Nerf sciatique pincé

  • Arthrose

La sciatique est une maladie provoquée par un pincement du nerf sciatique, la présence d'un processus inflammatoire dans la colonne lombo-sacrée.

La maladie a d'autres noms: névralgie du nerf sciatique / radiculite lombo-sacrée. Le processus pathologique conduit au développement d'une douleur aiguë, d'autres conséquences négatives.

La maladie est souvent notée chez les femmes enceintes, les femmes en position doivent adhérer à des recommandations préventives spéciales. Si une douleur est détectée, traitez immédiatement la sciatique..

Ce que c'est?

La sciatique est une lésion non inflammatoire du nerf sciatique résultant de sa compression dans n'importe quelle zone. En conséquence, les causes de la sciatique peuvent être tous les facteurs conduisant à une compression des sections de tissu le long desquelles le nerf sciatique passe, tels que, par exemple, des blessures aux jambes, au bassin, à la colonne lombaire ou sacrée, à la compression du nerf pendant des périodes d'immobilité prolongées ou à un pincement avec des cordes fibreuses tumeurs, hématomes, etc. Le plus souvent, la sciatique se développe chez les personnes âgées de 40 à 60 ans, en raison de changements pathologiques qui se sont accumulés dans le corps, ce qui peut provoquer une compression du nerf sciatique.

Afin de comprendre et d'imaginer clairement les causes des manifestations cliniques de la sciatique, vous devez savoir comment et où passe le nerf sciatique. Ce nerf provient du plexus du nerf sacré, qui est situé dans la région sacrée, près des vertèbres. Le plexus nerveux est formé par les racines de la moelle épinière, qui ne sont pas situées à l'intérieur du canal rachidien formé par les vertèbres debout les unes sur les autres, mais à l'extérieur. Autrement dit, ces racines sont situées sur les côtés de chaque vertèbre et sont très proches les unes des autres, à la suite de quoi la zone de leur localisation a été appelée le plexus du nerf sacré.

Un gros nerf sciatique part de ce plexus du nerf sacré, qui quitte ensuite la cavité pelvienne et s'étend jusqu'à la surface postérieure de la fesse, d'où il descend le long de la surface postérieure de la cuisse jusqu'au bas de la jambe. Dans la partie supérieure de la jambe inférieure, le nerf sciatique est divisé en deux grandes branches - le fibulaire et le tibial, qui s'étendent le long des bords droit et gauche de la surface postérieure de la jambe inférieure (voir figure 1). Le nerf sciatique est un organe jumelé, c'est-à-dire qu'il est disponible à droite et à gauche. En conséquence, deux nerfs sciatiques s'écartent du plexus du nerf sacré - pour les jambes droite et gauche.

Les causes de la maladie

Les principales conditions préalables à cette pathologie sont d'autres maladies existantes qui apparaissent comme des complications:

  1. L'ostéochondrose de la région lombaire - est le résultat de ses complications, entraînant des changements dans les disques intervertébraux. Ici, la déformation, l'aplatissement et d'autres pathologies de la colonne vertébrale sont distingués.
  2. La formation de hernies intervertébrales - la compression et les dommages subséquents aux racines de la moelle épinière se produisent en raison de la rupture des anneaux du disque, de la protrusion des noyaux des disques par des ruptures.
  3. Spondylolisthésis déjà diagnostiqué - le déplacement du disque entraîne une compression ou des dommages aux racines du système nerveux sciatique.
  4. Syndrome de l'articulation de la facette - une dysfonction rachidienne se produit, ce qui accélère la dégénérescence du disque.
  5. Spasme musculaire piriforme - il est situé sous le muscle fessier, à travers lequel passent les nerfs sciatiques. Ils souffrent de distension et d'irritation, entraînant une douleur intense.

En plus de ces raisons, il y a des moments qui provoquent une sciatique. Parmi eux:

  • Charges lourdes;
  • déformations rachidiennes;
  • tumeurs sur la colonne vertébrale;
  • arthrite;
  • hypothermie;
  • maladies infectieuses et féminines;
  • thrombose.

Il contribue également au diabète, à un abcès sur la fesse et à certains facteurs et maladies associés au système nerveux sciatique..

Classification

Selon la partie du nerf sciatique affectée (pincée, comprimée), la maladie est divisée en trois types:

  1. Sciatique supérieure - la moelle et les racines nerveuses de la moelle épinière sont altérées au niveau des vertèbres lombaires;
  2. Sciatique moyenne (plexite) - un nerf est altéré au niveau du plexus du nerf sacré;
  3. Sciatique inférieure (névrite du nerf sciatique) - pincement et lésion du nerf sciatique de la fesse au pied, inclusivement.

La névrite du nerf sciatique est également appelée inflammation des nerfs. Et comme c'est la sciatique inférieure que l'on retrouve le plus souvent, en fait, les concepts d '«inflammation du nerf sciatique» et de «sciatique» sont compris comme des synonymes, bien que ce ne soit pas tout à fait correct..

