Qu'est-ce que le syndrome des facettes, ses symptômes et son traitement

  • Réhabilitation

Le syndrome de Facet est une pathologie courante de la colonne vertébrale, caractérisée par une altération de la fonction des articulations intervertébrales. Dans la plupart des cas, la pathologie se développe dans le contexte de l'arthrose, dans laquelle il y a des dommages non seulement aux disques intervertébraux, mais également aux tissus adjacents. Le groupe à risque comprend les personnes de plus de 50 ans. Dans cette catégorie d'individus, le syndrome des facettes est diagnostiqué dans environ 90% des cas. Les hommes souffrent plus souvent de cette pathologie que les femmes.

Qu'est-ce que le syndrome des facettes?

Très souvent, des conditions pathologiques telles que l'arthrose et la subluxation des articulations intervertébrales, le syndrome lombaire, l'arthrose, ainsi que la spondylarthrite.
Au cœur de la maladie, le syndrome des facettes est une violation des articulations individuelles de la colonne vertébrale. L'une des principales raisons de ce phénomène est une réduction importante de l'espace entre les vertèbres lors de la déshydratation des disques intervertébraux. À la suite de ces processus pathologiques, le tissu cartilagineux est détruit et les capsules des articulations facettaires sont fortement étirées de manière anormale, ce qui contribue à la subluxation des articulations.

À la suite de la destruction de la facette, un grand nombre de problèmes avec le système musculo-squelettique apparaissent, accompagnés de douleurs. L'apparition d'un facteur de douleur est provoquée principalement par la proximité directe des racines nerveuses avec les articulations blessées.

Très souvent, des conditions pathologiques telles que l'arthrose et la subluxation des articulations intervertébrales, le syndrome lombaire, l'arthrose, ainsi que la spondylarthrite.

Pathologie

Avec des changements pathologiques dans l'articulation articulaire sont observés:

  • rétrécissement de la hauteur entre les vertèbres - cela se produit en raison d'une diminution de la hauteur du disque intervertébral;
  • les trous entre les vertèbres peuvent être réduits ou déformés, c'est-à-dire déformés, ce qui conduit au développement d'autres maladies concomitantes et à l'apparition de douleurs, car les racines des terminaisons nerveuses sont violées;
  • une synovite réactive se produit;
  • l'apparition de douleurs au niveau lombaire;
  • un blocage mécanique de la membrane synoviale de l'articulation elle-même se produit également;
  • à la suite de changements dégénératifs dans l'articulation de la facette, une compression des racines nerveuses se produit, qui peut être à la fois dynamique et statique.

Forme aiguë

Dans la forme aiguë, il y a un fort blocage des racines, ce qui entraîne l'incapacité à faire des mouvements.

Une affection aiguë peut être causée par des dommages et des microtraumatismes des vertèbres elles-mêmes. Dans ce cas, la charge principale qui est portée par la colonne vertébrale passe aux disques intervertébraux et aux articulations. Des changements surviennent en eux en raison d'incohérences dans la mécanique du mouvement et la répartition des masses de charge. Par conséquent, la capsule est étirée et change le cartilage articulaire.

Forme chronique

L'arthropathie facettaire peut prendre une forme chronique. Avec lui, un changement se produit qui ne se manifeste pas pendant une longue période de temps ou qui se traduit par de légers symptômes. En conséquence, le patient n'y prête pas attention et la maladie devient chronique. Dans cette condition, des syndromes douloureux et d'autres sensations inconfortables peuvent survenir périodiquement. Ils deviennent plus lumineux ou s'estompent, disparaissant presque.

Les causes

Presque tous les dommages mécaniques aux articulations de la colonne lombaire peuvent provoquer un syndrome des facettes. De plus, les processus inflammatoires de toute nature qui s'y produisent et situés à proximité des tissus influencent également son développement..

Les principales causes du syndrome des facettes comprennent:

  • spondylarthrite tuberculeuse;
  • la polyarthrite rhumatoïde et d'autres processus inflammatoires persistants qui se produisent dans les articulations;
  • spondylarthrite;
  • microtraumatisme dans la colonne lombaire;
  • arthrose des articulations intervertébrales;
  • goutte et pseudogoutte;
  • troubles métaboliques dans les tissus des articulations vertébrales;
  • obésité.

Des mouvements brusques peuvent facilement provoquer un pincement de la capsule articulaire entre deux vertèbres, ce qui contribue également au développement du syndrome des facettes. La vieillesse est également un facteur de risque, lorsque la nutrition des articulations est considérablement réduite. De plus, les sports intenses avec la nécessité d'appliquer des charges importantes, ainsi que les travaux nécessitant une levée de poids, deviennent également souvent les causes du syndrome des facettes.

Localisation et% des cas de tous

Le syndrome affecte généralement plusieurs vertèbres à la fois, mais dans la même partie de la colonne vertébrale. Statistiquement révélé que l'incidence de la pathologie dans une section particulière de la colonne vertébrale chez les patients n'est pas la même.

  • La région cervicale est plus sensible à une telle pathologie que d'autres - elle représente 50% de tous les cas de ce syndrome;
  • En deuxième position, le bas du dos - il représente 30% de tous les cas;
  • Les parties humérale, thoracique et sacrée sont les plus rarement affectées - elles partagent les 20% de cas restants.

Les hommes et les femmes sont également sensibles à la pathologie. Mais chez les enfants, le syndrome est beaucoup moins fréquent, car parmi eux les maladies correspondantes de la colonne vertébrale ne sont pas répandues. Chez les patients âgés, cette condition se développe le plus souvent, car ils sont plus sensibles aux maladies qui provoquent le syndrome, et aussi parce que leur corps a des défaillances et des changements qui peuvent le provoquer par eux-mêmes (malnutrition des articulations de la colonne vertébrale, etc.).

Symptômes


Dans certains cas, le syndrome des facettes s'accompagne de phénomènes atypiques sous la forme d'une absence totale de tout symptôme, jusqu'au niveau normal de tension des racines nerveuses.
Le principal signe de cette maladie est l'apparition de douleurs. Dans ce cas, la douleur peut être de toute nature et se produire dans différentes parties du dos. Cependant, le plus souvent, il existe un syndrome des facettes des lombaires. De plus, la pathologie s'accompagne toujours d'un processus inflammatoire, qui peut être détecté lors de l'examen diagnostique. Dans ce cas, le processus inflammatoire se développe non seulement au site des dommages aux tissus des facettes, mais recouvre également progressivement d'autres vertèbres.

Les principaux symptômes de la maladie sont également:

  • tension presque constante du tissu musculaire dans la zone de dommages;
  • lissage de la lordose lombaire;
  • une sensation de resserrement de la colonne vertébrale lors de tout mouvement;
  • douleur accrue en se penchant en arrière et sur le côté;
  • douleur ponctuelle dans la zone d'inflammation, déterminée en ressentant la zone qui cause de l'inconfort.

Dans certains cas, le syndrome des facettes s'accompagne de phénomènes atypiques sous la forme d'une absence totale de tout symptôme, jusqu'au niveau normal de tension des racines nerveuses.

Avec la maladie, une exacerbation des symptômes est périodiquement observée. Et dans le cas d'un manque prolongé de traitement approprié, des dommages permanents aux articulations se produisent. Ce processus s'accompagne d'une faiblesse musculaire importante. Ils perdent rapidement leur élasticité, alors qu'il devient extrêmement difficile pour le patient de s'asseoir et de se tenir debout.

Caractéristiques de la manifestation du symptôme de douleur

Étant le principal signe de pathologie, la douleur avec le syndrome des facettes, le plus souvent, se concentre au même endroit et s'accompagne d'une mobilité musculaire limitée.

La survenue de douleurs aiguës dans le cou ou la région lombaire se manifeste le plus souvent par une pause de plusieurs semaines voire des mois. Il arrive que l'exacerbation ne se produise qu'une fois par an.

Dénervation par radiofréquence des articulations à facettes - description

La dénervation par radiofréquence des articulations des facettes est en fait une mesure opératoire dans la colonne vertébrale.

Le but est de détruire le tissu nerveux, qui est situé à côté de la zone touchée et directement à l'intérieur. En conséquence, les impulsions nerveuses qui signalent la douleur cessent de couler dans le cerveau. Autrement dit, le syndrome de la douleur est effectivement éliminé.

Le principe d'action est de faire passer un courant haute fréquence aux terminaisons nerveuses de la partie affectée. En même temps, ils sont détruits. Le côté positif de cet effet est qu'il peut être réalisé même pour les patients à haut risque opérationnel.

Diagnostique

En raison du fait que les symptômes du syndrome des facettes sont très similaires aux manifestations d'autres maladies, son diagnostic est assez compliqué. Souvent, seul un médecin très expérimenté est capable de détecter immédiatement un tel problème.

Le diagnostic d'une pathologie par un médecin commence toujours par une analyse des plaintes du patient, ainsi qu'une étude approfondie des antécédents médicaux, pour l'identification initiale des causes de la maladie. De plus, un examen externe et une palpation de la zone douloureuse sont obligatoires. Et pour confirmer le diagnostic, un examen matériel est utilisé à l'aide de tels appareils:

  • radiographie
  • tomodensitométrie (TDM);
  • imagerie par résonance magnétique (IRM).

L'examen aux rayons X est presque toujours combiné avec le diagnostic sur les appareils CT ou IRM. Cela est nécessaire car la radiographie vous permet de voir uniquement la forme et la position des vertèbres. Et pour un examen détaillé de ces dommages, l'imagerie calculée, ainsi que la résonance magnétique est utilisée. C'est l'utilisation de ces méthodes de diagnostic qui fournit un diagnostic précis.

Contre-indications pour la chirurgie

Mais, malgré sa dénervation peu invasive, à haute fréquence a un certain nombre de contre-indications. Les principaux sont:

  • processus inflammatoires locaux ou généralisés dans le corps de toute étiologie, et peu importe où ils se trouvent;
  • maladies neurologiques prononcées et persistantes;
  • dommages à la moelle épinière et défauts dans le canal rachidien;
  • diverses maladies oncologiques.

Traitement

La procédure de traitement d'une maladie telle que le syndrome des facettes nécessite l'élimination obligatoire de la cause de la pathologie. C'est ainsi que la thérapie peut apporter le maximum d'effets positifs.

Le traitement du syndrome de facette peut être effectué de façon conservatrice ou en utilisant des méthodes chirurgicales.

Traitement conservateur

Le traitement conservateur est nécessairement effectué de manière globale et comprend de telles procédures thérapeutiques:

  • prendre des médicaments anti-inflammatoires de type non stéroïdien prescrits par le médecin traitant strictement individuellement;
  • visite au bureau de thérapie manuelle;
  • l'utilisation de méthodes de physiothérapie;
  • Exercice d'exercices de physiothérapie spéciaux pour renforcer les muscles du bas du dos, ainsi qu'une bonne posture.

Pendant le traitement, il est absolument nécessaire de minimiser la charge sur l'articulation douloureuse de la colonne lombaire. Cela peut être fait en réduisant le temps de marche, ainsi qu'en réduisant le temps passé en position assise et debout. Avec un travail et un style de vie sédentaires, un patient atteint du syndrome des facettes doit faire des pauses et un échauffement spécial pour les muscles et les loams aussi souvent que possible.

Comme les principaux médicaments utilisés dans le traitement du syndrome des facettes sont utilisés:

  • Nurofen;
  • Ortofen;
  • Diclofénac.

Le traitement exact, ainsi que la sélection de médicaments pour une telle maladie ne devraient être qu'un médecin compétent. L'utilisation de médicaments pendant le traitement du syndrome des facettes permet non seulement d'arrêter le développement du processus inflammatoire, mais également d'arrêter la douleur, ainsi que d'augmenter le niveau de nutrition et de régénération tissulaire.

