chez le chien, provient de l'os sacré et des vertèbres caudales derrière le grand fessier moyen.

Figure. 113. Muscles profonds du bassin et de la cuisse de la surface latérale de la vache (I), du cheval (II), du porc (III), du chien (IV)

Gluteus midi - m. gluteus medius - le plus puissant.

Les gommes, les chevaux et le porc sont fixés non seulement sur toute la surface de l'aile iliaque et du ligament sacro-iliaque, mais également sur la partie lombaire du muscle le plus long du dos. Se fixe à une grande brochette.

Muscle fessier profond - m. gluteus profundus. Il commence sur la colonne vertébrale ischiatique et va au grand trochanter; peut être un ravisseur de l'articulation de la hanche.

Deux muscles sont connectés aux muscles fessiers moyen et profond: le muscle extra-fessier - m. gluteus accessorius et en forme de poire - piriformis. Le muscle supplémentaire et la partie profonde du grand fessier chez le chien ne sont pas sécrétés. Le muscle piriforme n'est présent que chez le chien. Se trouve sous le fessier superficiel, va de l'os sacré au grand trochanter.

Le groupe musculaire fessier est innervé du plexus lombo-sacré par les nerfs fessiers crâniens et caudaux - item gluteus cranialis et caudalis, ainsi que les branches du nerf sciatique - item ischiadicus.

Le groupe d'extenseurs sibériens. Ce groupe comprend quatre longs muscles massifs associés au travail non seulement la fin pelvienne sur le côté latéral de la rotule et sur ses ligaments, le tibia - sur le côté latéral du bord crânien du tibia et le talon - latéralement sur le tubercule calcanéen.

Figure. 114. Muscles pelviens et cuisses de la surface médiane d'une vache (I), d'un cheval (II), d'un porc (III), d'un chien (IV)

Chez les ruminants et les porcs, le biceps fémoral fusionne avec le muscle fessier superficiel. Le tendon de la branche du genou du cheval est fixé sur le troisième trochanter et a une bourse axillaire en dessous. Chez les chiens, le muscle biceps fémoral commence à partir du ligament sacro-sciatique et sur le tubercule sciatique (n'a pas de partie vertébrale) étend la hanche et le jarret, plie et coule les articulations du genou.

Muscle semi-tendineux —- m. semitendinosus. Il provient de l'os sacré et du tubercule sciatique derrière les biceps sous la forme d'un ruban épais plus étroit, formant des sillons profonds avec les muscles voisins, qui sont clairement visibles sous la peau. Dans le tiers inférieur de la cuisse, il passe à son côté médial légèrement au-dessus de l'articulation du genou, se terminant par deux branches - le calcanéum et le tibial. Le talon va au tubercule calcanéen, passant du côté médial du tendon calcanéen, le tibia s'approche du côté médial au bord crânien du tibia. Ce muscle étend les articulations de la hanche et du jarret et fléchit et pénètre l'articulation du genou. Il y a une bourse axillaire dans la zone du tubercule sciatique.

Derrière le muscle semi-tendineux, formant le contour caudomédial de la cuisse, il y a un muscle semi-membraneux - m. semimembranosus. Il s'agit d'un muscle charnu, large et épais, fixé sur la surface caudale du tubercule ischiatique (et chez les chevaux sur les premières vertèbres caudales), le contourne par derrière et passe progressivement vers le côté médial de la cuisse sous le muscle élancé, se terminant par le condyle médial du fémur (chez les chevaux - sur tibia et ligament droit médial de la rotule). Il étend la hanche et plie et pénètre (chez les chevaux) les articulations du genou.

Dans la zone de l'articulation du genou, ces trois muscles des côtés latéral et médial sont chacun divisés en trois branches: genou, tibial et calcanéen. Si du côté latéral, ils sont formés par une ramification du biceps fémoral, alors à partir de la branche médiane du genou forme le muscle semi-membraneux, et le tibial et le calcanéum - semi-tendon.

Le muscle le plus médial du groupe postérieur - le muscle carré de la cuisse - m. quadratus femoris. Muscle charnu assez court, couché sur le côté médial de la cuisse devant les biceps semi-membraneux et médian de la cuisse. Il commence par la surface ventrale de l'ischion et se termine sur le tiers médian de la surface caudale de la cuisse. Extension de l'articulation de la hanche, décubitus dorsal du membre.

Le groupe musculaire postéro-latéral est innervé du plexus lombo-sacré par la branche du nerf sciatique - le nerf tibial - élément tibial. Les têtes vertébrales, que tous les animaux ne possèdent pas, reçoivent des branches des nerfs fessier caudal ou rectal caudal (chez les chevaux).

Fléchisseurs de la hanche. Situé à l'intérieur du coin de l'articulation de la cuisse médiale et ventralement du bas du dos et de l'ilium.

Muscle iliao-lombaire - m. iliopsoas. Il commence en trois parties: la partie médiane, la plus longue et charnue provient de la surface ventrale des dernières côtes, des corps et des processus transverses des vertèbres lombaires. On l'appelle le gros muscle lombaire - c'est-à-dire le psoas majeur. Sur les côtés commencent la tête du muscle iliaque - m. iliacus: la tête latérale est de la surface ventrale de l'aile iliaque et la médiale significativement plus petite est de la surface ventrale de l'aile sacrée et du corps de l'ilium. Les tendons de ces deux têtes (les muscles iliaques et psoas principaux) fusionnent et se fixent au petit trochanter du côté médial de l'extrémité proximale du fémur. Pliant l'articulation, ils portent le membre en avant, légèrement en décubitus dorsal.

Médial au grand muscle lombaire est le petit muscle lombaire - m. psoas minor. Ce n'est pas un fléchisseur de l'articulation de la hanche et plie le bas du dos, tirant le bassin vers l'avant. Il n'est décrit ici qu'en relation avec sa localisation, pour faciliter la mémorisation des muscles étudiés. Il provient des dernières vertèbres thoraciques et des 4-5 premières lombaires, fixées sur le corps de l'ilium.

Fascia de tension fascia large - m. tenseur fasciae latae. Le seul muscle fléchisseur situé latéralement sous la peau qui remplit l'espace triangulaire entre les articulations du macklock, de la hanche et du genou. Il part du macloc et du gluteus medius, le ventilateur diverge, fixant le tendon lamellaire sur le fascia de la cuisse, la surface latérale de la rotule, ses ligaments directs et le bord antérieur du tibia. Le bord caudal supérieur de ce muscle fusionne avec le muscle fessier superficiel. Plier la hanche, étend l'articulation du genou.

Muscle de pétoncle - m. pectineus. Un muscle charnu court, en forme de fuseau se trouve médialement à l'intérieur du coin de l'articulation de la hanche, commençant sur les côtés de la crête de l'os pubien et se terminant sur le côté médial du fémur en dessous du site d'attachement du muscle iliopsoas, sous le petit trochanter.