Les symptômes de la sciatique

La sciatique est une pathologie chronique. Elle commence généralement imperceptiblement et se développe progressivement. Beaucoup considèrent les premiers symptômes de la sciatique comme de la fatigue ou un surmenage. Après tout, il se manifeste par de petites douleurs dans la colonne lombaire, donnant à la fesse, ainsi qu'un inconfort dans la jambe. En règle générale, ces sensations surviennent après l'exercice et passent après le repos. Parfois, cette situation dure plusieurs années jusqu'à ce que quelque chose provoque une attaque. Il peut s'agir d'un mouvement brusque, d'une levée de poids ou d'une hypothermie.

Le principal symptôme avec lequel la sciatique est caractérisée est la douleur. Elle limite sévèrement la mobilité du patient et s'accompagne de symptômes autonomes et neurologiques. Selon les fibres du nerf sciatique affectées, des troubles sensibles ou moteurs peuvent se développer. Habituellement, tous ces signes ne sont observés que d'un côté. Ils peuvent varier en gravité, en durée. Le plus souvent, la maladie progresse paroxystiquement, avec des exacerbations périodiques.

Parfois avec une sciatique, la douleur n'est pas si forte, mais le patient est principalement concerné par les symptômes neurologiques. Il s'agit d'une violation de la sensibilité, d'une atrophie musculaire, d'un changement dans le tissu trophique. Tout dépend des racines du nerf affectées. Dans les cas les plus graves, il existe également des signes de dysfonctionnement des organes pelviens. Cela se traduit par une incontinence urinaire ou fécale, des troubles intestinaux, l'apparition de maladies gynécologiques.

Caractéristiques de la douleur

La douleur sciatique peut être différente. Pendant l'exacerbation, elles sont nettes, intenses, tirantes, brûlantes. Chaque mouvement fait souffrir le patient. Ils sont amplifiés en se penchant, assis. Souvent, la douleur ne disparaît pas, même en position couchée. Dans un cours chronique, les sensations ne sont pas si fortes. La douleur peut être douloureuse, tiraillante, se poursuivre constamment ou survenir seulement après l'exercice. La douleur s'intensifie en se pliant, en levant les jambes, après une position assise prolongée ou debout dans une position fixe.

Le plus souvent, la douleur est localisée dans la région de la colonne vertébrale lombo-sacrée ou à l'endroit où les racines nerveuses ont été affectées. Mais une caractéristique de la pathologie est que la douleur se propage le long du nerf. Région capturée des fesses, dos de la cuisse, muscle du mollet. Parfois, la douleur se propage jusqu'aux orteils..

Troubles moteurs et sensoriels

C'est le nerf sciatique qui assure la sensibilité des tissus et le mouvement musculaire à l'arrière de la jambe. Par conséquent, avec son infraction, divers symptômes apparaissent associés à des dommages aux racines motrices ou sensorielles. Ils ont différents degrés de gravité, plusieurs symptômes peuvent être observés ou un.

Le plus souvent, la sciatique se caractérise par de tels signes:

  • violation de la sensibilité cutanée;
  • il y a des sensations de picotements, de brûlures, d'engourdissement ou de course de la chair de poule;
  • le patient prend une position forcée du corps - se penche en avant et vers la jambe affectée, donc la douleur est moins ressentie;
  • les muscles de la surface arrière de la cuisse et du bas de la jambe sont perturbés, ce qui se manifeste par des problèmes de flexion de l'articulation du genou et de la cheville;
  • à cause de cela, la démarche change, une boiterie apparaît;
  • les muscles sont de taille réduite, peuvent progressivement s'atrophier;
  • la peau de la jambe devient rouge ou pâle;
  • la peau devient sèche et fine, les ongles se cassent souvent;
  • une transpiration excessive est observée;
  • dans les cas les plus graves, une ostéoporose se développe, causée par une paralysie ou une atrophie musculaire.

Symptômes neurologiques

De telles manifestations de la sciatique accompagnent toujours la douleur, indépendamment de la nature ou du type de pathologie. Mais ils peuvent être de divers degrés de gravité. Les symptômes neurologiques se manifestent par une violation de la conduction nerveuse et la disparition des réflexes. Sur la base de ces signes, un diagnostic de la maladie est souvent réalisé. Après tout, la majorité des réflexes communs aux humains atteints de sciatique ne sont presque pas manifestés ou complètement absents:

  • Réflexe du tendon d'Achille;
  • coup de genou
  • réflexe plantaire.

De plus, plusieurs signes aident le médecin à diagnostiquer correctement. Le principal symptôme neurologique vérifié lors de l'examen est l'élévation de la jambe droite depuis la position couchée. Dans ce cas, le patient ressent une douleur intense dans le bas du dos, les fesses et l'arrière de la cuisse. Et lorsque vous pliez la jambe, cela diminue.

L'état du membre affecté

Habituellement, avec la sciatique, une seule branche du nerf sciatique est affectée. Par conséquent, toutes les violations sont observées d'une part. Dans le même temps, une jambe malade diffère progressivement de plus en plus d'une jambe saine en apparence et en fonction..