Chirurgie

Le bas du dos du patient, souffrant du syndrome des facettes, nécessite un traitement cardinal sous la forme d'une opération dans le cas où même un traitement conservateur prolongé ne donne pas un résultat positif durable. Une telle thérapie cardinale peut être représentée par de tels types de manipulations:

  • élimination par radiofréquence des terminaisons nerveuses dans la zone proche des tissus des facettes détruits;
  • remplacement forcé des fluides périarticulaires;
  • coagulation des terminaisons nerveuses.

Le choix d’une méthode de thérapie spécifique dépend toujours directement de la rapidité de la recherche d’une aide médicale, ainsi que de l’état général de la santé du patient. Et compte tenu de la gravité des conséquences de la pathologie en l'absence de traitement, il est très important de ne pas reporter la visite chez le médecin.

Indications de dénervation

Les principales indications de dénervation à haute fréquence des articulations facettaires sont des situations où:

  • la méthode de traitement traditionnelle n'a pas donné de résultats efficaces et le patient continue à ressentir une gêne pendant le mouvement, accompagnée de douleur;
  • avec névralgie intercostale - lorsqu'une telle condition s'accompagne d'une douleur prolongée et de l'incapacité à se plier ou à tourner dans le sens latéral;
  • lorsque la douleur persiste pendant plus de 6 mois;
  • avec arthrose des articulations entre les vertèbres, accompagnée d'une douleur intense.

Comment est l'opération

Avant l'opération, un ensemble d'examens nécessaires est effectué. Pour ce faire, louez et dépensez:

  • test sanguin général et analyse pour RW, VIH et hépatite;
  • examen et conclusion d'un neurologue;
  • réalisée par IRM;
  • lectures de cardiogramme;
  • radiographie pulmonaire;
  • Analyse d'urine.

La dénervation par radiofréquence des articulations facettaires est réalisée exclusivement dans le service de neurochirurgie. Avant l'intervention, il est interdit au patient de manger pendant 10 heures. Après l'intervention, le patient est dans le service, où tous les indicateurs de santé sont surveillés et surveillés. Et également effectuer une radiographie de contrôle.

La dénervation articulaire facettaire s'effectue en plusieurs étapes:

  • Une aiguille est insérée sur le côté de la colonne vertébrale, qui doit être dirigée dans l'espace inter-disque - c'est ce qu'on appelle une rhizotomie à facettes;
  • dès que l'aiguille est installée au bon endroit, des électrodes y sont connectées et ensuite un courant haute fréquence est fourni, qui peut varier dans la plage de 2 hertz à 100 hertz;
  • pour cette raison, l'aiguille est chauffée et, par conséquent, le nerf est détruit avec une cautérisation simultanée - les impulsions nerveuses cessent de couler.

La manipulation des RFD est réalisée sous anesthésie locale. Il est très important que le patient reste immobile en position couchée sur le ventre pendant la procédure, afin que l'aiguille soit placée exactement dans la zone affectée. Sinon, l'opération peut échouer..

Avec cette manipulation, l'articulation facettaire de la colonne vertébrale perd une certaine partie des terminaisons nerveuses. Autrement dit, il existe en fait une exception pour obtenir des informations sur la douleur dans le cerveau de la zone touchée.

Le principal avantage de cette intervention chirurgicale est son caractère invasif minimal. Par conséquent, toutes les complications sont minimisées..

Résultat

L'ablation par radiofréquence des articulations facettaires a les effets positifs et les avantages suivants:

  • soit la douleur disparaît complètement, soit l'intensité de son apparition est considérablement réduite;
  • chez une personne, après le blocage des articulations facettaires, la liberté de mouvement revient à nouveau en amplitude normale;
  • pendant longtemps, l'effet positif de l'intervention chirurgicale restera - la manifestation des symptômes ne peut réapparaître qu'après quelques mois, et peut-être plusieurs années.

Combien de temps une entorse / tension mammaire doit-elle durer avant que le traitement ne puisse commencer??

Techniquement, cela peut entraîner des blessures des ligaments et des muscles jusqu'à six semaines pour un traitement adéquat. Cependant, la plupart des cas montrent que les niveaux de douleur commencent à diminuer de 24 heures à 2-3 semaines. Les niveaux de douleur sont généralement les plus aigus au début, et les douleurs de fond sourdes à la fin. Des entorses plus graves peuvent prendre de 3 à 6 semaines, jusqu'à guérison complète. Même lorsque le niveau de douleur commence à s'affaiblir, vous devez être prudent lorsque vous reprenez votre activité, car si l'articulation est endommagée, elle est plus faible et plus susceptible à d'autres blessures..

Si vous ressentez des entorses et des foulures thoraciques (thoraciques) répétées, cela indique un dos faible..

Période de récupération

Le blocage des facettes articulaires dans le bas du dos, malgré le fait qu'il soit réalisé sous anesthésie locale et assez facile à tolérer par les patients, nécessite toujours une surveillance médicale complète. Il doit prendre une deuxième photo et s'assurer que le processus va dans la bonne direction..

Au cours de plusieurs mois, selon l'observation et les recommandations du médecin, le patient sera invité à respecter un certain régime.

Après cela, il est nécessaire que des mesures soient prises pour éliminer et arrêter le développement de la maladie. Pour ce faire, exercez la physiothérapie, la natation, introduisez la bonne alimentation, la santé au travail et la routine quotidienne.

Étapes de diagnostic

La première étape est un examen objectif par le médecin traitant. Dans ce cas, des changements de caractéristiques sont détectés:

  • la lordose lombaire est plus lisse;
  • bouclage des vertèbres dans les régions lombaire, sacrée et thoracique;
  • tension du muscle carré du bas du dos du côté affecté et détermination des muscles paravertébraux à l'état réduit;
  • avec dommages à la région lombaire - tension des muscles de la cuisse et fosse poplitée.

Après un examen objectif, le médecin peut immédiatement effectuer un diagnostic différentiel de la spondylarthrose avec des dommages aux articulations facettaires. Pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire d'effectuer des méthodes de diagnostic instrumentales.

Capables de détecter la pathologie, aujourd'hui, la radiographie, la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique.

Ces méthodes sont similaires, mais chacune a ses propres priorités..

L'IRM est utilisée en cas de suspicion et de diagnostic différentiel entre l'arthrose des facettes et une hernie discale.

Une radiographie dans deux projections ne peut être suspectée que de quelque chose de mal et être le point de départ d'un examen supplémentaire plus informatif. Mais dans le cas de l'utilisation d'articulations à facettes contrastées avec la radiographie, vous pouvez clairement voir la pathologie.

La tomodensitométrie est la méthode de recherche la plus précise, car elle visualise bien les structures osseuses et cartilagineuses, entraîne une exposition minimale aux radiations et permet de surveiller les changements et la qualité du traitement. Mais sans contraste, cette méthode ne donnera aucune donnée sur l'état du disque intervertébral.

Pourquoi surgit?

La pathologie peut provoquer des lésions de la colonne vertébrale.
Une telle maladie peut provoquer une inflammation ou des lésions des articulations intervertébrales. Cependant, les principaux facteurs à l'origine du syndrome des facettes comprennent:

  • troubles dégénératifs dans lesquels souffrent les articulations de la colonne vertébrale, à la suite desquels le disque intervertébral perd beaucoup de liquide et de fissures, tout en rétrécissant l'espace entre les vertèbres et en chargeant ainsi considérablement les articulations facettaires et provoquant leur fibrose;
  • mouvements vifs et négligents;
  • facteur d'âge qui affecte l'usure des articulations osseuses;
  • maladies infectieuses;
  • maladie métabolique;
  • blessure
  • maladies inflammatoires.

Le syndrome de l'articulation de la facette survient chez les femmes et les hommes qui sont systématiquement malades de maladies infectieuses. Les personnes âgées sont plus sujettes à cette maladie en raison de l'usure des articulations. Les athlètes professionnels ou les personnes qui subissent des efforts physiques intenses sont également à risque. Le surpoids provoque l'apparition de maladies dans la colonne vertébrale, car le corps reçoit une charge supplémentaire sous forme de kilos en trop. Un mode de vie sédentaire, de mauvaises habitudes telles que le tabagisme, l'alcoolisme, les drogues, une mauvaise nutrition - tous ces facteurs affectent l'apparition de problèmes articulaires. De plus, les personnes à risque de diabète, de goutte et d'autres maladies métaboliques sont à risque..

Quand et pourquoi la facette thoracique s'étire / s'étire?

L'étirement et la déformation peuvent résulter de mouvements excessifs forts et soudains, d'une forte compression ou d'étirements répétés.

Tout peut être un facteur provoquant: des sports de contact (lutte, boxe), au tour brusque de la tête en passant par quelqu'un qui vous appelle.

De longues périodes d'étirement doux sont causées par des contraintes répétitives, telles que tirer et avancer, telles que couper des buissons dans le jardin, ainsi que par une tension prolongée en étant assis devant l'ordinateur. D'autres facteurs, notamment une mauvaise posture, un mode de vie sédentaire et une faiblesse des muscles du dos peuvent également contribuer à la tension..

Une autre chose qui affecte de nombreuses personnes est une mauvaise posture de sommeil, car dormir sur le ventre peut provoquer la contraction de l'articulation de la facette et entraîner des étirements ou des étirements. Il est conseillé de dormir sur le dos ou sur le côté.

Thérapie par l'exercice pour les lombaires

Il s'agit du deuxième type de pathologie le plus courant après l'arthrose non couverte. Voici un exemple de complexe de thérapie par l'exercice utilisé pour ce type de maladie.

  1. Accrochez-vous à la barre horizontale pendant 1 minute.
  2. Prenez une position debout, les mains sur la ceinture. Le torse alterné en douceur s'incline d'abord sur les côtés, puis vers l'avant / l'arrière (8 à 10 fois).
  3. I. p. Ne changez pas. Nous effectuons des mouvements alternés en douceur du bassin d'avant en arrière (10 fois pour chaque direction).
  4. Tenez-vous à quatre pattes, reposant sur l'avant-bras. Pliez le dos, tête en bas. Maintenez cette position pendant 5 secondes, revenez à et. p. (jusqu'à 10 fois).
  5. Allongez-vous sur le dos. Tirez alternativement les genoux pliés vers la poitrine, en aidant avec vos mains. Pour ce faire, saisissez le genou des deux mains et tirez vers le haut. Faites 10 répétitions pour chaque jambe..

Nous soulignons que dans la phase d'exacerbation, une immobilisation maximale de la section malade est nécessaire, par conséquent, consultez un médecin pour des recommandations compétentes concernant le régime d'activité physique.

Signes de spondylarthrose

Le développement de la spondylarthrose peut être distingué par les signes suivants:

  • douleur douloureuse dans le dos, concentrée à un certain point, résultant d'un mouvement et disparaissant lors d'un changement de position ou au repos;
  • raideur du dos, se manifestant le plus souvent le matin, après un long séjour dans une position et au fil du temps;
  • en fonction de la négligence de la maladie, la sévérité des symptômes peut être aggravée dans le sens d'une augmentation de la douleur et d'une réduction de la mobilité du dos.

Si avec les symptômes décrits, un «lumbago» apparaît, des violations de la sensibilité des membres inférieurs, alors la pathologie est compliquée par l'ostéochondrose, qui accompagne souvent la spondylarthrose..

