Manifestations neurologiques de l'ostéochondrose de la colonne vertébrale

  • Blessures

Actuellement, la maladie de l'ostéochondrose a une étiologie multifactorielle du développement. La base sera le trophisme génétiquement défectueux des systèmes de nutrition cellulaire et la congestion du système musculo-squelettique, en lien avec les particularités de sa structure. La survenue de troubles nutritionnels des tissus formés de la colonne vertébrale apparaît sous l'influence de troubles dyshémiques et est une conséquence du facteur dysmétabolique et du processus toxique.
Une augmentation de la force musculaire contribue à l'activation intense des processus métaboliques, déclenchant des réactions microcirculatoires. Lorsque l'ensemble de l'appareil de support est surchargé, les réactions s'intensifient (sanogenèse). Le processus de réparation ne permet pas de passer à la période de formation de changements dystrophiques dans le disque intervertébral. Dans le cas où le processus sanogénétique ne provoque pas une réaction compensatrice suffisante, des lésions dystrophiques apparaissent dans l'articulation intervertébrale. L'effet irritant sur les récepteurs nerveux, qui assure la sensibilité des structures des racines nerveuses dans la cavité du canal rachidien, situées dans la direction proximale, provoque une manifestation vertébrale. Le nerf synuvertebral est inversé par les récepteurs de l'apparition d'un œdème tissulaire réactif, avec l'apparition d'une diminution ou d'une absence de récupération compensatoire. La zone du disque pathologiquement altérée est causée par un dysfonctionnement ou une vertèbre déplacée.

Récepteurs de la douleur pour les manifestations de l'ostéochondrose

La localisation de la douleur est déterminée par le côté dans lequel le disque fait saillie (intervertébral). Les récepteurs de la douleur sont irrités par les tissus dégénératifs du disque. L'irritation se produit dans le ligament longitudinal postérieur (direction du canal rachidien), ce qui entraîne des douleurs. La structure du complexe anatomique des vertèbres comprend le segment vertébral, qui contient les branches de retour, leur innervation entraîne des douleurs méningées. L'irritation de la racine vertébrale résulte de l'éjection du disque dorsolatéral lors de l'amincissement de la perforation (violation de l'intégrité de l'anneau fibreux) et du développement de processus auto-immunes. La compression de l'artère radiculaire entraîne une altération de la fonction du nerf spinal. Variantes de la manifestation de changements dans le système nerveux, c'est-à-dire les réflexions cliniques seront différentes.
L'irritation mécanique des racines (radiculaire), des vaisseaux sanguins (neurovasculaires) et de la moelle épinière (vertébrale) due à la protrusion herniaire provoque des syndromes de compression.
L'élimination des effets du facteur de compression est facilitée par le processus immunologique dans le corps (la réaction des anticorps et des lymphocytes), qui est activé lorsque l'intégrité de l'anneau fibreux est altérée. Dans l'anneau fibreux, les fibres sont tirées, provoquant la réaction réceptrice du nerf synuvertebral. Un tel effet en réponse à un irritant provoque un processus pathologique. Une réaction nociceptive des récepteurs de la douleur du disque endommagé apparaît, provoquant un effet impulsif sur la zone affectée.

Signes d'ostéochondrose

Les signes prononcés de manifestation de la tension réflexe des muscles de l'ostéochondrose vertébrale sont réflexes. Les récepteurs de la douleur du nerf vertébral récurrent provoquent une définition du caractère neurodystrophique, neurovasculaire et musculo-tonique.
Les manifestations neurologiques de l'ostéochondrose sont une complication. Ce ne sont pas des maladies indépendantes et seront toujours une conséquence de la pathologie de la colonne vertébrale. La fonction de la colonne vertébrale dépend de son état..

Dans l'ostéochondrose, le système nerveux réagit avec les fibres sensibles, qui servent de signal sur la localisation d'un problème qui apparaît dans la colonne vertébrale avec l'ajout de syndromes tonico-musculaires. La douleur apparaît sur le site de la zone touchée.
Selon les données de morbidité, aujourd'hui, partout dans le monde, les manifestations neurologiques de l'ostéochondrose représentent 75% de tous les cas de maladies de la structure périphérique du système nerveux.
Lorsque des manifestations neurologiques de l'ostéochondrose rachidienne apparaissent, la thérapie doit viser à éliminer les modifications du système musculo-squelettique.

Névralgie: symptômes, types

Publié le 8 novembre 2019 · Mis à jour le 13 décembre 2019

Douleur Symptômes possibles de l'apparition d'une maladie - le principal symptôme

La névralgie débutante indique toujours la douleur comme ses symptômes. Apparaît soudainement, disparaît soudainement. Cela arrive fort et tranchant, paroxystique ou doux, mais constant, non amovible par les analgésiques, pendant des semaines.

Dans les endroits où la douleur est localisée, les tissus peuvent gonfler un peu, la peau rougir, changer de sensibilité, ce qui indique des troubles végétovasculaires. La névralgie peut se manifester dans n'importe quelle partie du corps - de la tête aux pieds.

Comment la douleur

Les fibres nerveuses contiennent des récepteurs spéciaux qui contrôlent les signaux du corps concernant les processus se produisant dans les tissus. Si les récepteurs se modifient, ils souffrent également. Ils transmettent des impulsions altérées au système nerveux central, aux zones qui collectent des informations à partir de troncs nerveux distants. Et la douleur se produit dans toutes les zones où le nerf passe, donnant un signal, mais la douleur ne va pas au-delà du nerf affecté.

La névralgie du trijumeau

Symptômes

La maladie avec ce type de névralgie affecte souvent la moitié du visage, souvent le droit et se manifeste principalement chez les femmes de plus de 40 ans. La douleur est particulièrement prononcée dans la mâchoire, le nez et les yeux. La douleur paroxystique, extrêmement aiguë, douloureuse et insupportable, comme avec une décharge électrique, peut durer de 10 à 15 secondes, parfois plusieurs minutes et, atteignant un pic, elle diminue.

Ces attaques peuvent aller de 1 à 10 à une centaine par jour. L'exacerbation de la maladie se produit pendant la saison froide. Pendant toute la durée de la maladie, le lieu de la douleur et sa direction restent inchangés.

Facteurs provocateurs

Le début d'une attaque peut déclencher n'importe quel facteur:

  • bâillement;
  • mastication;
  • la lessive;
  • brossage de dents;
  • nourriture chaude ou froide;
  • lumière brillante;
  • toucher le bout du nez, la lèvre supérieure (zones de déclenchement);
  • juste une conversation.

La chair de poule et les démangeaisons signifient le début d'une attaque.

Ce qui accompagne une attaque

Pendant une attaque, des larmoiements et une salivation sévère peuvent commencer, les patients ont des contractions incontrôlées de leurs muscles faciaux ou à mâcher, les patients essaient de ne plus bouger leurs muscles faciaux, ils ne pleurent pas de douleur et ne crient pas. La nuit pendant le sommeil, la névralgie ne dérange jamais le patient.

Névralgie intercostale

Symptômes et déclencheurs

Les symptômes de névralgie intercostale sont notés par une douleur dans la zone thoracique qui se produit

  • en toussant;
  • en éternuant
  • pendant l'effort physique;
  • avec une profonde inspiration.

Parfois, il semble aux patients que la côte s'est accrochée à une autre côte. Une personne ne peut tout simplement pas respirer profondément à cause d'une douleur brûlante. En plus de localiser la douleur dans l'espace intercostal, la douleur peut se déplacer le long du nerf malade, répondant sous l'omoplate, dans le cou, dans le dos, dans la région du cœur et des lombaires.

Parfois, dans la zone de la pâleur nerveuse étranglée de la peau ou une rougeur est observée. La douleur dans la névralgie intercostale est constante, sans attaques, brûlures.

Qui est affecté

Cette maladie se rencontre le plus souvent chez les patients atteints d'ostéochondrose de la colonne vertébrale thoracique, chez les hommes et les femmes d'âge moyen et de vieillesse, dont le mode de vie est associé à l'hypothermie et à un effort physique excessif. Chez les enfants et les nouveau-nés ne se produit pas.

Névralgie sciatique

Symptômes

Les symptômes de la névralgie du nerf sciatique ont leurs propres caractéristiques:

  • douleur perçante dans le lombo-sacré, brûlure;
  • la douleur se propage sur toute la longueur de la jambe jusqu'aux orteils;
  • orteils insensibles, engourdis;
  • sensation de froid dans le membre affecté;
  • dans les zones touchées, la sensibilité est réduite;
  • la douleur augmente en marchant.