Le membre devient pâle, froid au toucher, la peau est sèche et squameuse. En raison de l'atrophie musculaire, sa taille diminue. Les articulations ne fonctionnent pas bien, la sensibilité est également altérée. Lorsque vous bougez, la jambe affectée est instable, elle devient faible, ce qui entraîne des problèmes lors de la marche.

Diagnostique

Le diagnostic de la sciatique est basé sur l'identification des symptômes caractéristiques de la maladie. De plus, en cas de douleur, de mobilité réduite et de sensibilité, une personne se plaint activement au médecin et le médecin révèle en outre des symptômes neurologiques pendant l'examen.

Après cela, pour identifier les causes possibles de la sciatique et clarifier l'état des articulations et des os du membre, du bas du dos et du sacrum, les examens instrumentaux suivants sont effectués:

  1. Radiographie du membre affecté, du sacrum et du bas du dos. Les résultats des radiographies montrent si la sciatique est associée à une pathologie des vertèbres et des disques intervertébraux.
  2. Imagerie par résonance magnétique. C'est la méthode de diagnostic la plus informative, permettant en tout cas d'identifier la cause de la sciatique même lorsque la tomodensitométrie est inutile.
  3. Électroneuromyographie. Une méthode de recherche utilisée non pas pour diagnostiquer les causes de la sciatique, mais pour déterminer le degré d'atteinte de la conduction nerveuse et de la contractilité des muscles du membre affecté. L'étude consiste à enregistrer le passage des influx nerveux et la force des contractions musculaires en réponse à celles-ci dans différentes parties de la jambe.
  4. Tomodensitométrie du membre affecté, du sacrum, du bas du dos et du bassin. Les résultats de la tomodensitométrie peuvent établir la cause exacte de la sciatique dans presque tous les cas. Les seules situations où il n'est pas possible de déterminer la cause de la maladie en utilisant la tomodensitométrie sont si les causes de la sciatique sont provoquées par des pathologies de la moelle épinière et de ses membranes, les racines de la moelle épinière et les vaisseaux du plexus nerveux sacré.

Complications

Les médecins peuvent influencer presque toutes les causes de la sciatique et, en conséquence, arrêter la compression du nerf sciatique. L'exception est les tumeurs malignes et les déformations vertébrales graves, qui ne peuvent pas toujours être éliminées à l'aide d'une intervention chirurgicale, mais heureusement, elles sont rares. Par conséquent, l'essentiel de la sciatique est de passer le diagnostic à temps et de commencer le traitement. Ensuite, la prévision sera favorable.

Si la pathologie est démarrée, une partie du tronc nerveux peut s'éteindre, ce qui, bien sûr, affectera la zone innervée par ces fibres: la peau deviendra insensible, les muscles cesseront de bouger et s'atrophieront progressivement, etc. Le résultat final de cette évolution des événements est le handicap du patient.

Traitement de la sciatique

Un traitement rapide et efficace de la sciatique ne peut réussir sans s'attaquer à la cause sous-jacente de cette pathologie. En revanche, si tous les efforts visent uniquement à éliminer la cause, celle-ci sera inhumaine vis-à-vis du patient, qui souffre actuellement de fortes douleurs. Par conséquent, le traitement de la sciatique doit être complet, visant à la fois la source de lésions nerveuses et les symptômes cliniques..

Au premier stade, le patient se voit prescrire un traitement conservateur (non chirurgical) visant à réduire le processus inflammatoire et à atténuer les attaques douloureuses. À cette fin, des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques sont utilisés, ainsi que des procédures physiothérapeutiques (électrophorèse, UHF, magnétothérapie, etc.)

De plus, ces méthodes conservatrices sont largement utilisées:

  • acupuncture,
  • thérapie manuelle,
  • stimulation musculaire électrique,
  • porter des ceintures de fixation.

Cependant, le traitement symptomatique de la sciatique ne fait que soulager l'état du patient, mais ne le guérit pas. Pour se débarrasser complètement de la maladie, un traitement étiotrope doit être utilisé en parallèle, c'est-à-dire traitement visant la source de la maladie. Si la sciatique est une conséquence de la pathologie des organes pelviens, la maladie sous-jacente doit être traitée. Si le nerf sciatique est endommagé à la suite d'une attaque de pathogènes infectieux, une thérapie antibactérienne ou antivirale appropriée est nécessaire..

Malheureusement, les traitements conservateurs ne sont pas toujours efficaces. Si la sciatique se produit en raison de la compression des racines nerveuses par une hernie du disque intervertébral ou une tumeur, le traitement chirurgical de la sciatique est inévitable.

Traitement médical

Dans la période aiguë de sciatique, un traitement anti-inflammatoire et analgésique est prescrit pour arrêter un syndrome douloureux intense. À cette fin, des médicaments du groupe des AINS sont utilisés (Diclofénac, Ortofène, Indométhacine, Méloxicam, Kétoprofène), ainsi que de puissants analgésiques non narcotiques (Sedalgin, Sedalgin Neo, Baralgin, Pentalgin).

