Quelles sont les causes de la douleur dans les muscles fessiers

  • Blessures

La fesse est un organe complexe de notre corps qui, en plus des muscles, comprend la peau et les tissus adipeux. La douleur peut survenir en raison de blessures, de maladies de la colonne vertébrale, de l'articulation de la hanche et de nombreuses autres raisons. Il n'y a pas tellement de maladies musculaires, donc si le muscle fessier fait mal, il n'est pas difficile de faire un diagnostic pour un spécialiste expérimenté.

Pourquoi les douleurs dans les muscles fessiers

La douleur musculaire survient le plus souvent à la suite d'un surmenage ou d'une inflammation et dépasse rarement les fesses. Lorsque les muscles des fesses font mal, les causes sont les suivantes:

Myosite

La myosite se caractérise par une inflammation des muscles qui survient contre un mal de gorge, une grippe, une radiculite, à la suite d'une hypothermie ou d'une tension excessive, ainsi qu'à cause d'un long séjour dans une position inconfortable. Parfois, la maladie se développe en raison de crampes sévères qui apparaissent pendant la natation. Son principal symptôme est une douleur musculaire, qui augmente pendant le mouvement ou en appuyant sur la zone affectée. Souvent, la maladie s'accompagne de symptômes supplémentaires:

  • rougeur de la peau;
  • faiblesse musculaire;
  • diminution des performances;
  • raideur dans la hanche.

Si elle n'est pas traitée, la myosite peut progresser et affecter les organes voisins.Par conséquent, dans les cas où les muscles fessiers sont endoloris, il est recommandé de se rendre dans un établissement médical.

Exercice physique

Une tension excessive du muscle fessier entraîne un syndrome douloureux qui n'est pas dangereux et se transmet de lui-même. La douleur peut apparaître après le sport, soulever des charges, travailler dur (par exemple, nettoyer la neige). Habituellement, cela inquiète les personnes non formées et est associé à une augmentation du tonus musculaire. Dans certains cas, l'activité physique conduit au fait que le muscle fessier fait mal, donne à la jambe ou au bas du dos.

Courbure de la colonne lombaire

Lorsque la configuration de la colonne vertébrale est perturbée, un changement de tonus musculaire se produit. En raison de la courbure de la colonne vertébrale, certains muscles sont trop tendus, tandis que d'autres, au contraire, sont étirés et détendus. Des déformations visuellement similaires passent inaperçues, mais entraînent des douleurs.

Injection intramusculaire

Les injections banales provoquent souvent une gêne, qui disparaît généralement d'elle-même. Si la douleur dans le muscle fessier persiste longtemps, plusieurs causes possibles sont envisagées:

  1. Injection mal faite. La douleur apparaît si l'aiguille pénètre dans les vaisseaux ou les troncs nerveux. En conséquence, une ecchymose se forme, qui finit par passer. Si l'hématome est trop volumineux, un traitement peut être nécessaire. Habituellement, elle consiste en une physiothérapie effectuée conformément aux prescriptions du médecin. Parfois, lors de l'injection, l'aiguille pénètre dans le tissu adipeux, ce qui entraîne la formation d'une bosse et de la douleur.
  2. Violation des règles de stérilité par le personnel médical. Si, pendant l'injection, le personnel paramédical a mal traité le site d'injection ou utilisé des dispositifs non stériles, l'infection peut pénétrer dans les fesses. Parfois, la douleur ne disparaît pas longtemps, si la poudre pour injection a été diluée dans de l'eau distillée.
  3. Stérilité altérée par le patient. Des démangeaisons désagréables, qui surviennent parfois après une injection, amènent le patient à peigner le site d'injection. S'il le fait avec des mains sales, il peut également infecter la plaie..

Autres raisons

Parmi les autres raisons pour lesquelles les muscles fessiers sont douloureux, les conditions et pathologies suivantes sont prises en compte:

  • fibromyalgie;
  • myalgie primaire ou secondaire;
  • polymyosite;
  • séjour prolongé dans une position inconfortable, ce qui entraîne une compression vasculaire;
  • stress et stress psychologiques qui augmentent le tonus musculaire.

Douleur pendant la grossesse

La condition lorsque les muscles fessiers sont endoloris pendant la grossesse est considérée comme assez courante. La raison en est peut-être divers processus:

  • fatigue musculaire due à une augmentation de l'utérus;
  • diminution de l'élasticité de l'appareil ligamentaire du bassin, ce qui augmente la charge sur le bas du dos et les muscles fessiers;
  • serrer ou pincer le nerf sciatique - dans ce cas, la cuisse, le sacrum et le tiers supérieur de la fesse font mal;
  • déplacement du centre de gravité, ce qui entraîne un changement de posture et de charge musculaire.

Les femmes avec des muscles du dos et des abdominaux faibles, ainsi que celles qui sont obèses ou en surpoids, sont les plus sujettes à de tels phénomènes..

Diagnostique

En cas de douleur, vous devez consulter un médecin qui procédera à un premier examen et, si nécessaire, sera envoyé pour un examen diagnostique. Les problèmes musculaires fessiers sont résolus par un thérapeute, un chirurgien, un neurologue ou un dermatologue. Chacun d'entre eux peut planifier les événements suivants:

  • Radiographie - pour identifier d'éventuelles anomalies dans la structure de la colonne vertébrale.
  • Tomodensitométrie - résout des problèmes similaires aux rayons X, mais donne une image plus claire et plus détaillée.
  • IRM - révèle des troubles dans les tissus mous.
  • Analyses de sang et d'urine.
  • Électroneuromyographie - donne le tonus musculaire.

Comment se débarrasser de la douleur?

Il est bien connu que l'automédication n'entraîne pas de bien, par conséquent, en cas d'inconfort, il est conseillé de consulter un médecin. Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour les ulcères résultant d'une mauvaise injection. Pour les douleurs dans les muscles fessiers causées par la myosite, elles sont le plus souvent limitées à une thérapie conservatrice.

Si le problème est lié à la colonne vertébrale, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, de la physiothérapie, des massages et des exercices de physiothérapie sont prescrits. Lorsque des terminaisons nerveuses sont impliquées dans le processus pathologique ou que des dommages graves à la colonne vertébrale sont observés, le médecin peut utiliser un blocage à la novocaïne.

Dans certains cas, vous pouvez vous débarrasser de la douleur vous-même:

  • Si vos muscles fessiers vous font mal après une séance d'entraînement, détendez-vous et prenez un bon repos.
  • Lorsque des ecchymoses ou des bosses apparaissent après l'injection, des compresses d'alcool et des mailles d'iode aident.
  • Avec la myosite et les ecchymoses, des onguents chauffants à effet anti-inflammatoire sont utilisés.

Pour éviter la douleur, il est recommandé de faire de l'exercice régulièrement, ce qui renforcera le tissu musculaire. Il est important d'éviter l'hypothermie et le traitement rapide des maladies de la colonne vertébrale. Lors de la première douleur, il est conseillé de consulter un médecin, car certaines maladies peuvent évoluer vers une forme chronique et entraîner des complications.

Myosite

L'auteur du matériel

La description

Myosite - une définition qui combine un groupe de maladies caractérisées par le développement du processus inflammatoire dans le muscle squelettique.

Avec la myosite, un ou plusieurs muscles squelettiques peuvent être affectés. Les plus courantes sont la myosite, dont l'apparition est causée par l'hypothermie, diverses blessures, un effort physique intense. Aussi, les personnes de certaines professions, dont le travail est associé à un long séjour dans une position inconfortable, ce qui conduit à une charge prononcée de certains groupes musculaires, sont souvent confrontées au problème considéré. Ces professions sont les suivantes:

  • conducteurs de véhicules;
  • programmeurs
  • comptables;
  • musiciens (pianistes, violonistes) et autres.

Ces myosites sont favorables dans leur pronostic et répondent bien au traitement. De plus, la cause de la myosite peut être:

  • les maladies infectieuses d'étiologie virale ou bactérienne (le plus souvent une myosite se développe à la suite d'une maladie virale, par exemple la grippe);
  • maladies auto-immunes (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux disséminé, sclérodermie, dermatomyosite, polymyosite);
  • effets toxiques, par exemple, avec l'alcoolisme ou la toxicomanie. Dans ces cas, la myosite se développe en raison des effets prolongés ou même à court terme des substances toxiques;
  • utilisation à long terme de certains médicaments (hydroxychloroquine, colchicine, atorvastatine, interféron alpha).