Habituellement, un seul nerf est affecté, d'un côté. Des deux côtés, c'est extrêmement rare. Le syndrome douloureux peut être si élevé que le patient ne peut bouger ni le tronc ni les membres. Même un simple soupir intensifie la douleur. La sensibilité de la peau est altérée par la longueur du nerf sciatique: du lombaire aux fesses et plus loin le long de la jambe jusqu'au bout des doigts.

Ce qui accompagne une attaque

Une telle maladie commence à se manifester par des picotements et des brûlures dans la région lombo-sacrée. Un léger inconfort se transforme en douleur intense, se propageant rapidement aux fesses, à l'arrière de la cuisse et au bas de la jambe. Pas trouvé chez les nouveau-nés.

Névralgie occipitale

Symptômes

Le principal symptôme de la névralgie du nerf occipital est un mal de tête, sévère, brûlant, lancinant, souvent prolongé. Si la maladie commence à progresser, la douleur devient constante et les crises s'accompagnent toujours de

Lieux d'origine et propagation de la douleur

Commençant toujours à la base du crâne, à l'emplacement des deuxième et troisième vertèbres cervicales, la douleur peut se propager à différentes parties de la tête. Des crampes souvent douloureuses sont observées dans la région frontale, au niveau des tempes et des yeux, ce qui est très similaire à la migraine. Cependant, chaque patient présente des symptômes individuels. Le plus souvent, la douleur survient d'un côté de la colonne cervicale, mais il y a des moments où des deux côtés du cou.

Facteurs provocateurs

Parfois, comme pour la névralgie du trijumeau, les spasmes douloureux provoquent des mouvements du cou. Toucher le cuir chevelu (peigner) peut provoquer des douleurs..

Conséquences possibles

Une telle maladie menace de restreindre les mouvements du cou.

Névralgie glossopharyngée

Symptômes

La maladie de ce nerf est rare, les personnes d'âge moyen et plus en souffrent, femmes et hommes. Cette maladie se caractérise par une douleur soudaine dans les amygdales et la racine de la langue, donnant dans la gorge, le palais, dans l'angle de la mâchoire inférieure, la surface latérale de la région cervicale, le canal auditif externe.

Ce qui accompagne une attaque

  • Tousser;
  • rougeur faciale;
  • affaiblissement du pouls;
  • réduction de pression;
  • faiblesse musculaire.

Des évanouissements peuvent survenir.

Durée de la crise de douleur

Une douleur d'intensité variable dure jusqu'à 2 minutes. De tireurs à peine perceptibles à brûlants.

Facteurs provocateurs

La zone, dont le contact provoque une attaque, peut être située non seulement dans la zone de la racine de la langue, mais également au-delà, par exemple, sur le menton. Les spasmes douloureux provoquent la déglutition de la salive, la toux, le rire, le bâillement, la conversation et la nourriture amère. L'exacerbation de la maladie se produit pendant la saison froide.

Névralgie ptérygopalatine

Les symptômes et les lieux de douleur se propagent

Le tableau clinique de la névralgie ptérygopalatine est caractérisé par une douleur brûlante paroxystique perçante dans la mâchoire supérieure, la racine du nez, dans le coin interne de l'œil, suivie d'une pénétration dans le temple, l'oreillette, la langue, l'arrière de la tête et du cou, s'étendant au bras et, très rarement, à la moitié entière du corps..

Ce qui accompagne une attaque

  • rougeur des yeux;
  • larmoiement
  • gonflement du visage;
  • augmentation de la salivation
  • écoulement accru du nez;
  • fermeture spastique des paupières (blépharospasme).

Les attaques tourmentantes surviennent souvent la nuit et durent de quelques minutes à plusieurs heures, accompagnées d'étouffement, de nausées, de vertiges.

Une série d'exacerbations laisse place à une rémission. Le blépharospasme gâte l'apparence des femmes. Chez les nouveau-nés, ce type de névralgie ne se produit pas.

Facteurs provocateurs

La douleur peut survenir à cause d'un gonflement de la muqueuse nasale.

TOP 25 des maladies de la colonne vertébrale: tous les noms, une liste complète des maladies du dos, des symptômes, des causes, du traitement

Bardukova Elena Anatolyevna
neurologue, homéopathe, expérience de travail 23 ans
✔ Article vérifié par un médecin

Rhumatologue japonais célèbre: «CECI EST MONSTÈRE! Les méthodes russes de traitement des articulations et de la colonne vertébrale ne sont que déroutantes. Découvrez ce que les médecins proposent pour traiter le dos et les articulations en Russie: Voltaren, Fastum gel, Diclofenac, Milgamma, Dexalgin et d'autres médicaments similaires. Cependant, ces médicaments NE TRAITENT PAS LES ARTICULATIONS ET LE DOS, ils ne soulagent que les symptômes de la maladie - douleur, inflammation, gonflement. Imaginez maintenant cela. Lisez l'interview complète.

Toutes les maladies de la colonne vertébrale sont la conséquence de causes externes et internes qui affectent le développement d'une maladie. Par exemple, la scoliose survient souvent dans l'enfance et les pathologies articulaires sont héréditaires, se propageant plus loin à la colonne vertébrale. Les symptômes de l'ostéochondrose apparaissent après 25-30 ans, et sa complication la plus connue est l'hernie discale. Parfois, quand cela se produit, un traitement chirurgical est nécessaire.

Les blessures au dos peuvent provoquer un déplacement des vertèbres, un pincement des nerfs et une douleur intense. Selon le type et la localisation du processus pathologique, les patients présentent différents symptômes: de la tension musculaire à l'immobilité complète ou partielle d'éléments individuels de la colonne vertébrale. Afin de mieux comprendre les noms des maladies, vous pouvez vous familiariser avec les termes, concepts et symptômes cliniques de base.

Il existe un nombre important de différentes maladies de la colonne vertébrale.

Dans la pratique médicale, il existe un terme tel que dorsopathie. Il s'agit d'une désignation collective de toutes les maladies de la colonne vertébrale, accompagnée de douleurs. De la langue latine, le concept peut être traduit par «souffrance» ou «pathologie» du dos.

Arthrite vertébrale

Le mot «arthrite» signifie littéralement «inflammation de l'articulation», mais en fait c'est une pathologie systémique qui affecte la colonne vertébrale humaine. Les «changements» auto-immuns dans le corps, entraînant des changements dégénératifs-dystrophiques dans la colonne vertébrale, sont considérés comme l'une des principales raisons du développement de toute arthrite..

Qu'est-ce que l'arthrite vertébrale

Les signes d'arthrite comprennent:

  • syndrome de douleur persistante, qui dépend de la localisation du processus;
  • faiblesse musculaire;
  • restriction de la mobilité de la zone touchée (surtout le matin);
  • œdème des tissus mous;
  • crunch artificiel dans les articulations, même avec un effort physique mineur.

Le diagnostic de la maladie est difficile dans un premier temps car les symptômes sont facilement confondus avec les manifestations de l'ostéochondrose. Le diagnostic correct ne peut être posé que par des médecins expérimentés sur la base d'un examen clinique approfondi du patient.

Arthrose vertébrale

L'arthrose de la colonne vertébrale se développe principalement chez les personnes âgées. Si dans l'arthrite les ligaments, les disques et le tissu cartilagineux sont impliqués dans le processus pathologique, en cas d'arthrose, le corps vertébral commence à s'effondrer. Les manifestations de la maladie sont les suivantes:

  • douleur persistante dans le dos;
  • contrairement aux hernies ou autres maladies associées à la colonne vertébrale, il y a une localisation claire de la douleur, sans "recul" sous les côtes, dans la jambe, etc.;
  • il y a une déformation dans la zone touchée, accompagnée d'une altération de la posture;
  • des excroissances osseuses (ostéophytes) se forment sur les corps vertébraux;
  • les mouvements sont si difficiles que la flexion et l'extension complètes du dos affecté ne sont plus possibles.

Qu'est-ce que l'arthrose vertébrale

Parfois, les ostéophytes, proliférations pathologiques du tissu osseux, sont dangereux pour les organes internes ou les voies nerveuses de conduction. Cela peut servir d'indication pour une intervention chirurgicale..

Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante - spondylarthrite ankylosante, c'est-à-dire une inflammation de l'appareil articulaire, conduisant à sa fusion (ankylose). À mesure que la pathologie progresse, la mobilité de la colonne vertébrale devient de moins en moins, car le «cadre» des articulations fusionnées limite progressivement l'amplitude des mouvements.

Ce type d'arthrite est une maladie rare qui survient principalement chez les hommes âgés de 15 à 30 ans. Les femmes tombent moins souvent malades. Parmi les médecins, il y a une opinion que dans le développement de la spondylarthrite ankylosante, un rôle important est joué par les réactions auto-immunes, héritées.