Fonctions et anatomie

L'anatomie des systèmes de facettes humaines se compose de deux vertèbres adjacentes, qui sont reliées par deux autres articulations de processus. Les processus des vertèbres voisines sont dirigés l'un vers l'autre. Les articulations sont faites pour que leur surface frotte contre la colonne vertébrale, mais en raison de la présence de cartilage et de liquide interarticulaire, le coefficient de friction est minime. Les extrémités des processus sont enfermées dans la capsule articulaire.

Les vertèbres et les articulations intervertébrales forment des ouvertures foraminales. Les racines nerveuses et les veines sortent par ces vides foraminaux. Pour chaque paire de vertèbres, il y a une paire de tels trous des deux côtés. Bien que les plexus intervertébraux soient assez simples dans leur structure, leur gamme fonctionnelle est assez complète. Les fonctions et caractéristiques des autres joints de processus sont les suivantes:


Le joint est formé de paires de surfaces à facettes.

  • La base de la structure articulaire est une paire de facettes de vertèbres adjacentes.
  • La capsule articulaire est petite et se fixe exactement le long du bord de la surface articulée.
  • La liaison est maintenue sur le ligament longitudinal et sur les fibres musculaires supportant les facettes transversales.
  • La forme des articulations varie en fonction de la position et du département du niveau de la colonne vertébrale. Dans la région cervicale et thoracique, la forme est considérée comme plate et la région lombaire est reliée par des articulations de type cylindrique.
  • Changer leur forme en fonction de la position des vertèbres.
  • Les articulations de la colonne vertébrale glissent les unes par rapport aux autres et sont affectées au groupe d'articulations inactives.
  • En biomécanique, les composés sont considérés comme combinés. Cela signifie que les mouvements se produisent simultanément dans les articulations symétriques et les segments voisins..

Les articulations à facettes sont considérées comme vulnérables en raison de la particularité de leur forme, de leur position et de leur mobilité.

Vue transversale costale

Dans la région thoracique se trouvent les articulations transversales et nerveuses-vertébrales qui forment la connexion des vertèbres thoraciques avec les côtes. Ces deux types de formations sont interconnectés mécaniquement, ils ne peuvent donc pas fonctionner l'un sans l'autre. L'articulation vertébrale costale et l'articulation costale transversale jouent ensemble la même fonction: élever et abaisser les os arqués symétriques qui forment la poitrine. Cette spécificité de l'appareil articulaire de la colonne vertébrale est spécifique à la région thoracique.

Chacune des articulations présentées peut souffrir d'une pathogenèse dégénérative-dystrophique. Bien qu'il soit intéressant de noter que les lésions articulaires dans cette section vertébrale sont rares, car le segment thoracique est puissamment renforcé par le complexe musculo-ligamentaire. Plus souvent, ils se développent chez les personnes âgées, principalement chez les femmes.

En ce qui concerne les manifestations cliniques, dans le paragraphe précédent, nous avons déjà parlé de la nature du type de maladie dorsale. Rappelons une particularité: les signes pathologiques sont principalement concentrés dans la région des côtes et la partie supérieure de la paroi abdominale. Si la maladie est sévèrement déclenchée, des complications dangereuses peuvent survenir: dépression sévère du centre respiratoire et troubles graves du fonctionnement du système cardiovasculaire.

Syndrome de facette

* Facteur d'impact pour 2018 selon RSCI

La revue est incluse dans la liste des publications scientifiques à comité de lecture de la Commission d'attestation supérieure.

Lire le nouveau numéro

Syndrome de l'articulation de la facette (syndrome de l'articulation de la facette) - une maladie associée à la dégénérescence et aux lésions des articulations de la facette (intervertébrales), qui se manifeste par des maux de dos, généralement sans troubles neurologiques.

Des changements arthritiques de la colonne vertébrale peuvent se développer après 25-30 ans, ce qui est facilité par des anomalies congénitales de la colonne vertébrale (lombarisation, sacralisation), une hypermobilité des segments vertébraux et un traumatisme. Chez les personnes âgées, l'incidence du syndrome des facettes atteint 85 à 90% [2].

Étiologie et pathogenèse
La base morphologique du syndrome des facettes est la spondylarthrose déformante.
Selon la plupart des auteurs, les termes «spondylarthrose» et «syndrome des facettes» sont synonymes. Cependant, certains chercheurs soutiennent que le terme "spondylarthrose" a une signification plus générale, car le processus dégénératif, en règle générale, capture les facettes, la capsule des articulations intervertébrales, le ligament jaune et d'autres tissus paraarticulaires. Le terme «syndrome des facettes» fait référence à des symptômes cliniques plus spécifiques d'une articulation particulière..

Anatomie articulaire facettaire. Les facettes (synonymes: articulations arquées, processus articulaires) s'étendent de la plaque vertébrale et participent à la formation des articulations facettaires (Fig.1). Deux vertèbres adjacentes sont reliées par deux articulations à facettes situées des deux côtés de l'arc, symétriquement par rapport à la ligne médiane du corps. Les processus arqués des vertèbres adjacentes sont dirigés l'un vers l'autre et leurs extrémités sont recouvertes de cartilage articulaire. Les extrémités des processus articulaires sont enfermées dans un sac articulaire. En raison de la présence de facettes articulaires entre les vertèbres, divers mouvements sont possibles, et la colonne vertébrale est une structure mobile flexible [1].
La structure anatomique de la colonne vertébrale souligne l'objectif de ses sections antérieures (ligament longitudinal antérieur, corps vertébraux, disques intervertébraux) principalement pour la résistance à la gravité (compression), et les sections postérieures (articulations intervertébrales, jambes, processus transverses et épineux, plaque) - pour la protection contre forces axiales de rotation et de déplacement dans les directions antéropostérieure et latérale. La répartition de la gravité dans le segment moteur vertébral normal, qui comprend le complexe à 3 articulations, se produit comme suit: de 70 à 88% tombe sur ses sections avant, et de 12 à 30% - sur le dos, principalement des articulations intervertébrales (facettes), bien que les deux parties de la colonne vertébrale soient soumises à des contraintes lorsqu'elles sont exposées à des forces. En cas de dommages aux disques, avec lesquels les changements dégénératifs de la colonne vertébrale commencent le plus souvent, la charge pondérale se transfère progressivement aux articulations intervertébrales, atteignant de 47 à 70%. Une telle surcharge des articulations entraîne des modifications successives de celles-ci: synovite avec accumulation de liquide synovial entre les facettes; dégénérescence du cartilage articulaire; étirer la capsule des articulations et subluxations en eux. La dégénérescence continue due à des microtraumatismes répétés, à des surcharges de poids et de rotateurs conduit à une fibrose périarticulaire et à la formation d'ostéophytes sous-périostés, augmentant la taille des facettes supérieures et inférieures, qui acquièrent une forme en forme de poire. Au final, les articulations dégénèrent fortement, perdent presque complètement le cartilage. Très souvent, ce processus de dégénérescence se déroule de manière asymétrique, ce qui se manifeste par la charge inégale sur les articulations des facettes. La combinaison de changements dans les articulations du disque et de la facette entraîne une restriction marquée des mouvements dans le segment moteur correspondant de la colonne vertébrale.

La composition du segment vertébral comprend non seulement le disque cartilagineux entre les vertèbres adjacentes et les articulations arquées, mais aussi les ligaments et les muscles qui les relient: les muscles transverses, interépineux et rotateurs. Ces muscles, sous l'influence des impulsions du segment vertébral affecté, en particulier du ligament longitudinal postérieur, se déforment par réflexe et le syndrome musculaire-tonique se forme [3].
Un rôle important dans la formation du syndrome des facettes est joué par la violation du tropisme articulaire, c'est-à-dire la disposition asymétrique des articulations arquées. La disposition linéaire des joints à facettes mérite une attention particulière. Dans la région cervicale, les facettes sont situées horizontalement (transversalement), avec une légère déviation postérieure-inférieure. Dans la région thoracique, les articulations facettaires sont situées à un niveau inférieur (par rapport au corps vertébral) et peuvent être comparées à l'emplacement de la racine nerveuse (horizontal - sur le cou et descendant - sur la colonne thoracique). Dans la région lombaire, les articulations facettaires sont situées sagittalement dans les première et deuxième vertèbres et presque coronaires (c'est-à-dire parallèles à la suture coronale ou perpendiculaires à la surface latérale du corps vertébral) dans les 3-5ème vertèbres. Parfois, l'articulation facettaire est située d'un côté dans le plan sagittal, et d'autre part dans le coronaire. De telles anomalies du tropisme se retrouvent chez de nombreuses personnes et sont considérées comme un facteur prédisposant de la charge de rotation supplémentaire sur elles [2].

Image clinique
Les caractéristiques de la structure anatomique des articulations facettaires déterminent leurs dommages les plus fréquents dans les parties cervicales (55%) et lombaires (31%) de la colonne vertébrale. Avec le syndrome des facettes, la douleur s'intensifie avec l'extension et diminue avec la flexion. La douleur peut irradier paravertébralement à l'épaule, aux fesses. La douleur réfléchie provenant des articulations intervertébrales est latéralisée, diffuse, difficile à localiser et de nature sclérotomique. Parfois, la douleur irradie vers le membre, mais ne s'étend pas sous le coude ou la fosse poplitée. La douleur faciale peut être plus ou moins à l'étroit. L'apparition d'une raideur matinale à court terme, d'une durée de 30 à 60 minutes, et une augmentation de la douleur en fin de journée sont caractéristiques. La douleur est aggravée par une position debout prolongée, une extension, en particulier si elle est combinée avec une inclinaison ou une rotation du côté malade, avec un changement de position du corps du mensonge au assis et vice versa. Déchargement de la colonne vertébrale - sa flexion facile, l'adoption d'une position assise, l'utilisation d'un support (position, balustrade) réduit la douleur [3].
Signes caractéristiques de la douleur due au syndrome des facettes:
- l'apparition de la douleur est associée à la rotation et à l'extension de la colonne vertébrale;
- la douleur a un caractère diffus latéralisé;
- l'irradiation de la douleur ne s'étend pas loin de la zone touchée;
- caractérisé par une raideur matinale;
- la douleur s'intensifie dans les positions statiques;
- l'échauffement, le déchargement de la colonne vertébrale réduisent la douleur.
Diagnostique
Il n'y a aucun symptôme pathognomonique caractéristique des lésions articulaires facettaires..
À l'examen, la douceur de la lordose cervicale et / ou lombaire, la rotation ou la courbure de la colonne vertébrale dans les régions cervicothoraciques ou lombo-sacrées sont révélées. La tension des muscles paravertébraux, des muscles carrés du dos est détectée du côté douloureux. Vous pouvez détecter une douleur locale sur l'articulation touchée. La palpation est déterminée par la tension musculaire autour de l'articulation intervertébrale. Contrairement au syndrome radiculaire, les symptômes du prolapsus ne sont pas caractéristiques. Parfois, dans les cas chroniques, une faiblesse des redresseurs de la colonne vertébrale et des muscles de la fosse poplitée est détectée.
Ainsi, une caractéristique clinique de valeur diagnostique est la douleur dans la colonne vertébrale, aggravée par l'extension et la rotation avec une douleur localisée dans la projection de l'articulation arquée [4].
Un examen radiographique et une tomodensitométrie révèlent une hypertrophie des articulations intervertébrales, la présence d'ostéophytes sur celles-ci. Avec l'arthrose active utilisant la scintigraphie des radionucléides, une accumulation d'isotopes dans les articulations intervertébrales est détectée..
Le diagnostic final du syndrome des facettes est établi après l'effet positif d'un blocage paraarticulaire par une anesthésie locale d'une articulation intervertébrale suspecte.