Les formes de myosite suivantes se distinguent en fonction de la localisation du processus inflammatoire:

  • myosite des muscles du cou, à la suite de laquelle, en raison du syndrome douloureux existant, les tours et les inclinaisons de la tête sont limités;
  • la myosite des muscles lombaires est caractérisée par l'apparition de douleurs dans le bas du dos, qui augmentent en position debout et pendant le torse;
  • myosite musculaire des membres supérieurs ou inférieurs. Le plus souvent, des dommages aux muscles du mollet sont observés;
  • myosite des muscles de la ceinture scapulaire. En raison de la douleur, la mobilité des membres supérieurs de l'articulation de l'épaule est limitée;
  • myosite des muscles masticateurs. Ce type de myosite peut dans certains cas entraîner une restriction de la prise alimentaire, car la douleur survient non seulement lors de la mastication, mais parfois lors de l'ouverture de la bouche.

Le pronostic de la myosite dépend de la cause de son apparition. Pour une issue réussie de la maladie, il est recommandé de consulter immédiatement un médecin lorsque les premiers symptômes apparaissent, indiquant une myosite. Il convient également de noter que, dans le cadre clinique de la myosite, des maladies plus graves qui nécessitent un autre traitement peuvent être cachées. Par conséquent, il est extrêmement important de ne pas retarder le voyage chez le médecin, car il établira non seulement le bon diagnostic, mais prescrira également le traitement approprié.

Symptômes

La myosite se manifeste par l'apparition de douleurs dans les muscles affectés, qui augmentent avec les mouvements et les sensations. Dans la plupart des cas, la douleur est douloureuse ou sourde. De plus, il y a une diminution de la force musculaire, qui se manifeste par l'apparition d'une faiblesse musculaire. Dans de rares cas, une rougeur locale de la peau et un léger gonflement dans la zone touchée sont notés. Les myosites suivantes sont actuellement considérées comme les plus courantes:

  • cervicale, qui se développe à la suite d'un séjour prolongé dans une posture inconfortable qui a déjà souffert d'un rhume, et également après une surcharge des muscles du cou. La myosite cervicale se manifeste par une douleur sourde ou douloureuse, souvent localisée d'un côté du cou. Dans de rares cas, il y a une irradiation de la douleur à l'arrière de la tête, des tempes, des épaules et de la région interscapulaire. En raison de la douleur constante de la douleur, les mouvements de la colonne cervicale sont quelque peu limités, car ils contribuent à l'intensification du syndrome douloureux, ce qui fait que la personne épargne les muscles du cou affectés;
  • lombaire, qui peut également survenir à la suite d'une exposition prolongée à une position inconfortable, d'une hypothermie ou d'un rhume. La douleur dans la myosite lombaire est principalement douloureuse, la nature aiguë de la douleur n'est pas notée, ce qui est particulièrement important lors du diagnostic différentiel, par exemple, avec l'ostéochondrose de la colonne lombaire. La douleur s'intensifie avec le mouvement, ainsi qu'avec la pression sur le bas du dos.

À la palpation (palpation) du muscle affecté, des phoques douloureux peuvent être notés. De plus, avec une étiologie infectieuse de la myosite, une légère augmentation de la température corporelle, des maux de tête et une faiblesse générale sont détectés. Il convient de noter que la forme aiguë de la maladie a un tableau clinique plus lumineux, tandis que la myosite chronique se déroule par vagues, dont l'aggravation se produit sous l'influence de facteurs provoquants (par exemple, hypothermie générale, surcharge musculaire, stress statique prolongé, maladies infectieuses aiguës).

Diagnostique

Le diagnostic de la myosite commence par une enquête auprès du patient. Au cours de la conversation, les plaintes sont clarifiées, à savoir la nature de la douleur, le degré de son intensité, ainsi que les facteurs contribuant à son intensification. Avec la myosite, une nature douloureuse, terne ou tirante de la douleur est notée, une douleur accrue se produit pendant le mouvement et la palpation du muscle affecté. Après l'enquête, le médecin procède à la palpation (palpation) des muscles qui dérangent le patient. Pendant la palpation, une douleur accrue est notée et, dans certains cas, des phoques douloureux peuvent être trouvés.

Ensuite, des tests de laboratoire généraux sont prescrits (test sanguin général, analyse d'urine générale, test sanguin biochimique), qui aident à détecter un changement d'indicateurs caractéristiques de la nature infectieuse de la maladie, et évaluent également l'état général du corps humain. De plus, un niveau accru de créatine kinase, qui est détecté dans un test sanguin biochimique, indique une inflammation musculaire..

L'EMG (électromyogramme) est une étude qui vous permet d'évaluer la réponse musculaire à une impulsion nerveuse. Avec l'aide de cette étude, il est possible de déterminer le foyer de dommages musculaires, sa localisation, la gravité du processus et la nature des dommages. L'EMG est divisé en 2 types, selon le type d'électrodes:

  • superficiel, non invasif, permet d'évaluer le travail des muscles dans une vaste zone;
  • profonde (invasive) - est réalisée en introduisant une électrode sous la forme d'une aiguille mince dans l'épaisseur du muscle. Ce type d'EMG vous permet d'évaluer le travail d'une zone musculaire particulière qui intéresse un spécialiste. Il est utilisé beaucoup moins fréquemment que l'EMG de surface, car le caractère invasif de la procédure peut entraîner le développement d'effets secondaires désagréables..

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est actuellement l'une des méthodes de diagnostic les plus sûres et les plus efficaces. Grâce à l'IRM, il est possible d'identifier les zones touchées et les changements dans les muscles, ce qui facilite grandement le diagnostic en question.

La méthode de diagnostic la plus informative est une biopsie du muscle affecté, qui vous permet de confirmer avec la plus grande précision ou, inversement, de réfuter la présence de myosite chez l'homme. Une biopsie à l'aiguille fine est le plus souvent réalisée, et un peu moins souvent, une biopsie ouverte (une petite partie du muscle étudié est découpée par une petite incision cutanée). L'étude ne nécessite pas de préparation préalable du patient; elle est réalisée dans des conditions aseptiques sous anesthésie locale. Le matériel résultant est envoyé à un laboratoire spécial pour examen histologique. Étant donné que cette procédure est invasive, des complications telles que des saignements, une infection, un hématome au site de ponction, etc. sont possibles..

Il est important de pouvoir différencier la myosite des autres maladies. Ainsi, par exemple, une douleur dans le bas du dos d'un personnage douloureux peut indiquer la présence d'une maladie rénale chez une personne. Pour le savoir, le médecin vérifie en outre le symptôme de choc (Pasternatsky), qui est considéré comme positif lorsqu'il y a une douleur dans la projection des reins lors d'un choc dans la région lombaire. De plus, le résultat d'un test urinaire général et d'un test sanguin biochimique est soigneusement examiné. De plus, le médecin peut prescrire une échographie des reins, ce qui aidera à visualiser le problème existant des reins. Si une hernie de la colonne vertébrale ou une exacerbation de l'ostéochondrose est suspectée, la nature de la douleur, qui sera plus prononcée et persistante, est clarifiée et la présence ou l'absence de rayonnement douloureux est clarifiée. Ensuite, une radiographie, une tomodensitométrie ou une IRM de la colonne vertébrale d'intérêt est effectuée. En présence de douleur dans les muscles du mollet, une échographie des vaisseaux des membres inférieurs est prescrite pour exclure les lésions des veines ou des artères des jambes.

Traitement

Initialement, dans le traitement de la myosite, une attention particulière doit être accordée au mode de vie. Il est recommandé d'abandonner les mauvaises habitudes, en particulier la consommation d'alcool et de drogues, ce qui est particulièrement important pour le développement de la myosite en raison d'effets toxiques. De plus, il faut éviter l'hypothermie, dosée pour pratiquer la kinésithérapie, et aussi pour ne pas rester longtemps dans une position inconfortable.

L'utilisation de médicaments vise principalement à éliminer le processus inflammatoire sous-jacent à la myosite. Pour cela, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont prescrits, qui ont non seulement une activité anti-inflammatoire, mais également des effets analgésiques et antipyrétiques. Leur mécanisme d'action est d'inhiber l'enzyme cyclooxygénase nécessaire à la synthèse des prostaglandines à partir de l'acide arachidonique. À leur tour, les prostaglandines sont des médiateurs de la réponse inflammatoire, participent à l'abaissement du seuil de sensibilité à la douleur et augmentent également la sensibilité des centres de thermorégulation hypothalamique à l'action des pyrogènes endogènes (substances qui provoquent une augmentation de la température corporelle). Avec la myosite, des anti-inflammatoires non stéroïdiens d'action locale peuvent être utilisés, par exemple, des onguents ou des médicaments systémiques sous forme de comprimés ou de formes injectables. L'utilisation d'une forme ou d'une autre du médicament dépend du degré de dommage, de sa prévalence et de la gravité des symptômes de la maladie.