Dans les cas graves, lorsque le patient est tourmenté par une douleur intense qui ne peut pas être traitée avec les moyens ci-dessus, le médecin peut prescrire des analgésiques opioïdes (Tramadol, Tramal, Tramalin). Ils doivent être pris sous la supervision d'un médecin pendant de courtes périodes, car ces médicaments peuvent rapidement devenir addictifs et addictifs, ils ont de nombreuses contre-indications et effets secondaires. De plus, des blocages de novocaïne ou d'ultracaïne sont prescrits pour soulager la douleur épuisante..

Les hormones corticostéroïdes (Prednisone, Hydrocortisone), prescrites dans la période aiguë, aident à supprimer rapidement le développement du processus inflammatoire, à soulager l'enflure et à améliorer la mobilité des membres. Cependant, les agents hormonaux ne peuvent pas être utilisés dans tous les cas, ils ne sont prescrits qu'avec un œdème sévère dans la colonne lombo-sacrée.

En tant que thérapie de soutien, des relaxants musculaires, des antioxydants, des complexes de vitamines et d'autres médicaments sont utilisés pour aider à rétablir l'approvisionnement en sang et la nutrition des nerfs affectés et à normaliser leurs fonctions.

Les relaxants musculaires (Sirdalud, Tizanidin, Midokalm, Tolperizon) détendent bien les muscles tendus, ce qui élimine le pincement des fibres nerveuses, aide à réduire la douleur, à restaurer la sensibilité et l'amplitude des mouvements du membre affecté.

Les préparations complexes contenant des vitamines B (Combilipen, Milgamma, Binavit) réduisent la gravité des symptômes névralgiques et rétablissent la perméabilité de l'influx nerveux à travers les fibres, ce qui ramène les membres à leur sensibilité précédente, soulage l'engourdissement et d'autres symptômes désagréables.

Pour restaurer un apport sanguin et une nutrition tissulaire altérés, des angioprotecteurs et des correcteurs de la microcirculation sanguine sont utilisés (Actovegin, Curantil, Trental). Un tel médicament combat les changements musculaires atrophiques et restaure les structures endommagées du nerf sciatique. Dans le même but, des complexes de vitamines avec la teneur en vitamines C, E, oligo-éléments - cuivre, sélénium et autres substances utiles sont prescrits comme antioxydants.

Les médicaments métaboliques tels que le mildronate, l'inosine, la riboflavine, Elkar aident à améliorer la nutrition des racines nerveuses de la moelle épinière et du plexus sacré, rétablissant ainsi les fonctions du nerf sciatique étranglé et rendant la sensibilité et l'activité motrice des membres..

Physiothérapie

Une efficacité élevée dans la sciatique a été démontrée par la méthode de physiothérapie. Il consiste à influencer le tissu nerveux ou musculaire affecté à l'aide de divers facteurs physiques - courant électrique de différentes fréquences, ultrasons, champ magnétique, laser et rayonnement ultraviolet. La physiothérapie améliore la circulation sanguine dans la zone touchée, soulage l'enflure et la douleur.

En utilisant l'une des variétés de physiothérapie - l'électrophorèse, divers médicaments peuvent être introduits dans le corps - antispasmodiques, relaxants musculaires, anti-inflammatoires. La physiothérapie peut être réalisée à la fois en période d'exacerbation et en période de rémission de la maladie. La procédure nécessaire est prescrite par le médecin.

Physiothérapie

La physiothérapie est nécessaire pour que la sciatique soulage les spasmes musculaires dans la zone touchée, stimule les processus métaboliques pour éliminer l'œdème. Il est recommandé de faire des exercices allongés sur une surface dure et plane. Les exercices suivants sont considérés comme les plus efficaces:

  1. Allongez-vous sur le dos, pliez alternativement vos genoux, d'abord à gauche, puis à droite et tirez vers la poitrine, avec vos mains pour tenir les hanches derrière. Restez dans cette position pendant une demi-minute, puis redressez-vous lentement et détendez-vous complètement. Faites 10 séries.
  2. Allongé sur le côté, remontez les jambes pliées aux genoux vers la poitrine. Redressez-vous ensuite et enfilez vos chaussettes. Faites-le 10 fois.
  3. Allongé sur le ventre, écartez la largeur des épaules de vos bras. Soulevez le torse, tandis que le bassin et les jambes doivent rester en place. Faites-le 10 fois.

Pour obtenir un effet plus important, des exercices pour renforcer les muscles abdominaux doivent être utilisés. Allongez-vous avec le dos au sol, pliez les genoux et posez les pieds sur le sol. Placez vos mains sur votre poitrine en position croisée et commencez à soulever le corps jusqu'à ce que les épaules se détachent du sol. Faites cet exercice devrait être jusqu'à 15 fois. Exercices présentés - instructions sur la façon de traiter la sciatique à la maison.

Massage

Il est bon de combiner le massage avec la gymnastique - cela aide également à se débarrasser d'une maladie dans un environnement familial.

Cela doit être fait tous les jours ou tous les deux jours. Pendant le massage, des mouvements intensifs sont nécessaires, en commençant par les orteils, les hanches et les fesses. La durée de la séance de massage n'est pas inférieure à une demi-heure, un cours de 10 procédures. Cela ne nuira pas, mais au contraire, cela aidera, l'utilisation d'autres types de massage: peut, acupression, impact avec frottement et réchauffement.