Muscle tailleur - m. sartorius. Sous la forme d'un long ruban plat, il longe la surface médiale du muscle quadriceps fémoral, devant le muscle mince, en commençant par le fascia iliaque et le muscle lombaire et se terminant par la rotule droite médiale et le bord médial du tibia. Chez le chien, il a deux têtes s'étendant du macloc et du corps osseux à la rotule et au tibia. En fléchissant l'articulation de la hanche, il aide à étendre l'articulation du genou capsulaire (uniquement chez les chevaux et les chiens), tandis que la paroi de la capsule de l'articulation de la hanche en son sein fléchit la capsule, l'empêchant de se coincer. (tendeur large comme les hanches) ou nerf obturateur (muscle pétoncle). Soutien de la hanche avec un t a dans un. Situé sur la surface médiale de la cuisse. Le muscle mince et charnu - m se trouve superficiellement sous la peau. gracilis. Commençant la fusion, elle se termine en passant dans le tendon lamellaire du côté médial de la rotule et du ligament direct, du fascia du tibia et du côté médial de l'adducteur fémoral antérieur. Allongez-vous, sous le muscle puissant et mince, va de la surface ventrale du bassin de la hanche (du petit trochanter au médial et aux ligaments de l'articulation du genou). Chez les chevaux et les chiens, laissez-les distinguer deux parties. Lorsqu'un membre allongé se rend au sol, ces muscles tirent le corps vers l'avant. Formes des muscles tailleurs et pétoncles dans lesquelles il est situé près de l'os pubien et du ligament.De la cavité abdominale, cette entrée n'est séparée que par la «langue inguinale du péritoine (donc à cet endroit). Cette fente s'appelle le canal fémoral d'idhuda et se trouve un nœud inguinal profond.

Les adducteurs du plexus lombo-sacré sont bloqués par le nerf obturateur - obturateur (les jambes sont toujours des branches du muscle obstructif. Les trois muscles sont des supports de voûte plantaire. Ils se terminent dans le cotyle, ils sont innervés par les branches du nerf sciatique..

Articulation de la hanche. Les muscles qui y agissent, leur innervation, leur apport sanguin et leur drainage lymphatique.

L'articulation de la hanche est formée par le cotyle de la tête pelvienne et fémorale.

La capsule articulaire de l'articulation de la hanche sur l'os de la hanche est fixée autour de la circonférence de l'acétabulum de sorte que ce dernier se trouve à l'intérieur de la cavité articulaire. À l'intérieur de la cavité se trouve un ligament de la tête fémorale. A l'extérieur, la capsule est renforcée par trois ligaments: le ligament iléo-fémoral, le ligament pubien-fémoral, le ligament sciatique-fémoral. L'articulation de la hanche se réfère à une variation de l'articulation sphérique - l'articulation en forme de coupe.En elle, des mouvements autour de trois axes sont possibles. La flexion et l'extension sont possibles autour de l'axe avant de l'articulation de la hanche. En raison des mouvements autour de l'axe sagittal dans l'articulation de la hanche, le membre inférieur est enlevé et amené par rapport à la ligne médiane.Une rotation de la tête fémorale est effectuée autour de l'axe vertical dans l'articulation de la hanche. Un mouvement circulaire est également possible dans l'articulation. Muscle iliao-lombaire, m. iliopsoas. Une fonction: plie la hanche dans l'articulation de la hanche. Innervation: plexus lumbalis. Approvisionnement en sang: une. iliolumbalis, a. circumflexa ilium profunda; gluteus maximus, m. gluteus maximus, Innervation: n. gluteus inferieur Alimentation en sang: a. glutea inférieure, a. glutea supérieure, a. circumflexa femoris medialis, fessier moyen, t. gluteus medius, Innervation: n. fessier supérieur. glutea supérieure, a. circumflexa femoris lateralis. Petit muscle fessier, t. gluteus minimus, Innervation: n. fessier supérieur. glutea supérieure, a. circumflexa femoris lateralis. Fascia de tension large, t. tensor fasciae latae, Innervation: n. fessier supérieur. glutea supérieure, a. circumflexa femoris lateralis. Muscle carré de la cuisse, t. quadrdtus femori Innervation: n. ischiadicus. Approvisionnement en sang: a. glutea inférieure, a. circumflexa femoris medialis, a. obturatoria. Muscle obstructif externe, t. obturateur externe. Innervation: obturateur d'objet. Approvisionnement en sang: a. obturatoria, a. circumflexa femoris iateralis.

Organes lymphoïdes primaires et secondaires. Topographie, structure, fonction, changements liés à l'âge.

Il existe des organes primaires (moelle osseuse rouge, thymus) et secondaires (rate, ganglions). Organes primaires d'origine ecto et endodermique, où les organes lymphoïdes apparaissent aux premiers stades de l'embryogenèse. Et secondaires apparaissent dans la période postnatale et persistent tout au long de la vie. Dans les ganglions lymphatiques, la lymphe est nettoyée avant d'entrer dans le canal thoracique, et de là dans le canal veineux et dans le cœur. Les ganglions lymphatiques se trouvent sur les voies des vaisseaux lymphatiques des organes et des tissus aux canaux lymphatiques et aux troncs lymphatiques. Les ganglions lymphatiques sont situés en groupes. À l'extérieur, chaque ganglion lymphatique est recouvert d'une capsule de tissu conjonctif, à partir de laquelle de fines branches, les traverses, s'étendent dans le corps. À l'endroit où les vaisseaux lymphatiques efférents sortent du ganglion lymphatique, le ganglion présente une légère dépression - la porte. Les artères, les nerfs pénètrent dans le ganglion lymphatique par la porte, les veines et les vaisseaux lymphatiques efférents sortent. À l'intérieur du ganglion lymphatique, entre les trabécules, se trouve le stroma réticulaire.

Voies de la moelle antérieure de la moelle épinière. Fonction de topographie.

Dans les cordons avant sont des chemins descendants:

1) la voie cortico-spinale frontale ou pyramidale (tractus corticospinalis ventralis, s. Antérieur), qui est une voie directe non croisée;

2) faisceau longitudinal postérieur (fasciculus longitudinalis dorsalis, s. Postérieur);

3) la voie vertébrale tympanique ou tectospinale (tractus tectospinalis);

4) la voie vestibulo-spinale, ou vestibulospinale, (tractus vestibulospinalis).

Billet 61 et 80

Taz en général. Les dimensions du bassin. Caractéristiques d'âge et de sexe du bassin.