Traitement
Dans le traitement de la douleur avec le syndrome des facettes, il est rationnel d'utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui ont un bon effet analgésique et anti-inflammatoire prononcé. Le mécanisme d'action des AINS consiste à supprimer l'activité de l'enzyme cyclooxygénase (COX), qui joue un rôle de premier plan dans la synthèse des prostaglandines qui améliorent le processus inflammatoire et sont directement impliquées dans la formation de la douleur.

L'un des AINS les plus éprouvés dans la pratique est le Ksefokam (lornoxicam). Ksefokam est un AINS non sélectif qui appartient au groupe des dérivés oxycam. En raison de l'inhibition équilibrée de COX-1 / COX-2, Xefocam combine une activité analgésique et anti-inflammatoire prononcée avec un faible risque d'événements indésirables (AE) [8].
Ksefokam a une demi-vie plus courte (3-4 heures) que les autres oxycams. Il a été établi qu'une demi-vie plus longue des AINS dans le plasma est associée à un risque accru d'EI. Par conséquent, l'élimination rapide de Xefocam du corps contribue à réduire l'incidence des EI, en particulier du tractus gastro-intestinal [9]. Une caractéristique de Xefocam est la stimulation de la production de dinorphine et d'endorphine endogènes, ce qui indique la possibilité pour le médicament d'influencer les liens centraux dans la pathogenèse de la douleur. La double voie d'excrétion du médicament (par les reins et le tractus gastro-intestinal, en contournant la circulation entérohépatique) réduit la charge sur les organes et améliore la tolérance.Par conséquent, avec un degré léger à modéré d'insuffisance hépatique et / ou rénale, aucun ajustement posologique n'est nécessaire [5]. Ainsi, Ksefokam a une bonne tolérance par rapport aux autres AINS..

Le syndrome des facettes étant plus répandu chez les personnes âgées, la bonne tolérance de Xefocam devient un facteur prioritaire dans le choix des AINS.
Sur le marché pharmaceutique, Xefocam se présente sous les formes galéniques suivantes:
- Xefocam - comprimés standard 4 et 8 mg;
- Lyophilisat de Xefocam - pour la préparation d'une solution pour injection i / m et iv, dans 1 flacon de 8 mg de lornoxicam;
- Ksefokam Rapid - 8 mg comprimés rapidement absorbables.
La dose recommandée pour une dose unique de Xefocam est de 4 à 8 mg, la dose quotidienne maximale est de 16 mg avec des intervalles entre les doses de 8 à 12 heures.L'effet analgésique se développe dans les 45 à 60 minutes lors de l'utilisation de comprimés standard et dure 8 heures [7]. Une caractéristique particulière de la forme Ksefokam Rapid est le taux d'apparition de l'effet analgésique - 30 minutes après l'administration, qui est obtenu grâce à l'absorption rapide du médicament déjà dans l'estomac [6].

Avec le développement du syndrome musculaire-tonique réflexe, la nomination de relaxants musculaires est indiquée. Les relaxants musculaires, éliminant les tensions musculaires, interrompent le cercle vicieux de «douleur - spasme musculaire - douleur». Le traitement avec des relaxants musculaires commence avec la dose thérapeutique habituelle et se poursuit pendant la période de préservation du syndrome douloureux; en règle générale, le traitement dure plusieurs semaines.
Compte tenu du rôle pathogénétique majeur dans le développement du syndrome des facettes des processus dégénératifs-dystrophiques des articulations intervertébrales, il est justifié d'utiliser une thérapie structurellement modificatrice (sulfate de chondroïtine et glucosamine) - des médicaments qui aident à ralentir la dégénérescence du tissu cartilagineux. L'utilisation de chondroprotecteurs est recommandée dès les premiers stades de développement de cette pathologie [2].
Afin de réduire la douleur, en plus des médicaments, la magnétothérapie, les courants modulés sinusoïdaux, la galvanisation ionique avec des analgésiques (procaïne ou lidocaïne), la phonophorèse avec de l'hydrocortisone pour soulager l'enflure et l'inflammation, des massages et des exercices thérapeutiques sont utilisés..

Avec l'inefficacité de la thérapie conservatrice, un traitement chirurgical est utilisé. La méthode de traitement la plus efficace reconnue dans le monde est la dénervation (destruction) par radiofréquence, dans laquelle le processus pathologique est éliminé par l'exposition au champ électromagnétique de la fréquence des ondes au voisinage immédiat de l'articulation touchée. Avec cette technique, il est possible d'affecter immédiatement plusieurs segments malades de la colonne vertébrale. Cette procédure, bien qu'efficace dans 80% des cas, ne nécessite pas l'utilisation d'une anesthésie générale, une incision sur la peau, dure environ 30 minutes, après quoi le patient quitte la clinique après environ 1 heure seul. La destruction par radiofréquence des branches médiales des racines postérieures des nerfs rachidiens (rhizotomie facettaire) dénature efficacement les articulations facettaires et procure un soulagement de la douleur de haute qualité à long terme. La rhizotomie à facettes réussie, en règle générale, soulage la douleur pendant plus d'un an.

La prévention
Depuis tôt ou tard, jusqu'à 80% de la population est confrontée à des manifestations du syndrome des facettes, le maintien d'un mode de vie actif contribuera à retarder leur apparition. Les exercices physiques quotidiens, la marche dosée, la visite de la piscine assurent la formation de la bonne biomécanique de la colonne vertébrale, en maintenant une bonne circulation sanguine dans les articulations intervertébrales, en renforçant le squelette musculaire. Cela vous permet de maintenir la mobilité fonctionnelle de la colonne vertébrale pendant de nombreuses années..

Qu'est-ce que le syndrome des facettes, ses symptômes et son traitement

Le syndrome de facette est l'un des problèmes les plus courants de la colonne vertébrale. Près de la moitié des cas de douleur dans le bas du dos sont un symptôme de cette pathologie. Mais comme la douleur n'est pas le seul problème, et en progressant, la maladie peut entraîner une grave détérioration de la qualité de vie, il est très important de connaître les principaux signes de la maladie et les principes de son traitement.

Qu'est-ce que le syndrome des facettes?

Au cœur de la maladie, le syndrome des facettes est une violation des articulations individuelles de la colonne vertébrale. L'une des principales raisons de ce phénomène est une réduction importante de l'espace entre les vertèbres lors de la déshydratation des disques intervertébraux. À la suite de ces processus pathologiques, le tissu cartilagineux est détruit et les capsules des articulations facettaires sont fortement étirées de manière anormale, ce qui contribue à la subluxation des articulations.

À la suite de la destruction de la facette, un grand nombre de problèmes avec le système musculo-squelettique apparaissent, accompagnés de douleurs. L'apparition d'un facteur de douleur est provoquée principalement par la proximité directe des racines nerveuses avec les articulations blessées.

Très souvent, des conditions pathologiques telles que l'arthrose et la subluxation des articulations intervertébrales, le syndrome lombaire, l'arthrose, ainsi que la spondylarthrite.

Les causes

Presque tous les dommages mécaniques aux articulations de la colonne lombaire peuvent provoquer un syndrome des facettes. De plus, les processus inflammatoires de toute nature qui s'y produisent et situés à proximité des tissus influencent également son développement..

Les principales causes du syndrome des facettes comprennent:

  • spondylarthrite tuberculeuse;
  • la polyarthrite rhumatoïde et d'autres processus inflammatoires persistants qui se produisent dans les articulations;
  • spondylarthrite;
  • microtraumatisme dans la colonne lombaire;
  • arthrose des articulations intervertébrales;
  • goutte et pseudogoutte;
  • troubles métaboliques dans les tissus des articulations vertébrales;
  • obésité.

Des mouvements brusques peuvent facilement provoquer un pincement de la capsule articulaire entre deux vertèbres, ce qui contribue également au développement du syndrome des facettes. La vieillesse est également un facteur de risque, lorsque la nutrition des articulations est considérablement réduite. De plus, les sports intenses avec la nécessité d'appliquer des charges importantes, ainsi que les travaux nécessitant une levée de poids, deviennent également souvent les causes du syndrome des facettes.

Symptômes

Le principal signe de cette maladie est l'apparition de douleurs. Dans ce cas, la douleur peut être de toute nature et se produire dans différentes parties du dos. Cependant, le plus souvent, il existe un syndrome des facettes des lombaires. De plus, la pathologie s'accompagne toujours d'un processus inflammatoire, qui peut être détecté lors de l'examen diagnostique. Dans ce cas, le processus inflammatoire se développe non seulement au site des dommages aux tissus des facettes, mais recouvre également progressivement d'autres vertèbres.

Les principaux symptômes de la maladie sont également:

  • tension presque constante du tissu musculaire dans la zone de dommages;
  • lissage de la lordose lombaire;
  • une sensation de resserrement de la colonne vertébrale lors de tout mouvement;
  • douleur accrue en se penchant en arrière et sur le côté;
  • douleur ponctuelle dans la zone d'inflammation, déterminée en ressentant la zone qui cause de l'inconfort.

Dans certains cas, le syndrome des facettes s'accompagne de phénomènes atypiques sous la forme d'une absence totale de tout symptôme, jusqu'au niveau normal de tension des racines nerveuses.

Avec la maladie, une exacerbation des symptômes est périodiquement observée. Et dans le cas d'un manque prolongé de traitement approprié, des dommages permanents aux articulations se produisent. Ce processus s'accompagne d'une faiblesse musculaire importante. Ils perdent rapidement leur élasticité, alors qu'il devient extrêmement difficile pour le patient de s'asseoir et de se tenir debout.

Caractéristiques de la manifestation du symptôme de douleur

Étant le principal signe de pathologie, la douleur avec le syndrome des facettes, le plus souvent, se concentre au même endroit et s'accompagne d'une mobilité musculaire limitée.

La survenue de douleurs aiguës dans le cou ou la région lombaire se manifeste le plus souvent par une pause de plusieurs semaines voire des mois. Il arrive que l'exacerbation ne se produise qu'une fois par an.

Diagnostique

En raison du fait que les symptômes du syndrome des facettes sont très similaires aux manifestations d'autres maladies, son diagnostic est assez compliqué. Souvent, seul un médecin très expérimenté est capable de détecter immédiatement un tel problème.

Le diagnostic d'une pathologie par un médecin commence toujours par une analyse des plaintes du patient, ainsi qu'une étude approfondie des antécédents médicaux, pour l'identification initiale des causes de la maladie. De plus, un examen externe et une palpation de la zone douloureuse sont obligatoires. Et pour confirmer le diagnostic, un examen matériel est utilisé à l'aide de tels appareils:

  • radiographie
  • tomodensitométrie (TDM);
  • imagerie par résonance magnétique (IRM).

L'examen aux rayons X est presque toujours combiné avec le diagnostic sur les appareils CT ou IRM. Cela est nécessaire car la radiographie vous permet de voir uniquement la forme et la position des vertèbres. Et pour un examen détaillé de ces dommages, l'imagerie calculée, ainsi que la résonance magnétique est utilisée. C'est l'utilisation de ces méthodes de diagnostic qui fournit un diagnostic précis.

Traitement

La procédure de traitement d'une maladie telle que le syndrome des facettes nécessite l'élimination obligatoire de la cause de la pathologie. C'est ainsi que la thérapie peut apporter le maximum d'effets positifs.

Le traitement du syndrome de facette peut être effectué de façon conservatrice ou en utilisant des méthodes chirurgicales.

Traitement conservateur

Le traitement conservateur est nécessairement effectué de manière globale et comprend de telles procédures thérapeutiques:

  • prendre des médicaments anti-inflammatoires de type non stéroïdien prescrits par le médecin traitant strictement individuellement;
  • visite au bureau de thérapie manuelle;
  • l'utilisation de méthodes de physiothérapie;
  • Exercice d'exercices de physiothérapie spéciaux pour renforcer les muscles du bas du dos, ainsi qu'une bonne posture.