L'applicateur de Kuznetsov aidera également, ce qui améliore la circulation lymphatique et réduit le risque d'atrophie musculaire. Le massage peut être fait même pendant un cours aigu, ne faites tout simplement pas de mouvements vifs et forts. Seuls les frottements et les caresses sont autorisés pour stimuler la circulation sanguine et soulager les tensions musculaires.

Remèdes populaires

Le traitement de la sciatique à domicile est autorisé si la thérapie à domicile prend la forme d'une prophylaxie. Le patient sort de l'hôpital puis à ce moment-là, si les foyers principaux du tissu affecté sont restaurés et que la douleur n'est pratiquement pas dérangeante. L'exposition aux médicaments peut déjà être considérablement réduite. Avec le diagnostic de sciatique, inflammation aiguë du nerf sciatique, la plupart des individus utilisent activement les recettes de guérison de la médecine traditionnelle. Ceci est autorisé, mais à condition que le patient en informe le médecin en détail et que le médecin donne ses recommandations sur la façon de guérir la maladie jusqu'à la fin.

Nous listons les remèdes populaires les plus connus pour le traitement à domicile:

Compresses

  1. Un mélange de feuilles d'ortie, de cassis, de racine de bardane, faire bouillir dans un demi-litre d'huile de tournesol, ajouter cent grammes de sel et utiliser pour les compresses.
  2. Appliquer une feuille de chou échaudée avec de l'eau bouillante en compresse.
  3. Mélanger la térébenthine avec de l'eau 1: 2 et appliquer de la gaze imbibée de mélange sur le corps pendant un quart d'heure.

Applications

  1. Chauffez la cire d'abeille naturelle au micro-ondes ou au bain-marie jusqu'à ce qu'elle soit tendre. En former rapidement une assiette, la poser sur la zone douloureuse, couvrir, isoler pour la nuit.
  2. Former une miche de pâte mélangée à de la farine et du miel liquide. Utiliser comme cire.
  3. Râper les pommes de terre, environ 500 g, égoutter l'eau, verser une cuillère à soupe de kérosène dans le gâteau. Placer entre deux étoffes à fromage et placer sur le dos, en lubrifiant d'abord la peau avec de l'huile.

Frottement

  1. Préparez une infusion de vodka (300 g) et d'acacia blanc (100 g de fleurs séchées) par semaine. Frottez ensuite sur les points douloureux. Au lieu d'acacia, vous pouvez utiliser du lilas persan blanc.
  2. Mélanger le jus de radis noir avec du miel 3: 1 et frotter les points douloureux.
  3. Feuille de laurier fraîche (non séchée) (20 feuilles) insiste dans un verre de vodka pendant trois jours.

Baignoires

  1. Décoction d'herbes: calendula, camomille, huile de sapin. L'eau ne doit pas être chaude, la durée d'un bain est d'un tiers d'heure.
  2. Côtelette de racine de raifort crue et placer dans un sac de gaze. Tremper dans une baignoire remplie d'eau (un bain - 100 g de raifort). Restez dans l'eau pendant plus de 5 minutes.
  3. Abaisser un kilogramme de jeunes pousses de pin dans trois litres d'eau bouillante, chauffer pendant dix minutes, insister pendant quatre heures et verser dans le bain. Plongez-vous dedans pendant un quart d'heure.

Ingestion

  1. Graines de marronnier d'Inde - une cuillère à soupe, versez un demi-litre d'eau bouillante, tiède pendant un quart d'heure (bain-marie). Prendre 100 ml refroidis avant chaque repas.
  2. Fleurs de calendula - une cuillère à soupe dans un verre d'eau bouillante. Verser et couvrir (ne pas cuire). Un demi-verre d'infusion filtrée refroidie est bu avant chaque repas (pas plus de quatre fois par jour).
  3. La racine de bardane, séchée et hachée, est remuée dans un verre de vin de Cahors et réchauffée pendant au moins cinq minutes. Cette dose se boit en deux prises, avant le petit déjeuner et avant le dîner..

Que se passe-t-il avec la sciatique?

Le traitement conservateur est un processus long mais assez efficace. Cependant, dans certains cas, cela n'apporte aucun résultat. De plus, il arrive parfois que le seul traitement initial soit la chirurgie.

La liste des indications absolues pour l'opération lorsqu'une autre méthode n'est pas efficace

  1. Tumeur opérable maligne dans la colonne lombaire - aux premiers stades de la maladie (par exemple, le chondrosarcome).
  2. Tumeur bénigne: ostéoblastoclastome, chondrome et autres.
  3. Perturbation grave des organes pelviens - par exemple, incontinence urinaire et / ou fécale.
  4. Douleur prolongée et intense qui ne diminue pas pendant 6 semaines lorsqu'elle est traitée avec des médicaments.

Dans tous les autres cas, la décision concernant l'opération est prise par le chirurgien individuellement dans chaque cas. Dans le même temps, il prend en compte l'évolution des principales maladies associées du patient.