Os pelvien, os coxae. Jusqu'à l'âge de 14-16 ans, cet os se compose de trois os distincts reliés par le cartilage: l'iliaque, le pubis et le sciatique. Les corps de ces os sur leur surface externe forment l'acétabulum, l'acétabulum, qui est la fosse articulaire de la tête fémorale. Pour l'articulation avec la tête fémorale dans l'acétabulum, il existe une surface lunaire, facies lunata. Le centre de l'acétabulum est la fosse de l'acétabulum.Les articulations de la ceinture des membres inférieurs sont formées en reliant les os pelviens entre eux et au sacrum. L'extrémité postérieure de chaque os pelvien est articulée avec le sacrum à l'aide d'une articulation sacro-iliaque appariée, et les os pelviens frontaux forment la symphyse pubienne. Les os pelviens et le sacrum, reliés aux articulations sacro-iliaques et à la symphyse pubienne, forment le bassin, le bassin. Le bassin est un anneau osseux à l'intérieur duquel se trouve une cavité contenant des organes internes: le rectum, la vessie, etc. Avec la participation des os du bassin, le corps se joint également aux membres inférieurs libres. Le bassin est divisé en deux départements: le haut et le bas. La section supérieure est le grand bassin et la partie inférieure est le petit bassin. Le grand bassin sépare le petit bassin de la ligne de frontière, qui est formée par la cape du sacrum, la ligne arquée de l'ilium, les crêtes des os pubiens et les bords supérieurs de la symphyse pubienne. Les caractéristiques sexuelles sont clairement exprimées dans la structure du bassin adulte. Le bassin chez la femme est plus bas et plus large que chez l'homme. La distance entre les arêtes et les crêtes de l'ilium chez les femmes est plus grande, car les ailes de l'ilium en elles sont plus déployées sur les côtés. Ainsi, la cape chez les femmes dépasse moins en avant que chez les hommes, donc l'ouverture supérieure du bassin féminin est plus arrondie que celle du mâle. Chez les femmes, le sacrum est plus large et plus court que chez les hommes, les tubercules ischiatiques sont tournés vers les côtés, la distance entre eux est plus grande que chez les hommes. L'angle de convergence des branches inférieures des pubis chez la femme est supérieur à 90 ° (arc pubien) et chez l'homme, il est de 70–75 ° (angle subclinique).

Date d'ajout: 2019-02-22; vues: 218;

Innervation du muscle de la hanche

Quelle est la structure de l'articulation de la hanche

Pendant de nombreuses années, essayant de guérir JOINTS?

Directeur de l'Institut pour le traitement des articulations: «Vous serez étonné de la facilité avec laquelle il est facile de guérir les articulations en prenant un remède pour 147 roubles par jour.

L'articulation de la hanche est une articulation sphérique formée par le cotyle et la tête fémorale.
Considérez la structure d'un joint important et les principaux composants:

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs ont utilisé avec succès Sustalaif. Vu la popularité de ce produit, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.
En savoir plus ici...

  1. La tête fémorale est arrondie et recouverte de cartilage. Il est fixé au moyen d'un col.
  2. L'acétabulum est créé à l'aide de trois os fusionnés. L'intérieur est une doublure cartilagineuse en forme de croissant.
  3. Le cotyle est une bordure cartilagineuse du cotyle.
  4. Une capsule articulaire est un sac de tissu conjonctif recouvrant la tête, le cou et le cotyle.
  5. Les ligaments renforcent la capsule de l'extérieur. Il n'y en a que trois.
  6. Dans la cavité articulaire se trouvent les ligaments de la tête fémorale.
  7. Les sacs à joints sont des conteneurs contenant du liquide. Ils sont situés sous les tendons..
  8. Muscles, éléments de fixation. Ils aident à déplacer la hanche et à renforcer l'articulation..

Ainsi, l'anatomie topographique comprend non seulement les ligaments et les muscles.

Le flux sanguin et l'innervation de l'articulation impliquent la participation de telles artères:

  1. Artère de la hanche, branche ascendante.
  2. Artère ligamentaire ronde.
  3. Branche profonde de l'artère médiale.
  4. Les deux types d'artères fessières.

La caractérisation du système circulatoire est importante pour une étude complète de la structure des articulations. Comment les navires passent peuvent être vus sur la photo.

La nutrition vasculaire diminue avec l'âge.

Les principaux fléchisseurs de l'articulation de la hanche

  • lombaire iliaque,
  • muscle droit fémoral,
  • muscle sur mesure et
  • tendeur de fascia large.

Agissant en synergie, ces muscles provoquent une flexion de l'articulation de la hanche, comme, par exemple, lors de la levée de la jambe droite et du genou. Ils se contractent également de manière excentrique, contrôlant l'extension de l'articulation de la hanche, comme pendant la phase du mouvement vers le bas après avoir levé la jambe droite ou le genou. Examinons chacun séparément.

Figure. 4. Les muscles du bassin et des hanches (vue de face)

Le muscle iliopsoas (Fig. 4) plie la hanche dans l'articulation de la hanche, la faisant tourner vers l'extérieur. Avec une position fixe, la hanche fléchit le lombaire et le bassin, inclinant le corps vers l'avant. Il a reçu le nom du site de son commencement sur la surface intérieure de l'ilium; il est attaché au petit trochanter du fémur.
Le muscle est formé à la suite de la connexion du grand muscle lombaire (lat. Psoas major) et de l'iléon (lat. Iliacus).

Le muscle majeur du psoas est un muscle long en forme de fuseau partant de la surface latérale des corps des vertèbres lombaires I-IV et de la vertèbre thoracique XII. Le muscle iliaque a la forme d'un triangle et remplit la fosse iliaque, sur les parois de laquelle se trouve le point d'origine du muscle. Les deux muscles se connectent au point d'attache, qui est situé sur le petit trochanter du fémur. Entre la capsule articulaire et le tendon du muscle se trouve le sac de pétoncle iliaque (bourse iliopectinée). En fait, il se compose de trois muscles: rond gros et petit (absent dans environ 10% de la population) lombaire et iliaque, qui fonctionnent dans leur ensemble.

Kinésiologie: Le muscle lombaire doit déployer des efforts considérables pour augmenter et diminuer la masse de la jambe redressée. Chez la plupart des gens, les muscles abdominaux ne sont pas assez forts et ne peuvent pas équilibrer la force créée par le muscle lombaire pour maintenir la colonne vertébrale dans une position neutre lors du levage de la jambe droite. C'est l'une des raisons pour lesquelles il n'est pas recommandé de soulever le corps d'une position couchée sans l'aide des bras et des jambes avec des jambes droites. En raison du fait que le muscle lombaire commence dans la colonne lombaire, sa raideur ou son hypertrophie peut entraîner une surexposition passive de la colonne lombaire.

La raideur du muscle iliopsoas peut s'expliquer par la performance insuffisante de l'exercice d'étirement, ainsi que par une mauvaise posture en position debout ou assise. Afin d'étirer le muscle iliopsoas, le client doit se lever, se précipiter en avant avec une jambe pliée au genou, le talon de l'autre jambe, sans toucher le sol. Ensuite, tout en contractant les muscles abdominaux, il doit plier la colonne lombaire et fixer cette position pendant au moins 10 s. Il faut veiller à ce que le client effectue cet exercice, car il y a une tendance à surdimensionner la colonne lombaire, qui s'accompagne d'un stress inutile sur celle-ci.

Pour renforcer le muscle iliopsoas à partir de la position couchée, utilisez les muscles abdominaux pour soulever le bassin vers le haut pour stabiliser le bas du dos, puis soulevez alternativement la jambe redressée, puis l'autre.