Pendant le traitement, il est absolument nécessaire de minimiser la charge sur l'articulation douloureuse de la colonne lombaire. Cela peut être fait en réduisant le temps de marche, ainsi qu'en réduisant le temps passé en position assise et debout. Avec un travail et un style de vie sédentaires, un patient atteint du syndrome des facettes doit faire des pauses et un échauffement spécial pour les muscles et les loams aussi souvent que possible.

Comme les principaux médicaments utilisés dans le traitement du syndrome des facettes sont utilisés:

Le traitement exact, ainsi que la sélection de médicaments pour une telle maladie ne devraient être qu'un médecin compétent. L'utilisation de médicaments pendant le traitement du syndrome des facettes permet non seulement d'arrêter le développement du processus inflammatoire, mais également d'arrêter la douleur, ainsi que d'augmenter le niveau de nutrition et de régénération tissulaire.

Chirurgie

Le bas du dos du patient, souffrant du syndrome des facettes, nécessite un traitement cardinal sous la forme d'une opération dans le cas où même un traitement conservateur prolongé ne donne pas un résultat positif durable. Une telle thérapie cardinale peut être représentée par de tels types de manipulations:

  • élimination par radiofréquence des terminaisons nerveuses dans la zone proche des tissus des facettes détruits;
  • remplacement forcé des fluides périarticulaires;
  • coagulation des terminaisons nerveuses.

Le choix d’une méthode de thérapie spécifique dépend toujours directement de la rapidité de la recherche d’une aide médicale, ainsi que de l’état général de la santé du patient. Et compte tenu de la gravité des conséquences de la pathologie en l'absence de traitement, il est très important de ne pas reporter la visite chez le médecin.

Comment guérir le syndrome des facettes

Maladie dégénérative des petites articulations de la colonne vertébrale - appelée syndrome des facettes, syndrome des articulations des facettes, arthrose ou spondylarthrose de la colonne vertébrale.

Si votre dos vous fait mal pendant l'extension, c'est probablement le début du syndrome des facettes.

Nous avons collecté des informations sur les méthodes de traitement les plus efficaces. L'un d'eux, de façon inattendue pour nous, était la thérapie par ondes de choc.

Il existe également un médicament à base de gingembre qui n'aide pas pire que le NVSP, mais après une plus longue période de temps.

Nous avons sélectionné une vidéo à partir de laquelle vous apprendrez comment vous diagnostiquer de manière indépendante et quelles mesures prendre immédiatement.

Vous apprendrez beaucoup d'autres choses intéressantes de notre sélection. Lisez tout de suite!

Notre colonne vertébrale se compose de 33 vertèbres. Et chaque vertèbre, à son tour, se compose d'un corps vertébral et d'un arc de la vertèbre qui enjambe la moelle épinière. Les arcades ont des processus articulaires en haut et en bas. Tous les deux processus inférieurs, ainsi que les processus supérieurs de la vertèbre suivante, forment l'articulation dite facette.

Cette articulation est percée de fibres nerveuses sensibles à la douleur. Entre les vertèbres, il y a des disques intervertébraux comme tampons qui permettent aux vertèbres de se déplacer les unes par rapport aux autres.

Si la distance, c'est-à-dire la hauteur, entre les vertèbres diminue, l'articulation facettaire cesse de fonctionner correctement et reçoit la mauvaise charge. Dans ce cas, ils parlent du syndrome des facettes ou du syndrome des articulations des facettes. De plus, une irritation se produit en raison du dépôt de calcium dans le sac articulaire..

Les maux de dos ont une longue tradition

Au début du siècle dernier, les médecins ont découvert que les articulations à facettes étaient une cause possible de maux de dos. En effet, des changements dégénératifs de la colonne vertébrale, comme le syndrome des facettes, apparaissent presque inévitablement avec l'âge. Depuis 40 ans, un habitant sur deux en Allemagne a ce problème. Près de 60% des Allemands adultes souffrent de temps en temps en raison de plaintes d'arthrose de la colonne vertébrale.

Causes des maux de dos

L'arthrose des articulations de la colonne vertébrale est l'une des causes les plus courantes de maux de dos. Les raisons de la diminution de la distance entre les vertèbres, en particulier dans la région lombaire (EPP), sont souvent des changements dégénératifs liés à l'âge.

Une autre cause du syndrome des facettes peut être une intervention chirurgicale antérieure sur le disque intervertébral. Étant donné que si le disque a une capacité fonctionnelle réduite, la charge sur les articulations de la colonne vertébrale augmente automatiquement.

Les disques intervertébraux et les articulations facettaires, en raison de leurs fonctions similaires, sont en interaction étroite. Les dommages à l'une des deux structures entraînent le plus souvent des dommages à l'autre..

Les processus inflammatoires, les kystes et les tumeurs dans les articulations de la colonne vertébrale peuvent provoquer un syndrome des facettes.

En conséquence, des douleurs sévères peuvent apparaître, auxquelles le corps réagit par un durcissement involontaire (tension) des muscles adjacents.

Même de petits changements dégénératifs peuvent entraîner une douleur intense.

Les symptômes de l'arthrose des articulations de la colonne vertébrale sont divers et ne disent pas nécessairement quelque chose de spécifique sur la gravité de l'arthrose elle-même. En fait, même des changements dégénératifs minimes peuvent provoquer de fortes douleurs, tandis que des manifestations assez importantes d'usure de la colonne vertébrale ne conduisent parfois qu'à des plaintes mineures.

Dans la plupart des cas, les patients se plaignent de douleurs locales sévères dans un segment limité:

Si la douleur est présente, elle est généralement sourde, mais peut être piquante ou ennuyeuse.

Pendant la journée, la douleur s'intensifie souvent, car la colonne vertébrale est soumise à un stress dû à la démarche verticale et, au contraire, elle se décharge fortement la nuit. Les maux de dos surviennent principalement avec:

  • pentes;
  • mouvements de torsion;
  • lors du changement de position du corps.

De plus, dans le cadre du syndrome des facettes, des plaintes peuvent apparaître concernant la douleur pelvienne. Au total, les symptômes du syndrome des facettes peuvent entraîner de graves limitations dans la vie quotidienne..

Vous aiderez donc le médecin à diagnostiquer

Le diagnostic clinique est basé sur ces plaintes:

  • douleurs de départ le matin;
  • douleur en sirotant et en se retournant;
  • douleur de pression locale.

Examen physique et neurologique.

Les radiographies montrent généralement une arthrose des articulations de la colonne vertébrale, l'IRM montre, en plus de l'arthrose, également des changements anatomiques.

Le traitement commence par un test important.

Le traitement primaire est conservateur, c'est-à-dire sans chirurgie. Étant donné que la cause de l'arthrose avancée des articulations vertébrales ne peut pas être éliminée, le soulagement de la douleur et la physiothérapie sont en premier lieu.

Dans le cas idéal, les exercices thérapeutiques seront complétés par des sports favorisant le dos, tels que:

Si les méthodes conservatrices ne fonctionnent plus, alors la douleur dans le syndrome des facettes est traitée avec une méthode mini-invasive utilisant un laser (dénervation thermique).

Avec la dénervation thermique, l'objectif est de bloquer la douleur qui vient des nerfs dans le sac articulaire. Un test est d'abord effectué: un analgésique local est injecté directement dans l'articulation.

Avec ce test d'anesthésie, réalisé sous contrôle radiographique, le médecin insère l'aiguille exactement à la place de l'articulation où le nerf s'étire autour du sac articulaire. Une petite quantité de médicaments contre la douleur est ensuite administrée..

Si après un tel test, il y a une amélioration significative des plaintes et une diminution de la douleur, le diagnostic du syndrome des facettes est posé avec précision. Plus tard, il sera possible d'arrêter les petits nerfs de l'articulation.

Ce test est un indicateur relatif, pas une indication absolue. L'arrimage peut être réalisé sous forme thermique ou de cryoapplication. La stimulation peropératoire de la moelle épinière est effectuée pour exclure les fibres motrices nerveuses.

Dans ce cas, le laser qui traverse l'aiguille avec de la fibre de verre est envoyé directement à la zone affectée. La température du laser arrête le nerf affecté (dénervation).

L'effet d'un tel traitement peut durer de 1 à 3 ans, afin que le patient puisse à nouveau mener une vie normale et participer activement à des exercices thérapeutiques. Cette intervention sauve de nombreux patients d'une chirurgie majeure..

Un tel traitement dure moins d'une heure, est réalisé sous anesthésie générale par ponction (sans incision). Un avantage est qu'il n'y a pas d'incision des muscles, des os, des ligaments.

Étant donné que le travail a lieu en dehors du canal rachidien, le risque est extrêmement faible. Après une semaine de traitement doux, les patients peuvent commencer la physiothérapie pour apprendre le bon comportement du dos.

S'il y a une sténose sévère du canal rachidien ou une hernie du disque intervertébral, la microchirurgie est discutée. En cas d'instabilité, une stabilisation peut être envisagée..

Il existe des possibilités de vous protéger de la maladie.

Les symptômes du syndrome des facettes peuvent être atténués et ralentir le développement de ce problème. Vous ne pouvez prévenir l'arthrose que de façon très conditionnelle, néanmoins, il existe des mesures qui peuvent dans une certaine mesure vous protéger de la maladie.

  • gymnastique pour le dos;
  • perte de poids;
  • dos crawlé.

Un dur travail physique contribue au développement de maladies de la colonne vertébrale. Cela signifie que l'haltérophilie use considérablement le dos et la colonne vertébrale, les articulations vertébrales s'usent plus rapidement, et en particulier dans la région lombo-sacrée.

Conclusion! Menez une vie amicale pour votre dos.

Publié par: Dr. mon chéri. Mont Sabarini
Neurochirurgie spécialisée

Coauteur
Hans-Heinrich Reichelt
Rédacteur en chef de Medizin für Menschen
medizin-fuer-menschen.net

Étiologie

L'articulation facettaire est enfermée dans une capsule synoviale, dont les longs villosités synoviales, situées entre les surfaces articulaires, sont décrites comme des structures méniscoïdes. La fonction principale des articulations à facettes est de limiter les mouvements excessifs, ce qui maintient la stabilité de la colonne vertébrale.

La capsule fibreuse des articulations facettaires est innervée par des mécanorécepteurs et des terminaisons nerveuses libres, qui sont situés dans le tissu sous-synonial friable sous-synovial et le tissu dense de la capsule. Les articulations facettaires de la colonne cervicale sont plus riches innervées par les mécanorécepteurs.

L'afférentation neurale des articulations facettaires joue un rôle important dans la proprioception et la formation de la douleur, et peut également moduler le réflexe sensori-moteur protecteur (régule le tonus musculaire), ce qui empêche l'instabilité articulaire et sa dégénérescence.

En règle générale, des épisodes aigus de douleurs articulaires sévères se produisent avec un mouvement soudain (non préparé) qui blesse l'articulation facettaire. Au moment d'un mouvement aussi vif, la capsule articulaire ou le tissu méniscoïde peut être serré entre deux surfaces articulaires.

En conséquence, une réaction inflammatoire se produit, qui s'accompagne d'enflure et de douleur et dure plusieurs jours. Cependant, souvent, la douleur aux facettes, de nature chronique, est associée à des changements se développant lentement dans les articulations des facettes, principalement associés à des dommages dégénératifs aux disques intervertébraux. Examinons ce processus plus en détail..