Cependant, il existe des contre-indications absolues à la chirurgie:

  1. Grossesse à tout moment.
  2. Maladies infectieuses et inflammatoires au moment de l'exacerbation et pendant deux semaines après la guérison.
  3. Diabète sucré avec une glycémie élevée, mais si elle diminue à un nombre normal, l'opération est effectuée.
  4. Insuffisance respiratoire et cardiaque sévère.

La prévention

Pour empêcher la sciatique d'apparaître dans le corps, il suffit de suivre de simples recommandations préventives:

  1. Donnez une charge quotidienne modérée sur le corps. Il suffit de marcher pour que la douleur n'apparaisse pas. N'oubliez pas qu'au moment du chargement, le tonus musculaire s'améliore et le système nerveux s'active. Vous pouvez pratiquer des sports sous la supervision d'un entraîneur. Privilégiez le yoga, la natation et le Pilates;
  2. Si vous avez un travail sédentaire constant, faites de courtes pauses avec un échauffement sur le dos. Avec une position assise prolongée, vous devez porter un corset. Obtenez également une chaise de qualité aux propriétés orthopédiques;
  3. Dormez sur un matelas de qualité. Il ne doit pas plier sous le poids du corps ni être trop rigide. Il est important que la surface au moment du sommeil soit parfaitement lisse, sans bosses ni relâchement. Il est recommandé d'acheter un oreiller et un matelas orthopédiques;
  4. Essayez de ne pas soulever de poids après une maladie. Si vous devez soulever un objet lourd, assurez-vous de vous accroupir et de vous pencher légèrement au cours du processus. À ce stade, le dos doit être droit. Répartissez uniformément la lourdeur entre deux mains;
  5. Suivez les règles de la nutrition, évitez de trop manger. Ajoutez des fruits, des légumes et des céréales à votre alimentation. Essayez d'éviter la restauration rapide, les aliments épicés et frits. Buvez beaucoup d'eau par jour;
  6. Arrêtez de fumer et de boire de l'alcool.

Où ça fait mal quand le nerf sciatique est pincé

Le nerf sciatique est le tronc le plus long et le plus grand du système nerveux périphérique. Il est formé de plexus de fibres nerveuses s'étendant des segments lombaire et sacré de la moelle épinière. Les sensations de douleur résultant du développement du processus pathologique dans ce domaine peuvent varier en nature et varier en intensité, allant d'un léger inconfort à une agonie insupportable. L'inflammation et le pincement du nerf sciatique provoquent le développement de la même maladie, accompagnée de douleurs dans le bas du dos et le membre inférieur. En terminologie clinique, ce processus pathologique est appelé neuropathie du nerf sciatique ou radiculopathie..

Qu'est-ce que la neuropathie du nerf sciatique??

La neuropathie du nerf sciatique (termes obsolètes - sciatique, radiculite) est une maladie du système nerveux périphérique qui survient à la suite de dommages (pincement, inflammation ou dommages) aux racines des nerfs rachidiens de la colonne vertébrale lombo-sacrée. C'est une pathologie assez courante qui survient chez 10% des adultes qui ont atteint l'âge de 40 ans. Avec la formation du syndrome radiculaire (conséquence de l'implication des structures nerveuses périphériques dans le processus pathologique), une douleur neuropathique se développe qui est localisée dans la fesse et se propage ensuite dans toute la partie postérieure du membre inférieur, tout en affectant la région lombaire. Il est de deux types: dysesthésique et tronculaire.

Une douleur dysesthésique (superficielle) est observée avec une lésion prédominante de petites fibres nerveuses. Ce type de douleur est décrit comme des ecchymoses, des brûlures, des tirs, des coutures, rappelant la douleur d'une brûlure, la chair de poule rampante, un choc électrique.

La douleur troncale (profonde) est caractérisée par une pression-traction, une douleur, une coupure périodique, une rupture. En règle générale, une telle douleur se développe avec des neuropathies tunnel ou une compression des racines vertébrales.

Causes de la neuropathie

Causes de pincement du nerf sciatique:

  • Infraction (compression tunnel) des racines nerveuses d'une hernie intervertébrale;
  • Un spasme aigu du muscle fessier maximus ou piriforme, exerçant une pression sur les fibres nerveuses ou les structures de la colonne vertébrale.

Causes de l'inflammation du nerf sciatique:

  • Blessures et maladies dégénératives-dystrophiques de la colonne vertébrale;
  • Hypothermie;
  • Divers processus infectieux (y compris l'infection par le VIH);
  • Troubles endocriniens et métaboliques;
  • Malformations congénitales de la colonne vertébrale;
  • Effort physique intense;
  • Inflammation des articulations articulaires de la colonne vertébrale.

Les facteurs de risque qui provoquent le développement de la radiculopathie sacro-lombaire incluent la prédisposition héréditaire, certains types d'activités professionnelles (charpentiers, chauffeurs, opérateurs de machines-outils, agriculteurs), le travail de longue durée dans une position inconfortable, le tabagisme, les néoplasmes.