Dans les maladies infectieuses, des médicaments antiviraux, antibactériens ou antiparasitaires sont utilisés, en fonction de l'agent causal de l'infection. Le choix d'un médicament spécifique et la durée de son administration dépendent de la sensibilité du pathogène à certains groupes de médicaments, ainsi que de la sévérité du processus pathologique.

Si un processus auto-immun est détecté, des médicaments pouvant supprimer l'immunité sont utilisés. À cette fin, des glucocorticostéroïdes ou des cytostatiques sont prescrits, qui ont un effet immunosuppresseur plus prononcé que les stéroïdes.

Pour renforcer les propriétés protectrices du corps, des complexes vitaminiques ou vitamino-minéraux sont prescrits. Avec la myosite, un rôle particulier est joué par les vitamines B, qui contribuent à l'amélioration de la conduction d'une impulsion nerveuse le long des fibres musculaires.

Parmi les méthodes de traitement non médicamenteuses, les suivantes sont utilisées:

  • physiothérapie;
  • massage (la myosite purulente est une contre-indication);
  • procédures physiothérapeutiques:
    • l'électrophorèse est une méthode de traitement qui implique la pénétration d'un médicament à travers la peau ou les muqueuses à l'aide d'un courant électrique constant, en raison de laquelle il y a une diminution de la douleur, ainsi que l'élimination du processus inflammatoire;
    • magnétothérapie - une méthode de traitement physiothérapeutique basée sur l'effet d'un champ magnétique sur une zone spécifique du corps humain;
    • la thérapie par amplipulse est une méthode de traitement basée sur l'utilisation de courants modulés sinusoïdaux. Grâce à cette méthode de traitement physiothérapeutique, il y a une amélioration de l'apport artériel et de l'écoulement veineux du sang, une augmentation de l'apport de nutriments aux tissus corporels, une diminution de l'œdème et une amélioration des processus de récupération.

Médicament

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont le principal groupe de médicaments utilisés pour la myosite. Leur action vise à éliminer l'inflammation et la douleur liées à la myosite. Les propriétés anti-inflammatoires les plus prononcées sont l'ibuprofène et le diclofénac. L'ibuprofène a plus d'effets anti-inflammatoires et antipyrétiques, l'effet analgésique est moins prononcé. Le médicament est contre-indiqué chez les personnes présentant une hypersensibilité à l'actif ou aux excipients du médicament. La prudence s'impose chez les personnes atteintes de maladies du tractus gastro-intestinal, en particulier en cas d'ulcère gastro-duodénal récurrent et de saignements gastro-intestinaux. À son tour, le diclofénac a des effets également anti-inflammatoires, antipyrétiques et analgésiques. Il a les mêmes caractéristiques de réception que l'ibuprofène. Pour une utilisation topique, les gels et onguents suivants sont utilisés:

  • Gel Dolaren;
  • Pommade méfénate;
  • Gel diclac;
  • Gel d'indovazine;
  • Gel Fastum.

L'utilisation d'une forme locale du médicament a son avantage, à savoir la sélectivité d'action sur un site particulier. De plus, l'utilisation de pommades et de gels évite les effets secondaires sur les organes digestifs qui sont observés avec la voie d'administration orale.

Des médicaments antibactériens, antiviraux et antiparasitaires sont prescrits pour les infections existantes, ce qui a conduit au développement de la myosite. Le choix d'un médicament spécifique parmi ces groupes dépend du micro-organisme nuisible sensible qui a provoqué le développement de l'infection. En règle générale, après un certain cours d'admission, le corps récupère, ce qui conduit à l'élimination du phénomène de myosite.

Dans les maladies auto-immunes, dans le contexte desquelles la myosite peut se développer, des médicaments qui suppriment le système immunitaire sont utilisés, à savoir les glucocorticostéroïdes, par exemple, la prednisolone. Étant donné que les maladies auto-immunes nécessitent l'utilisation à long terme de médicaments hormonaux, il est nécessaire de surveiller la survenue d'effets secondaires, qui surviennent souvent lors de leur prise. Les effets secondaires les plus courants comprennent:

  • augmentation de la pression artérielle;
  • gain de poids;
  • violation du métabolisme des glucides;
  • risque accru de développer un ulcère peptique de l'estomac et du duodénum;
  • ostéoporose conduisant à des os fragiles pathologiques.

Des complexes de vitamines et de vitamines et minéraux sont prescrits pour renforcer les propriétés protectrices du corps. À cette fin, vous pouvez utiliser absolument tous les médicaments offerts à la pharmacie. Il convient de noter que les vitamines B contribuent à l'amélioration de la conduction de l'influx nerveux, y compris aux muscles squelettiques, ce qui est particulièrement important pour la myosite.

Remèdes populaires

La myosite nécessite une aide médicale qualifiée, cependant, il existe des remèdes populaires, dont l'utilisation vise à réduire l'intensité de la manifestation des principaux symptômes de la maladie, ainsi qu'à soulager l'état général d'une personne. Ainsi, par exemple, les recettes à base de plantes médicinales aux effets anti-inflammatoires et analgésiques sont répandues dans la population.

Nous proposons les recettes suivantes:

  • une compresse à l'aide d'une décoction d'aiguilles d'épinette ou de pin. Pour préparer le bouillon, il est nécessaire de prendre de jeunes cônes et d'y verser 0,5 l d'eau, puis de mettre à feu doux et de faire bouillir pendant 45 minutes. Ensuite, pendant les 10 prochaines heures, insistez pour perfuser, puis filtrez. Des flocons d'avoine sont ajoutés à l'infusion résultante. En utilisant le mélange obtenu, une compresse est préparée, qui est appliquée sur la zone perturbatrice et laissée pendant 3 à 4 heures. Pour le meilleur effet, il est recommandé d'envelopper la zone affectée sur le dessus de la compresse avec de la chaleur (à cet effet, une écharpe en laine fonctionnera bien);
  • décoction de physalis. Pour sa préparation, il faut préparer à l'avance 20 fruits frais ou 20 g de matières premières sèches. Ensuite, la plante est versée avec deux verres d'eau distillée, après quoi elle est bouillie à feu doux pendant 30 minutes. Ensuite, le bouillon doit être filtré et laissé dans un endroit frais pendant un certain temps. Il est recommandé de prendre le bouillon réfrigéré ¼ tasse 3 fois par jour avant les repas. La durée du traitement est de 10 jours. Si nécessaire, après une pause, le cours est répété;
  • onguent à base de bourgeons de saule. Pour le préparer, broyez les bourgeons de saule et le beurre en une masse homogène. Après cela, la pommade peut être frottée dans le muscle enflammé avec de légers mouvements de massage. Il est important de noter qu'avec la myosite purulente, cet outil est strictement interdit, car toute pression sur la zone affectée provoque une détérioration du processus;
  • comprimer à l'aide d'une feuille de chou. Pour le préparer, prenez une feuille de chou, faites-la chauffer dans de l'eau tiède, puis faites mousser avec du savon et saupoudrez de soda. La compresse est appliquée sur le muscle perturbateur et est fermement attachée à certains matériaux, par exemple un bandage. Il est recommandé d'effectuer cette procédure avant le coucher, afin d'assurer davantage le reste du muscle enflammé.

Qu'est-ce que la myosite musculaire: causes, principaux signes et méthodes de traitement

La myosite est une pathologie inflammatoire qui affecte un groupe musculaire spécifique. Aux premiers stades de développement, la maladie se manifeste cliniquement par une faiblesse des membres supérieurs ou inférieurs. Souvent, une personne prend ces symptômes de fatigue après une dure journée de travail ou des signes d'un rhume imminent. Mais la pathologie progresse rapidement, provoquant une immobilité musculaire complète. Le traitement de la myosite dépend de son type, il peut être conservateur ou chirurgical.

Les causes

C'est important de savoir! Médecins en état de choc: "Il existe un remède efficace et abordable pour les douleurs articulaires." En savoir plus.

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées par le médecin, principalement, en fonction de la cause du développement de la pathologie. Les facteurs négatifs qui ont provoqué la pathologie affectent le pronostic de récupération complète, la durée du traitement et la rééducation. Découvrir la cause de la myosite lors de l'examen initial du patient vous permet de commencer immédiatement le traitement, en évitant les complications.