L'articulation facettaire est également soumise à des charges importantes chez une personne en bonne santé. Sous l'influence des charges statodynamiques axiales sur la colonne vertébrale au cours de la vie, le noyau gélatineux élastique du disque intervertébral, qui joue un rôle d'amortissement et assure la flexibilité de la colonne vertébrale, commence à perdre ses propriétés physiologiques en raison, tout d'abord, de la dépolarisation des saccharides du noyau.

Au fil du temps, le soutien vasculaire de la vertèbre et du disque diminue, et la colonne vertébrale continue de subir des charges axiales accumulées.

En conséquence, avec l'âge, les disques intervertébraux perdent de l'eau (la teneur en eau dans le noyau du disque est de 80% à 18 ans et de 65% à 65 ans), tandis que les protéoglycanes (le composant principal du disque) changent en parallèle, ce qui entraîne une perte d'élasticité et une diminution de la hauteur du disque.

Dans des conditions de mobilité altérée et accrue du segment vertébral (instabilité), des changements réactifs se produisent dans les corps vertébraux et les articulations adjacents. En cas de lésion du disque, la charge pondérale se transfère progressivement aux articulations intervertébrales, atteignant de 47 à 70%.

Cette surcharge des articulations entraîne des modifications successives:

  • synovite avec accumulation de liquide synovial entre les facettes;
  • dégénérescence du cartilage articulaire;
  • étirer la capsule des articulations et subluxations en eux.

Au fil des années, la restructuration de la colonne vertébrale avec sa lésion dégénérative-dystrophique ne s'est pas manifestée cliniquement, et seul le développement d'une hypermobilité du segment vertébro-moteur, conduisant potentiellement à un blocage fonctionnel des articulations avec des structures méniscales altérées et / ou une synovite réactive, est caractérisé par un syndrome douloureux récidivant..

Ce sont les processus inflammatoires (synovite) qui déclenchent le mécanisme de dégénérescence cartilagineuse ultérieure. Il existe maintenant de nombreuses preuves que les cytokines pro-inflammatoires jouent un rôle important dans la formation de la douleur et dans la dégénérescence du cartilage..

En particulier, l'interleukine-1 (IL-1) inhibe la synthèse de la matrice cartilagineuse, ce qui exacerbe les processus de dégénérescence du cartilage. Il a été récemment découvert que le cartilage endommagé répond mieux aux effets négatifs (IL-1) que le cartilage sain [1].

La dégénérescence continue due aux microtraumatismes répétés, au poids et aux surcharges de rotation provoque une fibrose périarticulaire et la formation d'ostéophytes sous-périostés, augmentant la taille des facettes supérieures et inférieures, qui acquièrent une forme de poire.

En position assise, une articulation facettaire saine assume 16% de la charge de compression, et en cas d'arthrose du tissu cartilagineux de la colonne vertébrale, cet indicateur passe à 47%. L'extension du dos augmente considérablement la charge de compression. Au final, les articulations dégénèrent fortement et perdent presque complètement le cartilage.

Les processus d'usure du cartilage sont associés à des traumatismes et à des changements liés à l'âge. De plus, même les microtraumatismes survenus dans le passé peuvent avoir un effet négatif.

Un mode de vie sédentaire, une mauvaise posture contribuent à une pression accrue sur le disque et, par conséquent, accélèrent la dégénérescence du disque et réduisent sa hauteur.

À son tour, une diminution de la hauteur du disque due à l'ostéochondrose liée à l'âge conduit à une détresse facettaire au même niveau et, finalement, accélère également les processus de dégénérescence du tissu cartilagineux de l'articulation.

Très souvent, ce processus de dégénérescence se produit de manière asymétrique, ce qui se manifeste par la charge inégale sur les articulations des facettes. La combinaison de changements dans les articulations du disque et des facettes entraîne une forte restriction des mouvements dans le segment moteur correspondant de la colonne vertébrale et un syndrome de douleur persistante.

Image clinique

Les caractéristiques cliniques du syndrome douloureux ont des manifestations communes caractéristiques de la pathologie articulaire dans son ensemble, ainsi que des manifestations spécifiques associées à la particularité de l'innervation articulaire facettaire.

Chaque articulation facettaire et espace périarticulaire sont innervés à partir de deux ou trois niveaux adjacents, ce qui permet un chevauchement mutuel de la propagation de la douleur des articulations facettaires lombaires voisines.

Dans les cas typiques, la douleur est localisée d'un côté paravertébrale. Le type de distribution sclérotomique est caractéristique. Le plus souvent, la douleur est limitée à la région lombo-sacrée au-dessus de l'articulation touchée, irradiant vers la région fessière et le haut de la cuisse, mais ne se propage jamais en dessous de la fosse poplitée. La douleur à la facette est terne, monotone, mais parfois elle peut être plus ou moins à l'étroit.

Dans le syndrome des facettes sévères au sommet de la douleur, les caractéristiques du syndrome douloureux peuvent imiter la douleur discogène. Typiquement, l'apparition de douleurs matinales à court terme, diminuant après l'activité motrice (marche), mais s'intensifiant généralement à nouveau après l'activité diurne en fin de journée. La douleur augmente également avec une position assise ou debout prolongée dans une position.

Le début de la douleur est généralement associé à une forte rotation ou extension de la colonne vertébrale. À l'avenir, l'intensification de la douleur en position debout prolongée et sa réduction pendant la marche et la position assise sont caractéristiques. La douleur augmente avec l'extension de la colonne vertébrale, surtout si elle est combinée avec une inclinaison ou une rotation du côté malade, avec un changement de position du corps de couché à assis et vice versa.

Décharger la colonne vertébrale - la plier légèrement, prendre une position assise et utiliser le support (position, balustrade) - réduit la douleur. Ainsi, la douleur s'intensifie avec l'extension et les charges statiques, et diminue avec la flexion, l'échauffement, le déchargement de la colonne vertébrale. Pendant la période de l'épisode douloureux et à mesure que la maladie progresse, la mobilité vertébrale diminue.

Certains patients rapportent une sensation de craquement dans la colonne vertébrale pendant le mouvement. La douleur dans le syndrome des facettes est irrégulière, mais sujette à récidive. Habituellement, la douleur survient plusieurs fois par an et les épisodes de douleur à chaque exacerbation ont tendance à s'allonger. Au fil du temps, la douleur devient constante.

À l'examen, il y a une douceur de la lordose lombaire, une rotation ou une courbure de la colonne vertébrale dans le sternum-lombaire ou lombo-sacré, une tension des muscles paravertébraux et du muscle carré arrière du côté douloureux, des muscles de la fosse poplitée, des rotors de la hanche.

Vous pouvez détecter une douleur locale sur l'articulation touchée. La palpation est déterminée par la tension musculaire autour de l'articulation intervertébrale. En règle générale, il n'y a pas de troubles neurologiques sensoriels, moteurs et réflexes. Contrairement au syndrome radiculaire, les symptômes de "tension" ne sont pas caractéristiques, tout comme il n'y a pas de restriction des mouvements des jambes.

Une radiographie, une IRM ou une tomodensitométrie de la colonne lombaire peuvent aider à diagnostiquer le syndrome des facettes. Un examen radiographique et une tomodensitométrie révèlent une hypertrophie des articulations intervertébrales, la présence d'ostéophytes sur celles-ci. Le diagnostic final du syndrome des facettes est établi après un blocage paraarticulaire avec anesthésie locale d'une articulation intervertébrale suspecte.

Il est possible de prévenir les exacerbations du syndrome des facettes en maintenant l'activité motrice à un niveau élevé, en éliminant le séjour prolongé en position antiphysiologique. L'activité physique, y compris le sport, doit être modifiée afin que le patient évite les postures corporelles et les mouvements susceptibles de provoquer des douleurs.

Exercices physiques utiles visant à renforcer le squelette musculaire de la colonne vertébrale. L'utilisation d'un siège avec support vous permet d'améliorer la posture en position assise. En conduisant longtemps, il est utile de faire des exercices de renforcement pendant les pauses.

Vidéo - Syndrome de facette. Technique de blocage

Comment traiter

Le traitement du syndrome des facettes est complexe et devrait inclure des changements de style de vie, une pharmacothérapie, des exercices de physiothérapie et une chirurgie. Des méthodes de thérapie supplémentaires telles que l'acupuncture, la physiothérapie et le massage peuvent également être utilisées avec succès..

Souvent, des blocages avec un anesthésique et / ou des stéroïdes sont utilisés pour traiter le syndrome des facettes. Cette méthode de soulagement de la douleur doit être utilisée à court terme, car une utilisation prolongée des blocages peut endommager les extrémités des fibres nerveuses qui innervent l'articulation..

En règle générale, après une courte période de blocages, des douleurs résiduelles persistent, qui, à leur tour, nécessitent un soulagement, car avec une persistance prolongée, elles peuvent entraîner des douleurs chroniques.

Le traitement principal du syndrome des facettes est l'utilisation d'analgésiques et de médicaments anti-inflammatoires (AINS). Pendant longtemps, le traitement des maladies dégénératives des articulations de la colonne vertébrale n'a été limité que par les AINS..

L'utilisation de longues séries d'AINS est limitée par leurs effets secondaires gastro-intestinaux et vasculaires, de plus, ces médicaments n'affectent pas les processus qui sous-tendent les changements structurels dans le tissu cartilagineux [2]. Actuellement, il existe une large sélection de médicaments anti-arthritiques (médicaments qui modifient l'évolution de la maladie), dont l'efficacité a été prouvée dans des études multicentriques et confirmée par des méta-analyses.

Ces médicaments ralentissent la progression de la dégénérescence du cartilage et réduisent les symptômes cliniques (douleur, altération de la mobilité articulaire). Cependant, les mécanismes d'action de ces divers agents de structure chimique sont encore mal connus..

Parmi les médicaments appartenant à cette classe, les composants liés au cartilage - la glucosamine et la chondroïtine - ont un niveau élevé de preuve d'efficacité dans les études contrôlées contre placebo, et ont également une biodisponibilité élevée et une bonne tolérance.

La glucosamine et la chondroïtine activent en synergie la synthèse des protéines de la matrice du cartilage. Très efficace est la combinaison d'une thérapie chondroprotectrice avec une diminution des charges axiales sur la colonne vertébrale, y compris la correction orthopédique des anomalies du squelette et le renforcement du squelette musculaire.

Certains dérivés végétaux qui agissent sur les interleukines peuvent également être classés comme des médicaments qui ralentissent la dégénérescence articulaire. Ce groupe comprend principalement l'extrait de gingembre. Le gingembre a une longue histoire d'utilisation médicinale, en particulier en tant qu'agent anti-inflammatoire pour une grande variété de maladies.

En laboratoire, il a été démontré que le gingembre et ses composants, dont le gingérol, inhibent l'activité de l'enzyme cyclooxygénase et bloquent la synthèse des leucotriènes, la production d'interleukines (IL-1, IL-12) et le facteur de nécrose tumorale dans les macrophages activés [3].

L'acétate d'acétoxychavicol (ASA) - l'un des composants constitutifs d'A. Galanga (galanga chinois) - a un puissant effet inhibiteur sur la production d'oxyde nitrique. Une relation a récemment été identifiée entre l'oxyde nitrique et l'épuisement du cartilage dans l'arthrose. Comme l'ACA inhibe la production in vitro d'oxyde nitrique, les extraits d'A. Galanga auraient des propriétés protectrices contre le tissu cartilagineux [4].

Dans le même temps, le gingembre et ses dérivés sont des agonistes des récepteurs TRPV1 de la capsaïcine (vallinoïde), qui jouent un rôle important dans les processus périphériques et centraux de nociception [5]. Les récepteurs TRPV1 sont exprimés dans les tissus périphériques (ganglion de la racine postérieure) et du système nerveux central.