Symptômes du nerf sciatique pincé

Le nerf sciatique provient des racines nerveuses de la colonne lombaire. De plus, à travers l'ouverture sciatique située sous le muscle piriforme, il quitte la cavité pelvienne, passe sous le muscle fessier maximus et s'étend jusqu'à la cuisse postérieure au milieu du pli fessier. Ce nerf périphérique innerve les muscles de tout le dos du membre inférieur et de la plante du pied. Lorsqu'elle est violée ou enflammée, la flexion de la jambe dans l'articulation du genou est perturbée, en cours de marche, le membre raide commence à être entraîné vers l'avant, en raison de la parésie (une violation ou une perte partielle des fonctions motrices des muscles), les mouvements actifs diminuent ou disparaissent dans le pied et les doigts. Lors de l'abaissement des jambes, la douleur augmente. Avec une palpation profonde du nerf sciatique, une douleur intense dans la cuisse et le bas de la jambe se développe.

Actuellement, les cliniciens connaissent plusieurs options pour les neuropathies de compression. Leurs symptômes se composent de trois syndromes principaux: vertébral, neuritique (survenant en raison de dommages au tronc du nerf périphérique) et dystrophique. Les patients se plaignent de douleurs douloureuses et de tiraillements dans le muscle fessier, la hanche et l'articulation sacro-iliaque. En position debout, en marchant et en position accroupie, les sensations de douleur s'intensifient, tandis qu'en position couchée et assis jambes écartées, elles se calment quelque peu. La douleur peut se propager sur toute la jambe ou se localiser uniquement dans la zone d'innervation. Un refroidissement excessif, une situation stressante ou un changement de temps peut provoquer une exacerbation du processus pathologique.

Le plus souvent, la douleur n'est observée que d'un côté du corps. En même temps, un engourdissement et des picotements périodiques de la partie opposée du corps sont notés. Moins souvent, les deux membres sont impliqués dans le processus inflammatoire. Aux premiers stades de la maladie, la douleur est caractérisée par une faible intensité. Ils s'intensifient avec la toux, les éternuements, les rires et les efforts physiques. Au fil du temps, les sensations désagréables sont aggravées, il est possible de développer des convulsions pendant le sommeil nocturne. Dans les cas graves, en raison d'une douleur aiguë, le patient est complètement immobilisé.

Les signes cliniques les plus caractéristiques de lésion du nerf sciatique comprennent de graves douleurs au bas du dos et une perturbation du fonctionnement normal de l'une des grosses articulations (genou, cheville ou hanche) qui se produit dans le contexte de la névralgie lombaire..

Dans certains cas, les patients développent des troubles trophiques et vasomoteurs. La température corporelle locale augmente, ou la cyanose et le refroidissement du pied et de la jambe inférieure d'un membre endommagé se développent. Sur la semelle, une hyperkératose (épaississement excessif de la couche cornée de l'épiderme), une hyperhidrose plantaire (transpiration excessive des pieds), une anhidrose (absence totale de transpiration) peuvent être détectées. Il peut y avoir une violation du tissu trophique sur le bord extérieur du pied, dans le talon ou sur le dos des doigts, un changement dans la forme et la couleur des ongles, une diminution de la force ou une atrophie des muscles du bas de la jambe et du pied. Les patients atteints de lésions du nerf sciatique sont incapables de se tenir debout sur les orteils ou les talons.

Évolution de la maladie

Dans le cas où l'herbe devient la cause de la neuropathie (soulever des poids, tomber aux pieds, tourner ou sauter maladroitement), un développement instantané du processus pathologique est possible.

Avec un travail physique intense et la présence d'une infection chronique, une lente progression de la maladie est observée (la douleur augmente à chaque attaque). Au départ, des douleurs apparaissent dans les fesses et dans la région lombaire, il y a tension et lourdeur dans les jambes. Au fil du temps, la douleur s'intensifie et leur aboutissement devient l'un des facteurs exogènes (hypothermie, forte augmentation de poids, etc.). Il convient de noter que cette situation complique considérablement la détermination des causes qui ont conduit au développement du processus pathologique.

Diagnostic de la radiculopathie

Si le nerf sciatique est endommagé, le diagnostic est posé sur la base des signes caractéristiques de la maladie et des données obtenues lors de l'examen instrumental (IRM, TDM, radiographie).

Pour choisir la bonne tactique thérapeutique, le neurologue doit disposer d'informations précises sur les principaux syndromes cliniques de lésions d'une zone particulière du nerf sciatique. Le plus informatif dans cette situation est la présence de:

  • Syndrome de Sikar (douleur accrue lorsque le pied est plié dans le dos);
  • Syndrome de Legas (en position couchée, il est très difficile pour le patient de soulever sa jambe douloureuse en raison d'une forte augmentation de la douleur);
  • syndrome d'atterrissage (avec un membre allongé, le patient n'est pas en mesure de prendre une position assise).

Quelles maladies peuvent être confondues?

La neuropathie du nerf sciatique doit être différenciée des autres maladies vertébrales (spondylarthrite ankylosante, méningoradiculite, myélome solitaire (myélome), spondylarthrite d'étiologies diverses, tumeur métastatique primaire de la vertèbre de la colonne vertébrale lombaire).