Maladies auto-immunes

La myosite provoque des pathologies auto-immunes systémiques qui se développent à la suite d'une réaction inadéquate du système immunitaire à l'introduction de protéines étrangères (virus, bactéries pathogènes, agents allergiques) dans le corps. Un rôle important dans la pathogenèse est joué par la similitude antigénique de certains types de virus et de tissus musculaires. Les pathologies auto-immunes conduisent rarement à une inflammation des muscles squelettiques, mais déterminent toujours son évolution sévère. Les maladies suivantes peuvent devenir la cause de la myosite:

  • polymyosite;
  • dermatomyosite;
  • Maladie de Münheimer (myosite ossifiante).

La polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie, le lupus érythémateux disséminé prédisposent également au développement du processus inflammatoire dans les muscles. Mais les symptômes de telles pathologies sont moins prononcés.

Les infections

La cause la plus fréquente de myosite est la pénétration de micro-organismes pathogènes ou de virus dans les tissus musculaires. Après introduction, ils commencent à se multiplier intensément, libérant des produits toxiques de leur activité vitale dans l'espace environnant. Les bactéries de la microflore pathogène ou conditionnellement pathogène pénètrent dans les muscles de plusieurs manières:

  • transporté par le sang des foyers inflammatoires primaires qui se sont formés dans n'importe quelle partie du corps humain;
  • pénétrer la surface de la peau lors de blessures;
  • sont introduits à partir de tissus adjacents endommagés par une inflammation, par exemple avec un phlegmon ou une ostéomyélite.

Des dommages aux muscles viraux sont souvent observés avec des infections continues (et parfois déjà guéries) dans le corps - grippe, SRAS. La maladie survient souvent à la suite de pathologies intestinales, respiratoires et urogénitales. Ce sont la syphilis, la gonorrhée, la tuberculose, la brucellose, l'amygdalite aiguë.

Maladies parasitaires

La myosite, qui s'est développée dans le contexte d'une invasion parasitaire, est rarement diagnostiquée. Les vers se propagent dans tout le corps humain, envahissent les tissus musculaires. En réponse à cela, le système immunitaire produit des substances qui conduisent au processus inflammatoire. Elle survient le plus souvent lors de la reproduction dans les muscles de ces vers parasites:

  • Trichinella, agents responsables de la trichinose;
  • ténia du porc, provoquant une cysticercose;
  • ténia bovin, échinocoque provoquant teniarinhoz.

Au cours d'une série de mesures diagnostiques, des coquilles temporaires de parasites, de pseudokystes et de zones calcifiées se trouvent dans les muscles. Cela indique l'emplacement des vers, détermine la gravité de l'invasion.

Diverses intoxications

L'inflammation musculaire peut être déclenchée par un effet constant et relativement à court terme des substances toxiques. La myosite est détectée chez les personnes dépendantes à l'alcool et à la cocaïne sur fond de mauvais état des vaisseaux sanguins, de détérioration du trophisme et d'innervation. L'une des causes de la pathologie est le cours de la prise de médicaments de divers groupes cliniques et pharmacologiques. Il s'agit de l'interféron alpha, de l'hydroxychloroquine, de la colchicine, de certains types de statines. Ces dommages aux tissus musculaires ne sont pas toujours dus au processus inflammatoire. Par conséquent, le diagnostic prend en compte la nature des symptômes.

Blessures

La myosite est prédisposée aux blessures - fractures, luxations, blessures pénétrantes, dommages à l'appareil ligamento-tendineux. Ils se caractérisent par des hémorragies dans les tissus musculaires qui, si elles sont conservées pendant une semaine, provoquent la formation de sites d'ossification. Ces zones calcifiées blessent constamment les muscles, provoquant une inflammation.

En cas de dommages à l'os, au cartilage, aux structures du tissu conjonctif, un œdème inflammatoire se forme, perturbant la circulation sanguine, ce qui peut provoquer la maladie. Si la blessure est combinée à une violation de l'intégrité de la peau, des agents infectieux pénètrent dans les muscles, exacerbant le cours du processus pathologique.

Tension musculaire constante

Une activité physique sérieuse, un entraînement sportif intense, l'exécution fréquente et monotone d'un mouvement particulier peuvent entraîner la rupture des fibres musculaires. Ces microtraumatismes prédisposent à une légère inflammation, se manifestent cliniquement:

Soumis à un régime doux, les symptômes d'une myosite légère disparaissent en quelques jours. Le groupe à risque de tels dommages musculaires comprend les personnes non préparées physiquement qui ont commencé à s'entraîner intensivement trop rapidement..

Une pathologie rarement diagnostiquée est la rhabdomyolyse, qui est un degré extrême de dommage au tissu musculaire, jusqu'aux modifications nécrotiques. La maladie peut se développer en raison de l'exécution prolongée d'un travail physique dur à haute température, d'un stress extrême, d'une polymyosite ou d'une dermatomyosite..

Hypothermie

Une exposition prolongée à un courant d'air est la cause la plus fréquente de myosite. Les muscles du cou et du bas du dos sont particulièrement sujets à l'inflammation. Tous les symptômes de la pathologie disparaissent en quelques jours. Mais souvent avec l'hypothermie, les fibres nerveuses s'enflamment, ce qui entraîne l'apparition de douleurs aiguës.

Myosite professionnelle

Il s'agit d'une des formes de myosite traumatique auxquelles sont exposées les personnes de certaines professions - violonistes, pianistes, chauffeurs, opérateurs de PC. La raison du développement de la pathologie est un long séjour dans une position inconfortable du corps et un stress prolongé sur certains groupes musculaires. Par conséquent, les employés des institutions publiques bénéficient d'avantages sociaux. Et lors de l'organisation du travail, plusieurs pauses sont prévues pendant la journée de travail, le nombre de postes est réduit.

Types de myosite

La classification de la myosite est basée sur le cours du processus inflammatoire. Ils sont aigus, subaigus, chroniques. Ils sont également répartis en fonction de la prévalence. On distingue les maladies localisées, limitées à un groupe musculaire spécifique et diffuses, affectant les muscles squelettiques dans diverses zones du corps..

Idiopathique

La myosite est appelée idiopathique, les raisons de son développement ne sont pas entièrement établies. Habituellement, ce terme fait référence à la polymyosite - une pathologie systémique sévère. Son apparence provoque une combinaison de plusieurs facteurs à la fois. Il s'agit d'une prédisposition génétique, d'une réponse immunitaire incorrecte et de l'introduction de certains virus ou bactéries dans l'organisme. La myosite idiopathique se produit dans le contexte de:

  • infections streptococciques et staphylococciques;
  • grippe, maux de gorge;
  • activation des cytomégalovirus.

En réponse à la pénétration de virus ou de microbes dans le tissu musculaire, le système immunitaire commence à produire des lymphocytes T (cellules tueuses) et des immunoglobulines pour détruire les protéines étrangères. Mais les substances bioactives n'attaquent pas les agents infectieux, mais les propres cellules du corps, provoquant le développement du processus inflammatoire.

La myosite idiopathique comprend également la dermatomyosite. Il s'agit d'une maladie inflammatoire diffuse du tissu conjonctif avec une évolution progressive. La dermatomyosite est caractérisée par des dommages aux muscles lisses et striés avec des fonctions motrices altérées, une implication de la peau, des vaisseaux sanguins et des organes internes dans le processus pathologique.

Infectieux

La maladie se développe après une infection virale ou bactérienne. Une personne s'est déjà débarrassée de tous les symptômes de la grippe ou du SRAS, se considère rétablie. Mais après quelques jours et même des semaines, une faiblesse musculaire apparaît, se présentant comme les manifestations cliniques des infections virales. Surtout souvent, une inflammation du tissu musculaire est observée après une lésion entérovirale intestinale.

La myosite infectieuse répond bien au traitement - avec une thérapie adéquate, tous les signes de la pathologie disparaissent après 10-14 jours. La seule exception est la pathologie septique, qui est dangereuse pour ses complications rapides et l'implication de structures saines du tissu conjonctif dans le processus inflammatoire.

Myosite focale

Il s'agit d'une maladie rarement diagnostiquée qui survient dans le contexte de pathologies infectieuses auto-immunes d'origine virale ou bactérienne. Avec une forme focale, des foyers inflammatoires se forment dans les muscles squelettiques de diverses parties du corps. Ils peuvent être simples ou multiples. Les symptômes de la myosite focale diffèrent peu des autres variétés d'inflammation musculaire.