Des études récentes démontrent le rôle des récepteurs TRPV1 dans l'hyperalgésie mécanique, un mécanisme important pour maintenir la douleur articulaire. L'activation des récepteurs TRPV1 par des agonistes, tels que la capsaïcine, peut augmenter la douleur dans la période initiale.

Cependant, l'utilisation prolongée de capsaïcine conduit à une désensibilisation des afférents nociceptifs, probablement en raison de l'épuisement de la substance P [6]. Le shogaol - la forme déshydratée du gingérol - a une plus grande affinité pour les récepteurs TRPV1, ce qui permet, en augmentant la concentration de ce composant du gingembre, d'augmenter l'effet analgésique [7].

L'utilisation répandue du gingembre dans la pratique clinique a longtemps été limitée par sa faible biodisponibilité. Seules les technologies modernes de production de formes galéniques ont permis de créer, à base de gingembre, un médicament normalisé conformément aux exigences européennes.

Basé sur LipoCap ™, une technologie pour la production de formes posologiques qui améliore la biodisponibilité des composants actifs du médicament, Zinaxin® a été créé contenant deux types d'extraits de gingembre spécialement sélectionnés avec un effet synergique prouvé.

Une capsule de Zinaxin® contient 255 mg d'extrait 77/15, qui se compose d'extrait de Zingiber officinale (pharmacie de gingembre) et d'extrait d'Alpinia galanga (galanga chinois).

La substance hydrophile active (gingembre) est enfermée dans une coquille de corps gras (LipoCap ™) qui, sous l'action de la bile, forme des micelles lipidiques avec un noyau de gingembre.

L'absorption se produit dans l'intestin grêle par absorption passive au contact des micelles lipidiques avec la membrane cellulaire des cils de l'épithélium intestinal, d'où elle est transportée vers la lymphe puis dans la circulation sanguine, en évitant l'effet du premier passage dans le foie. La technologie LipoCap ™ augmente la biodisponibilité de l'extrait de gingembre 1,6 fois.

L'efficacité de Zinaxin a été prouvée dans un certain nombre d'études cliniques qui répondent aux exigences de la médecine factuelle..

Une étude multicentrique parallèle randomisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo (10 centres aux États-Unis) sur l'efficacité de la zinaxine chez les patients atteints du syndrome de douleur chronique associée à l'arthrose [8] a montré que la zinaxine a un effet analgésique comparable au célécoxib et est supérieur au placebo.

L'effet analgésique de Zinaxin s'est développé au cours de la deuxième semaine de prise du médicament et a atteint un maximum à la sixième semaine de traitement. Le développement progressif de l'effet analgésique de la zinaxine l'a distingué de l'effet rapide des AINS.

Ainsi, l'effet analgésique du célécoxib s'est développé rapidement à la fin de la deuxième semaine d'administration, tandis que l'effet de l'extrait de gingembre a augmenté progressivement.

Néanmoins, de la deuxième à la sixième semaine d'observation, l'efficacité clinique du célécoxib et de la zinaxine n'a pas différé de manière significative, tandis que les deux médicaments ont largement dépassé les effets du placebo..

Une étude ouverte sur l'efficacité de Zinaxin chez des patients souffrant de douleurs dorsales non spécifiques a également montré un développement progressif de l'effet analgésique [9].

Dans le contexte de la prise de Zinaxin, l'intensité de la douleur a considérablement diminué au cours du premier mois et a continué de régresser après les deuxième et troisième mois d'administration. L'efficacité du médicament a été notée par 85% des patients.

Vraisemblablement, les caractéristiques du développement de l'effet analgésique de la zinaxine sont dues au mécanisme d'action complexe de l'extrait de gingembre, en particulier l'effet de type capsaïcine.

Un certain nombre d'études ont montré l'efficacité et l'innocuité de l'utilisation combinée de Zinaxin® avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens oraux et / ou parentéraux pour réduire l'intensité du syndrome douloureux dans la période aiguë de la maladie.

Donc, E.A. Yakimenko et al. dans une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo, Zinaxin s'est avéré efficace chez 30 patients atteints d'AINS [10].

Les auteurs ont montré que l'ajout d'extrait de gingembre à la thérapie traditionnelle des AINS a permis de réduire de moitié les doses de ces derniers et, par conséquent, de réduire le nombre de réactions médicamenteuses indésirables.

L'exigence générale pour les médicaments utilisés pour traiter les douleurs articulaires reste très sûre, car leur utilisation à long terme chez les patients souffrant de comorbidités somatiques est nécessaire..

Expérience déjà acquise dans l'utilisation alternative sûre de Zinaxin chez les patients présentant des manifestations d'effets indésirables du tractus gastro-intestinal (gastropathie AINS):

  • avec des antécédents de saignement gastro-intestinal;
  • avec des antécédents de perforation de l'ulcère; histoire des ulcères récurrents induits par les AINS [11].

Ainsi, l'un des avantages de Zinaxin® est sa sécurité, y compris son utilisation à long terme, qui ouvre des perspectives assez larges dans l'utilisation de ce médicament pour le traitement réussi des patients souffrant de maux de dos dus au syndrome des facettes.

Processus dans le segment rachidien, tels que:

  • ostéochondrose;
  • spondylose;
  • spondylarthrose;
  • spondylarthrite;
  • subluxation (déplacement);
  • ou une blessure aux articulations de la colonne vertébrale;
  • violation de la membrane synoviale de la capsule articulaire;
  • blessure mécanique aux éléments de la capsule articulaire;
  • arthropathie articulaire.

Accompagné d'une irritation des terminaisons nerveuses et d'une sensation de douleur..

L'excitation est transmise le long des troncs nerveux qui innervent l'articulation. Il s'agit du soi-disant nerf de Lyushka (branche méningée récurrente). Jusqu'à 30 troncs nerveux (articulations de la colonne vertébrale) s'adaptent à chaque articulation.

Dans le syndrome des facettes, en présence d'un composant inflammatoire, la douleur dans les articulations de la colonne vertébrale est douloureuse, terne, changeant avec le temps. Cela est dû au fait que les articulations de la colonne vertébrale sont innervées par des fibres végétatives (béméléline), ce qui détermine la nature de la douleur.

Il convient de noter que chaque segment moteur vertébral a un complexe articulaire de deux articulations arquées appariées. Les articulations sont, comme le disque intervertébral, la structure chargée du segment vertébral. Mais les articulations sont moins sollicitées que le disque intervertébral. Charge du disque vertébral jusqu'à 60–70%.

La charge qui tombe sur les articulations de la colonne vertébrale est de 15 à 40%. Mais même avec une charge relativement faible, les articulations sont facilement blessées, par exemple, avec une extension nette en arrière, avec la rotation du corps en combinaison avec un ascenseur et certains autres types de mouvements.

Le syndrome de facette est assez courant. Parfois, sans comprendre, il est confondu avec une hernie discale, surtout si une protrusion ou une hernie discale est trouvée au niveau de la douleur lors d'une IRM. Par conséquent, le médecin doit toujours analyser et considérer l'ensemble des données cliniques et les comparer avec les résultats des études sur le matériel.

Mesures diagnostiques

Le diagnostic est établi en utilisant:

  • un sondage;
  • examen du patient;
  • effectuer des tests moteurs;
  • radiographie de la colonne vertébrale;
  • IRM de la colonne vertébrale correspondante.

Les tests de laboratoire sont utiles dans certains cas..

Traitement du syndrome de facette

Les tactiques de traitement dépendent de la cause de la douleur articulaire. S'il s'agit d'une ostéochondrose avec une hernie discale, il est nécessaire de différencier la clinique du syndrome des facettes des signes de saillie herniaire afin de ne pas se tromper et de ne pas commencer à retirer ou traiter la hernie.

Si le syndrome des facettes est causé par un déplacement dans les articulations, une thérapie manuelle peut être utilisée. Si une arthropathie des articulations se produit, traitez la maladie sous-jacente. Si la cause est l'arthrite, vous devez trouver le facteur qui a causé cette arthrite. Si arthrose - parfois une physiothérapie ou une thérapie par injection locale suffit.

Avec le syndrome musculaire-tonique réflexe - médicaments, blocages, mobilisation ou thérapie manuelle.

L'utilisation de la dénervation par radiofréquence de l'articulation a des indications limitées, car en détruisant les formations nerveuses autour de l'articulation, l'articulation perd sa régulation naturelle. Par exemple, la dénervation végétative de l'articulation peut provoquer le soi-disant syndrome de Zudek, ou - une violation du trophisme (nutrition) de l'articulation avec le développement rapide d'un processus dégénératif dans l'articulation elle-même et son cartilage.

Après dénervation par radiofréquence, le soutien musculaire (moteur) de l'articulation peut être perdu, ce qui entraînera également un développement rapide de l'arthrose et, éventuellement, une augmentation de la douleur à l'avenir..

Ainsi, le traitement du syndrome des facettes doit être équilibré, vérifié, effectué en tenant compte de la pathologie spécifique qui provoque des douleurs dans l'articulation (ou les articulations) du segment moteur vertébral.

Un traitement efficace ne peut se faire qu'avec un diagnostic correct.

Arthrose des articulations intervertébrales (facettes)

Le syndrome de facette est une manifestation de l'arthrose des articulations intervertébrales (facette). L'arthrose des articulations des facettes ne peut pas se développer seule, c'est toujours un processus dégénératif-dystrophique en cours qui affecte les disques intervertébraux, les vertèbres et tout ce qui les entoure.

Et s'ils affirment que cela se produit chez 15 à 40% de tous les patients souffrant de douleurs lombaires chroniques, alors ce chiffre est clairement significativement sous-estimé, car ce syndrome ne peut pas être sans changements dans les disques intervertébraux. Et tous les patients atteints de hernies intervertébrales présentent des manifestations d'arthrose des articulations facettaires à des degrés de gravité variables. Et quoi, tout le monde doit être opéré?

Mais qui s'est amélioré après la dénervation par radiofréquence des articulations facettaires? Nous ne l'avons pas rencontré. Pourquoi il arrive qu'ils continuent de traiter les symptômes du syndrome des facettes, et non sa cause, n'est pas clair aujourd'hui. Essayons de comprendre ces subtilités de l'anatomie de la colonne vertébrale..

Les corps vertébraux, les disques intervertébraux, le ligament longitudinal antérieur sont conçus pour résister à la gravité, et les processus transverses et épineux, la plaque, les jambes et les articulations intervertébrales pour se protéger contre les forces qui tournent et se déplacent dans les directions latérale et antéropostérieure.

La gravité dans le segment moteur vertébral normal est inégalement répartie: jusqu'à 80% dans les régions antérieures et jusqu'à 30% dans les articulations intervertébrales (facettes).

Avec des dommages aux disques intervertébraux, sa hauteur et sa forme changent, les vertèbres se rapprochent les unes des autres. Et naturellement, les surfaces articulaires des articulations intervertébrales se rapprochent également, leur espace articulaire se rétrécit. Bien sûr, la charge de poids entière leur revient, atteignant 70%.

Cette surcharge entraîne des changements en eux. D'abord à la synovite avec accumulation de liquide, puis à la dégénérescence du cartilage articulaire, à l'étirement de la capsule articulaire et à sa subluxation. Ces microtraumatismes répétés, surcharge pondérale et rotationnelle conduisent à une fibrose périarticulaire et à la formation d'ostéophytes sous-périostés.

Pour cette raison, les dimensions des facettes supérieure et inférieure augmentent. Ensuite, les articulations dégénèrent fortement et perdent pratiquement du cartilage. En raison de l'asymétrie du processus, la charge sur les joints de facette est inégale. Les changements dans les disques intervertébraux et les articulations des facettes limitent fortement les mouvements dans les segments moteurs vertébraux.