Figure. 5. La cuisse. (Vue de face)

  • Le muscle droit fémoral (Fig.5)

Le quadriceps femoris (lat. Quadriceps femoris) est situé sur la surface avant de la cuisse et se compose de 4 têtes - muscles. Étant donné que l'une des têtes des quatre muscles principaux - le muscle droit de la bère - est impliquée dans une plus grande mesure dans la flexion pelvienne, nous considérons

Le muscle droit fémoral (lat. Musculus rectus femoris) est le plus long de toutes les têtes musculaires. Il occupe l'avant de la cuisse. Il commence par un tendon mince de la colonne vertébrale antérieure inférieure, une rainure supraclaviculaire. Au tout début, m. tenseur fasciae latae et muscle tailleur. Il descend et passe dans le tendon étroit, qui fait partie du tendon commun du muscle quadriceps. En atteignant le tibia, le tendon s'attache à la tubérosité tibiale. En dessous de la rotule, on l'appelle le ligament de la rotule (lat. Ligamentum patellae).
Le seul des quatre muscles du groupe des quadriceps qui traverse l'articulation de la hanche. Une contraction concentrique de ce muscle entraîne une flexion de l'articulation de la hanche, une extension de l'articulation du genou ou les deux en même temps. Le meilleur exercice pour renforcer ce muscle est de soulever une jambe droite en position debout. Pour étirer le muscle droit fémoral, effectuez un exercice pour étirer le muscle iliopsoas, puis abaissez le corps de sorte que le genou de la patte arrière se plie.

  • Muscle tailleur (Fig.5)

Le muscle tailleur (lat. Sartorius) est le muscle le plus long du corps humain, à partir de la colonne vertébrale iliaque antérieure supérieure; attaché à la surface médiale de la tubérosité tibiale.
Fonction: plie la cuisse et le bas de la jambe, le membre plié au niveau de l'articulation du genou tourne vers l'intérieur.
Innervation: nerf fémoral, LI-LII.

Ce muscle multi-articulaire fléchit, dévie et fait pivoter l'articulation de la hanche vers l'extérieur et en même temps fléchit et fait pivoter l'articulation du genou vers l'intérieur. Latéral au muscle tailleur est le tenseur du fascia large - un muscle court avec un tendon très long qui se connecte aux fibres inférieures du muscle fessier maximus. Le fascia de tension large prend naissance sur l'iléon supérieur antérieur et se fixe à la partie latérale du tibia sous le genou.

  • Tension du fascia large de la cuisse (Fig.5)

Tension du fascia large de la cuisse (Latus Musculus tensor fasciae latae)
Un muscle plat et légèrement allongé qui se trouve sur la surface antérolatérale du bassin. Avec son extrémité distale, il est tissé dans le large fascia de la cuisse. Le muscle commence sur la lèvre externe de la crête iliaque, plus près de la colonne vertébrale iliaque antérieure supérieure. Les faisceaux musculaires sont dirigés verticalement vers le bas, passant dans le tractus ilio-tibial du large fascia de la cuisse.

Fonctions: étire le large fascia de la cuisse et du tractus iliaque. Grâce à elle agit sur l'articulation du genou et plie la cuisse. En raison de la connexion avec le tendeur avec le large fascia de la cuisse, les muscles fessiers grands et moyens favorisent le mouvement de l'articulation du genou. Ce muscle n'est pas seulement un fléchisseur de la hanche, mais aussi son pronateur. Elle enlève également sa hanche. Lorsque la hanche est attachée, elle participe à la rotation du bassin.

Source: Anatomie, Kinésiologie

L'articulation de la hanche est une grosse articulation articulée qui joue un rôle majeur dans le maintien du poids, de la posture et du mouvement (marche, course, saut, natation, etc.). C'est pourquoi il devrait avoir une large gamme de mouvements avec une stabilité prononcée. La mobilité est déterminée par le cou allongé, qui éloigne l'axe du membre de la tête, et donne également un grand effet de levier aux muscles agissant sur l'extrémité proximale de la cuisse. La stabilité articulaire est assurée par:

  • muscles forts agissant à travers l'articulation;
  • capsule fibreuse forte;
  • pénétration profonde de la tête dans la cavité articulaire.

Les forces agissant à travers l'articulation de la hanche sont souvent très importantes, par exemple: debout sur les deux jambes (un tiers du poids corporel), debout sur une jambe (2,5 x poids corporel) ou en marchant (1,5 - 6 x poids corporel). Aux charges légères, les surfaces articulaires sont incongrues, tout en augmentant la charge, elles deviennent congruentes, fournissant un contact de surface maximum pour maintenir la zone de contact / charge dans la plage optimale..

L'acétabulum est formé par la connexion de trois os pelviens (iliaque, sciatique et pubien: Fig.220, 221). Elle est ouverte,

vers l'avant et vers le bas, et le plus fortement au-dessus et derrière (où il est soumis à une plus grande charge en position debout et en flexion). Le bord est approfondi avec une lèvre fibro-cartilagineuse, qui forme un «collier» autour de la tête fémorale, rétrécissant la sortie et stabilisant la tête à l'intérieur du cotyle. Un ligament transverse est jeté à travers un espace dans la partie inférieure de la lèvre (encoche cotyloïdienne), qui transforme l'encoche en une ouverture à travers laquelle les vaisseaux sanguins passent dans la cavité articulaire. Le cartilage articulaire est en forme de fer à cheval et ouvert. Le fond de l'acétabulum est rempli de tissu adipeux. Le cartilage hyalin couvre toute la tête du fémur à l'exception de la fixation du ligament rond, où il y a un petit défaut osseux - la fosse.

Une capsule fibreuse forte et dense provient de la cavité articulaire, de la lèvre et du ligament transverse. Distalement, il est attaché le long de la ligne intertrochantérienne du fémur à l'avant et à l'arrière - approximativement au milieu du cou. La capsule est renforcée à l'avant par un ligament iléo-fémoral en forme de Y (le ligament le plus fort du corps humain), en dessous du ligament pubien-fémoral et derrière par le ligament sciatique-fémoral (Fig.222). Le ligament rond passe par voie intracapsulaire, partant du ligament transverse et se dirigeant vers la fosse de la tête. Il n'a pas pour fonction de stabiliser l'articulation, mais il transporte des vaisseaux sanguins alimentant une petite zone de la tête autour de la fosse..

Figure. 220 repères osseux de l'acétabulum. La vue intérieure montre la fixation de la lèvre articulaire, du ligament transverse, du ligament rond et la position du tissu adipeux central.

Figure. 221 Incision de la hanche.

La membrane synoviale recouvre la capsule, la lèvre et le coussinet adipeux, mais ne comprend pas le ligament rond. Distalement, il s'étend jusqu'au cou de la cuisse et passe dans le cartilage de la tête. Le tractus iliotibial fait partie du fascia large de la cuisse, partant de son attachement principal à la crête iliaque et s'étendant jusqu'au tubercule latéral du tibia. Autour de l'articulation de la hanche, plusieurs sacs (Fig.223) sont directement liés à celle-ci:

  • une grande poche trochantérienne souvent à plusieurs chambres située entre le grand trochanter et le muscle grand fessier;
  • le sac de crête iliaque entre la surface avant de la capsule et le muscle iliopsoas (se connecte à la cavité articulaire dans environ 15%);
  • sac sciatique-fessier sur la tubérosité de l'os sciatique et du nerf sciatique.