Myosite à cellules géantes

Une caractéristique de ce type d'inflammation musculaire est la formation de granulomes ou nodules. Ils se forment à la suite de la prolifération et de la transformation de cellules capables de phagocytose, n'ont aucun effet sur la sévérité des manifestations cliniques (faiblesse musculaire et modifications atrophiques). La seule différence de symptômes est la possibilité de palpation des granulomes situés superficiellement. Il existe certaines caractéristiques du résultat du diagnostic d'une forme de cellule géante. Dans des échantillons biologiques prélevés par ponction, des cellules géantes multinucléées avec une disposition périphérique de noyaux ovales (cellules de Pirogov-Langhans) sont déterminées.

Éosinophile

La myosite éosinophile est également appelée sacrocystose, trypanosomiase, infection par Trypanosoma cruzi ou parasites protozoaires intracellulaires. Ils sont transmis aux humains par les animaux, après quoi ils se multiplient et pénètrent avec le sang dans les muscles squelettiques et le muscle cardiaque. Après la mort des kystes, un processus inflammatoire se développe, se propageant rapidement aux tissus mous voisins. Un symptôme est une tension douloureuse et un gonflement des muscles dans le contexte de l'absence de leur faiblesse. Lors de l'étude d'un échantillon biologique, des microorganismes pathogènes, produits de leur activité vitale, des infiltrations d'éosinophiles sont détectées.

Purulent

Ce terme fait généralement référence à une myosite aiguë, se développant à la suite d'un processus purulent focal. Elle se produit également souvent en relation avec la septicopyémie, une forme de septicémie dans laquelle une intoxication générale du corps et la formation d'abcès métastatiques dans divers tissus et organes sont observées. Processus purulents dans le tissu adipeux, l'ostéomyélite prédispose à la myosite. La présence d'un processus purulent ou nécrotique dans les muscles se manifeste par un syndrome douloureux aigu, clairement localisé, des frissons et de la fièvre.

Symptômes de myosite chez l'adulte et l'enfant

Comme pour toute pathologie inflammatoire, deux types de symptômes sont caractéristiques de la myosite. La faiblesse musculaire, la douleur et le gonflement proviennent d'une lésion directe du muscle squelettique. De la fièvre, de la fièvre et des frissons apparaissent sur fond d'intoxication. Ils sont particulièrement prononcés dans les formes bactériennes et virales infectieuses, accompagnés de nombreux troubles neurologiques et dyspeptiques..

L'inflammation des tissus musculaires chez les enfants est beaucoup plus difficile que chez les adultes. Cela est dû à l'immunité immature, à la particularité de la structure des vaisseaux sanguins. Mais les enfants récupèrent plus vite que les adultes en raison de la vitesse élevée des processus de régénération.

Névralgie et myosite

La névralgie est une lésion des nerfs périphériques, caractérisée par des attaques de douleur dans la zone d'innervation. Cette condition pathologique se produit dans une myosite sévère avec des dommages aux terminaisons nerveuses sensibles. Ils sont endommagés en raison d'une inflammation ou d'une compression de l'œdème formé. La névralgie se manifeste par des accès de douleur aiguë, irradiant vers les parties voisines du corps et provoquant une restriction des mouvements. Les structures nerveuses qui traversent des canaux et des trous étroits sont principalement affectées. Par conséquent, le plus souvent, la myosite s'accompagne d'une névralgie des nerfs trijumeaux, faciaux et intercostaux.

Faiblesse musculaire avec myosite

C'est un signe caractéristique de tout type de maladie, vous permettant de poser rapidement un diagnostic initial. Au stade initial de l'inflammation, la faiblesse musculaire est masquée par le SRAS ou les effets d'un effort physique excessif. Dans les premiers jours, cela se produit après:

  • longue marche;
  • entrainement sportif;
  • devoirs.

L'état pathologique disparaît rapidement après le repos. Mais après seulement quelques jours, la gravité de la faiblesse musculaire est tellement augmentée qu'une personne peut perdre la capacité de se déplacer de manière indépendante.

Température avec myosite

Une augmentation de la température locale est caractéristique de la myosite focale, peut s'accompagner d'un gonflement et d'une rougeur de l'épiderme. La peau de la zone musculaire affectée devient sèche, chaude au toucher. La température corporelle générale augmente avec une myosite purulente ou infectieuse, dont le développement est provoqué par:

  • entérovirus;
  • streptocoques;
  • staphylocoques.

La situation est exacerbée par une transpiration excessive, des sueurs froides, des frissons, des douleurs musculaires et articulaires, de la fièvre, des maux de tête, des étourdissements. Chez les enfants et les adultes affaiblis, des troubles dyspeptiques sont notés - nausées, vomissements, augmentation de la formation de gaz, manque d'appétit.

La cause de l'intoxication générale du corps dans la plupart des cas est la pénétration de produits toxiques dans la circulation sanguine de l'activité vitale des micro-organismes pathogènes et des virus.

Douleur dans la myosite

La douleur est un symptôme majeur de tout type de myosite. Dans l'inflammation musculaire aiguë, elle brûle, perce, s'intensifie même avec un changement de position corporelle. Pour une maladie chronique paresseuse, des douleurs sourdes, douloureuses et pressantes sont caractéristiques. Leur gravité augmente considérablement lors des rechutes qui surviennent après une hypothermie ou un effort physique grave.

L'intensité de la douleur augmente avec la palpation. La pression sur les zones musculaires enflammées permet également aux médecins de détecter:

  • gonflement;
  • tension des muscles squelettiques;
  • la présence de phoques sous la peau (points Cornelius).

La taille de ces formations varie légèrement, dépasse rarement le diamètre du grain de mil. Dans certains cas, la douleur et l'enflure s'accompagnent d'hyperesthésie ou d'abaissement du seuil de sensibilité.

L'apparition de douleurs pulsatoires particulièrement aiguës provoque une neuromyosite, dans laquelle non seulement les muscles, mais aussi les fibres périphériques des nerfs sont affectés. Lors de l'électromyographie, des zones (foyers de dénervation) des tissus musculaires dépourvues de terminaisons nerveuses sensibles sont détectées. Et la polyfibromyosite se manifeste par une douleur spontanée dans les zones où les muscles sont attachés aux bases osseuses.

Myosite aiguë

La myosite aiguë se manifeste soudainement avec des douleurs lancinantes. Ils sont si forts qu'une personne restreint intentionnellement les mouvements - tours, inclinaisons de la tête et du corps, flexion et extension de l'articulation. Habituellement, les causes de l'inflammation aiguë sont des infections qui provoquent une intoxication générale du corps. Par conséquent, dans le tableau clinique, en plus de la douleur locale, il existe de tels symptômes:

  • frissons;
  • fièvre;
  • transpiration accrue.

L'état d'une personne est si grave qu'elle est hospitalisée pour un traitement, y compris une thérapie de désintoxication.

La myosite alimentaire ou maladie de Yuksovskaya est une forme d'inflammation aiguë des tissus musculaires. La pathologie se développe après avoir mangé du poisson qui se nourrit de plancton toxique et apparaît soudainement. Des douleurs sévères sont ressenties dans différentes parties du corps - bras, jambes, poitrine, colonne cervicale et lombo-sacrée. Les cas isolés de forme alimentaire ne sont pratiquement pas diagnostiqués. La maladie se propage rapidement, dépassant le seuil épidémiologique.

Myosite chronique

Si la pathologie aiguë n'est pas traitée, elle prend rapidement une forme lente et chronique. Le processus inflammatoire progresse lentement avec l'implication d'un tissu musculaire sain. Au stade de la rémission, des douleurs légères sont ressenties, s'intensifiant après un effort physique ou un changement brusque de temps. L'hypothermie, la grippe, les infections virales respiratoires aiguës deviennent la cause des rechutes. Cliniquement, ils se manifestent par des douleurs paroxystiques et une limitation des mouvements. Avec exacerbation, hyperthermie, léthargie, faiblesse, fatigue sont observées.

L'inflammation musculaire chronique est difficile à traiter de façon conservatrice. L'administration à long terme de médicaments de divers groupes cliniques et pharmacologiques est nécessaire, suivie d'une rééducation.

Classification de la myosite par localisation

La myosite se distingue en groupes distincts non seulement par la forme du cours et la raison du développement. Les pathologies sont classées et en fonction de la localisation des muscles affectés par le processus inflammatoire. La localisation de la maladie affecte à la fois la gravité des symptômes et les tactiques de traitement.

Myosite des muscles du mollet

Seuls les muscles du mollet sont rarement affectés par une inflammation d'origine traumatique ou infectieuse. Cette forme de myosite est généralement déclenchée par des maladies auto-immunes qui endommagent les muscles squelettiques dans diverses régions du corps. La douleur dans les mollets des jambes est souvent causée par une autre exacerbation du lupus érythémateux disséminé, de la polymyosite, de la sclérodermie. Manifestation clinique principale - faiblesse des jambes.