La spondylarthrite ankylosante se caractérise par un tableau clinique général:

  • «raideur» matinale lors des mouvements;
  • douleur dans la région lombo-sacrée, s'étendant à la cuisse et aux jambes. La nuit, ils deviennent plus forts;
  • douleur dans la colonne thoracique;
  • manifestations spécifiques qui se reflètent sur les jambes: les patients développent une douleur intense dans la région du talon;
  • une analyse de sang montre un niveau élevé d'ESR (40 mm / heure ou plus).

Spondylarthrite ankylosante - qu'est-ce que c'est

Quelles sont les formes de spondylarthrite ankylosante? Il existe une classification qui décrit plusieurs de ses types:

  • central. Seule la colonne vertébrale est affectée. Le développement est lent et caché, avec l'apparition de douleurs dans la région sacrée, qui se sont ensuite propagées vers le haut. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des courbures pathologiques se produisent sur le dos: la colonne cervicale se penche en avant et la cage thoracique en arrière;
  • rhizomyélique. La pathologie capture non seulement le dos, mais aussi les grosses articulations (hanche et épaule);
  • périphérique. La première chose impliquée dans le processus est les articulations sacro-iliaques, et après un certain temps, une arthrose systémique se produit, affectant les articulations du genou et de la cheville. La forme périphérique se retrouve souvent à l'adolescence;
  • Scandinave. La clinique ressemble à la vue précédente, mais avec son développement, des dommages aux petites articulations articulaires des pieds et des mains se produisent..

Spondylarthrite ankylosante - une maladie incurable, lorsque la «colonne vertébrale» est effacée et qu'une personne perd la capacité de se déplacer normalement.

Les organes internes d'une personne sont impliqués dans le processus. Si le cœur est affecté, une myocardite ou une inflammation de la valve aortique peut survenir. Parfois, le pancréas ou les reins s'enflamment. Une complication fréquente est une déficience visuelle sous forme d'iritis ou d'iridocyclite, lorsque des lésions des membranes oculaires et de la pomme commencent..

Hernie discale

Une hernie discale est l'un des derniers stades de l'ostéochondrose. (complication grave). Avec une saillie herniaire, l'anneau fibreux se brise et la substance déformée qui était à l'intérieur du disque s'étend au-delà de la colonne vertébrale.

Quels sont les types de saillie herniaire? Une telle pathologie est rare dans la colonne vertébrale thoracique, car ici la mobilité des vertèbres est minime. Si la maladie affecte le cou, les symptômes sont très désagréables:

  • maux de tête;
  • hypertension artérielle;
  • Sensations de "tir" qui trahissent les tempes, la mâchoire;
  • bruit dans les oreilles.

À quoi ressemble une hernie discale?

Les hernies qui se développent dans la région lombo-sacrée ne sont pas moins douloureuses. C'est l'endroit le plus fréquent de leur localisation, car la charge principale lors de la marche et de la levée de poids repose sur le bas du dos. Les formations de disques sont grandes et larges ici, elles s'usent plus rapidement que les autres, donc le risque de saillie est très élevé. Le plus souvent, les symptômes sont:

  • douleur constante dans le dos, s'étendant jusqu'à la cuisse, le bas de la jambe et le pied;
  • tension musculaire
  • démarche altérée, boiterie.

Dans les cas graves, lorsqu'il y a un fort pincement de la racine nerveuse ou qu'une hernie est dirigée vers la moelle épinière, une personne ne peut même pas marcher. Avec un cours compliqué, les patients ont un risque accru de développer une paralysie des membres inférieurs. Afin d'éviter de telles conséquences, ils ont parfois recours à la chirurgie.

Plus d'informations dans cet article:

Hernie de Schmorl

Il s'agit d'une hernie intervertébrale, le plus souvent asymptomatique. Le lieu de son apparition est la partie du disque tournée vers la vertèbre. Habituellement, une saillie la pousse, mais les gens n'ont aucune douleur.

L'éducation elle-même est rarement importante et, dans la plupart des cas, ne nécessite aucun traitement. Le plus souvent, il s'agit d'une pathologie congénitale..

Excellent article sur le sujet:

Sciatique

Sciatique, ou radiculite lombo-sacrée - inflammation du nerf sciatique. C'est l'une des formations nerveuses les plus grandes et les plus longues de notre corps. Des chemins jumelés traversent toutes les fesses le long de l'arrière de la jambe.

Le nerf sciatique peut devenir enflammé en raison d'un certain nombre de pathologies et de causes:

  • hernie de la colonne lombaire;
  • hypothermie;
  • surcharge physique;
  • ostéochondrose;
  • maladies infectieuses;
  • tumeurs.

À quoi ressemble l'inflammation du nerf sciatique?

Le principal symptôme de la sciatique est une douleur aiguë dans le bas du dos, donnant le long du nerf sciatique (dans la cuisse, le bas de la jambe). L'attaque est comme «renverser», et le membre peut temporairement perdre en sensibilité et en fonctions motrices.

Avec la radiculite avec syndrome de douleur radiculaire sévère ont un cours paroxystique. Ils deviennent plus petits au repos et augmentent pendant le mouvement. Dans les cas graves, il y a violation des fonctions des organes pelviens (par exemple, miction involontaire et excrétion de matières fécales).

Bon article pour continuer:

Cyphose

Histoires de lecteurs: Comment j'ai aidé maman à guérir les articulations. Ma mère a 79 ans, toute sa vie elle a travaillé comme professeur de littérature. Quand elle a commencé les premiers problèmes de dos et d'articulations, elle me les a simplement cachés pour que je ne gaspille pas d'argent en médicaments. Maman a essayé d'être traitée uniquement avec des décoctions de racine de tournesol, ce qui, bien sûr, n'a pas aidé. Et lorsque la douleur est devenue insupportable - j'ai emprunté à un voisin et acheté des analgésiques dans une pharmacie. Quand un voisin m'en a parlé, au début, je me suis un peu mis en colère contre ma mère - j'ai pris congé du travail et je suis immédiatement venue vers elle en taxi. Le lendemain, j'ai donné rendez-vous à ma mère avec un rhumatologue dans une clinique rémunérée, malgré ses demandes de ne pas faire de folies. Le médecin a diagnostiqué l'arthrite et l'ostéochondrose. Il m'a prescrit un traitement, mais ma mère a immédiatement protesté, ce qui était trop cher. Ensuite, le médecin est entré dans la situation et a proposé une option alternative - l'éducation physique à domicile et une préparation à base de plantes. Cela s'est avéré moins cher que les injections avec des chondroprotecteurs et n'a même pas provoqué d'effets secondaires possibles. Elle a commencé à utiliser le médicament et à suivre une thérapie physique. Quand je me suis arrêté près d'elle quelques jours plus tard, je l'ai trouvée dans le jardin. Elle a attaché les tomates et a apparemment déjà réussi à faire beaucoup. Elle m'a rencontré avec un sourire. J'ai compris: la drogue et l'éducation physique ont aidé, la douleur et l'enflure ont disparu. » Lire la suite "

Avec la cyphose, il y a une courbure de la colonne vertébrale thoracique vers l'extérieur. Parmi les causes de son apparition, on distingue:

  • facteurs héréditaires;
  • blessures musculo-squelettiques;
  • le corps prolongé reste dans la mauvaise position.

Qu'est-ce que la cyphose?

Des formes légères de cyphose sont souvent détectées chez les enfants et les adolescents lors d'examens médicaux dans les écoles. Le plus souvent, cette pathologie survient à l'âge de 11 à 15 ans, lorsque le squelette se développe et se forme activement. Le principal symptôme de la cyphose, qui peut être vu par d'autres, est un arceau de gravité variable.

Si la cyphose progresse, une personne peut développer une bosse. Ceci est lourd de racines et de terminaisons nerveuses pincées, ainsi que d'une violation de l'activité des organes internes. Au fil du temps, des problèmes cardiaques et pulmonaires peuvent apparaître. La prévention doit être prise en compte dès l'âge scolaire..

Lordose

Il s'agit d'un pli pathologique de la colonne vertébrale vers l'avant. Les causes d'apparition sont les mêmes que pour la cyphose. Visuellement, cela ressemble à une violation de la posture et de la démarche: une personne marche, pousse son ventre en avant, incapable de se redresser.

Qu'est-ce que la lordose

Comme pour les autres types de déformations vertébrales (selon le degré de pathologie), des maladies cardiovasculaires, des problèmes respiratoires et d'autres organes internes peuvent survenir.