Les muscles forts autour de l'articulation de la hanche ont un effet diversifié, tandis que les mouvements de l'articulation sont affectés par la position de la colonne lombaire, du genou et de l'articulation de la hanche opposée (par exemple, la flexion augmente en pliant le genou et la colonne vertébrale; l'extension augmente lorsque le genou se prolonge; l'abduction augmente si les deux hanches sont légèrement pliées). Les principaux groupes musculaires:

Fléchisseurs: iliaque-lombaire (innervation 12,3) (pétoncle, rectus femoris)

Extenseurs: gluteus maximus, (L4.5; Sl, 2) muscles postérieurs de la cuisse

En tête: fessier moyen (L4, S; SI) (petit fessier)

Plomb: longs et grands adducteurs courts de la cuisse

Extérieur: en forme de poire, verrouillable, (L4.5; S1) apparié, fessier moyen

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs ont utilisé avec succès Sustalife. Vu la popularité de ce produit, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.
En savoir plus ici...

Intérieur: gluteus maximus, (L4.5; SI) gluteus medius, tendant le large fascia de la cuisse

Figure. 222 Capsule de l'articulation et du ligament.

Figure. 223 sacs d'importance clinique.

Les structures importantes situées à proximité immédiate de l'articulation de la hanche sont le faisceau neurovasculaire à l'avant et le nerf sciatique passant près de l'arrière de l'articulation.

L'articulation de la hanche adulte est un site de lésion caractéristique dans l'arthrose et, moins fréquemment, dans d'autres arthropathies majeures. Les lésions périarticulaires (bursite, enthésopathie) sont également fréquentes. Au début de la période et de l'enfance, les principales conditions pathologiques sont la luxation congénitale, la maladie de Perthes, l'épiphysiolyse de la hanche et la septicémie.

SYMPTÔMES

L'articulation de la hanche est principalement innervée du segment L3. La douleur dans cette articulation est peu différenciée, aggravée par l'effort ou le mouvement (par exemple, se lever d'une position assise, debout, marcher, se lever sur les orteils) et se ressent principalement dans la région inguinale avant (Fig.224). Cependant, il peut rayonner largement le long des surfaces avant et latérales de la cuisse, dans les fesses, à l'avant du genou et, parfois, le long de la surface avant du bas de la jambe jusqu'à la cheville. La seule manifestation d'une lésion de la hanche peut être une douleur isolée au genou (les deux articulations ont une innervation des fibres de l'obturateur et des nerfs fémoraux).

En raison de l'irradiation large et variable, la douleur dans l'articulation de la hanche doit être différenciée d'un certain nombre de causes locales et à long terme, notamment:

  • douleur sacro-iliaque. Il est ressenti profondément dans la fesse, avec une variété de rayonnements le long de l'arrière de la cuisse. Souvent aggravé en se tenant sur une jambe (du côté affecté, page 81).
  • Bursite. La bursite de la broche provoque des douleurs et des douleurs locales sur la broche, irradiant parfois le long du côté de la cuisse. Il est particulièrement douloureux lorsque vous êtes allongé sur un côté douloureux (par exemple au lit). La douleur avec bursite sciatique-fessière est ressentie principalement par derrière et est particulièrement pire lorsque le patient est assis.
  • Enthésopathie. L'enthésopathie des muscles adducteurs («tension dans l'aine») est généralement le résultat d'une blessure sportive et provoque une douleur dans l'aine médiale, s'intensifiant en se tenant sur la jambe affectée. L'enthésopathie du groupe des abductions provoque une douleur similaire à la bursite trochantérienne, mais généralement pire en marchant.
  • Méralgie paresthésique. Neuropathie du nerf cutané latéral de la cuisse (serré sous le ligament inguinal), provoquant une sensation de brûlure et un engourdissement le long de la surface antérolatérale de la cuisse. Il peut apparaître avec une obésité rapide ou massive, une grossesse et le port de corsets ou de jeans serrés..
  • Douleur radiculaire. Un prolapsus des disques intervertébraux ou des lésions impliquant les racines L1 / L2 (moins souvent les deux ensemble) peuvent provoquer des douleurs à l'aine (Fig. 225). La nature aiguë et l'augmentation de la tension / toux (+ maux de dos supplémentaires) nous permettent d'établir sa nature.
  • Symphysite. Il peut provoquer des douleurs et des douleurs sur l'articulation pubienne, s'intensifiant dans la phase de transfert de jambe pendant

Figure. 224 La propagation de la douleur dans (a) une lésion de l'articulation de la hanche et (b) une bursite trochantérienne, marche.

Figure. 225 Dermatomas de la hanche et de la hanche.

ÉTUDE

L'examen d'un patient dépouillé de sous-vêtements est effectué en position verticale, en marchant et en se couchant..

Examen d'un patient debout

Demandez au patient d'indiquer avec précision le lieu de la douleur maximale et de décrire la zone où la douleur est ressentie. Recherche avant, latérale et arrière.

Des repères bien définis sont les crêtes iliaques s'étendant entre les épines iliaques antérieures et postérieures, les grands trochanters, la tubérosité des os ischiatiques, les plis fessiers et les muscles fessiers ronds (Fig.226). De face, portez une attention particulière à:

  • inclinaison pelvienne - déterminée par différents niveaux des arêtes supérieures antérieures. Cela peut se produire à la suite d'une lésion de l'articulation de la hanche avec adduction ou contracture abdominale, raccourcissement de la jambe ou scoliose primaire.
  • Déformation rotationnelle (Fig.227) - évaluer la même direction des pieds.

Figure. 226 Repères avant et arrière.

Figure. 227 Déformation rotationnelle.

Figure. 228 Inclinaison pelvienne.

Figure. 229230 Test de Trendelenburg: (229) normal, (230) pour la pathologie.

Sur le côté, portez une attention particulière à:

  • lordose lombaire soulignée - cela peut signifier une contracture de flexion fixe d'une ou des deux articulations de la hanche.

Faites attention à l'arrière:

  • roulis pelvien (Fig.228) - est déterminé par différents niveaux de crêtes iliaques et l'asymétrie des plis fessiers. Avec une adduction fixe, le côté affecté est soulevé et le patient peut ne pas être en mesure de placer le pied à plat sur le côté affecté sur le sol. Avec la contracture d'enlèvement, la situation est inversée..
  • Scoliose - elle accompagne souvent un roulement pelvien.
  • Atrophie musculaire - secondaire à une lésion de la hanche, primaire à une lésion musculaire ou à une maladie neurologique.