Initialement, cela se produit après:

  • longue marche;
  • monter des escaliers;
  • effort physique sérieux.

La pathologie progresse rapidement et bientôt une personne se sent faible immédiatement après s'être levée. De nombreuses maladies auto-immunes provoquent la prolifération des tissus conjonctifs, leur remplacement des fibres musculaires. En conséquence, les muscles du mollet s'atrophient, ce qui est une conséquence irréversible de la myosite. Une personne commence à bouger avec une canne ou des béquilles.

Myosite de la poitrine et du dos

La cause la plus courante de cette myosite est la névralgie intercostale. Il se caractérise par la défaite des terminaisons nerveuses sensibles, entraînant une douleur aiguë. Pour réduire leur gravité, des spasmes musculaires se produisent. Avec la névralgie intercostale commencée, la tension des muscles squelettiques devient constante, de sorte que les fibres musculaires sont endommagées puis enflammées.

La myosite, localisée dans n'importe quelle partie du dos et de la poitrine, se développe également à la suite de:

  • blessure antérieure;
  • infection bactérienne ou virale.

Au stade initial, une personne ressent une douleur sourde, dont l'intensité augmente légèrement avec un changement de position corporelle. Si elle n'est pas traitée, sa gravité augmente rapidement. Pour ce type d'inflammation, la douleur réfléchie est caractéristique. Ils irradient vers les parties adjacentes du corps et, en cas de pathologie thoracique, vers les organes internes, tels que le foie, les reins, l'estomac ou les intestins.

Myosite de l'épaule

Les muscles de la ceinture scapulaire deviennent assez souvent enflammés après un effort physique intense, par exemple en soulevant et en portant des objets lourds. Le groupe à risque comprend également les athlètes - joueurs de tennis, joueurs de volley-ball, golfeurs. Les fibres musculaires sont constamment microtraumatisées, provoquant initialement une inflammation musculaire faible puis aiguë. Elle se manifeste par un gonflement de l'épaule, des douleurs aiguës, aggravées par un enlèvement ou une élévation du bras. L'inconfort n'est pas clairement localisé, irradiant vers l'avant-bras, l'arrière du cou, les mains.

Si elle n'est pas traitée, la pathologie progresse. Des cas d'atrophie musculaire sévère ont été notés lorsqu'une personne avait des difficultés à tenir la tête en position verticale.

Myosite du cou

Cette localisation de l'inflammation musculaire est la plus courante. Les principales raisons du développement de la pathologie sont un long séjour dans un courant d'air et une infection. Habituellement, le muscle long est d'abord affecté, puis le processus inflammatoire se propage à d'autres groupes. Avec l'hypothermie locale, un spasme sévère se produit. Il limite la mobilité de la colonne cervicale, provoque une douleur aiguë lors du retournement ou de l'inclinaison de la tête. Les causes les plus rares de cette forme de myosite comprennent:

  • blessures - subluxations des vertèbres, dommages à l'appareil ligamento-musculaire à la suite d'une chute ou d'un fort coup direct;
  • pathologies virales - grippe, SRAS.

L'inflammation peut également être provoquée par des maladies du système musculo-squelettique, par exemple l'ostéochondrose. La destruction des disques intervertébraux entraîne la destruction des corps vertébraux. Ils perdent leur stabilité, se déplacent, endommageant les tissus musculaires. Dans de tels cas, la myosite s'accompagne de troubles neurologiques caractéristiques des chondropathies cervicales - maux de tête, sauts de tension artérielle, étourdissements.

Même les problèmes articulaires «négligés» peuvent être guéris à la maison! N'oubliez pas de l'étaler une fois par jour..

Dermatomyosite

Les symptômes de la dermatomyosite se manifestent progressivement, sur plusieurs années. Tout d'abord, les muscles des bras et des jambes s'affaiblissent, puis des éruptions cutanées se forment sur la peau. La dermatomyosite accompagne souvent la polyarthralgie - douleur dans les grandes et petites articulations. La principale manifestation clinique de la pathologie est toujours la défaite du muscle strié. La faiblesse se produit dans les muscles du cou, son intensité augmente dans les membres supérieurs et inférieurs, ce qui entraîne des difficultés dans l'exécution des activités quotidiennes.

Myosite ossifiante

Il s'agit d'un type d'inflammation musculaire rarement diagnostiqué qui se développe après une blessure. La myosite ossifiante résulte à la fois de lésions aiguës et de microtraumatismes tissulaires permanents. Les pathologies congénitales sont moins fréquentes. La myosite ossifiante est toujours précédée d'une fibromyosite, qui se manifeste par le remplacement des fibres musculaires par des tissus conjonctifs inélastiques macroscopiques. En conséquence, les sels de calcium commencent à se déposer dans les muscles. Ils irritent les tissus, provoquant le développement du processus inflammatoire. Lorsque certaines parties des muscles sont ossifiées, elles fusionnent avec les structures osseuses, ce qui altère le fonctionnement du système musculo-squelettique. Pour la myosite ossifiante, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • limitation de la mobilité;
  • gonflement et rougeur de la peau dans la zone d'ossification;
  • douleur légère à modérée.

À la palpation, le médecin découvre un compactage important du muscle squelettique, de structure similaire au tissu osseux. Au stade final du développement de la pathologie, une déformation des extrémités est révélée, limitant partiellement ou complètement le mouvement, la flexion, l'extension du bras ou de la jambe.

Diagnostic de la maladie

La myosite se fait passer pour une manifestation clinique de maladies articulaires et neurogènes, par conséquent, un seul examen du patient pour le diagnostic ne suffit pas. La pathologie peut détecter les résultats d'études instrumentales et biochimiques. Il est démontré que le diagnostic différentiel exclut la névralgie, l'ostéochondrose, l'arthrose, l'arthrite, la spondylarthrose et d'autres maladies. Assurez-vous de mener des recherches pour déterminer la cause de la myosite avec son élimination ultérieure par des méthodes conservatrices ou chirurgicales.

Méthodes instrumentales pour le diagnostic de la myositeCe que montrent les résultats de l'enquête
ÉlectromyographieUtilisé pour évaluer le degré de dommages musculaires, déterminer la localisation et la prévalence de la pathologie
FluorographieConduite avec une étiologie tuberculeuse suspectée d'une inflammation musculaire
RoentgenographyIl est utilisé pour différencier la myosite de l'ostéochondrose, de l'arthrose. La radiographie est la plus informative pour identifier la pathologie ossifiante et parasitaire

Sondage

Un médecin peut soupçonner une myosite sur la base des plaintes des patients. Le médecin demande au patient de décrire la fréquence d'apparition des symptômes, la variation de leur intensité au cours de la journée. L'établissement d'un diagnostic initial permet d'établir la relation entre le début des manifestations cliniques et les blessures antérieures, le développement d'infections respiratoires, intestinales et urogénitales..

Le médecin pose des questions sur la présence de pathologies héréditaires dans la famille, par exemple, le lupus érythémateux disséminé, la sclérodermie, la polymyosite, la polyarthrite rhumatoïde. Il s'intéresse à la nature de l'évolution de l'inflammation musculaire, aux symptômes d'accompagnement d'intoxication générale du corps.

Inspection

Lors d'un examen externe du patient, le développement de la dermatomyosite est indiqué par la présence de nodules rouges et squameux et (ou) de plaques sur la peau. L'un des signes spécifiques de ce type de myosite est également révélé - la déformation du lit de l'ongle, qui se manifeste par des rougeurs et une prolifération du derme. L'inflammation de la peau dans ces zones indique une inflammation et une atrophie musculaire ultérieure. Il devient pâle, bleuâtre en raison de dommages à une certaine partie des vaisseaux sanguins.

Par palpation, le médecin évalue le tonus musculaire et identifie les points douloureux sévères. L'hypertonicité se trouve généralement dans le cours aigu de la pathologie, car c'est une réaction protectrice du corps à l'introduction d'agents infectieux ou à une atteinte des racines vertébrales. Les sensations douloureuses peuvent être à la fois locales et générales, c'est-à-dire qu'elles sont notées à la fois dans plusieurs parties du corps. Dans ce dernier cas, le médecin suspecte le développement d'une myosite focale, purulente, infectieuse, polymyosite ou dermatomyosite.

Tests rhumatismaux

Les tests rhumatismaux sont des études biochimiques qui sont prescrites lorsqu'un certain nombre de maladies auto-immunes sont suspectées. Les résultats de l'analyse sont très informatifs, ils peuvent déterminer avec précision la présence de pathologies systémiques chez le patient qui sont survenues en raison d'un dysfonctionnement du système immunitaire, d'une attaque de ses propres cellules corporelles:

  • polyarthrite rhumatoïde;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • polyphibromyosite;
  • dermatomyosite;
  • sclérodermie.