Scoliose

La scoliose ne doit pas être confondue avec la lordose ou la cyphose. Il s'agit d'une courbure de la colonne vertébrale vers la gauche ou la droite. Le plus souvent touché est le thorax ou le lombaire.

Qu'est-ce que la scoliose

La scoliose visuelle est déterminée immédiatement: le corps semble asymétrique, avec une pente caractéristique vers la courbure. Parmi les causes figurent des facteurs héréditaires et des maladies systémiques sévères de diverses étiologies.

Lumbago, ischialgie lombaire

Nom général de la douleur soudaine, sévère et paroxystique qui survient avec une radiculite de la colonne lombaire. A propos du lumbago et de l'ischialgie lombaire parler en cas de pincement du nerf sciatique.

Le mot «mal de dos» est communément appelé lumbago ou ischialgie lombaire - provoquant une douleur aiguë au bas du dos qui survient avec une radiculite.

Mal de dos - un symptôme commun de nombreuses maladies du dos

Lire la suite:

Myosite

Inflammation des muscles squelettiques. La myosite fait rarement référence à des maladies «auto-produites». En règle générale, il s'agit d'une pathologie secondaire qui apparaît lors de processus dégénératifs chroniques dans le dos:

  • arthrite;
  • arthrose;
  • saillies et hernies intervertébrales.

La myosite est une inflammation de certains groupes musculaires du dos

  • douleur le long du muscle squelettique, aggravée pendant le mouvement;
  • gonflement au site de l'inflammation;
  • tension musculaire.

Facteurs contribuant à l'exacerbation de la myosite - hypothermie, humidité, humidité, stress mental et physique.

Un article intéressant à poursuivre:

Tumeur vertébrale

Les tumeurs rachidiennes appartiennent également à des processus secondaires et surviennent rarement seules. Le plus souvent, les tumeurs cancéreuses des organes pelviens, des cavités thoraciques et abdominales se métastasent dans la colonne vertébrale. La maladie s'accompagne d'un syndrome douloureux persistant et atroce, difficile à arrêter avec des analgésiques..

Parfois, des formations tumorales primaires apparaissent dans la région de la moelle épinière et de ses racines. En règle générale, ce problème est résolu à l'aide d'une intervention chirurgicale, après un examen approfondi et une consultation d'un oncologue.

Dans les processus malins, en fonction du stade du cancer et de l'état général du patient, la radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées.

L'ostéoporose

Il s'agit d'une maladie systémique des os de la colonne vertébrale et de l'ensemble du squelette. Elle survient à la suite d'une carence en calcium ou en vitamine D, qui est responsable de l'absorption du Ca dans le corps humain. Les os deviennent plus minces et si fragiles que la moindre blessure ou ecchymose peut entraîner de graves fractures..

Dans 80% des cas, l'ostéoporose affecte les femmes après l'âge de 50 ans. Cela est dû au fait qu'à la ménopause, des changements hormonaux se produisent, entraînant une diminution de la production naturelle de calcium. Les hommes de 60 ans et plus sont également à risque..

L'ostéoporose touche le plus souvent les femmes après la ménopause

L'une des complications les plus graves de l'ostéoporose est une fracture de compression de la colonne vertébrale. Elle peut survenir même avec un léger effort physique ou des blessures. Ce n'est pas pour rien que l'ostéoporose a reçu le nom du peuple: "une maladie dans laquelle la colonne vertébrale s'effrite". Cela est dû au fait que lors de la lixiviation du calcium des os, ils deviennent si minces qu'ils peuvent en fait «s'effriter» au moindre impact mécanique..

L'ostéoporose est une pathologie chronique incurable, mais elle peut être arrêtée en prenant régulièrement les types de médicaments suivants:

  • Vitamine D;
  • préparations de calcium;
  • bisphosphonates.

Ostéophytes

Croissances pathologiques sur les corps vertébraux. Ils surviennent avec des formes avancées de spondylarthrose et d'autres pathologies graves. Dans certains cas, ils ne dérangent pas du tout une personne, mais ne sont détectés que sur des radiographies. Et dans les cas plus graves, les ostéophytes peuvent provoquer de fortes douleurs et aggraver la restriction de mobilité en raison de la compression des racines nerveuses dans la moelle épinière.

Que sont les ostéophytes

En règle générale, ils sont traités avec un traitement traditionnel. Si ces méthodes n'aident pas, une opération chirurgicale est alors prescrite..

Ostéochondrose

Il s'agit d'un ensemble de processus dégénératifs dans la colonne vertébrale. Tout d'abord, cela est dû à l'usure progressive de l'appareil ligamentaire, y compris le cartilage et les disques. Les dommages aux éléments de la colonne vertébrale peuvent entraîner des saillies, des hernies et des douleurs persistantes dues au pincement des racines nerveuses.

Les gens appellent l'ostéochondrose sous une forme abrégée - la chondrose. Les principaux symptômes de la maladie:

  • Douleur aiguë, coupante et impulsive dans la colonne vertébrale. Ces douleurs sont bien traitées avec des analgésiques et des AINS..
  • Piratage et engourdissement des jambes et des bras.
  • Inflammation et crampes des muscles du dos.
  • Maux de tête, nausées, hypertension artérielle.
  • La sensation de "chair de poule".
  • Problèmes de transpiration.

Ostéochondrose - une maladie fréquente de la colonne vertébrale

Important! L'ostéochondrose peut précéder l'apparition d'une protrusion, d'une hernie intervertébrale et d'une radiculite. Si la douleur dérange une personne pendant plus de 2 semaines d'affilée, c'est l'occasion de consulter un neurologue ou un vertébrologue pour le diagnostic et la prescription du bon traitement.

Sans traitement, cela peut entraîner une atrophie musculaire et une invalidité..

Lisez un article très utile:

Blessures et fracture de la colonne vertébrale

Il existe plusieurs types de blessures:

  • ecchymoses. Ce sont des dommages aux tissus mous et aux vaisseaux sanguins qui se produisent avec l'action à court terme d'un facteur traumatique;
    Même une blessure au dos normale peut provoquer le développement de maladies de la colonne vertébrale
  • étirement (ou distorsion). Blessure plus grave. Le facteur agit longtemps: toute force de traction dépassant le poids d'une personne. Déchirure possible des muscles du dos et des ligaments;
  • luxations et fractures. Les blessures les plus graves nécessitant un alitement prolongé (parfois 2 à 3 mois, surtout si une intervention chirurgicale a été effectuée avec stabilisation ultérieure de la colonne vertébrale).

Radiculite lombo-sacrée

Traduit du latin, le mot radicis signifie "racine nerveuse". Les symptômes de la maladie sont les mêmes que pour la sciatique. Avec l'inflammation des racines nerveuses, le nerf sciatique est toujours affecté, provoquant des symptômes caractéristiques avec une irradiation étendue le long de ses branches.

Fondamentalement, cette maladie a une nature chronique avec des exacerbations, ce qui aggrave considérablement le mode de vie du patient. La principale cause de radiculite est l'ostéochondrose.

Avec la radiculite, le patient a souvent un lumbago

Le plus souvent, la sciatique affecte la colonne lombaire, car le lombaire a la plus grande charge.

La maladie est traitée avec succès avec des médicaments. La chirurgie est très rare.

Un article intéressant à poursuivre:

Saillie

L'une des étapes de l'ostéochondrose, lorsqu'elle se déforme progressivement au fur et à mesure que l'anneau fibreux du disque intervertébral s'use. La différence entre la saillie et la hernie est que le contenu de la membrane n'est pas encore sorti.

Le développement de la protrusion est un long processus composé de trois étapes:

  • 1er étage. Détérioration (jusqu'à 70%) du disque intervertébral. Des fissures apparaissent dans l'anneau fibreux du disque. Le noyau pulpeux se déplace dans la direction où la résistance est la plus faible. Le patient ressent une douleur aiguë et des crampes musculaires.
  • 2 étages. Le disque intervertébral commence à faire saillie, étirant l'anneau fibreux (jusqu'à 2-3 mm). Le patient ressent une douleur intense et la sensibilité des tissus s'aggrave. Déficit de mobilité se développe.
  • 3 étages. Il s'agit d'un degré extrême de saillie, après quoi une hernie intervertébrale apparaît toujours. Une forte protrusion du disque apparaît. Le patient a une douleur aiguë dans le dos, ce qui donne à la jambe. Un engourdissement des jambes se développe. Malheureusement, mais seulement à ce stade de la saillie, de nombreux patients se tournent vers des spécialistes.