Le test de Trendelenburg (Trendelenburg) révèle une faiblesse importante des muscles abducteurs de l'articulation de la hanche (moyen, petit fessier). Demandez au patient de soulever une jambe du sol (fig. 229, 230). Normalement, afin de maintenir l'équilibre, les muscles ravisseurs du côté portant le poids se contractent et soulèvent le côté opposé. Si les ravisseurs sont faibles, alors le bassin peut «tomber» du côté opposé, le patient perd l'équilibre, trébuche, ne peut pas garder son pied sur le poids. Une modification de ce test sera la technique suivante: faire face au patient et le soutenir avec les bras tendus. Lors de l'élévation des jambes, il est facile de ressentir une augmentation de la charge transmise aux mains du médecin avec une faiblesse des muscles abducteurs de la cuisse du patient. Les causes les plus courantes d'un test de Trendelenburg positif sont les maladies de l'articulation de la hanche (simples et bilatérales), l'affection de la racine L5 (unilatérale) et les conditions caractérisées par une faiblesse généralisée (généralement un test positif bilatéral).

Figure. 231 démarche antalgique.

Figure. 232 Marche de Trendelenburg.

Étude d'un patient ambulant

Avec la maladie de la hanche, deux types de troubles de la marche non spécifiques sont généralement observés:

  • démarche antalgique (p. 24; fig. 231) - indique généralement une articulation douloureuse de la hanche. Le patient raccourcit le temps de la phase de transfert sur l'articulation touchée, comme s'il sautait par-dessus le côté affecté afin d'éviter une contraction douloureuse des muscles abducteurs de l'articulation de la hanche.
  • Démarche Trendelenburg («boiterie des ravisseurs»; Fig. 232) - indique une faiblesse des muscles ravisseurs du côté affecté. Pendant la phase de transfert du côté affecté, le côté controlatéral du bassin descend et le corps se tord vers le côté non affecté. Avec une lésion bilatérale, cela donne une «démarche».

Examen d'un patient allongé sur un canapé

En général, le patient doit être allongé sur une surface plane, si cela est compatible avec la fonction du système cardiorespiratoire. Assurez-vous que les deux épines supérieures avant sont de niveau et que les pieds sont parallèles..

Portez une attention particulière à:

  • changements de peau (en particulier cicatrices, éruption cutanée à l'aine).
  • Gonflement. Le gonflement de la bourse iliaque du pétoncle peut parfois être perceptible dans la région inguinale médiale. Étant donné que l'articulation de la hanche est profonde, son gonflement n'est généralement pas perceptible. Un gonflement antéromédial s'étendant le long de la cuisse peut être avec une sévérité significative du kyste synovial.
  • Déformation, en particulier contracture de flexion fixe, rotation externe ou contracture d'abduction (elles se développent souvent de manière séquentielle à mesure que la maladie de l'articulation de la hanche progresse, Fig.233).

Avec une contracture de flexion importante, le patient ne peut pas redresser complètement sa jambe avant de s'asseoir sur le canapé. Avec une contracture adductrice fixe, le membre affecté peut traverser l'autre jambe. Les déformations rotationnelles deviennent apparentes lorsque l'on regarde la position de la rotule et des pieds des deux côtés..

Une flexion réduite de la hanche peut être compensée par une lordose lombaire accrue, qui masque ainsi une contracture de flexion fixe. Si cette contracture n'est pas clairement définie, vous pouvez utiliser le test de Thomas (Thomas) (Fig.234). Pliez la deuxième articulation de la hanche à un angle de 90 degrés pour éliminer la lordose lombaire (vérifié en plaçant une main sous la colonne lombaire du patient) et observez la flexion de l'articulation de la hanche affectée.

Figure. 233 Déformations: contracture de flexion, rotation externe, abduction.

  • La différence de longueur de jambe qui apparaît lorsque l'on regarde la position des talons. Si un écart clair est trouvé, utilisez un ruban en centimètres doux pour mesurer de chaque côté: a) la vraie longueur de la jambe: entre la colonne vertébrale iliaque supérieure antérieure et la cheville intérieure (Fig.235). Si une jambe est pliée ou tournée vers l'extérieur, il est nécessaire de donner à la deuxième jambe la même position avant de commencer la mesure. Le raccourcissement (1 cm) est courant, mais n'est pas spécifique aux lésions de la hanche. (b) longueur apparente de la jambe: de la cheville médiale à un point fixe du corps (l'extrémité du sternum est plus «fixe» que le nombril; chez l'enfant, la connexion du bras et du corps du sternum est plus facile à déterminer). Différentes mesures sont le plus souvent dues au roulis pelvien.
  • Position. Avec une articulation de la hanche douloureuse avec synovite, la position la plus confortable est une flexion, un abduction et une rotation externe modérés. Évaluer si le patient veut prendre cette position.

Figure. 234 Test Thomas.

Figure. 235 Longueur de jambe vraie et apparente.

Figure. 236 Palpation de l'espace commun devant.

Palper pour déterminer la douleur (+ gonflement) sur les zones suivantes:

  • Avec le patient sur le dos, palper la fissure articulaire antérieure directement latérale au site de pulsation de l'artère fémorale, en dessous du tiers médian du ligament inguinal (Fig.236). La douleur à cet endroit peut signifier soit une synovite de l'articulation de la hanche ou une bursite du sac de pétoncle iliaque. Une bourse enflammée peut parfois être palpée et elle donne un symptôme positif de fluctuations (reflétant une bursite locale ou un kyste synovial qui se connecte à la cavité de l'articulation enflammée). La bursite doit être différenciée des autres causes de gonflement dans cette zone (en particulier une hernie fémorale - généralement située médialement par rapport à l'artère). La douleur du site du début des muscles adducteurs de la cuisse le long des bords supérieurs ou inférieurs de l'os pubien peut refléter l'enthésopathie des adducteurs: une réduction active contre la résistance externe (Fig.237) peut reproduire la douleur.
  • Lorsque le patient est de son côté, palper la zone du grand trochanter pour détecter la douleur avec bursite trochantérienne ou enthésis des ravisseurs (Fig.238). Chez les patients obèses, déterminer la position du trochanter en remontant la surface latérale de la cuisse. L'enlèvement actif de la jambe affectée (sans résistance ou contre une résistance externe) peut reproduire la douleur avec enthésopathie des muscles abducteurs (Fig.239), mais n'exacerbe généralement pas la douleur avec bursite.

Figure. 237 Réduction active résistive et localisation de la douleur dans l'enthésopathie des muscles adducteurs.

Figure. 238 Palpation avec bursite trochantérienne et enthésopathie des muscles abducents.

Figure. 239 Plomb actif résistif.

  • En gardant la position du patient sur le côté, pliez les articulations du genou et de la hanche pour palper la tubérosité de l'os sciatique (Fig.240). La douleur de cette localisation indique une bursite sciatique-fessière (il s'agit également d'une occurrence peu fréquente de nodules rhumatoïdes).

À l'exception de l'extension, tous les autres mouvements sont mieux étudiés dans la position du patient sur le dos. Faites attention à la restriction de la mobilité et à l'apparition de la douleur dans tous les types de mouvements.

  • Flexion (environ 120 degrés). Il est examiné avec un genou plié afin de détendre les muscles du fémur postérieur (Fig.241).