Le diagnostic en laboratoire de l'inflammation musculaire consiste à déterminer la protéine C-réactive, les anticorps antinucléaires, le facteur rhumatoïde, l'antistreptolysine, ainsi que les auto-anticorps spécifiques produits par le système immunitaire uniquement avec la myosite.

Biopsie et examen morphologique du tissu musculaire

La biopsie est une méthode de collecte d'échantillons biologiques à des fins de recherche. L'objectif principal de cette mesure diagnostique en cas de myosite de toute étiologie est la détection de changements dégénératifs dans les tissus musculaires, leurs structures du tissu conjonctif et les petits vaisseaux sanguins. Une biopsie est indiquée pour les patients soupçonnés de développer les formes suivantes d'inflammation musculaire:

  • myosite bactérienne ou virale infectieuse;
  • polymyosite et dermatomyosite;
  • polyfibromyosite.

Lors de l'étude d'échantillons biologiques, une accumulation d'éléments cellulaires dans les tissus avec un mélange de sang et de lymphe, une nécrose de gravité variable est trouvée. La polyfibromyosite est indiquée par le remplacement d'une partie des fibres musculaires par les tissus conjonctifs..

Quel médecin contacter

Il existe de nombreuses raisons pour le développement du processus inflammatoire dans les muscles, les médecins spécialisés sont donc impliqués dans le traitement de la myosite. Si vous soupçonnez une origine infectieuse de pathologie, vous devez contacter un spécialiste des maladies infectieuses, traumatisant - à un traumatologue. Ce ne sera pas une erreur de prendre rendez-vous avec un médecin généraliste - un médecin généraliste. Il planifiera toutes les mesures de diagnostic nécessaires. Après avoir étudié leurs résultats, le thérapeute prescrira une référence à un médecin de spécialisation étroite, qui s'occupera de la poursuite du traitement pathogène et symptomatique du patient..

Traitement de la myosite

Les tactiques de la thérapie dépendent de la cause du développement de la myosite, du stade du processus inflammatoire, du degré de lésion tissulaire, du nombre de complications survenues et de la gravité des symptômes. Dans la plupart des cas, la pathologie se prête bien à un traitement conservateur. Dans la myosite aiguë ou une exacerbation d'une pathologie chronique, un régime d'épargne est indiqué. Il faut éviter les longues promenades, soulever des poids. Il est recommandé aux patients de porter des appareils orthopédiques pour exclure les charges sur les muscles squelettiques affectés. Ce sont des colliers Schantz, des corsets élastiques mi-fixes, des bandages souples avec un effet chauffant.

Thérapie médicamenteuse

Dans le traitement de la myosite, l'utilisation de médicaments sous diverses formes posologiques est pratiquée. Pour le soulagement des manifestations cliniques aiguës, des médicaments sous forme de solutions injectables sont utilisés, puis, pour consolider le résultat, les patients se voient prescrire une cure de capsules, comprimés, dragées. Il est possible d'éliminer les malaises faibles qui surviennent après la thérapie principale ou au stade de la rémission à l'aide de préparations pour application locale - onguents, gels, crèmes, baumes.

Anti-inflammatoire non stéroïdien

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont le premier choix dans le traitement de toute forme de myosite. Les AINS dont les ingrédients actifs sont le nimésulide, le kétoprofène, le diclofénac, l'ibuprofène et le méloxicam sont inclus dans les schémas thérapeutiques. Ils inhibent l'enzyme cyclooxygénase, qui stimule la biosynthèse des prostaglandines, des bradykinines, des leucotriènes, des cytokines.

Les AINS ont un effet positif multiforme sur les muscles affectés:

  • arrêter les processus inflammatoires aigus et chroniques;
  • réduire l'enflure inflammatoire;
  • éliminer la douleur;
  • baisse de la température générale et locale.

Pour éliminer les symptômes, on prescrit aux patients Voltaren, Ortofen, Ksefokam, Celecoxib, Movalis. Les médicaments combinés, par exemple, les gels Dolobene et Indovazin, sont également bien recommandés..

Tous les AINS ont un inconvénient important - la capacité d'ulcérer les muqueuses du tractus gastro-intestinal. Par conséquent, en même temps que des agents non stéroïdiens, des inhibiteurs de la pompe à protons contenant des substances actives oméprazole, pantoprazole, esoméprazole sont utilisés.

Relaxants musculaires

Les relaxants musculaires sont des médicaments qui réduisent le tonus du muscle squelettique. Les médicaments de ce groupe sont utilisés dans le traitement de la myosite pour éliminer les crampes musculaires qui se produisent en réponse à l'inflammation. Dans la période aiguë, l'administration parentérale de Midokalm est prescrite. En plus de la tolpérisone relaxante musculaire, elle comprend une lidocaïne anesthésique, qui présente une activité analgésique prononcée. Pour détendre les muscles squelettiques, des comprimés sont utilisés:

Les relaxants musculaires ont un large éventail de contre-indications, y compris des pathologies aiguës du foie et des reins. Avec une utilisation prolongée de certains d'entre eux, une dépendance psychologique et physique se produit. Pour minimiser la probabilité de dépendance, vous devez utiliser les fonds dans le schéma posologique déterminé par le médecin.

Médicaments vasoactifs

La myosite, affectant notamment les muscles du cou, provoque souvent des troubles circulatoires. Les petits vaisseaux sanguins qui alimentent directement le tissu musculaire sont également endommagés. La détérioration de l'approvisionnement en sang, le trophisme, la microcirculation provoque la progression rapide de la pathologie. Par conséquent, les agents vasoactifs sont inclus dans les schémas thérapeutiques. Selon leur appartenance à un groupe clinique et pharmacologique particulier, ils ont l'effet suivant sur le corps du patient:

  • améliorer la microcirculation, présenter une activité angioprotectrice et antiagrégative, dilater les vaisseaux sanguins;
  • possèdent des propriétés cérébroprotectrices, réduisent l'effet néfaste des acides aminés;
  • réduire la viscosité du sang, normaliser la perméabilité des parois des vaisseaux sanguins, empêcher la formation de caillots sanguins.

Les patients sont prescrits Cavinton, Pentoxifylline, Mexidol, Eufillin, acide nicotinique. Leur administration est particulièrement pertinente pour la myosite localisée dans les membres et la colonne cervicale. Dans ce dernier cas, certaines parties du cerveau souffrent de la privation d'oxygène. L'administration de cours de médicaments vasoactifs vous permet de vous débarrasser des maux de tête, de la mauvaise coordination des mouvements, de l'hypertension artérielle.

Des vitamines

Presque toujours, les médicaments sont utilisés pour traiter l'inflammation musculaire, qui comprend les vitamines B - thiamine, cyancobalamine, pyridoxine. Ce sont Kombilipen, Milgamma, Neurobion, Pentovit, Neuromultivit. Au début du traitement, des médicaments sous forme de solutions injectables sont utilisés, puis une cure de comprimés est recommandée pour les patients.

Des complexes équilibrés de vitamines et de minéraux sont également prescrits - Centrum, Vitrum, Supradin, Complivit, Selmevit. Les médicaments ont un effet réparateur et tonique, affectent positivement l'immunité.

Antibiotiques

Le traitement de la myosite bactérienne infectieuse n'est pas complet sans antibiotiques. Des études biochimiques révèlent l'apparition de micro-organismes pathogènes et leur résistance aux médicaments. Le médecin choisit un agent antibactérien, en tenant compte de la sensibilité des bactéries à celui-ci. Les groupes suivants sont utilisés:

  • macrolides azithromycine, clarithromycine;
  • céphalosporines céfotaxime, céfazoline, ceftriaxone;
  • pénicillines semi-synthétiques protégées par l'acide clavulanique Amoxiclav, Panklav, Augmentin.

Les études pouvant prendre plusieurs jours, des antibiotiques à large spectre sont prescrits. Ensuite, le schéma thérapeutique est ajusté - les posologies sont modifiées, d'autres médicaments sont inclus, y compris ceux ayant des effets antimicrobiens.

Les crèmes, gels, onguents sont utilisés au stade de la rémission ou dans la période subaiguë pour réduire les doses de médicaments systémiques. Les médicaments contenant des AINS (Arthrosilen, Nise, Ketorol) sont utilisés pour soulager la douleur et l'inflammation. Après avoir éliminé les symptômes aigus, on prescrit aux patients des onguents aux effets gênants et localement irritants:

La composition des préparations comprend du venin de serpent ou d'abeille, de l'extrait de piment rouge, des huiles essentielles, de la térébenthine ou des additifs synthétiques utiles. L'utilisation de telles pommades améliore la circulation sanguine en raison des récepteurs irritants des tissus sous-cutanés et des effets de réchauffement.