Photos des étapes de saillie

En cas de saillie non traitée, une hernie intervertébrale apparaît avec une rupture de l'anneau fibreux et un prolapsus du noyau pulpeux. Dans ce cas, un pincement des terminaisons nerveuses apparaîtra, ce qui provoquera des douleurs douloureuses et aiguës, une détérioration du système génito-urinaire et une diminution de la sensibilité des membres. Dans les cas graves, un traitement chirurgical est prescrit..

N'oubliez pas de lire un bon article:

Cancer de la colonne vertébrale

Comme déjà mentionné, le cancer est rarement le principal processus dans la colonne vertébrale. Les cancers, ou métastases, sont le résultat du fait que les cellules malignes avec le flux sanguin se propagent dans tout le corps, se localisant dans la colonne vertébrale et provoquant des métastases secondaires.

Syndrome de l'articulation facettaire

Que sont les articulations à facettes? Littéralement, ils se traduisent par «des articulations avec un petit visage». Ils se trouvent dans de nombreuses parties de la colonne vertébrale et contribuent à l'amplitude normale des mouvements (torsion, rotation).

Le syndrome de l'articulation des facettes est un mécanisme de défense dans lequel des crampes apparaissent dans les muscles entourant les articulations des facettes enflammées. Malgré cela, cette pathologie n'affecte pas négativement les racines nerveuses de la colonne vertébrale..

À quoi ressemble le syndrome de l'articulation facettaire

Les exacerbations de la maladie apparaissent de façon imprévisible: 2 à 3 fois par mois ou quelques fois par an. De nombreux patients commencent à penser que ces douleurs provoquent un stress, qu'il est nécessaire de traiter la tête.

Au stade aigu, les patients ressentent une douleur locale dans la zone touchée. Se pencher en arrière est plus douloureux qu'en avant. La douleur dans la région lombaire peut donner à la région fessière et inférieure, le long de l'arrière de la cuisse jusqu'au pied. En position assise, la douleur est bien pire.

Souvent, la maladie est confondue avec une hernie discale, des fractures ou des infections de la cavité abdominale. Par conséquent, un diagnostic différentiel approfondi est nécessaire. Se produit le plus souvent chez les personnes âgées.

Le syndrome de l'articulation de la facette est traité avec des corticostéroïdes hormonaux, des AINS et des blocages thérapeutiques. La thérapie manuelle donne de bons résultats..

Spondylose

La spondylose est une maladie chronique dans laquelle la nutrition du disque intervertébral empire. Une détérioration de la mobilité vertébrale se développe. Le plus souvent, la maladie apparaît après des blessures au dos ou une surcharge extrême de la colonne vertébrale. La spondylose touche le plus souvent les hommes d'âge moyen.

Avec la spondylose, des excroissances osseuses (ou ostéophytes) apparaissent sur les bords des vertèbres, perturbant l'innervation et la circulation sanguine.

Pour la thérapie, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, des blocages analgésiques, une thérapie par l'exercice sont utilisés. Dans les cas graves, la chirurgie est indiquée..

Important! La spondylose se développe très lentement, donc lorsque le traitement est commencé à temps, la maladie est traitée avec beaucoup de succès.

Spondylarthrose

Changements dégénératifs se produisant dans l'appareil ligamentaire de la colonne vertébrale, conduisant à une immobilisation complète ou partielle. C'est l'un des types d'ostéoarthrose et l'un des stades tardifs et sévères de l'ostéochondrose.

Avec la maladie, la douleur apparaît qui s'intensifie avec l'activité motrice et diminue dans un état calme. Avec le développement de la maladie, une raideur dans le corps le matin se développe, qui disparaît en une heure. Si la maladie devient sévère, des symptômes neurologiques apparaissent.

À quoi ressemble la spondylarthrose?

Le plus souvent, la maladie apparaît chez les patients de plus de 60 ans. Malheureusement, avec un diagnostic standard, cette maladie ne peut pas être détectée..

La spondylarthrose est traitée avec succès par la physiothérapie, le blocage de la novocaïne et les procédures physiothérapeutiques. Dans les cas particulièrement graves, une intervention chirurgicale est prescrite.

Sténose vertébrale

Une sténose (ou rétrécissement) du canal rachidien peut survenir avec toute pathologie systémique du système musculo-squelettique. En règle générale, il se manifeste par un syndrome douloureux sévère avec un engourdissement des membres. Parfois, il y a une violation du système génito-urinaire (si le canal se rétrécit dans le sacrum ou le bas du dos).

Sténose vertébrale

Comment identifier la pathologie et l'éliminer? Habituellement, les médecins utilisent des méthodes de diagnostic fonctionnelles et, si nécessaire, effectuent une opération chirurgicale simple, après quoi le patient est renvoyé à la maison pendant 4-5 jours.

Ostéoarthrose de la colonne vertébrale

L'ostéoarthrose est une inflammation du cartilage et des ligaments, entraînant une douleur intense et une mobilité limitée. Pathologie systémique affectant à la fois les grosses articulations du squelette et la colonne vertébrale dans son ensemble.

Les principales causes de la maladie sont les maladies auto-immunes et infectieuses, les blessures au dos de tout âge, l'ostéoporose. Le plus souvent, la maladie apparaît chez les femmes de plus de 40 ans en raison de la ménopause.

Qu'est-ce que l'ostéoarthrose de la colonne vertébrale

Cette maladie diffère de l'arthrose en ce que l'intégrité du tissu osseux est toujours violée avec elle. Par conséquent, l'ostéoarthrose est également appelée arthrose déformante..

La maladie est traitée avec un traitement conservateur, ainsi que des exercices thérapeutiques, de la physiothérapie, des massages.

Méthodes de diagnostic

Pour diagnostiquer une maladie particulière, le médecin examine d'abord le patient, puis lui ordonne de subir un ou plusieurs types d'études. Pour confirmer ou exclure l'aide au diagnostic:

  • examen externe, palpation;
  • Examen aux rayons X;
  • Ultrason
  • Tomodensitométrie;
  • Imagerie par résonance magnétique;
    Comment est une IRM de la colonne vertébrale
  • densitométrie;
  • analyses sanguines générales et détaillées.

Les principales méthodes de traitement

À de rares exceptions près, pour la plupart des maladies du dos, une liste standard de médicaments est utilisée;

  • analgésiques (Analgin, Pentalgin);
  • anesthésiques (lidocaïne, novocaïne);
  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Diclofenac, Voltaren, Ketorolac, Diclac, Arthrosan, Meloxicam);
    Le méloxicam est une nouvelle génération d'AINS
  • hormones de courte durée (Dexamethasone, Prednisone);
  • Vitamines B (Milgamma, Combilipen);
  • antispasmodiques et relaxants musculaires (No-shpa, Midokalm, Sirdalud).

Les médicaments sont prescrits sous forme de comprimés, de pommades, de suppositoires ou d'injections intramusculaires. Parfois, des blocages thérapeutiques sont prescrits: le médicament est injecté avec une aiguille spéciale dans la zone proche du canal rachidien.

Les méthodes non pharmacologiques comprennent:

  • massage;
  • acupuncture;
  • traction vertébrale;
  • remèdes populaires;
  • Thérapie par l'exercice;
  • physiothérapie;
  • thérapie manuelle.

Excellent article sur le sujet:

Prévention et conseil des médecins

Afin de maintenir la santé de la colonne vertébrale, vous devez reconsidérer votre mode de vie et votre nutrition. Plus tôt des mesures préventives seront prises, plus le processus de récupération deviendra facile:

  • bouger davantage, faire des exercices thérapeutiques;
  • s'inscrire au pool;
  • exclure du régime les fast-foods et les boissons contenant des colorants;
  • renoncer aux mauvaises habitudes;
  • ne soulevez pas des poids seuls;
  • utiliser régulièrement l'applicateur Kuznetsov;

Toutes les maladies de la colonne vertébrale, quelles que soient les raisons, le nom et la localisation, s'accompagnent de douleurs dans le dos et le cou, de crampes musculaires, de pincements des nerfs. Les symptômes désagréables ne sont pas toujours associés à des formes complexes de hernies discales ou à des maladies articulaires graves, une simple prévention peut donc être la meilleure raison de guérison. Si vous souffrez d'ostéochondrose, assurez-vous de faire de l'exercice pour faire face à la maladie en consommant moins de comprimés..

Avec les blessures vertébrales, un traitement à long terme est nécessaire, mais il est important de développer la colonne vertébrale pendant la période de récupération pour éviter l'immobilité et revenir à une vie pleine.

Si un enfant a reçu un diagnostic de scoliose dans l'enfance - le plus tôt il commence à pratiquer des exercices thérapeutiques et à nager, mieux c'est. Ce n'est qu'en combinaison avec une position active que les processus dégénératifs peuvent être résistés et ainsi maintenir la santé.