Les syndromes neurovasculaires réflexes doivent être différenciés de l'insuffisance artérielle athérosclérotique, de la thrombophlébite, de la phlébothrombose, de la maladie de Raynaud.

Traitement du pincement, inflammation du nerf sciatique

La principale exigence pour un spécialiste du traitement de la neuropathie du nerf sciatique est une connaissance claire des mécanismes pathogénétiques et étiologiques du développement de la maladie. Le choix des tactiques thérapeutiques est effectué en tenant compte de la gravité de la maladie et du taux de progression du processus pathologique. Pour éliminer l'inflammation, un traitement pathogène est prescrit au patient, et pour améliorer la qualité de vie et prolonger la rémission persistante, un traitement symptomatique est prescrit. En période de douleur aiguë, le patient, jusqu'à disparition de l'inflammation, il est recommandé de limiter l'activité motrice. En cas de douleur intense, le repos au lit est recommandé (le lit doit être plat, avec un matelas dur).

Thérapie médicamenteuse

  1. Pour améliorer la circulation sanguine locale et soulager les signes d'inflammation neurogène, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, vasoactifs et antioxydants sont prescrits aux patients. Les AINS les plus couramment utilisés sont le lornoxicam (xéfocam), qui a un effet analgésique et anti-inflammatoire prononcé et une hépatoxicité minimale. En outre, le méthindole, le pyrabutol, le diclofénac, le movalis, la flugaline, le naproxène, le salicylate de sodium peuvent être utilisés comme médicaments de thérapie anti-inflammatoire. Dans la période aiguë de neuropathie du nerf sciatique (avec douleur intense), les corticostéroïdes (dexométhasone ou métipred) sont indiqués.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ne peuvent pas prendre plus de 14 jours consécutifs. Ensuite, une pause est nécessaire et, si nécessaire, un remplacement ultérieur du médicament.

  1. En tant que médicaments anti-œdémateux, le lasix, le furosémide, le sorbitol, l'urégite et les salurétiques conservateurs de potassium sont utilisés.
  2. Pour réduire les spasmes musculaires pathologiques, des relaxants musculaires sont indiqués (midocal, baclofène, relanium, phénibut, etc.).
  3. Pour réduire les manifestations du stress antioxydant et améliorer les propriétés rhéologiques du sang, il est recommandé d'utiliser des dérivés de l'acide thioctique, du ginko biloba ou des médicaments à mécanisme d'action multivalent (actovegin, cérébrolysine).
  4. Des stimulants biogéniques (plasmol, aloès, vitreux), pyrogènes, lidase ou biikhinol sont utilisés comme médicaments absorbables.
  5. Pour améliorer la transmission neuronale synoptique, la proserpine, l'amiridine, la sanguine, etc. sont prescrites..
  6. En cas d'atrophie musculaire sévère, le rétabolil est indiqué en association avec des médicaments anticholinestérases et de la vitamine E.
  7. Pour la douleur prolongée avec des troubles neurotrophiques caractéristiques et une gangionite, le pachycarpin, le gangleron ou le benzohexonium sont prescrits. Dans le traitement des syndromes neurovasculaires autonomes, l'utilisation de médicaments végétotropes (phénazépam, actovégine, platifilline, églonil, bellataminal, etc.) est recommandée..
  8. Des agents anti-inflammatoires et distrayants (dimexil, ménovazine, apisatron, vipraskine, efkamon, dogit, etc.) sont prescrits comme médicaments thérapeutiques locaux..

Traitement non médicamenteux

  1. Procédures physiothérapeutiques (électrophorèse, courants diadynamiques, myoton, magnétothérapie, traitement au laser, impulsion d'amplitude, darsonval).
  2. Réflexologie.
  3. Thérapie manuelle.
  4. Massage. Les procédures de massage peuvent être effectuées après la fin du processus inflammatoire aigu. Grâce à cette technique, la conductivité du nerf sciatique endommagé est augmentée, la circulation sanguine locale et le drainage lymphatique sont normalisés, la douleur est réduite et l'hypotrophie musculaire déjà développée est réduite.
  5. Hydrothérapie. Activités très utiles dans la piscine. L'eau facilite les mouvements, élimine les spasmes musculaires et réduit la douleur.
  6. Physiothérapie. La thérapie par l'exercice doit commencer dès les premiers jours de la maladie, alors qu'elle est encore au lit. La charge augmente progressivement à mesure que l'activité motrice reprend..

Correction chirurgicale de la radiculopathie

La décompression chirurgicale de la racine nerveuse endommagée est indiquée si les méthodes conservatrices sont inefficaces, le syndrome douloureux devient chronique et des troubles pelviens sévères sont observés.

Prévention de l'inflammation ou du pincement du nerf sciatique

Afin d'éviter le développement du processus pathologique, il est nécessaire de renforcer régulièrement les muscles du dos soutenant la colonne vertébrale, de surveiller la posture, d'éviter de soulever et de porter des poids et de vous protéger des courants d'air et de l'hypothermie.