La douleur commence lors de l'extension et de la rotation des lombaires lors de surcharges de torsion. La douleur est limitée à la zone au-dessus de l'articulation affectée dans le lombo-sacré, rarement cette douleur se reflète et se cramponne dans la nature, parfois elle irradie vers la fesse et le haut de la cuisse.

L'un des symptômes du syndrome des facettes peut être une raideur matinale à court terme et une augmentation subséquente de la douleur le soir. À partir d'inclinaisons prolongées, un changement de position corporelle, avec une position debout prolongée, l'extension de la douleur s'intensifie, mais le déchargement de la colonne vertébrale avec certaines postures réduit la douleur.

À l'examen, le patient révèle:

  • douceur de la lordose lombaire (et ce qui est étrange - les plis de la colonne vertébrale se forment jusqu'à 7 ans);
  • courbure et rotation de la colonne vertébrale dans le lombo-sacré;
  • pectorale-lombaire exprimait la tension des muscles paravertébraux et du muscle carré du côté douloureux;
  • tension musculaire de la fosse poplitée et des rotateurs fémoraux.

La palpation de l'articulation touchée est douloureuse. Dans le syndrome des facettes, les troubles réflexes, moteurs, sensoriels et de «tension» sont très rares, non caractéristiques du syndrome radiculaire, et il n'y a pas de restriction des mouvements dans les jambes. Parfois, dans les cas chroniques, une faiblesse des redresseurs de la colonne vertébrale et des muscles de la fosse poplitée est détectée.

Les articulations facettaires sont innervées de 2 à 3 niveaux adjacents, ce qui complique sérieusement le diagnostic.

Vidéo - Syndrome de facette. Cause des maux de dos

Méthodes de traitement de l'arthrose des articulations intervertébrales

Aujourd'hui, la méthode la plus efficace pour traiter non seulement les symptômes, mais aussi le syndrome des facettes lui-même est la dénervation par radiofréquence, lorsque le processus pathologique, semble-t-il, est éliminé par l'exposition au champ électromagnétique de la fréquence des ondes près de l'articulation touchée et après une heure, le patient peut quitter la clinique.

Mais le lendemain, et peut-être même ce jour-là, toutes les mêmes douleurs reviennent aux malades qui le tourmentaient auparavant. Oui, car la cause de l'arthrose développée n'a pas été éliminée. Dans notre clinique, nous sommes constamment confrontés à de tels cas. Et croyez-moi, il est assez difficile de traiter ces patients atteints du syndrome des facettes.

Surtout au début, lorsque la foi en la guérison est à son plus bas niveau. Il n'apparaît que lorsque l'ensemble du personnel de la clinique fait de grands efforts non seulement pour le traitement, mais aide également mentalement à faire face au problème..

Ces patients deviennent toujours nos amis et même nos amis. Et les patients essaient de ne pas se souvenir de l'opération, car à cette époque, c'était la leur - un choix erroné.

Vous informe-t-on des symptômes du syndrome des facettes? Et ils ont dit qu'il est possible de vaincre la maladie avec une opération simple, et même une anesthésie et une incision sur la peau ne sont pas nécessaires? Pensez à une telle opération. fromage gratuit uniquement dans une souricière.

Comment est le diagnostic

Étant donné que la symptomatologie du syndrome de l'articulation facettaire est similaire aux symptômes d'un certain nombre d'autres maladies, en cas de suspicion de spondylarthrose, les experts allemands procèdent à un diagnostic approfondi, qui, entre autres, aide à identifier les maladies d'accompagnement probables.

En plus de recueillir une anamnèse et un examen par un spécialiste dans le domaine des troubles musculo-squelettiques, le diagnostic comprend:

  • radiographie dans certaines projections;
  • CT
  • IRM
  • ainsi que le blocus diagnostique.

Dans les cliniques spécialisées allemandes, un petit volume d'un mélange de produit de contraste, d'anesthésique local et de cortisone est injecté dans les articulations des facettes sous contrôle radiographique pour un blocage diagnostique. Une réduction significative de la douleur aiguë ou chronique lors de l'action du blocus confirme le diagnostic..

Méthodes de traitement

Le traitement dans les centres spécialisés allemands vise à restaurer la mobilité des patients et leur capacité à résister au stress. En fonction de la cause et de la gravité de l'évolution de la maladie, les patients se voient prescrire un traitement conservateur ou chirurgical.

Dans la plupart des cas, dans les cliniques en Allemagne dans le traitement du syndrome des facettes, recourir à des méthodes conservatrices:

  • thérapie médicamenteuse de la douleur;
  • physiothérapie (traitement par choc électrique, thérapie par ultrasons, traitement par la chaleur et le froid, etc.);
  • thérapie d'exercice stabilisante;
  • physiothérapie;
  • ergothérapie;
  • ostéopathie;
  • et chiropratique.

Techniques chirurgicales

Si le traitement conservateur n'aide pas, l'une des interventions douces suivantes peut être effectuée dans une clinique spécialisée allemande:

  • infiltration;
  • thérapie par sonde thermique;
  • cryothérapie;
  • fixation dynamique de la colonne vertébrale.

Infiltration

Dans la thérapie d'infiltration du syndrome des facettes, un analgésique (souvent en combinaison avec un agent anti-inflammatoire) est injecté dans l'articulation intervertébrale affectée pour soulager la douleur et l'irritation de l'articulation.

Thérapie par sonde thermique

La thermocoagulation percutanée sélective des articulations intervertébrales et de l'articulation sacro-iliaque «déconnecte» les fibres nerveuses irritées à l'aide d'une sonde dont la pointe est chauffée à 80 °. Après cette procédure, les nerfs impliqués cessent d'envoyer des impulsions de douleur au cerveau..

Cryothérapie

Grâce à une petite incision de l'articulation facettaire, qui nécessite un traitement, passez la sonde la plus fine. La stimulation du courant d'essai aide à refroidir par inadvertance les nerfs moteurs. Une fois la sonde fixée dans la bonne position, la dénervation doit se faire directement en refroidissant la sonde à -62 °. En moyenne, un résultat positif de cette thérapie dure environ un an. Ensuite, la thérapie doit être répétée.

Implant DIAM

L'implant en forme de H DIAM est en polyéthylène avec un noyau en silicone. Il est fixé et fixé entre les apophyses épineuses de deux vertèbres. Le but de cet implant est de limiter l'amplitude des mouvements de l'articulation intervertébrale lors de la flexion et du redressement, assurant ainsi le déchargement du segment affecté.

L'équipement de haute précision des cliniques allemandes et le professionnalisme des spécialistes allemands permettent de réaliser cette opération de manière peu invasive.

Les causes de la maladie:

  • sexe - selon les statistiques, les femmes souffrent de cette maladie presque deux fois plus souvent;
  • âge - le plus souvent, une spondylarthrose de la colonne vertébrale se développe chez les personnes âgées;
  • hérédité;
  • pathologie congénitale de la colonne vertébrale;
  • charge quotidienne élevée sur la colonne vertébrale associée aux activités professionnelles;
  • blessures à la colonne vertébrale;
  • obésité;
  • inactivité physique;
  • violation de la posture;
  • charges sportives excessives.

Les symptômes de la spondylarthrose de la colonne vertébrale

Le processus le plus courant qui accompagne la spondylarthrose est une lombalgie sourde, qui peut durer longtemps. Souvent, ces douleurs deviennent chroniques. Les autres symptômes de la maladie sont:

  1. Rigidité de diverses parties de la colonne vertébrale (jusqu'à toute sa longueur). Le processus est observé le matin, peu de temps après le réveil. Le soulagement survient après 30 à 50 minutes d'activité.
  2. Diminution de la mobilité du dos due à la subluxation des articulations. Cela conduit au fait que de nombreux mouvements (en particulier les virages corporels) deviennent inaccessibles à cause de la douleur.

Traitement des maux de dos chroniques par thérapie par ondes de choc

L'une des méthodes pour traiter avec succès le syndrome des facettes est la thérapie par ondes de choc..

Son avantage incontestable sur les autres méthodes est la possibilité d'application dans la plupart des cas en raison du nombre minimum de contre-indications.

Les avantages de cette manipulation sont:

  1. Élimination de l'inflammation des muscles mous et des tissus articulaires due à la destruction des cellules malades.
  2. Réduction de la douleur dans la zone touchée.
  3. Amélioration de l'apport sanguin aux tissus.
  4. Augmentation du taux de régénération cellulaire.

Chaque articulation a une capsule, à l'intérieur de laquelle est un lubrifiant pour articulations - liquide synovial.
La présence d'articulations à facettes permet à une personne d'effectuer des mouvements tels que des inclinaisons et des virages. Si une personne n'avait pas d'articulations facettaires, notre colonne vertébrale n'aurait pas une telle flexibilité.

Dans l'ostéochondrose, à la suite de changements dégénératifs du disque intervertébral, une diminution de la hauteur du disque est observée. Cela augmente la charge sur les joints de facette. À la suite d'une surcharge chronique, des changements dégénératifs et une inflammation peuvent s'y produire. L'arthrose (synonymes d'arthrose, d'arthrose déformante) des articulations facettaires se développe.

Avec l'arthrose, les premiers changements se produisent dans le cartilage hyalin. Son épaisseur diminue, des zones de ramollissement du cartilage apparaissent - chondromalacie. Un tel cartilage articulaire perd ses propriétés élastiques, ne peut pas absorber les charges.

Progressivement, l'articulation affectée augmente de taille - son hypertrophie se développe. Le développement de l'arthrose s'accompagne de la croissance de pics osseux marginaux d'ostéophytes, qui peuvent irriter les racines nerveuses et comprimer les vaisseaux sanguins.

À l'avenir, l'articulation modifiée arthritiquement peut devenir enflammée - une synovite se développe. La présence de synovite entraîne l'apparition de douleurs intenses.
Ces articulations facettaires enflammées et dégénératives sont des sources courantes de maux de dos chroniques..

Méthodes de diagnostic

La meilleure méthode de diagnostic pour diagnostiquer l'arthropathie facettaire est l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Sur les coupes axiales traversant les articulations, leurs changements morphologiques peuvent être révélés, tels que:

  • hypertrophie des processus articulaires;
  • amincissement du cartilage articulaire;
  • accumulation de liquide inflammatoire dans la cavité articulaire (synovite).

Dans certains cas, pour clarifier le diagnostic, de telles méthodes de diagnostic de clarification sont utilisées comme SPECT (tomographie par émission de photons uniques), qui vous permet de diagnostiquer l'inflammation des articulations facettaires.

Vidéo - Inflammation des articulations facettaires

Traitement

Dans un premier temps, la pharmacothérapie (anti-inflammatoires) est utilisée pour traiter l'arthropathie facettaire. En présence d'obésité, une perte de poids est recommandée..

L'influence positive s'exerce par:

  • massage;
  • correction ostéopathique;
  • physiothérapie;
  • thérapie de boue;
  • physiothérapie;
  • Traitement de Spa;
  • baignade saine.

Avec l'inefficacité du traitement conservateur, des méthodes de traitement interventionnel (ponction) sont utilisées: un blocage des articulations facettaires est effectué, ce qui peut entraîner une diminution ou une disparition de la douleur jusqu'à 6 mois..

Avec une résistance à la douleur associée à l'arthrose des articulations des facettes, le médecin peut suggérer une dénervation endoscopique chirurgicale mini-invasive des articulations des facettes.

Cette petite opération vous permet de soulager en permanence le patient des maux de dos associés à l'arthrose des articulations facettaires.