Conclusions et conclusions

De quoi nos médecins russes sont-ils silencieux? Pourquoi dans 90% des cas, les médicaments ne donnent qu'un effet temporaire?

Malheureusement, la majorité des remèdes pour «traiter» les maladies du dos et des articulations qui sont annoncés à la télévision et vendus dans les pharmacies sont un divorce complet.

Au début, il peut sembler que les crèmes et les onguents aident, mais en fait, ils ne soulagent que temporairement les symptômes de la maladie.

En termes simples, vous achetez le médicament analgésique habituel et la maladie continue de se développer pour passer à un stade plus sévère. La douleur ordinaire peut être le symptôme de maladies plus graves:

  • dystrophie du tissu musculaire dans les fesses, les cuisses et le bas des jambes;
  • nerf sciatique pincé;
  • le développement de l'arthrite, de l'arthrose et des maladies apparentées;
  • douleur aiguë et aiguë - mal de dos, qui conduit à une radiculite chronique;
  • le syndrome de la queue de cheval, qui entraîne une paralysie des jambes;
  • impuissance et infertilité.

Comment être? - tu demandes. Nous avons étudié une énorme quantité de matériaux et surtout testé dans la pratique la plupart des médicaments pour le traitement des maladies de la colonne vertébrale et des articulations. Il s'est donc avéré que le seul nouveau remède qui ne supprime pas les symptômes, mais qui guérit vraiment, est un médicament qui n'est pas vendu dans les pharmacies et qui n'est pas annoncé à la télévision! Pour que vous ne pensiez pas qu'on vous injecte un autre «remède miracle», nous ne vous dirons pas ce qu'est un médicament efficace. Si vous êtes intéressé, vous pouvez lire vous-même toutes les informations à ce sujet. Voici le lien".

Liste de références

  1. Evgeny Cherepanov "École" Colonne vertébrale saine ", 2012;
  2. Alexey Ivanchev «Spine. Health Secrets», 2014;
  3. Victoria Karpukhina «Santé de la colonne vertébrale. Systèmes Popov, Bubnovsky et autres méthodes de guérison», 2014;
  4. Yuri Glavchev «Colonne vertébrale - le provocateur de toutes les maladies», 2014;
  5. Stephen Ripple "La vie sans maux de dos. Comment soigner la colonne vertébrale et améliorer le bien-être général", 2013;
  6. Galli R.L., Spite D.U., Simon R.R. "Orthopédie d'urgence. Colonne vertébrale.", 1995.

commentaires
_________________________________

Elena

Lisez mieux ce qu'un célèbre professeur dit sur le traitement de votre dos et de vos articulations. J'ai souffert pendant plusieurs années - mal de dos soudain, inconfort constant, fatigue chronique. Des consultations sans fin par des médecins, des pilules, des onguents et des gels n'ont pas résolu mes problèmes. MAIS grâce à un remède simple, mon dos va bien et je me sens comme une personne en parfaite santé. Maintenant, mon médecin traitant se demande comment c'est. L'autre jour, j'ai été agréablement surpris lorsque j'ai vu que des experts aussi célèbres avaient déjà commencé à en parler. Voici le lien vers l'article avec le médecin.

Neurologie des troubles de la colonne vertébrale

Maux de dos: un regard de neurologue
________________________________________
T.G. Voznesenskaya

Département des maladies nerveuses FPPOV MMA nommé d'après I.M.Sechenova
________________________________________

Le mal de dos est la deuxième cause la plus fréquente de consultation médicale après une maladie respiratoire et la troisième cause d'hospitalisation. Environ 20% de la population adulte souffre de maux de dos récurrents, d'une durée de 3 jours ou plus. Parmi eux, à 80% sous l'influence du traitement, la douleur disparaît en 1 mois. Les maux de dos chroniques sont observés beaucoup moins fréquemment - dans 4% de la population. Le plus souvent, les maux de dos affectent les personnes en âge de travailler - de 30 à 45 ans. C'est dans cette période d'âge que les maux de dos sont l'une des causes les plus courantes de handicap. Le mal de dos est un problème interdisciplinaire, comme on peut l'observer dans le tableau clinique d'un certain nombre de maladies somatiques et neurologiques. La tâche principale du médecin est d'exclure la nature oncologique du syndrome douloureux (tumeurs vertébrales primaires et métastatiques, tumeurs extrarachidiennes, myélome, cancer du poumon), traumatiques (fractures vertébrales), infectieuses (méningite, épidurite purulente, spondylarthrite tuberculeuse), nature métabolique (hyperparathyroïdie, ostéoporose, Maladie de Paget). Il est essentiel que le médecin prenne en compte la pathologie viscérale, qui peut former des maux de dos réfléchis. Il est observé dans les maladies cardiovasculaires: maladie coronarienne, infarctus du myocarde, péricardite, anévrisme aortique exfoliant, embolie pulmonaire; avec maladies respiratoires: pneumothorax, pneumonie lobaire, pleurésie; maladies de l'œsophage: œsophagospasme, œsophagite; maladies des organes abdominaux: cholécystite, ulcère peptique de l'estomac et du duodénum, ​​pancréatite, abcès sous-phrénique; infections: herpès zoster, endocardite infectieuse; avec des maladies des reins et du système génito-urinaire. Les causes énumérées de maux de dos ne sont observées que dans 8 à 10% des cas. Cependant, ils doivent être exclus en premier lieu, en procédant à un examen clinique détaillé du patient.

Diagnostique

Dans la plupart des cas, les maux de dos sont relativement bénins et ont une origine différente, qui sera discutée en détail dans cet article. La grande majorité des patients souffrant de maux de dos reçoivent un diagnostic d'ostéochondrose. Actuellement, il y a un surdiagnostic de cette cause de maux de dos et, au contraire, en ignorant d'autres causes plus courantes. Les troubles fonctionnels du système musculo-squelettique avec la formation de blocs dans les petites articulations de la colonne vertébrale avec l'apparition de syndromes musculo-squelettiques de douleur réflexe sont rarement déraisonnablement rarement diagnostiqués, et le rôle des syndromes de douleur myofasciale, dans lesquels le muscle souffre en premier, est sous-estimé.
Lors de l'analyse d'un syndrome douloureux, une attention particulière doit être accordée à l'intensité et à la nature de la douleur, à sa localisation et à son irradiation, à sa survenue pendant le sommeil ou l'éveil et à la connexion avec une certaine position du corps. Il est nécessaire d'analyser en détail les plaintes de douleur qui l'accompagnent, qui peuvent être locales (engourdissement, brûlure, diminution de la sensibilité, faiblesse des muscles individuels, perte de poids musculaire, changements dans la peau) et de nature générale (température corporelle, faiblesse générale, changements dans la sphère émotionnelle, troubles sommeil et appétit, perte de poids). Il est important d'identifier la relation de la douleur avec l'exacerbation des maladies des organes viscéraux. Le facteur anamnestique le plus important devrait inclure l'âge du patient. Ainsi, la première apparition de maux de dos dans la vieillesse, en particulier chez les hommes, nécessite l'exclusion du cancer, et chez les femmes - l'ostéoporose et la coxarthrose.
Lors de l'examen d'un patient, une attention particulière doit être accordée à l'identification des anomalies du développement, des asymétries du corps, des particularités de la posture, des spécificités de la marche, de la gravité des courbes physiologiques de la colonne vertébrale, de la nature des postures analgésiques. Il est nécessaire de mener une étude de la mobilité articulaire et une palpation approfondie des muscles du dos et des membres. Ceci est suivi d'un examen neurologique. Des méthodes de recherche supplémentaires sont absolument nécessaires si les maux de dos s'accompagnent des symptômes suivants: miction altérée; augmentation de la température corporelle; irradiation de la douleur dans le bras ou la jambe; douleur persistante pendant 3-4 jours; douleur intensément croissante; la présence de faiblesse ou d'engourdissement dans le bras ou la jambe; hypotrophie musculaire. Requis: tests cliniques de sang et d'urine, échographie des organes internes, études radiographiques de la colonne vertébrale dans les projections directes et latérales dans des états de flexion et d'extension extrêmes, tomodensitométrie (plus informative pour la visualisation des structures osseuses), résonance nucléaire magnétique (plus informative pour la visualisation de la moelle épinière, disque intervertébral et appareil ligamentaire). Les données des méthodes d'examen supplémentaires jouent un rôle important, cependant, la première place dans le diagnostic appartient aux symptômes cliniques. La sous-estimation des manifestations cliniques et la réévaluation des méthodes de recherche radiographique sont une cause courante de surdiagnostic de l'ostéochondrose. La présence de signes d’ostéochondrose sur les radiographies après 25 ans est presque obligatoire, mais cela ne signifie pas que la douleur du patient dans tous les cas soit associée à ces résultats. Les hernies discogènes détectées par imagerie par résonance magnétique dans de nombreux cas restent cliniquement insignifiantes et acquièrent une telle signification uniquement si des signes cliniques de compression radiculaire sont détectés.