Figure. 240 Palpation de la tubérosité de l'os sciatique et détermination de la bursite sciatique-fessière.

Figure. 241 Flexion de la hanche.

Figure. 242 Enlèvement de la hanche.

Figure. 243 Abduction de la hanche avec fixation pelvienne.

Figure. 244 Amener l'articulation de la hanche.

Plomb (environ 45 degrés) et réduction (environ 30 degrés). Les jambes du patient doivent être étendues et le bassin doit être de niveau. Stabilisez ce dernier d'une main sur la crête iliaque du côté opposé, saisissez le tibia de l'autre main et retirez passivement la jambe (Fig.242). Une main sur l'os pelvien est nécessaire afin de déterminer quand l'abduction de l'articulation de la hanche se termine immédiatement (c'est-à-dire lorsque le mouvement du bassin commence), et un mouvement latéral supplémentaire de la jambe se produit en raison de la flexion latérale de la colonne lombaire. Une autre méthode consiste à stabiliser le bassin en raison de l'abduction complète de la jambe opposée ou lorsqu'elle est complètement redressée sur le canapé, ou (en pliant le genou) en la suspendant au-dessus du bord du lit (Fig.243). Pour évaluer le plâtre, croisez une jambe sur l'autre (Fig.244).

Figure. 245 Rotation interne de l'articulation pliée.

Rotation interne et externe (environ 45 degrés chacun). Pliez les articulations du genou et de la hanche à un angle de 90 degrés et déplacez le pied latéralement (rotation interne, Fig. 245) et médialement (rotation externe, Fig. 246). Dans la maladie de la hanche, la rotation interne avec une articulation pliée est un mouvement qui est affecté le plus tôt et de manière permanente. La rotation peut également être estimée avec une jambe complètement étendue et étendue: faites rouler le pied sur le canapé dans un sens d'abord, puis dans l'autre - le pied sera un indicateur de rotation (Fig.247.248).

Figure. 246 Rotation externe de l'articulation pliée.

Figure. 247 248 Rotation interne (247) et externe (248) de l'articulation de la hanche redressée.

Extension (environ 15 degrés). Le test de Thomas détermine la perte d'extension (par exemple contracture de flexion). Pour évaluer la réduction de l'extension, placez le patient face au canapé et essayez d'immobiliser le bassin avec une pression vers le bas avec une main (sur le sacrum), tandis que l'autre effectue une extension dans l'articulation de la hanche (bras sous la hanche, Fig.249). Si le patient ne peut pas s'allonger face vers le bas, couchez-le sur le côté, le bas de la jambe est plié et fixé par le patient (pour stabiliser le bassin). Tenez-vous derrière le patient et, en soutenant le haut de la jambe, effectuez une extension dans l'articulation de la hanche. Le deuxième bras est situé sur l'articulation lombo-sacrée pour évaluer tout mouvement spinal-pelvien.

Figure. 249 Évaluation de l'extension en position du patient face vers le bas.

RÉSUMÉ DE LA RECHERCHE COMMUNE SUR LA HANCHE

(1) Examen d'un patient debout

a) avant (roulis pelvien, déformation rotationnelle)
(b) latéralement (lordose lombaire renforcée)
(c) dans le dos (roulis pelvien, scoliose, atrophie)

(2) Examen d'un patient ambulant (démarche antalgique, démarche Trendelenburg)

(3) Examen d'un patient allongé sur un canapé

cuir
gonflement
déformation
Test de Thomas (flexion fixe)
différentes longueurs de jambe (vraie + longueur apparente de jambe)

fissure articulaire antérieure
site du muscle surrénal
grande brochette (patient de son côté)
tubérosité de l'ischion (patient sur le côté)

pliant
enlèvement
rotation interne et externe
extension (patient face vers le bas ou sur le côté)

Os et cartilage

L'anatomie de l'articulation de la hanche diffère des autres articulations des membres en ce que l'os pelvien est impliqué. Au contraire, son cotyle, d'une manière spéciale incurvée et répétant complètement la forme de la tête fémorale sphérique. Ils sont complètement congruents, c'est-à-dire qu'ils correspondent en taille et en forme..

L'articulation appartient au type sphérique et est appelée en forme de noix, car la tête fémorale est fermée par un cotyle de deux tiers. La forme de l'articulation de la hanche détermine sa multiaxialité, la possibilité de mouvements dans différents plans. Dans le plan frontal, une personne peut plier et redresser la cuisse, dans le plan vertical, elle peut pénétrer et décubitus (rotation externe et interne de la cuisse), dans le plan sagittal, elle peut être enlevée et amenée. Il est également important que les mouvements dans l'articulation puissent être rotationnels.

Les surfaces de la tête fémorale et de la cavité sont recouvertes de cartilage hyalin. Il s'agit d'une substance lisse et durable, la fonctionnalité du joint dépend en grande partie de son état. Le cartilage articulaire de la hanche subit une charge dynamique constante. Sous l'action de la force mécanique, il doit se comprimer et se dilater, en restant élastique et lisse. Cela est possible grâce à sa structure, sa teneur en collagène supérieur à 50%, notamment dans les couches supérieures. Le reste est constitué d'eau et de chondrocytes, les véritables cellules du cartilage qui assurent sa restauration en cas de dommages.

Anatomie de la hanche humaine

L'articulation de la hanche est une grosse articulation sphérique à plusieurs axes de rotation formée par la surface articulaire de la tête fémorale et le cotyle de l'iléon du bassin. La structure des articulations de la hanche chez les femmes et les hommes n'a pas de différences fondamentales.

En effet, l'articulation de la hanche est constituée d'un cou et d'une tête recouverts de cartilage, d'un os de la hanche, d'un cotyle et d'un cotyle approfondissant à l'intérieur de la capsule. La capsule articulaire du TBS est une formation creuse qui limite sa cavité interne. Les parois de la capsule se composent de trois couches:

  • tissu fibreux externe - dense;
  • fibres de tissu conjonctif médian;
  • membrane interne - synoviale.

La membrane synoviale tapissant la capsule articulaire de l'intérieur produit une sécrétion séreuse qui remplit la fonction de lubrification des surfaces articulaires pendant le mouvement, réduisant leur friction les unes contre les autres.

Ligaments articulaires

L'appareil ligamentaire de l'articulation de la hanche assure la rotation, la supination, ainsi que la mobilité des membres inférieurs dans les directions longitudinale et transversale; Il est formé de plusieurs structures:

  • Le ligament iliaque-fémoral est le plus grand et le plus durable de tous, maintenant et assurant la mobilité du SCT. Il prend naissance près de la colonne vertébrale inférieure antérieure de l'os pelvien, puis diverge en forme d'éventail, étant attaché en faisceaux dans le fémur le long de la ligne intertrochantérienne. Il est inclus dans le groupe des muscles et des ligaments responsables de l'équilibre et du maintien du corps en position verticale. Une autre fonction du ligament est l'inhibition de l'extension de la hanche.
  • Le sciatique-fémoral - une extrémité est attachée à l'os sciatique; passant à l'intérieur de la fosse trochantérienne, l'autre extrémité est tissée dans la capsule articulaire. Ralentit les mouvements de la hanche.
  • Pubo-fémoral - prend sa source sur la face avant de l'os pubien et est tissé dans la capsule articulaire. Responsable de l'inhibition des mouvements de la hanche dans la direction transversale à l'axe du corps.
  • Ligament circulaire - situé à l'intérieur de la capsule articulaire, provient du bord avant de l'ilium et englobe la boucle de la tête fémorale.
  • Ligament de la tête fémorale - situé à l'intérieur de la capsule articulaire, protégeant les vaisseaux sanguins de la tête fémorale.