Physiothérapie

Après l'arrêt de l'inflammation aiguë, 5 à 10 séances de procédures de physiothérapie sont effectuées. Avec la myosite, des applications avec de la paraffine et de l'ozokérite sont souvent utilisées. Ils ont un effet de réchauffement prononcé, améliorent la circulation sanguine et la microcirculation, stimulent l'excrétion des sels de calcium et des produits de dégradation des tissus des muscles endommagés.

Dans la thérapie conservatrice de la myosite, la thérapie UHF, la magnétothérapie, la thérapie au laser, la thérapie par ondes de choc, les courants galvaniques sont utilisés. Dans la période subaiguë, électrophorèse ou ultraphonophorèse avec analgésiques, anesthésiques, médicaments avec vitamines B.

Régime

L'observance d'un régime d'épargne des patients augmente l'efficacité d'un traitement conservateur. Manger du poisson gras 2 à 3 fois par semaine aide à améliorer l'état des vaisseaux sanguins en nettoyant leurs parois des plaques de cholestérol. La reconstitution des vitamines hydrosolubles permettra l'inclusion dans l'alimentation de fruits frais, légumes, céréales. Les médecins recommandent de refuser de faire frire les aliments, de les cuire à la vapeur ou de les laisser dans une petite quantité d'eau. Pendant la journée, buvez au moins 2 litres de liquide - eau pure, boissons aux fruits rouges, jus de légumes, compotes de fruits.

Manuel et réflexologie

En raison de la douleur musculaire, la thérapie manuelle n'est généralement utilisée qu'après l'élimination de l'inflammation aiguë. Les procédures médicales sont effectuées par un spécialiste ayant une formation médicale, qui étudie au préalable les résultats du diagnostic. Le chiropraticien agit sur les muscles affectés avec les mains, en utilisant des mouvements de pétrissage, de frottement, de vibration, en éliminant les crampes musculaires.

Après le traitement principal, des séances d'acupuncture sont prescrites au patient. Il s'agit d'un type de réflexologie qui aide à éliminer l'inconfort, à normaliser l'innervation et à améliorer l'apport sanguin aux tissus musculaires..

Intervention chirurgicale

L'intervention chirurgicale est indiquée pour les patients atteints de maladies graves du système musculo-squelettique, qui ont provoqué une inflammation, par exemple, l'ostéochondrose. Certains types de dommages musculaires ne peuvent pas être réparés même avec un traitement conservateur prolongé. Par conséquent, avec la myosite ossifiante, ils ont souvent recours à l'excision des zones calcifiées. Une intervention mini-invasive est également nécessaire pour une inflammation purulente afin d'éliminer l'exsudat pathologique.

Traitement des remèdes populaires contre la myosite

En l'absence de soins médicaux, la myosite de tous types progresse rapidement, par conséquent, seul un médecin doit s'occuper de leur traitement. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la dermatomyosite, la polyfibromyosite, les pathologies infectieuses et inflammatoires. Par conséquent, les remèdes populaires ne sont utilisés qu'après la thérapie principale à des fins préventives et l'élimination des faibles manifestations cliniques résiduelles.

Compresses

Les compresses aideront à se débarrasser de l'inconfort faible des muscles. De grandes feuilles fraîches de chou, de raifort, de bardane, de plantain sont trempées pendant une heure dans de l'eau froide, séchées et pétries jusqu'à ce que le jus apparaisse. Ils sont généreusement lubrifiés au miel et appliqués sur la zone douloureuse. La compresse est fixée avec un film plastique, un chiffon dense, une gaze ou un bandage élastique, laissée pendant 1-2 heures.

Huiles

Pour la prévention de la récurrence de la myosite, une huile médicinale fabriquée à la maison est utilisée. Une capacité de verre foncé est remplie jusqu'à la moitié du volume avec de l'huile d'olive, de tournesol, de lin ou de maïs. Du début du printemps à la fin de l'été, les jeunes feuilles ou fleurs de pissenlit, le millepertuis, les soucis, l'élecampane, le sac du berger, la camomille sont récoltés et mis en pot. Après le remplissage, insister sur les matières premières médicinales dans un endroit chaud pendant 2-3 mois. Frotter l'huile sur la peau en cas d'inconfort dans les muscles.

Teintures

Pour la préparation des teintures d'alcool, des matières premières végétales fraîches sont utilisées. Ce sont des feuilles écrasées et des racines de raifort, de l'herbe de sabre, des parties aériennes et des tubercules d'oignon indien. Ils sont utilisés à la fois en combinaison et séparément. Les parties de plantes déchiquetées sont placées dans un récipient de 1 litre, quelques gousses de piment rouge sont ajoutées et de la vodka ou de l'alcool éthylique dilué avec la même quantité d'eau est ajoutée. Laisser la teinture dans un endroit sombre pendant quelques mois, frotter la peau avec une légère douleur douloureuse.

À la maison, les onguents sont préparés avec un effet chauffant et localement irritant. Dans un mortier, broyez une cuillère à café de poudre de moutarde avec la même quantité d'huile cosmétique de pêche, ajoutez 2 gouttes d'huiles essentielles de cyprès, origan, mélisse, romarin. 100 g de vaseline médicale sont administrés par portions. Pour améliorer l'effet thérapeutique de la pommade, vous pouvez ajouter une cuillère à café de gomme de térébenthine ou de teinture de poivron rouge.

Décoctions

Pour renforcer l'immunité, arrêter le processus inflammatoire, les guérisseurs traditionnels recommandent de préparer des décoctions de baies d'églantier, de viorne, d'airelles rouges, de cendres de montagne et d'aubépine. Le plus grand effet thérapeutique a une boisson chaude avec une composition combinée. Pour sa préparation, 3 baies sèches des plantes ci-dessus sont mises dans une casserole et versées avec un litre d'eau chaude. Ragoût à couvert pendant 20 minutes, refroidir, filtrer, prendre 0,5 tasse 2 fois par jour après les repas.

Physiothérapie

Après avoir éliminé la douleur et l'inflammation, le patient est envoyé à un médecin de physiothérapie avec les résultats des études diagnostiques. Il étudie leurs résultats, évalue la forme physique d'une personne et compose un ensemble d'exercices de rééducation. Les cours de physiothérapie et de gymnastique quotidiens contribuent au renforcement du muscle squelettique, améliorent la circulation sanguine et, par conséquent, la régénération rapide des tissus musculaires endommagés.

Complications possibles

En l'absence d'intervention médicale, des modifications dégénératives des fibres musculaires se produisent. Ils sont remplacés par des tissus conjonctifs qui n'ont pas de fermeté et d'élasticité. En conséquence, les muscles commencent à se contracter sous une force incomplète, provoquant une raideur. Pour les dommages graves aux muscles squelettiques, une restriction presque complète des mouvements est caractéristique. Les patients ayant des difficultés à se lever, perdent leur capacité à tenir des objets et à se déplacer librement. À l'avenir, les symptômes s'aggravent:

  • la parole est perturbée;
  • la déglutition est bouleversée;
  • le diaphragme et les muscles intercostaux sont affectés.

Cette condition est dangereuse non seulement pour la santé mais aussi pour la vie humaine - en raison d'une ventilation altérée, la probabilité de développer une pneumonie congestive augmente.

Prévoir

Le pronostic d'une guérison complète est favorable avec un accès rapide aux soins médicaux. Le report d'une visite chez le médecin devient la cause du développement de complications irréversibles.

La prévention

La meilleure prévention de la myosite est de subir un examen médical 1 à 2 fois par an. Les médecins recommandent également de ne pas auto-traiter les infections bactériennes et virales qui provoquent une inflammation musculaire. Un effort physique excessif et une hypothermie, un séjour prolongé dans une position du corps doivent être évités..

Articles similaires

Comment oublier les douleurs articulaires?

  • La douleur articulaire limite vos mouvements et votre vie...
  • Vous vous inquiétez de l'inconfort, du resserrement et de la douleur systématique...
  • Peut-être que vous avez essayé un tas de médicaments, crèmes et onguents...
  • Mais à en juger par le fait que vous lisez ces lignes, elles ne vous ont pas beaucoup aidé...

Mais l'orthopédiste Valentin Dikul affirme qu'il existe un remède vraiment efficace pour les douleurs articulaires! En savoir plus >>>