Causes des maux de dos

Les principales causes de maux de dos peuvent être divisées en deux grands groupes: vertébrogènes et non vertébrogènes (voir tableau).

Douleur vertébrale

L'ostéochondrose de la colonne vertébrale est une des causes les plus courantes de maux de dos vertébrogènes, une maladie dégénérative affectant le disque intervertébral, les corps vertébraux, les petites articulations des vertèbres, les muscles et les ligaments des vertèbres. L'ostéochondrose de la colonne vertébrale peut être asymptomatique pendant longtemps, mais elle peut également être compliquée par des syndromes de compression sous forme de radiculopathie ou de syndromes musculaires toniques réflexes. La radiculopathie ou le syndrome radiculaire en tant que complication de l'ostéochondrose de la colonne vertébrale ne survient que dans 5 à 8% des cas. Dans la grande majorité des cas, les complications de l'ostéochondrose se manifestent par des syndromes réflexes musculo-toniques, qui représentent jusqu'à 95% des complications de l'ostéochondrose. La source directe de microtraumatisme racinaire dans l'ostéochondrose de la colonne vertébrale peut être: les hernies discales, l'arthrose dans les articulations intervertébrales et les articulations non vertébrales (au niveau cervical), l'hypertrophie du ligament longitudinal postérieur, les ostéophytes. Les radiculopathies se caractérisent par des tirs spécifiques, des maux de dos assez intenses avec une propagation distale de la douleur le long de la racine affectée jusqu'aux doigts ou aux orteils. La douleur radiculaire peut être aggravée par la toux, les éternuements, les mouvements de la colonne vertébrale, pendant le sommeil, généralement accompagnés de sensations d'engourdissement spontanées, de picotements, de sensation de brûlure. La paresthésie est généralement plus prononcée dans les parties distales du bras ou de la jambe et la douleur dans la partie proximale. Des manifestations similaires sont associées à des symptômes de perte des fonctions motrices et sensorielles, qui correspondent strictement à la zone d'innervation de la racine affectée. Les symptômes du prolapsus incluent: hypesthésie, perte de réflexes, faiblesse musculaire et leur hypo- ou atrophie. Il convient de souligner que la présence d'une douleur isolée, même strictement dans la zone d'une seule racine, ne suffit pas pour diagnostiquer une radiculopathie. Le médecin n'a le droit de diagnostiquer une radiculopathie qu'avec la présence simultanée de symptômes de prolapsus. Les vrais symptômes de tension peuvent également aider au diagnostic..
Les radiculopathies sont toujours associées à des postures antalgiques et des spasmes musculaires réflexes..
Le rôle des syndromes musculaires toniques réflexes isolés est le plus important et domine clairement parmi les manifestations cliniques des complications de l'ostéochondrose. Des syndromes musculo-toniques peuvent se former dans tous les muscles paravertébraux ou extravertébraux. Les douleurs sont provoquées par le travail d'un muscle spasmodique et sont amplifiées de manière significative par des mouvements dans lesquels le muscle affecté subit des étirements. Les douleurs sont généralement douloureuses, profondes, tiraillantes. A la palpation, les muscles sont tendus et douloureux. Dans le contexte des muscles spasmodiques, des joints musculaires douloureux encore plus grands sont déterminés. Les symptômes de prolapsus, caractéristiques des lésions radiculaires, ne sont pas observés..
L'autre cause la plus fréquente de maux de dos de nature vertébrogène n'est pas associée à des changements morphologiques de la colonne vertébrale, comme c'est le cas avec l'ostéochondrose, mais à des troubles fonctionnels des articulations intervertébrales ou rib-vertébrales, dans lesquels des subluxations et un blocage réversible peuvent se former. Le blocage réversible de l'articulation est un trouble localisé dans l'articulation intervertébrale, qui se manifeste principalement par la restriction de sa mobilité, et donc, la restriction de la mobilité dans l'ensemble du segment vertébro-moteur. Le blocage de l'articulation intervertébrale s'accompagne de l'apparition d'une hypermobilité fonctionnelle dans les articulations intervertébrales des vertèbres supérieures et inférieures. Le blocage fonctionnel, ainsi que l'hypermobilité, des articulations entraînent une irritation des récepteurs de la douleur des membranes articulaires synoviales, qui est perçue par le patient comme une douleur. La douleur qui en résulte conduit à l'apparition d'un spasme musculaire réflexe secondaire. Les muscles spasmodiques deviennent également une source supplémentaire de douleur. L'augmentation du flux de douleur entraîne encore plus de spasmes musculaires. Ainsi un cercle vicieux se forme: douleur-spasme musculaire-douleur-spasme musculaire. Les principales causes de blocage fonctionnel réversible sont les surcharges posturales antiphysiologiques de longue durée (généralement associées à une activité professionnelle ou observées pendant la période de sommeil profond), les virages brusques et infructueux.

Causes des maux de dos

VertébralNevertebrogenic
1. Hernie discale1. Syndrome de douleur myofasciale
2. Spondylose2. Douleur psychogène
3. Ostéophytes3. Douleur reflétée dans les maladies des organes internes
4. Sacralisation, lombarisation
5. Changements dans les articulations intervertébrales (facette)4. Tumeurs intrarachidiennes, extrarachidiennes (névromes, méningéomes)
6. Spondylarthrite ankylosante
7. Sténose vertébrale5. Abcès épidural
8. Instabilité du segment vertébro-moteur avec formation de spondylolisthésis6. Tumeurs métastatiques (pour le cancer du sein, du poumon, de la prostate, du rein et des surrénales, le mélanome, le lymphome)
9. Fractures des vertèbres
10. Ostéoporose7. Syringomyélie
11. Tumeurs des vertèbres8. Tumeurs rétropéritonéales
12. Spondylarthrite ankylosante9. Arthrose
13. Troubles fonctionnels (blocage réversible) des articulations intervertébrales

Douleur jamais neurogène
La principale cause de maux de dos de nature non vertébrogène sont les syndromes de douleur myofasciale. Pour diagnostiquer le syndrome de la douleur myofasciale, il est nécessaire d'identifier les symptômes suivants: muscle spasmodique, douloureux à la palpation, resserrement musculaire douloureux, points déclencheurs actifs (TT) et zone d'irradiation de la douleur. Les TT sont généralement situés dans des joints musculaires douloureux. Lorsque vous cliquez sur un TT actif, une douleur aiguë apparaît au point lui-même et à distance - dans la zone de douleur réfléchie. Le "symptôme de saut" est caractéristique - le patient démarre en réponse à la palpation du TT actif. Tous les muscles du dos peuvent être impliqués dans le processus. La survenue de syndromes de douleur myofasciale, en règle générale, n'est pas associée à l'ostéochondrose de la colonne vertébrale, bien qu'elle puisse également se former dans son contexte, ce qui complique son évolution. Les directives cliniques suivantes proposées par Trewell et Simons peuvent aider au diagnostic:
1. Antécédents de douleur. Il se caractérise par sa relation avec la surcharge physique, la survenue après un long séjour dans une position, après une hypothermie directe du muscle.
2. La propagation de la douleur est observée dans une zone assez éloignée du muscle spasmodique tendu.
3. Dans les muscles, une hypo- ou atrophie n'est jamais observée. Muscles cordes douloureuses denses.
4. Dans les muscles fatigués, des zones de resserrement musculaire encore plus douloureux sont palpées. Leur douleur augmente considérablement avec la pression - un "symptôme d'un saut".
5. La reproductibilité de la douleur dans la zone de douleur réfléchie pendant la compression ou la ponction des TT actifs est caractéristique.
6. Élimination caractéristique des symptômes ayant des effets locaux spécifiques sur le muscle spasmodique.
La prévalence des syndromes de douleur myofasciale est principalement associée aux nombreuses causes qui les provoquent. Nous listons les principaux:

  • Anomalies dans le développement du squelette musculo-squelettique, dans lesquelles il existe des troubles posturaux prononcés avec une tension constante excessive d'un certain nombre de groupes musculaires.
  • Surmenage postural dans les positions antiphysiologiques, le plus souvent associé aux caractéristiques de l'activité professionnelle.
  • Immobilisation musculaire à long terme (préservation à long terme d'une posture pendant le sommeil profond, immobilisation des membres due à des luxations et des fractures).
  • Compression musculaire directe par les sangles de sacs lourds, sacs à dos, etc..
  • Hypothermie musculaire.
  • Facteurs mentaux. Le stress émotionnel s'accompagne toujours d'anxiété et de tension musculaire. Les muscles après la cessation de l'exposition au stress émotionnel restent souvent à l'étroit. Le rôle des conditions de stress chronique avec un niveau élevé de troubles anxieux accompagnés de tension musculaire est important..
  • Maladies des organes viscéraux et des articulations. C'est l'une des causes les plus courantes du syndrome de douleur myofasciale..
Presque toutes les pathologies somatiques peuvent être accompagnées de syndromes de douleur myofasciale. L'impulsion de douleur de l'organe viscéral ou de l'articulation affecté entraîne une tension protectrice des muscles correspondants pour immobiliser l'articulation ou créer une tension de protection musculaire autour de l'organe malade. Les syndromes de douleur myofasciale accompagnant la pathologie viscérale modifient le schéma des principales manifestations douloureuses, compliquant souvent le diagnostic. Après l'arrêt d'une maladie somatique, les syndromes de douleur myofasciale qui en sont la cause persistent et continuent de perturber le patient. Muscles non entraînés surchargés. Avec un travail à long terme inhabituel de muscles faibles et non entraînés, une pathologie myofasciale peut y apparaître.

Traitement des maux de dos

Actuellement, les méthodes conservatrices sont prioritaires dans le traitement des maux de dos. Une intervention neurochirurgicale est indiquée pour les symptômes suggérant une compression de la moelle épinière ou de la queue de cheval; avec radiculopathies avec parésie croissante; avec une douleur persistante sévère et l'inefficacité d'une thérapie conservatrice pendant au moins 4 mois dans un hôpital neurologique vertébral spécialisé.
La première condition nécessaire pour le traitement des maux de dos dans la période aiguë est la création de repos dans les muscles affectés à l'exception d'un surmenage postural prolongé. En cas d'ostéochondrose de la colonne vertébrale avec radiculopathie, l'immobilisation de la colonne vertébrale par le port de ceintures et de corsets spéciaux est recommandée. Il est recommandé de dormir sur le bouclier. En présence de lésion radiculaire, un repos au lit pendant 2 semaines est suffisant. Pour les maux de dos sans signes de dommages aux racines, le repos au lit peut être réduit à 1-2 jours. Pendant les douleurs aiguës spontanées, une chaleur légère et sèche est recommandée. Le blocage novocainique des muscles les plus sollicités et un resserrement musculaire douloureux peuvent être utilisés. Applications efficaces avec dimexide.
Le traitement pharmacologique des maux de dos est très varié. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés. Les analgésiques les plus puissants et en même temps l'effet anti-inflammatoire sont le diclofénac et le lornoxicam. La durée du traitement des radiculopathies est de 1 ou 1,5 mois, avec des syndromes musculo-squelettiques, il suffit d'utiliser des AINS pendant 2 semaines ou moins. Soulager la douleur est l'un des principaux objectifs de la thérapie. Les AINS seuls ne suffisent pas. Vous pouvez utiliser n'importe quel analgésique, du plus léger (paracétamol) aux analgésiques narcotiques les plus puissants. L'effet analgésique peut être amélioré en ajoutant de petites doses d'anti-convulsivants à l'analgésique. Une lutte efficace contre la douleur est impossible sans l'utilisation de médicaments psychotropes. Dans la période aiguë, des tranquillisants avec un effet relaxant doivent être prescrits. Dans les syndromes de douleur chronique récurrente, des antidépresseurs sont prescrits. Le traitement antidépresseur doit être long et d'au moins 8 semaines.
Les relaxants musculaires sont d'une grande importance dans la thérapie complexe des maux de dos, qui vous permettent de briser le cercle vicieux de la douleur, des spasmes musculaires, de la douleur. Ils sont utilisés pour les maux de dos de presque n'importe quelle origine. Cela est principalement dû au fait que toute douleur est toujours accompagnée de spasmes musculaires. Toutes les impulsions nociceptives, quelle que soit leur source, pénètrent par les racines postérieures dans les neurones des cornes postérieures de la moelle épinière, d'où elles atteignent le système nerveux central par des voies nociceptives. Dans le même temps, les impulsions de douleur activent les neurones moteurs a et g des cornes antérieures de la moelle épinière, ce qui entraîne un spasme des muscles innervés par ce segment de la moelle épinière. Avec le spasme musculaire, les nocicepteurs du muscle lui-même sont stimulés. Dans les muscles spasmodiques, une ischémie locale se développe, ce qui améliore l'activation des nocicepteurs des fibres musculaires. Le muscle spasmodique devient une source d'impulsion de douleur supplémentaire, qui pénètre dans les cellules des cornes postérieures du même segment de la moelle épinière. L'augmentation du flux d'impulsion de douleur, respectivement, augmente l'activité des motoneurones antérieurs, ce qui conduit à un spasme musculaire encore plus important. Ainsi, le cercle vicieux se ferme: douleur - spasme musculaire - douleur accrue - spasme musculaire accru. Pratiquement toute douleur (radiculaire, articulaire, etc.) «croît» toujours avec des spasmes musculaires, ce qui donne naissance à une nouvelle source de douleur et complique l'identification de son origine. C'est à cet égard que les relaxants musculaires sont d'une importance capitale dans le traitement des maux de dos. La tizanidine est la plus préférée, qui est un agoniste a2-adrénergique sélectif qui inhibe la libération de neurotransmetteurs dans les voies polysynaptiques rachidiennes. La tizanidine a un effet relaxant musculaire et analgésique. Il interrompt le cercle vicieux de la douleur-spasme musculaire-douleur. La tizanidine réduit l'augmentation du tonus musculaire, mais elle ne modifie ni leur force ni le taux de contraction musculaire. L'effet analgésique de la tizanidine n'est pas seulement associé à la relaxation musculaire. Il améliore également les effets analgésiques descendants qui sont réalisés par un système neuronal non opioïde, principalement noradrénergique. Il est essentiel que la tizanidine protège la muqueuse gastrique des AINS. À cet égard, l'utilisation simultanée de tizanidine et d'AINS augmente non seulement l'effet analgésique, mais minimise également les effets secondaires des AINS. Pour les maux de dos, la tizanidine est prescrite à une dose de 4 à 6 mg par jour, divisée en deux doses. Dans ce cas, 2/3 de la dose est prescrite de manière optimale avant le coucher, car le médicament a un effet sédatif et facilite l'endormissement. La prescription du médicament avant le coucher est particulièrement importante pour les patients chez qui la douleur s'intensifie la nuit. L'effet clinique de la tizanidine se produit au cours des 3 premiers jours de traitement. La durée du traitement est de 1 à 2 semaines. Lors de l'utilisation de la tizanidine aux doses indiquées, les effets secondaires ne se produisent généralement pas. Dans les premiers jours d'admission, une somnolence et une bouche sèche sont possibles, qui disparaissent d'elles-mêmes et ne nécessitent pas de sevrage médicamenteux.
La nomination de médicaments vasculaires qui améliorent la microcirculation et l'écoulement veineux est recommandée. Les médicaments sont généralement prescrits pendant 1 mois.
Avec la disparition de la douleur spontanée et la persistance de la douleur, provoquée uniquement par le mouvement, c'est-à-dire dans la période subaiguë, une thérapie vitaminique et des stimulants biologiques sont ajoutés au traitement. Il est possible d'utiliser des préparations de vitamines combinées contenant une combinaison de vitamines B: B1, B6, B12.
Les agents non pharmacologiques ont un rôle important dans le traitement des maux de dos: relaxation post-isométrique, thérapie manuelle, massage, acupuncture, physiothérapie, physiothérapie. Ces méthodes sont les plus utilisées dans la période subaiguë. La relaxation post-isométrique est une méthode qui n'a pratiquement aucune contre-indication. Il peut être largement utilisé dans les périodes aiguës et subaiguës. La relaxation post-isométrique est facilitée en préchauffant les muscles ou en appliquant la technique dans le contexte d'un traitement avec des relaxants musculaires. En présence de TT détecté dans les muscles spasmodiques, des méthodes locales d'exposition sont utilisées: piquer avec une aiguille sèche, pétrir, introduire une solution de novocaïne dans le TT actif, applications avec dimexide.
L'une des méthodes de thérapie les plus importantes est la physiothérapie. Il est conseillé de le démarrer dès que possible, dès que la douleur au repos disparaît. Un ensemble d'exercices doit être sélectionné individuellement.