Muscles de la hanche

L'articulation de la hanche a plusieurs axes de rotation:

  • frontal (transversal),
  • sagittal (antéropostérieur),
  • longitudinal (vertical).

Les mouvements articulaires le long de l'axe frontal assurent des mouvements de flexion et d'extenseur de la hanche. Les muscles sont responsables de la flexion de la hanche:

  • tout droit,
  • peigne,
  • lombaire iliaque,
  • tailleur,
  • large.

Les muscles anticorps procurent une extension de la hanche:

  • deux têtes,
  • semi-tendon,
  • semi-palmé,
  • grosse fesse.

Sur l'axe sagittal, des mouvements de hanche avant et arrière sont effectués. Pour l'enlèvement de la hanche sont responsables:

  • en forme de poire,
  • double,
  • muscle obstructif interne.
  • grand adducteur,
  • peigne,
  • mince,
  • adducteurs courts et longs.

L'axe de rotation longitudinal est nécessaire pour la rotation de la hanche, ainsi que pour la pronation et la supination de l'articulation. Ces fonctions sont remplies:

  • carré,
  • grosse fesse,
  • lombaire iliaque,
  • en forme de poire,
  • double,
  • tailleur,
  • muscles obstructifs externes et internes.

Approvisionnement en sang TBS

Un approvisionnement en sang de hanche est fourni;

  • branche ascendante de l'artère fémorale latérale,
  • artère ligamentaire ronde,
  • cotyle de l'artère obturatrice,
  • branches des artères fessières inférieure et supérieure,
  • branche profonde de l'artère fémorale médiale,
  • branches de l'artère iliaque externe,
  • branches de l'artère hypogastrique inférieure.

L'importance de ces artères pour l'approvisionnement en sang du TBS n'est pas la même. La nutrition principale est assurée par la branche profonde de l'artère fémorale médiale. L'écoulement sanguin des tissus articulaires et environnants est assuré par les branches des veines fémorales, hypogastriques et iliaques.

Innervation et écoulement lymphatique de l'articulation de la hanche

L'innervation du TBS est réalisée en raison des branches du tronc nerveux fémoral, obturateur, sciatique, du bas fessier et génital.

Les formations neurovasculaires périarticulaires et les racines nerveuses du périoste participent également à l'innervation..

Le drainage lymphatique de l'articulation passe par les vaisseaux lymphatiques profonds menant aux ganglions lymphatiques pelviens et aux sinus internes.

Os et cartilage

L'anatomie de l'articulation de la hanche diffère des autres articulations des membres en ce que l'os pelvien est impliqué. Au contraire, son cotyle, d'une manière spéciale incurvée et répétant complètement la forme de la tête fémorale sphérique. Ils sont complètement congruents, c'est-à-dire qu'ils correspondent en taille et en forme..

L'articulation appartient au type sphérique et est appelée en forme de noix, car la tête fémorale est fermée par un cotyle de deux tiers. La forme de l'articulation de la hanche détermine sa multiaxialité, la possibilité de mouvements dans différents plans. Dans le plan frontal, une personne peut plier et redresser la cuisse, dans le plan vertical, elle peut pénétrer et décubitus (rotation externe et interne de la cuisse), dans le plan sagittal, elle peut être enlevée et amenée. Il est également important que les mouvements dans l'articulation puissent être rotationnels.

Les surfaces de la tête fémorale et de la cavité sont recouvertes de cartilage hyalin. Il s'agit d'une substance lisse et durable, la fonctionnalité du joint dépend en grande partie de son état. Le cartilage articulaire de la hanche subit une charge dynamique constante. Sous l'action de la force mécanique, il doit se comprimer et se dilater, en restant élastique et lisse. Cela est possible grâce à sa structure, sa teneur en collagène supérieur à 50%, notamment dans les couches supérieures. Le reste est constitué d'eau et de chondrocytes, les véritables cellules du cartilage, qui assurent sa restauration en cas de dommages.

Anatomie et structure topographiques

L'articulation des os de l'articulation de la hanche forme la tête articulaire du fémur, elle est située dans le cotyle. Ces deux structures sont impliquées dans la fonction motrice, assurant les mouvements de la hanche dans différentes directions. À l'endroit où l'os de la hanche passe dans le corps, 2 tubercules se forment - un petit et un grand trochanter. La tête de l'os pelvien et la surface interne de l'acétabulum sont recouvertes de cartilages, ce qui réduit le frottement lors de la flexion-extension, la charge est répartie uniformément.

Retour à la table des matières

Navires fournissant du SCT et du système nerveux

L'innervation est réalisée à l'aide du nerf obturateur sciatique et fémoral, avec inflammation dont des douleurs apparaissent dans le muscle fessier, le sacrum, l'aine. L'approvisionnement en sang de l'articulation de la hanche se fait par de grandes artères et de petits vaisseaux sanguins. Tous nourrissent non seulement les muscles pelviens, mais aussi les tissus de la cavité abdominale, des fesses, du bas du dos et des membres inférieurs.

Retour à la table des matières

Topographie de l'appareil musculo-ligamentaire

L'articulation de la hanche a un système ligamentaire unique. Grâce à elle, les articulations sont stables et l'axe de rotation est beaucoup plus large que celui de l'articulation de l'épaule ou du genou. L'articulation de la hanche contient les ligaments actifs suivants:

Le dispositif articulaire ligamentaire permet à l'articulation de fonctionner avec une grande amplitude de mouvement.

  • fémoral sciatique et iliaque;
  • pubo-fémoral;
  • ligaments de la tête de la hanche;
  • circulaire.

Il existe des ligaments internes:

  • acétabulum transverse;
  • ligament fémoral.

Les muscles extenseurs-fléchisseurs sont représentés par 2 groupes. Dans la première catégorie, le plus important est le gluteus maximus. Elle est aidée par les muscles moyens et petits des fesses - rotateurs externes. Dans le second groupe, les principaux sont les muscles sciatiques et fémoraux, menant les muscles qui produisent des mouvements de flexion-extension. L'anatomie de l'articulation de la hanche humaine se compose d'autres structures tout aussi importantes. Le liquide synovial permet des mouvements intra-articulaires et une friction réduite. Si une capsule avec une masse dense est endommagée, beaucoup ou peu d'exsudat est sécrété. En conséquence, les surfaces inter-articulaires cessent de fonctionner normalement., Une inflammation se développe - une synovite transitoire due à une violation de la capsule articulaire.